Pour Snowden, on ne peut condamner Assange sans exposer tous les autres médias et journalistes

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Pour le lanceur d’alerte Edward Snowden, l’extradition du fondateur de WikiLeaks pourrait avoir un impact sur les médias dans leur ensemble. Il estime à cet égard que les journalistes ne semblent pas prendre toute la mesure de cette menace.

Le lanceur d’alerte, ancien analyste de la CIA et de la NSA, Edward Snowden, ne cesse de soutenir le fondateur de WikiLeaks dont le procès se déroule actuellement à Londres. Selon lui, la volonté américaine d’extrader Julian Assange afin de le juger pour espionnage constitue une grave menace pour les journalistes du monde entier. Mais pour Snowden, nombre d’entre eux restent hostiles ou indifférents au sort d’Assange car ils ont placé la politique avant les principes, et avant même leurs propres intérêts.

« Je pense que cela revient en grande partie au fait que les gens oublient quels sont les principes et pourquoi ceux-ci sont importants », a analysé Edward Snowden dans une interview accordée au podcast audio et vidéo The Joe Rogan Experience, le 15 septembre. Poussant plus loin la réflexion, il a ajouté : « Vous pouvez haïr Julian Assange, vous pouvez penser qu’il est une marionnette de la Russie, vous pouvez penser qu’il est la pire personne sur Terre – une réincarnation d’Hitler ou de Staline – et toujours réaliser que le condamner vous fait du mal ».

Rappelant que le travail de Julian Assange est identique à celui de tout journaliste, à savoir recueillir et publier des informations obtenues par des sources, Edward Snowden estime qu’inculper Assange pour son travail revient à menacer par là même tous les journalistes et tous les médias. « On ne peut pas condamner Julian Assange [...] sur la base de l’Espionage Act sans exposer le New York Times, le Washington Post, CBS, NBC, ABC, CNN, FOX, etc. sur la base des mêmes charges [...] et je pense que les gens ne prennent pas la mesure de cela », déclare-t-il.

Edward Snowden dénonce également l’invocation de l’Espionage Act pour inculper Assange. Il rappelle à cet égard, que le recours à cette loi de 1917 n’a jamais eu lieu contre des journalistes et que c’était une sorte d’« accord tacite » qui a traversé les différents gouvernements étasuniens. « Ils rompent cet accord avec l’affaire Julian Assange. Assange n’est pas la source, il est simplement un éditeur. Il dirige une organisation de presse », éclaire Edward Snowden.

Rappelant que WikiLeaks a révélé au monde des dossiers compromettants pour les États-Unis concernant leurs guerres en Irak et en Afghanistan, Edward Snowden a également expliqué : « Le gouvernement américain […] essaie d’extrader ce type et de le mettre en prison pour le reste de sa vie pour lui faire payer le meilleur travail que WikiLeaks n’a jamais fourni… A savoir les journaux de guerre de l’Irak et de l’Afghanistan, les registres des détenus à Guantanamo Bay. Des choses qui concernent des crimes de guerre explicites et des abus de pouvoir. ».

The extradition of Julian Assange is a malicious prosecution by any standard. Even critics of the man ought to condemn this as a show trial. The "crime" in question is the greatest public service @Wikileaks ever performed : exposing Iraq-era abuses.

Drop the charges. #FreeAssangehttps://t.co/JhIrfro7cV— Edward Snowden (@Snowden) September 7, 2020

C’est grâce notamment à l’aide précieuse de WikiLeaks qu’Edward Snowden a réussi à obtenir l’asile en Russie. En juin 2013 à Hong Kong, Sarah Harrison, une proche collaboratrice de Julian Assange, a travaillé avec l’équipe de WikiLeaks pour lui obtenir un asile en négociant avec 21 pays. Elle est restée bloquée pendant 39 jours avec lui dans la zone de transit de l’aéroport international Cheremetievo de Moscou en juillet 2013, jusqu’à ce que la Russie lui accorde l’asile.

Lu sur RT France

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).