Conférence de presse du KPRF le soir des élections

Parti communiste de la fédération de Russie : seule opposition réelle au parti au pouvoir !

, par  lepcf.fr , popularité : 75%

Voici le compte-rendu de la conférence de presse du KPRF ; on peut le résumer par la déroute de "Russie unie" malgré la triche, en particulier l’éviction de candidats communistes, et la création de faux communistes. Le KPRF remporte une victoire, il est désormais présent à peu près partout et renforce ses bastions ; il apparait comme la seule alternative au pouvoir. (note et traduction de Danielle Bleitrach)

Gennady Zyuganov a qualifié le Parti communiste de seule opposition réelle au parti au pouvoir

Dans la soirée du 8 septembre, la direction du Parti communiste a organisé un briefing au siège central du Parti communiste sur les élections. Lors de ce briefing, le président du Comité central du Parti communiste, le chef de la faction du parti communiste à la Douma d’Etat, Gennady Zyuganov a parlé des résultats provisoires des élections. Les textes des discours de plusieurs orateurs ont été mis en ligne sur le portail Kprf.ru. La ligne rouge publie une transcription.

En ouvrant la conférence de presse, le chef du Parti communiste a adressé aux journalistes un discours introductif.

« Tout d’abord, je tiens à remercier toutes les personnes qui nous ont soutenus activement lors des élections, et nous sommes en présence de millions de citoyens. Nous avons traité ces élections avec une responsabilité particulière, car la crise systémique s’approfondissait dans toutes les directions. Le message du président, où il s’est fixé pour objectif d’être classé parmi les cinq premiers pays du monde, est confronté à l’échec lamentable du gouvernement. Dans de nombreuses régions, des représentants du parti au pouvoir se sont rendus aux urnes, abandonnant le sigle de la "Russie unie". Maintenant, ils racontent comment ils gagnent partout, mais même à Moscou, pas un seul candidat de leur parti ne s’est fait passer pour la "Russie unie". Ce n’est pas seulement une honte, mais aussi un précédent qui ne s’était jamais produit dans aucun pays du monde !

En ce qui concerne la lutte contre la pauvreté, la situation s’est encore aggravée. Le pays a perdu 200.000 personnes en six mois dans les régions russes à la croissance la plus rapide. Aucun indicateur ne nous a permis de nous rapprocher de la ligne favorable que Poutine avait décrite dans son message. Récemment, rassemblant le bloc économique et financier du gouvernement, il lui a assigné des tâches concrètes. Un jour plus tard, j’ai examiné ce que "Russie unie" et le gouvernement avaient proposé. Ils suggèrent une croissance maximale du PIB de 1,5% au cours de la prochaine année. Mais selon les prévisions remises à jour, il s’élèvera à 0,8% en fin d’année.

Nous avons proposé un budget de développement de 25.000 milliards de roubles et 12 lois qui permettent sa mise en œuvre. Nous avons proposé un véritable moyen de sortir le pays de la crise et une expérience unique, celle de notre travail.

"Russie unie" a commencé à anticiper sur ses victoires à Irkoutsk, qui n’ont pas eu lieu. Mais ils n’ont pas dit un mot sur le fait qu’au cours des trois dernières années, la région d’Irkoutsk est entrée dans le top 10 des pays au développement le plus dynamique. Le rythme de développement est deux fois plus rapide que ceux mentionnés par le président dans son message. Les 300 gangs, qui coupaient les forêts en permanence, sont désormais connus et dénoncés. Auparavant, ils payaient un milliard et demi d’impôts, mais maintenant, ils paient dix milliards. Dans la région d’Irkoutsk, il y a la meilleure entreprise nationale Usolye Sibirsky, où le salaire moyen le plus élevé est de 108.000 roubles. Au cours des trois dernières années, le budget de la région est passé de 97 milliards à 191 milliards, et aucune autre région n’a connu de tels changements fondamentaux. Par conséquent, les habitants nous ont soutenus et continueront à nous soutenir.

Dans la région d’Irkoutsk, 100 histoires cinglantes ont été diffusées dans l’espoir de noyer notre équipe dans les inondations qui ont frappé huit districts. 109 colonies ont été touchées. Mais le président, qui y est allé trois fois et a inspecté, a déclaré que beaucoup de travail avait été fait. Sur les 18 écoles qui étaient inondées, 15 avant le 1er septembre étaient remises en état. Le président a visité une école qui, il y a un mois et demi, nageait dans un mètre d’eau. Aujourd’hui, tout est en parfait état de fonctionnement.

Nous sommes une vraie opposition, qui a son propre programme, une équipe forte. Nous avons travaillé très activement avec les électeurs. Nous leur avons présenté un rapport, nous leur avons présenté un véritable moyen de sortir le pays de la crise. Nous avons offert un salaire minimum vital de 25.000 roubles par mois. Nous avons offert l’expérience des entreprises nationales, ce qui permettra de fournir aux citoyens tout le nécessaire. Nous avons invité tout le monde à la ferme d’État nommée Lénine. Les ambassadeurs et les journalistes étrangers sont venus ici. Mais nos quatre films sur l’expérience unique des entreprises nationales n’ont jamais été diffusés par la télévision centrale.

Comment le parti au pouvoir a-t-il réagi à nos propositions spécifiques ? Nous avons proposé un dialogue complet et des élections normales. Nous avons proposé que les élections ne se déroulent pas en septembre. Ce mois-ci, il est impossible de les mener normalement. Nous avons suggéré de les déplacer soit fin octobre, soit en mars-avril. Mais ils nous l’ont refusé.

Nous avons demandé au président de retirer le filtre municipal. Mais ils nous l’ont refusé.

Nous avons insisté sur le fait que si le président des commissions de dépouillement était un "Russie unie", trois de ses autres auxiliaires seraient représentés par des partis parlementaires. Ils ont refusé.

Nous avons insisté pour organiser un débat complet et un dialogue. Mais ils ont également refusé.

Ils ont eux-mêmes apporté 119 amendements à la loi électorale, le défigurant complètement. Cette loi ne permet pas d’élections normales.

Le parti au pouvoir n’a pas voulu que les choses se passent normalement. Il ne voulait pas rivaliser normalement avec ses adversaires. Il ne voulait pas accepter le programme de développement que nous avions introduit dans tous les domaines fondamentaux. À cet égard, ils n’avaient rien à faire avec les électeurs. Et pratiquement aucun d’entre eux n’a rencontré les électeurs locaux.

En ce qui concerne les méthodes de sélection, il n’y a pas eu une telle honte depuis longtemps. Nous n’avons pas pu enregistré trois candidats prometteurs susceptibles de remporter les élections au poste de gouverneur : à Vologda, en Kalmoukie et dans le territoire du Trans-Baïkal. De ce fait, le parti au pouvoir n’avait en réalité aucun adversaire.

Ils utilisent le pouvoir judiciaire comme un marteau pour punir tout le monde. Rien qu’à Léningrad, sur les 700 candidats qui se sont présentés aux élections municipales, 300 ont été éliminés, mais pour la première fois, deux listes ont également été supprimées : la Kabardino-Balkarie et l’Ossétie du Nord. Ils se sont moqués de notre liste à Volokolamsk, dans la région de Moscou, où au cours de l’année, une manifestation a eu lieu contre la réforme de la décharge sauvage et le scandale qui y régnait.

Nous avons réussi à défendre beaucoup, et nous l’avons fait de manière cohérente et assez compétente.

En ce qui concerne les résultats, nous les avons doublés dans presque toutes les directions. Nous aurons maintenant nos représentants dans tous les parlements. Nous avons gagné avec beaucoup de confiance à Novosibirsk, où nous avons eu des résultats importants. C’est la troisième ville la plus peuplée de Russie. C’est la capitale scientifique, culturelle et industrielle de la Sibérie. Et là-bas, notre maire Anatoly Lokot a travaillé pendant quatre ans. Il est difficile de travailler comme maire dans une ville de ce type, mais il a proposé sept priorités et abordé tous les secteurs de la population. Il n’avait pas peur d’enregistrer des représentants des flancs gauche et droit. Il a tout fait pour mener un dialogue à part entière. Lors de sa dernière réunion avec les électeurs, 7.000 personnes se sont rassemblées sur le remblai. En conséquence, il a reçu plus de 50% des voix. Nous le félicitons ! C’est un travail réussi et fondé sur des principes.

Nous avons organisé avec succès des élections municipales et locales en Extrême-Orient. À mon avis, notre jeune candidat prometteur au poste de gouverneur de la région de Sakhaline, Alexey Kornienko, a mené une brillante campagne électorale. Bien sûr, nous avons compris avec qui nous étions en concurrence, car le budget de l’oblast de Sakhaline était cinq fois supérieur à celui de mon Orel natal. Mais nous avons acquis une expérience unique et un soutien solide dans ce domaine.

Les résultats des élections dans deux capitales revêtent une importance fondamentale pour nous. Je suis sûr que nous renforcerons notre position ici. Et pour nous, le résultat obtenu dans la capitale de la Bouriatie, la ville d’Ulan Ude, où Vyacheslav Markhaev est issu du Parti communiste, était très important. C’est un sénateur fort, une personne très compétente, qui l’année dernière n’était tout simplement pas autorisé à se présenter à l’élection du chef de la république. Et nous avons une nouvelle fois montré aux autorités locales que nous avions de puissants candidats qui peuvent très bien se battre.

En ce qui concerne la photographie de l’ensemble des résultats en Russie, mes camarades vont maintenant en parler. Mais je veux attirer votre attention sur ce qui suit. Sans élections équitables, il est impossible de sortir un pays de la crise. La poursuite de cette politique sous la direction de "Russie unie", qui a fait faillite dans toutes les directions, entraînera un effondrement complet. Par conséquent, peu importe à quel point ils parlent de leurs succès maintenant, ils n’ont présenté aucune proposition sérieuse sur quelque question que ce soit. Ils ont déclenché cinq fois l’adoption de notre loi sur les enfants de la guerre. Bien que pour les soutenir à la veille du 75e anniversaire de notre victoire, il ne fallait que 140 milliards de roubles.

Le budget a généré plus de deux milliards de dollars de revenus supplémentaires provenant uniquement du pétrole et du gaz. Mais presque tous ces fonds ont été réinjectés dans des banques étrangères, pour les donner à ceux qui nous imposent des sanctions. Mais les enfants de la guerre n’ont pas reçu de dédommagement.

Nous avons proposé de donner à chaque élève un verre de lait et de nourriture chaude. Et ensuite, ils ont parlé d’autre chose, et les décisions n’ont jamais été prises.

Je crois qu’en général, notre programme a une signification profonde et qu’il va certainement se frayer un chemin. Et nous avons reçu un soutien solide des électeurs lors de cette élection.

En ce qui concerne les fraudes, nous les avons enregistrées. Il y en a beaucoup. Elles sont généralement typiques. Il n’y a rien de nouveau. Les mêmes ordures et abominations que celles utilisées auparavant. La lutte contre nous s’est faite plus forte que jamais avec l’aide du soi-disant faux parti, le parti trompeur, les "communistes russes". Dedans, il y a tous les représentants du parti au pouvoir, les fonctionnaires, les patrons, les transfuges et les escrocs. Et même à Moscou, ils ont été enregistrés. Bien qu’il soit impossible de collecter 6.000 signatures en deux semaines sans structures et ressources. Bien sûr, c’est un phénomène honteux.

Certains représentants du parti au pouvoir avaient une nouvelle idée : vaincre tout le système politique et créer quelque chose de nouveau à sa place. Messieurs, allez ! Vous n’avez encore rien produit de nouveau ! Vous continuez à traîner le pays sur des voies libérales, bien qu’il ait depuis longtemps renoncé à cela. Vous faites tout pour gâcher les élections, déjà les deux tiers de la population ne veulent pas y participer. Nous devons maintenant nous asseoir à une table commune et demander au président d’analyser les résultats de ces élections, en premier lieu, du point de vue de la réalisation de ses objectifs. Soit nous atteindrons le rythme de développement mondial, soit nous ne serons pas le cinquième pays, mais le quinzième. Et cela signifie un effondrement politique et un défaut politique ayant les conséquences les plus graves. Le moment est venu de prendre conscience de ce qui nécessite l’action la plus énergique.

I.I. Intervention de Melnikov : « Nous avons amélioré presque partout nos résultats »

Premier vice-président du comité central du parti communiste I.I. Melnikov a rappelé les résultats de la campagne électorale de l’année dernière, marquée par un certain nombre de scandales, à propos desquels il avait évoqué une préparation plus sérieuse des autorités, menée en 2019. 

« L’administration à toutes les étapes était plus difficile, du filtrage et du vote électronique à l’utilisation des anciennes technologies », a-t-il déclaré. À titre d’exemple, Ivan Ivanovich a cité la suppression d’un certain nombre de candidats communistes prometteurs en raison de l’échec du filtre municipal, l’utilisation de partis frauduleux qui ont emporté beaucoup de votes du Parti communiste et l’inclusion d’homonymes sur les listes de candidats.

« Malgré cela, nous avons amélioré nos résultats presque partout », a déclaré le premier vice-président du Comité central du Parti communiste. Il a noté que les élections aux assemblées législatives figurant sur les listes de partis constituaient le principal marqueur de la concurrence entre les partis.

À cet égard, I.I. Melnikov a cité plusieurs exemples du succès du parti communiste. Dans la République de l’Altaï, lors des précédentes élections à l’assemblée législative du Parti communiste de la Fédération de Russie, avait atteint 12% et, selon les résultats de la campagne en cours, le résultat est de 31,6%, tandis que les indicateurs de Russie unie ont diminué de 10% par rapport au résultat précédent de 44,7%. La situation est similaire dans le territoire de Khabarovsk, où le résultat du Parti communiste est meilleur que le précédent de plus de 2%, tandis que l’indicateur de Russie unie est tombé de 57% à 13,9% et que LDPR a pris la tête. Dans la région d’Irkoutsk, le "gouverneur rouge" Sergey Levchenko n’a pas utilisé de ressources administratives, mais a été impliqué dans les suites des inondations. Le Parti communiste, qui ne comptait qu’un seul député, a remporté les élections dans des circonscriptions uninominales à Irkoutsk, dans au moins huit circonscriptions. Au Tatarstan, "Russie unie" avait auparavant obtenu 84% des voix alors qu’il a fait moins de 70% lors de cette élection.

« Je vous assure que demain matin, il y aura une tendance comparable dans presque toutes les assemblées législatives », a déclaré Ivan Ivanovich, soulignant que cette situation résultait d’une concurrence réelle entre les partis. Il a également déclaré que le Parti communiste serait capable de former ses factions dans les régions où elles n’existaient pas auparavant.

En conclusion, I.I. Melnikov a rappelé que le dépouillement des votes dans les régions est toujours en cours et que le parti est confronté à la tâche de conserver ses résultats, de ne pas se les faire voler.

Yu.V. Afonin : « Le parti continuera à se renforcer »

Vice-président du Comité central du Parti communiste Yu.V. Afonin a rappelé qu’un très grand nombre de mandats municipaux ont été joués lors de ces élections. « Nous avons été soumis à une pression énorme lors de la nomination des candidats aux postes de gouverneur. Trois n’étaient pas autorisés avant les élections. Nous insisterons lors de la session d’automne de la Douma d’Etat sur l’abolition de ce filtre municipal honteux », a souligné Yury Vyacheslavovich.

« Nous nous sommes fixé pour tâche de renforcer la représentation parlementaire lors de ces élections. Nous avons nommé plus de 11 mille candidats à l’administration locale. Les premiers résultats provenant de l’Oural, de Sibérie et d’Extrême-Orient montrent que nous avons considérablement accru notre pouvoir dans de nombreuses régions », a déclaré le vice-président du comité central du parti communiste.

« Je peux donner un exemple de Tchoukotka. Nous n’avions pas de députés là-bas. Maintenant, plusieurs de nos camarades ont été élus dans les circonscriptions », a déclaré Yury Vyacheslavovich.

« À Yuzhno-Sakhalinsk, nous avons plusieurs mandats. Dans la ville d’Ussouriisk, où les falsifications étaient les plus graves la dernière fois, nous avons élu six députés dans des circonscriptions uninominales. Deux autres candidats se battent maintenant », Yu.V. Afonin.

« Nous avons donc sérieusement grandi au niveau municipal. Le parti a accordé une grande attention au contrôle dans les bureaux de vote. Nous avons augmenté le nombre de nos observateurs. Ainsi, 700 personnes ont été envoyées au Tatarstan pour contrôler le vote des régions voisines », a déclaré le vice-président du comité central du parti communiste de la Fédération de Russie.

« Nous continuerons à grandir. D’ici l’année prochaine, nos résultats seront certainement renforcés », a déclaré Yu.V. Afonin.

V.I. Kashin : « Si les gens ne se rendent pas aux urnes, ils ne font pas confiance à ce pouvoir »

Le vice-président du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, V.I. Kashin, a déclaré au début de son discours que le Parti communiste avait organisé au cours des trois derniers mois plus de deux mille rassemblements, réunions de députés, défilés et rassemblements visant à garantir des élections équitables, attirant l’attention sur son programme – questions économiques et environnementales. Il a souligné que c’est précisément ce qui a aidé le parti à renforcer sa position et à défendre les résultats. En particulier, Vladimir Ivanovich a expliqué comment, avec l’aide de manifestations de masse et le travail d’avocats, il était en grande partie possible de protéger les listes de partis dans la région de Moscou.

« Même aujourd’hui, nous continuons notre lutte dans cette voie, maintenant directement dans la défense des votes dans les bureaux de vote », V.I. Kashin. Il a souligné que plus de 150 000 observateurs étaient impliqués dans les régions.

Dans le même temps, Vladimir Ivanovich a regretté le faible taux de participation dans les bureaux de vote, principalement à Moscou et à Saint-Pétersbourg, en expliquant cela avec scepticisme vis-à-vis des institutions de l’Etat face à la détérioration de la situation socio-économique dans le pays : hausse des prix, suppression d’emplois, création d’emplois. baisse de la mortalité et de la fécondité. À titre d’exemple, V.I. Kashin a cité la situation dans le Caucase du Nord. « Si les gens ne se rendent pas aux urnes, ils ne font pas confiance à ce pouvoir et à ces élections », a-t-il conclu.

D.G. Novikov : « Nous pouvons présenter un nouveau clip des dirigeants régionaux à la société »

« Après les résultats des élections, un plus grand nombre de nos camarades représenteront les intérêts populaires au sein du gouvernement à différents niveaux », a déclaré le vice-président du Comité central du Parti communiste, D.G. Novikov. – « Toute campagne électorale pour le Parti communiste est avant tout une occasion de faire avancer son programme. Et nous avons fait un excellent travail ».

« Nous avons amélioré nos résultats après les résultats de cette campagne électorale. "Russie unie" maintient la tendance à la baisse de ses résultats d’une campagne électorale à l’autre », a conclu Dmitry Georgievich. – A Moscou, les représentants de ce parti n’osaient même pas se présenter sous cette étiquette, ils ont été obligés de se présenter en indépendants. Ce qui laisse entendre que dans la plus grande ville du pays, "Russie unie" ne comptait pas sur la victoire dans une bataille ouverte et honnête ».

« Une campagne très importante a eu lieu dans le territoire de Khabarovsk », a poursuivi D.G. Novikov. "Russie unie" est maintenant à la troisième place. Deux autres partis d’opposition se battent pour le leadership dans la région ».

« Dans ma région natale, l’Amour, à Zavitinsk, des élections de députés du conseil local ont eu lieu. Sur les 13 camarades qui y ont pris part, tous les 13 ont gagné. Ils constituent la majorité absolue, l’autorité municipale étant composée de 15 personnes. Deux de nos camarades ont été éliminés au stade de l’enregistrement, sinon ils auraient gagné », a déclaré Dmitry Georgievich.

« Nous n’éliminons pas la question du contrôle et celle des violations de l’agenda. Nous ferons des réclamations. Nous soumettrons les documents pertinents aux tribunaux. Les questions de contrôle restent fondamentales pour nous », a déclaré le vice-président du Comité central du Parti communiste.

« Chaque année, nous sommes confrontés à la falsification d’élections libres et démocratiques. Ce sont des falsifications du processus électoral lui-même. Lorsque nos camarades ne sont pas autorisés à participer à la campagne électorale, il est très confortable de mener la campagne électorale. Comme il n’y a pas de principale force d’opposition, il n’y a personne avec qui polémiquer. Ensuite, vous pourrez vous attribuer des résultats », a déclaré Dmitry Georgievich avec indignation.

« Nous pouvons présenter à la société un nouveau clip de nos dirigeants régionaux. Il s’agit maintenant, par exemple, non seulement d’Anatoly Lokot ou de Vyacheslav Markhaev, mais également de Sergey Tokarev, de la région de Lipetsk, qui s’est exprimé de manière très convaincante lors des élections au poste de gouverneur. Un certain nombre de noms sont devenus visibles au niveau régional et même au niveau national », a déclaré D.G. Novikov.

« Dans nos activités futures, nous combinerons des formes de travail parlementaires et non parlementaires. Dans les prochains jours, nous aurons une réunion du Présidium du Comité central du Parti communiste. Dans les trois prochains jours, le siège de la campagne, dirigé par Ivan Ivanovich Melnikov, se réunira également. Et une réunion du siège des actions de protestation, dirigée par Vladimir Ivanovich Kashin, aura lieu. Nous sommes donc prêts pour d’autres activités », a déclaré le vice-président du comité central du parti communiste.

S.P. Obukhov : « L’évènement a eu lieu à Moscou ! »

« Je veux parler des trois défaillances systémiques de la "Russie unie" lors de ces élections », a déclaré un membre du Présidium, secrétaire du Comité central du Parti communiste de la Fédération de Russie, S.P. Mégots. J’annoncerai les premières données des bureaux de vote à Moscou. Dans sa circonscription, lors des élections à la Douma de la ville de Moscou, notre chef est Pavel Tarasov. Notre candidat Zubrilin gagne plus de 50% des voix. Alexander Efimov bat le président de la Douma Shaposhnikov. Gubenko devance le candidat retenu, Romanovich. Leonid Zyuganov s’impose de manière convaincante dans son district. Ekaterina Engalycheva est également en tête. Elena Yanchuk gagne dans tous les bureaux de vote d’où proviennent les protocoles. Lyubov Nikitina, selon les KOIB, devance ses adversaires. Sergei Kurgan a deux fois d’avance sur le candidat pro-gouvernemental. Evgeny Stupin mène également. Elena Shuvalova devant Sviridov.

« Si l’organisation du parti de Moscou, avec le soutien du Comité central, parvient à maintenir ces résultats, nous aurons une grande surprise à Moscou », a souligné Sergei Pavlovich.

« La marque "Russie unie" s’est effondrée. Cette marque est devenue honteuse. "Russie unie" se cache sous d’autres sigles : « Il leur est apparu nécessaire d’en changer sur le territoire de Khabarovsk, "Le printemps de Crimée" en Crimée. Mais cette terminologie a échoué », a déclaré le secrétaire du Comité central du Parti communiste.

« C’est le troisième effondrement de "Russie unie" ». Nulle part ce parti n’a eu un programme cohérent. Partout, les élections ont été transformées en une procédure technique », a déclaré Sergey Pavlovich.

« Nous voyons la fin d’un projet qui a échoué celui d’un parti appelé "Russie unie" ».

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).