Revue “Nature” : Cuba peut-il combattre la COVID avec ses vaccins d’origine locale ?

, popularité : 6%

Tout ou beaucoup de choses sont dites sur Cuba dans cet article de la prestigieuses revue Nature. Pourquoi Cuba, étranglé par le blocus est obligé avec ses maigres ressources mais la volonté de son peuple indomptable, la haute qualification de ses citoyens, leur engagement sans réserve d’avoir ses voies propres. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoire et societe)

Si tout se déroule comme prévu, Cuba pourrait être le premier pays d’Amérique latine à développer et à fabriquer son propre vaccin COVID-19.

Vicente Vérez Bencomo, directeur général de l’Institut finlay des vaccins à La Havane, où l’un des vaccins candidats les plus avancés à Cuba a été créé, estime que les possibilités sont bonnes. Le candidat, appelé Sovereign 02, est entré dans les essais de phase III en Mars. C’est l’un des deux vaccins d’origine locale dans le pays, l’autre s’appelle Abdala,.

Ce n’est pas trop tôt. Bien que Cuba ait eu peu d’infections pendant la majeure partie de 2020, les cas de COVID-19 ont commencé à augmenter dans le pays insulaire de 11 millions de personnes après avoir rouvert ses frontières au tourisme en novembre dernier. Les infections ont atteint un sommet le 24 avril, avec près de 5 800 cas actifs.

Cuba est l’un des derniers pays communistes au monde et a subi des décennies d’embargos commerciaux imposés par les États-Unis, qui ont coupé l’accès aux approvisionnements essentiels. Vérez Bencomo dit que c’est cette histoire qui a donné au peuple cubain une voie indépendante, ce qui l’a incité à créer son propre jab COVID-19 au lieu de rejoindre l’initiative internationale COVAX, qui vise à distribuer équitablement les vaccins dans tous les pays.

Sovereign 02 relève d’une série indépendante, travaillant différemment des autres vaccins en jeu. Jab est un vaccin « conjugué », qui lie un antigène plus faible avec un plus fort pour assurer une réponse immunitaire vigoureuse. Pour faire sovereign 02, les scientifiques de Finlay ont couplé des fragments de protéine des pointes de coronavirus à une forme désactivée de toxine de tétanos, un antigène puissant qui peut stimuler la production des cellules immunitaires et des anticorps. (1)

The nature a parlé à Vérez Bencomo de Soberana 02, de la décision de Cuba d’aller en solo et des difficultés de faire de la science sous un fort blocus économique.

Quand Finlay s’est-il joint à la course vaccinale COVID-19 ?

Vers mai 2020, notre président, Miguel Díaz-Canel, nous a appelé à agir tous ceux qui parmi nous pourraient développer un vaccin contre le coronavirus. C’était très important pour nous. Nous nous attendions à ce que lorsque les vaccins seraient prêts [dans d’autres parties du monde], ils mettraient beaucoup de temps pour atteindre des pays comme le nôtre.

Bien sûr, quand nous avons rejoint la course, nous avons dû abandonner d’autres projets. Nous avons arrêté un essai clinique avec un vaccin antipneumococcique. Nous avions un vaccin très novateur contre la coqueluche que nous avons également interrompu. Il n’était pas possible de continuer à faire autre chose.

Combien de vaccins différents Finlay teste-t-il actuellement ?

Nous avons trois vaccins de la série Sovereign. Nous testons Sovereign 02 avec 44 000 personnes, dont certaines reçoivent un placebo, dans le cadre d’un essai de phase III. Et en raison de l’urgence, nous menons également un autre essai d’efficacité sur 75 000 personnes sans placebo. Comme tout le monde n’est pas vacciné en même temps, les personnes qui attendent votre vaccin serviront de groupe témoin.

D’un point de vue éthique, il est trop tard pour lancer de nouvelles études placebo à Cuba parce que les cas de COVID-19 augmentent. Ainsi, pour tester Sovereign 01 [un vaccin non conjugué contenant des paires de fragments de protéines des pointes, ainsi que des composants des couches externes de bactéries méningococciques pour stimuler la réponse immunitaire], nous concevons un protocole pour le comparer à Sovereign 02, plutôt que d’utiliser un placebo. Nous attendons l’approbation de l’autorité nationale de réglementation cubaine pour commencer l’essai de phase II.

Nous avons également un test de 450 personnes convalescentes, qui se sont rétablies de COVID-19 ou étaient asymptomatiques, chez lesquelles nous testons Sovereign Plus, une dose de rappel contenant des fragments de protéines des pointes. Ce vaccin est conçu pour stimuler à nouveau l’immunité initiale des personnes obtenues à partir d’une infection antérieure.

À quoi ressemblent les résultats souverains 02 jusqu’à présent ?

Ce que je peux révéler, c’est qu’au cours des phases précédentes de l’essai, deux doses de Sovereign 02 ont généré une réponse anticorps chez environ 80 % des personnes vaccinées. Mais l’application d’une troisième dose de rappel de Sovereign Plus a porté ce pourcentage à 100%, le tout avec des anticorps neutralisants qui peuvent empêcher le virus d’entrer dans les cellules.

Dans quelle mesure ce vaccin protégera-t-il les gens de la mort ? Je suis sûr qu’il les protégera. Dans quelle mesure cela protégera-t-il les gens contre les maladies graves ? Cela fait partie de ce que le test d’efficacité [de phase III] doit prouver, mais nous pensons que ce sera le cas. Nous pensons que nous devrions avoir les résultats prêts à être publiés en juin.

Il nous faut expliquer le nom de nos vaccin, Sovereign, qui se traduit par « souverain ». Lors d’une rencontre avec le président, il nous a dit que nous avions besoin de souveraineté sur nos vaccins.

Après avoir annoncé le premier essai de Sovereign, les gens aimaient tellement le nom qu’il était impossible de le changer. Cela a été pris avec une telle fierté à Cuba que nous n’avions pas d’autre choix que d’appeler le vaccin Souverain. Les gens font vraiment confiance à ce que nous faisons. Nous avons toujours trois fois plus de personnes alignées pour participer aux essais cliniques que nécessaire.

Cuba prévoit d’inoculer tous ses citoyens avec ses propres vaccins. Aurez-vous les ressources nécessaires pour le faire ?

Nous accélérons la production afin que lorsque les études de Sovereign 02 sont réalisées, nous puissions obtenir l’autorisation d’une utilisation d’urgence. Nous espérons que cela ne prendra pas longtemps, parce que nous avons une incidence très élevée de COVID à Cuba en ce moment, en particulier à La Havane.

Face à cette urgence, nous réorganisons nos capacités de fabrication. Nous croyons qu’à un moment donné cette année, nous devrions être en mesure de produire environ dix millions de doses par mois.

Nous avons beaucoup de demande de vaccins en ce moment, beaucoup plus que ce que nous pourrions fournir. Nous cherchons donc des engagements sérieux [pour fournir des jabs à l’étranger] avec des avances qui nous permettent d’investir les ressources que nous n’avons pas dans la production.

Pourquoi agir uniquement pour développer des vaccins au lieu de rejoindre COVAX ?

C’est une question complexe. Il y a des initiatives internationales que je respecte beaucoup. Les respecter est une chose, croire en eux, c’en est une autre.

Nous voulions compter uniquement sur nos propres capacités pour vacciner notre population, et non sur les décisions des autres. Et la vie nous donne raison. Ce que nous voyons partout dans le monde, c’est que les pays riches thésaurisation des fournitures vaccinaux.

Comment Cuba a-t-elle trouvé les ressources nécessaires pour fabriquer ses propres vaccins COVID-19 ?

Nous sommes un pays très pauvre. Je peux vous assurer qu’aucun sou de l’argent utilisé pour fabriquer des médicaments ou acheter de la nourriture, qui est à la fois rare à l’heure actuelle, n’a été détourné pour la fabrication de vaccins COVID.

Tout cela a été un grand effort individuel de la part de chacune des institutions qui travaillent là-dessus. Nous avons tous pris les ressources que nous avions pour d’autres projets et les y avons mis. Et nous avons dû faire preuve de créativité à ce sujet. Nos scientifiques ont l’habitude de faire beaucoup avec très peu.

Comment l’embargo commercial des États-Unis a-t-il affecté la mise au point de vaccins ?

À bien des égards. Nous avons un blocus américain qui n’est pas euphémisme du tout, il est très réel.

Les entreprises qui nous vendent du matériel depuis 60 ans, sous l’administration de l’ancien président américain Donald Trump, ont eu peur et nous ont dit : « Désolé, nous ne pouvons pas continuer à coopérer avec vous parce que nous avons peur de perdre notre commerce avec l’Amérique du Nord. »

C’est très difficile. Mais nous, les Cubains, ne nous laissons pas abattre. Nous sommes habitués à combattre le vent et la marée.

Voir en ligne : Coronavirus, COVID-19, Cuba, Finlay Institute of Vaccines (IFV),Cuban Vaccines COVID19, Vicente Vérez Bencomo, Virus29 avril 2021

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).