Non aux frappes occidentales, Oui à la paix pour tous les peuples !

, par  lepcf.fr , popularité : 2%

Une nouvelle fois, la France a joué les supplétifs en participant à une opération militaire aux côtés des États-Unis et de la Grande-Bretagne, justifiée officiellement par l’utilisation d’armes chimiques dans la Ghouta orientale. Pourtant une enquête indépendante venait d’arriver sur place et la précédente enquête diligentée par les Nations Unies n’avait pas conclu à l’utilisation d’armes chimiques par le régime syrien. La preuve présentée par le gouvernement est un rapport des services secrets qui se limite à des recherches sur internet et des photos des forces « rebelles » toutes liées aux groupes islamistes que rejettent la grande majorité des Syriens, indépendamment de leur religion. Nous avions déjà eu les mensonges de Timisoara, des armes de destruction massives en Irak introuvables, des faux massacres de Libye… Ce type de preuve est inacceptable !

Nous dénonçons la politique militariste de la France

Cette intervention sans mandat des Nations Unies est révélatrice de la volonté va-t-en-guerre irresponsable du gouvernement Macron et de sa soumission à l’impérialisme des États-Unis. Après sept années de guerre, environ 500.000 morts et disparus, 12 millions de personnes déplacées, à l’heure où le régime syrien avec l’appui de la Russie repousse les bandes armées et reprend son territoire, on ne peut s’empêcher de penser que cette opération est un aveu d’échec, tentant d’empêcher la fin de la guerre civile. D’ailleurs, seuls trois pays ont participé à cette opération illégitime condamnée avant même sa réalisation par le secrétaire général des Nations Unies, et dénoncée par de très nombreux pays dont personne ne parle, Algérie, Égypte, Cuba, Bolivie, Brésil, sans parler de la Chine... Pendant ce temps, des forces US, françaises et anglaises tentent d’organiser la partition du Nord de la Syrie, utilisant la Turquie contre les Kurdes tout en prétendant les soutenir.

Par contre, la France n’élève pas la voix contre l’intervention militaire de l’Arabie Saoudite au Yémen – qui fait des milliers de morts en toute discrétion médiatique –, et reçoit même en grande pompe son dictateur, et elle reste extrêmement discrète sur les violations répétées d’Israël contre la population palestinienne. Ce "deux poids, deux mesures" est tellement flagrant qu’il discrédite tout discours sur les droits de l’Homme.

Les gouvernements successifs français ont une énorme responsabilité dans la guerre civile qui sévit en Syrie depuis 7 ans. La France a envoyé dès le début du conflit ses services secrets sur le terrain. Elle a financé et entraîné militairement des milices islamistes en prétendant soutenir une pseudo « armée syrienne libre », s’ingérant ainsi dans les affaires d’un pays souverain, dans la bonne tradition coloniale du 19ème siècle.

Face à un conflit généralisé

La diplomatie française ne peut pas ignorer qu’elle intervient dans une région déstabilisée par deux interventions militaires successives contre l’Irak qui ont mené à la destruction d’un pays et à un état de guerre permanente dans la région. Inconscience et irresponsabilité sont les deux termes qui caractérisent l’action française en Syrie. Non seulement cela ne grandit pas l’image de la France à l’étranger, mais cette intervention militaire pourrait entraîner dans le conflit d’autres acteurs – Israël et l’Iran notamment – et créer un conflit de grande intensité.

La diplomatie française ne peut ignorer les terribles conséquences de l’intervention en Libye, la destruction d’un état qui assurait un des plus haut niveau de vie d’Afrique à son peuple, retourné depuis aux horreurs de la violence tribale et islamiste, jusqu’à l’esclavage.

Oui au progrès social et à la Paix

Emmanuel Macron espère comme Sarkozy et Hollande redorer son blason mis à mal par le mouvement social. Dans la suite de la répression à Notre-Dame des Landes, du mouvement des éboueurs ou des étudiants, il veut se construire une image de chef de guerre, mais il ressemble de plus en plus à son ami Trump, vulgaire et violent.

Dans cette sinistre affaire, c’est une fois de plus le lobby militaro-industriel qui se frotte les mains, fait les comptes des missiles à vendre, 1 million d’euros par missile, et des images publicitaires à utiliser. Interrogeons-nous sur le nombre d’écoles, d’hôpitaux et d’universités qui pourraient être construits au lieu d’aller porter la guerre, la destruction et le malheur par les armes. Au moment ou ce gouvernement ne nous parle que de réduction des dépenses publiques, cette gabegie sanglante montre quelles sont ses priorités, la domination des oligarchies mondialisées contre les peuples, par la destruction de nos services publics, comme par des politiques guerrières sur la planète.

La guerre civile en Syrie est sur le point de trouver une résolution, malgré l’intervention en sous-main de nombreux pays. La France, la Grande-Bretagne et les États-Unis ont violé la légalité internationale, parce que leur but n’est pas de ramener la paix en Syrie, mais de maintenir le plus longtemps possible un état de guerre larvée en espérant faire tomber le régime. Nous réaffirmons que la France n’a pas à s’ingérer dans les affaires intérieures d’un pays souverain, qu’il existe un organe de régulation, certes imparfait, qui sont les Nations Unies. La France se serait grandie, comme lors de la deuxième intervention contre l’Irak en 2003, à ne pas de se mettre dans le sillage de Trump, président inculte, raciste et belliciste, et à porter une position indépendante et courageuse.

Nous lançons un appel

Nous appelons les communistes, les progressistes, les républicains, les démocrates à se mobiliser pour dire NON à la guerre, sortir la France de l’OTAN, pour de vraies solidarités entre les peuples souverains au Moyen-Orient et dans le monde, pour construire un monde de paix et de justice.

Pour cela, nous vous proposons de signer la pétition ci-dessous :

Nous condamnons la grotesque et dangereuse opération des Etats-Unis, dela Grande-Bretagne et de la France ce samedi 13 avril et plus particulièrement le rôle du président Macron dans cet autodafé du droit international.

Plus de 100 missiles lancés avec un risque non négligeable de déclencher une riposte russe en cas de bavure, dont 12 missiles pour la France coûtant de 1 à 3 millions d’euros l’unité. L’ensemble du dispositif représente près de 20 millions d’euros partis en fumée dans un feu d’artifice fort peu efficace et dangereux.

Les français que Mr Macron remercie pour leurs efforts, apprécieront.

Quand ceux qui ont la prétention d’être les garants du droit international foulent au pied celui-ci, c’est un pas de plus franchi vers sa disparition.

Alors que les inspecteurs de l’OIAC arrivent en Syrie, la France, le Royaume-uni et les États-Unis leur coupent l’herbe sous le pied.

C’est une démonstration de force, dont les buts réels sont politiques et non humanitaires, visant à rétablir les puissances occidentales comme acteurs majeurs dans les marchandages en cours autour du conflit syrien.

Pour certains dirigeants, c’est aussi l’occasion de renforcer leur pouvoir personnel au moment où celui ci est contesté...

Mais surtout, c’est le moyen d’envoyer un message clair au reste du monde : « nos armes frappent où nous voulons quand nous voulons et vos défenses sont inutiles ». Ces petits jeux de guerre n’ont pas rendu le monde plus sûr, bien au contraire.

Nous refusons ces logiques militaristes dont le vrai enjeu au moyen-orient est toujours la maitrise des sources et réseaux énergétiques. Nous refusons la guerre au service de la domination des puissances occidentales. Nous défendons un monde multi-polaire, un monde de paix et de coopérations.

Le 14 avril 2018

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).