Catastrophe nucléaire au Japon ?
Le PCF doit faire des propositions inédites Adresse à Pierre Laurent et au Conseil national

, par  André Gerin , popularité : 2%

Le séisme, le tsunami, intervenus au Japon, puis, à présent, la menace nucléaire placent l’humanité devant des défis majeurs.

Nous devrions tirer des leçons pour la France sur des points ultra-sensibles mis en évidence par la centrale nucléaire de Fukushima, les inondations et les incendies, questions névralgiques incontournables.

Les avancées scientifiques et technologiques rythment les progrès de la civilisation mais elles supposent le respect de conditions sans lesquelles elles peuvent produire le contraire de ce que nous en attendions. Elles n’acceptent pas d’être dévoyées.

Le progrès n’a de sens que s’il est au service de l’Homme et de son environnement. Si cette exigence est perdue de vue, nous le payons au prix fort.

Je ne suis pas du tout parmi ceux qui demandent la sortie du nucléaire. De ce point de vue, l’attitude électoraliste des verts ne m’étonne pas mais je suis scandalisé par les déclarations irresponsables de Jean-Luc Mélenchon. Il s’agit de redéfinir les conditions dans lesquelles l’énergie nucléaire constitue une avancée pour la civilisation humaine, au-delà de l’audit décidé par le gouvernement et des mesures urgentes à prendre.

Je propose donc que le Parti communiste soit audacieux en ce domaine avec des propositions inédites.

1°) Exigeons la renationalisation d’EDF et donc la maîtrise publique de tous les secteurs de l’énergie en mettant un coup d’arrêt aux privatisations, à la logique du profit pour le profit, qui ne place pas par la sécurité comme priorité à l’exploitation de cette énergie.

Cette nationalisation doit être d’un type nouveau. Elle est à construire avec les salariés et les citoyens, sur de nouveaux critères de gestion fondés sur le partage du pouvoir. Il faut extraire le nucléaire de la dictature du marché si nous voulons le rendre sûr et fiable.

2°) Réintégrons toutes les activités d’entretien et de maintenance abandonnées depuis les années 1970. Il faut en finir avec la sous-traitance, les délocalisations, l’externalisation, qui fragilisent les centrales nucléaires, qui mettent en cause la sécurité des sites et l’environnement (l’exemple le plus connu récemment : la centrale du Tricastin).

3°) Traitons les citoyens en adultes. Exigeons la mise en place de moyens sans précédents en utilisant toutes les technologies nouvelles de communication. Ces solutions peuvent contribuer à l’information, à la formation, à l’éducation pour rendre accessible la connaissance, la maitrise des enjeux des défis technologiques.

4°) L’ouverture d’une chaine de télévision publique est indispensable pour traiter de manière permanente les grands défis du progrès et de la science en lien avec l’éducation nationale. Il s’agit ainsi de contribuer à la transparence sur les enjeux du nucléaire comme de toutes les avancées scientifiques, (la chimie, la génétique, la biologie, la géologie). Ainsi nous combattrons la marchandisation et les dangers qu’elle représente sur tout ce qui touche la vie humaine et la planète.

5°) La mise en place de conseils de surveillance dans toutes les régions est nécessaire. Elle pourrait se faire sous l’égide de France 3 avec les salariés du nucléaire, les élus et les habitants pour une information et une relation beaucoup plus régulière afin de sortir d’une vision technocratique réservée aux spécialistes