La crise de la COVID-19 en Inde : un appel à l’unité du peuple

, popularité : 91%

Décidément le débat sur le marxisme, et les leçons de Mao en matière d’internationalisme, fait rage en Chine et la dénonciation du “nationalisme” bourgeois qui crée les guerres, va de pair avec la dénonciation des opportunistes qui feignent le patriotisme mais se trompent d’ennemi. Une leçon d’internationalisme que les communistes français pourraient méditer. (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

26 MAIÉCRIT PAR RED DEFENDER (红色卫士)

TRANSLATED BY D. LIAO

Au plus fort de la crise du COVID-19 en Inde, certains internautes chinois ont dénoncé la position agressive du gouvernement Modi envers la Chine. Dans cet essai, le blogueur chinois 红色卫士 (Défenseur rouge) insiste plutôt sur la solidarité internationaliste et il opère une distinction entre le gouvernement Modi de droite et la classe ouvrière et les peuples de basse caste qui souffrent le plus sous son régime.

Note de la rédaction : Cet essai a été publié à l’origine dans  Utopia  (乌有之乡) le 5 mai 2021, alors que le quotidien indien a signalé de nouveaux cas de COVID-19 qui dépassaient les 400 000. Alors que des images déchirantes de familles à la recherche de réservoirs d’oxygène, d’hôpitaux débordants et de bûchers funéraires de fortune circulaient dans le monde entier, les responsables chinois ont proclamé leur soutien à la lutte contre la pandémie en Inde et ont promis de l’aide,  envoyant  finalement le plus grand envoi de concentrateurs d’oxygène jamais enregistré à New Delhi. Pourtant, un courant sous-jacent de critique est apparu parmi certains internautes chinois, qui ont vu dans la crise indienne le juste châtiment pour la position agressive du gouvernement Modi envers la Chine, comme on l’a vu dans les affrontements frontaliers de 2020 au Ladakh et le rôle de l’Inde dans l’alliance anti-Chine « Quad » dirigée par les États-Unis.

Dans cet essai, 红色卫士 (Défenseur rouge) critique ce nationalisme étroit, en appelle à la critique du régime de droite de Modi ainsi qu’à la solidarité avec la classe ouvrière indienne et les peuples de basse caste qui souffrent le plus sous leur gouvernement réactionnaire. Critiquant le chauvinisme national comme un moyen de diviser la lutte internationaliste et de détourner l’attention des contradictions internes, l’auteur insiste : il n’y a pas d’inimitié entre les peuples de la classe ouvrière de chaque pays.

Il n’y a pas d’inimitié entre les gens de la classe ouvrière de chaque pays. Plutôt que d’être dupés par la bourgeoisie pour attiser les hostilités sous la bannière du « patriotisme », nous devrions plutôt nous unir pour résister mutuellement à nos oppresseurs capitalistes.

Ces derniers jours, la pandémie en Inde s’est rapidement détériorée. Il ne fait aucun doute que ce sont les travailleurs indiens qui souffrent le plus.

Nous avons toujours préconisé de traiter nos voisins avec gentillesse, comme l’indiquent les mots « 世界人民大团结万岁 » (« Vive la grande unité des peuples du monde ») inscrits sur la bannière au sommet de la tour de la porte de Tiananmen.

Il est donc déconcertant que certains experts de notre pays aient profité de l’occasion pour se moquer de l’Inde afin de faire étalage de leur propre supériorité.

Par exemple, un compte Weibo a publié une photo d’une fusée lancée en Chine juxtaposée à une photo de victimes décédées de la COVID-19 brûlées en Inde, avec la légende « Chine allumant des flammes contre l’Inde allumant des flammes ». Le message est aussi clair que le jour : la Chine est forte et résiliente, tandis que l’Inde est dans l’abime.

Cette position a également été approuvée par le célèbre conférencier de l’Université Fudan, Shen Yi, qui décrit l’Inde comme « nauséabonde » et « bâtarde ». Un autre article comparant « Houshenshan de Chine contre Huoshenshan de l’Inde » transmet également un message similaire (Huoshenshan est l’hôpital de capacité d’urgence rapidement construit à Wuhan au plus fort de la pandémie en Chine).

Un post du compte Weibo de la Commission politique et juridique chinoise se lit comme suit : « La Chine met le feu contre l’Inde qui met le feu », avec des images du récent lancement de fusée de la Longue Marche-8 par la Chine contrastant avec du bois de chauffage incinérant les corps de ceux qui ont perdu la vie en Inde à cause de la crise COVID-19 de l’Inde. La capture d’écran a été repartagée par Shen Yi de l’Université Fudan, qui a ajouté : « C’est une superbe image. Ne vous méprenez pas, l’humanitarisme et la « communauté pour un avenir partagé » sont tous deux nécessaires. D’autre part, l’indignation résultant des actes grossiers et bâtards de l’Inde est également nécessaire. Pour ces guerriers de la justice sociale, si vous voulez exprimer vos sympathies, allez en Inde et brûlez du bois de chauffage là-bas.

Il ne fait aucun doute que la Chine est forte, mais est-il vraiment approprié de faire une comparaison avec la catastrophe à laquelle le peuple indien est confronté ? Ne serait-ce pas frotter du sel dans leurs blessures, traiter leur souffrance comme un simple spectacle pour nous ?

Nous devrions traiter les autres comme nous voulons être traités ; que penserait le peuple indien s’il voyait sa souffrance exploitée pour satisfaire notre propre ego ? Pour une grande nation qui se proclame « un pays courtois rituellement », ne serait-il pas hors de propos d’affirmer ainsi la force et la prospérité de la Chine ?

Si nous maintenons cette attitude, la bannière sur laquelle on peut lire « Vive la grande unité des peuples du monde » devrait-elle même continuer d’être exposée ?

Même [le journaliste chinois et rédacteur en chef du Global Times] Hu Xijin a ressenti le besoin de prendre position. Tout en manifestant sa désapprobation à l’égard des opinions de l’internaute moyen, il a appelé les sites officiels à maintenir une attitude humanitaire et à ne pas lancer d’insultes vexantes envers les autres.

Ni les comptes officiels ni les masses en ligne n’ont la moindre justification à en vouloir au peuple indien. Comme l’a dit M. Hu, si les représentants du gouvernement doivent réglementer leur conduite et exprimer leur sympathie, quelle raison y a-t-il pour que nous, les gens ordinaires, ne fassions pas de même ?

Je comprends que certains d’entre nous puissent être amers envers l’Inde en raison des hostilités frontalières qu’elle a provoquées contre nous, mais nous devons attribuer correctement les responsabilités. C’est le gouvernement réactionnaire qui est à l’origine des conflits frontaliers ; les gens ordinaires de l’Inde non seulement n’ont rien à voir avec eux, mais ils s’opposent activement au gouvernement réactionnaire. N’avons-nous pas vu les forces de guérilla du parti communiste indien mener des luttes armées dans les campagnes ?

Bien sûr, le gouvernement réactionnaire de l’Inde doit être critiqué, mais nous devons prêter attention à ce que nous critiquons exactement et pourquoi nous le critiquons.

Le Parti communiste indien a déclaré qu’avec le soutien des puissances impérialistes, le régime fasciste pro-hindou de Modi opprime brutalement le peuple indien de la classe ouvrière, réduisant les 44 lois du travail à quatre pour apaiser les intérêts du capital financier impérialiste.

Modi s’est toujours opposé aux masses laborieuses sous prétexte de « développement économique ». L’Inde avait l’habitude d’avoir des protections du travail plus justes, mais Modi les a déchirées en lambeaux. Sans aucun doute, tout cela a été fait au service des capitalistes nationaux et étrangers.

Bien que l’Inde soit considérée comme « la plus grande nation démocratique du monde », son appareil d’État réprime les mouvements démocratiques progressistes et emprisonne ceux qui osent résister. Pour nous défendre contre l’impérialisme et le régime réactionnaire, les gens de la classe ouvrière doivent entamer une révolution et mobiliser la « critique des armes ».

Cette critique et cette lutte contre le gouvernement réactionnaire de l’Inde sont dans l’intérêt du prolétariat de l’Inde et de la libération du peuple.

Mais le ton de ceux qui, comme Shen Yi, se montrent hostiles envers l’Inde dans son ensemble, attise les flammes de l’animosité. Le régime Modi attise souvent les conflits avec les nations voisines, en particulier contre la Chine, pour créer une distraction externe des conflits internes. C’est bien sûr répugnant.

Mais même si le gouvernement indien ainsi que les médias et les responsables occidentaux répandent souvent sur la Chine des mensonges, en tant que grande puissance socialiste, devons-nous utiliser les mêmes tactiques sournoises ?

Ce que nous devrions faire, c’est apprendre du président Mao et soutenir la résistance du peuple indien, et non le tourner en dérision au nom de notre propre fierté. Ce n’est qu’alors que nous pourrons gagner le respect des autres et élargir notre front uni pour porter un coup dur aux puissances impérialistes réactionnaires.

Si nous ridiculisons le sort des peuples d’autres nations, cela ne ferait-il pas le jeu des forces hostiles qui attisent le nationalisme afin de détourner l’attention des contradictions domestiques ?

Nous, les Chinois, sommes plus intelligents que cela. Nous ne devons pas tomber dans le piège tendu par les puissances étrangères. Ils veulent semer la discorde en flattant les tensions ethniques et nationales pour empocher le butin.

Nous devons nous souvenir des leçons du président Mao quand il distinguait l’impérialisme des peuples des nations impérialistes qu’il s’agisse du Japon ou des États-Unis. C’est cela la méthode de classe et sa dialectique.

Il s’est opposé à l’impérialisme américain, mais il ne s’est jamais permis un traitement raciste du pays contre les Afro-Américains, offrant plutôt un soutien chaleureux au mouvement des droits civiques. Il s’opposait à l’impérialisme japonais, mais était sympathique envers le peuple japonais, estimant qu’il était également victime du militarisme.

En effet, même si le conflit frontalier du régime Modi contre la Chine conduisait à l’occupation réussie des territoires chinois, cela aiderait-il les habitants des bidonvilles à se payer un logement, des soins de santé et une éducation ?

Si ces contradictions sont transférées à l’étranger, cela ferait-il que les castes inférieures et les brahmanes se verraient sur un pied d’égalité ? Qu’est-ce que les gens ordinaires ont à gagner de la guerre, si ce n’est de servir de chair à canon ? Qui d’autre que les politiciens et les capitalistes en profite ?

Quelle opposition y a-t-il entre la Chine et les gens de la classe ouvrière du monde entier ? L’année dernière, alors que la pandémie en Chine était à son apogée, le peuple indien a soutenu nos efforts de prévention de la pandémie et a prié pour nous.

Capture d’écran d’un post du compte Weibo de l’ambassade d’Inde en Chine, publié en février 2020 : Partageant la sculpture de sable de l’artiste indien Sudarshan Pattnaik sur la plage de Puri à Odisha, il est dit : « Lutte contre le coronavirus. Nous sommes aux côtés de la Chine ».

Tout au long de l’histoire, la Chine a toujours méprisé l’acte de rendre à la gentillesse le mépris ; ceux qui se montrent hostiles et ridiculisent le peuple indien apportent la honte à la nation.

L’impérialisme japonais brûla et pilla la Chine pendant la guerre d’agression japonaise, mais il y avait des Japonais avec une conscience qui sympathisaient avec la Chine et s’opposaient à l’empereur. De nombreux communistes japonais ont même rejoint la 八路军 (huitième armée de la route) de Chine pour s’opposer à leur nation natale. Le maréchal 聂荣臻 (Nie Rongzhen) adopta deux orphelins japonais, et cette amitié continua après la guerre.

Ces exemples démontrent pleinement qu’il n’y a pas d’incompréhension entre les opprimés de la classe ouvrière du monde, donc plutôt que d’être dupés par la bourgeoisie quand elle veut attiser les hostilités sous la bannière du « patriotisme », nous devrions plutôt nous unir pour résister mutuellement à nos oppresseurs capitalistes.

Bien sûr, nous devons exprimer notre amour pour notre pays, mais ce n’est pas l’amour bourgeois du pays que nous exprimons.

Le Président Mao a insisté sur l’internationalisme, inscrivant la devise « Vive la grande unité des peuples du monde » sur la tour de la porte de Tiananmen. Dans toutes les régions du monde, il a soutenu la lutte populaire et s’est opposé aux États réactionnaires. C’est pourquoi il a gagné le respect des masses et est devenu un mentor pour les révolutionnaires du monde entier.

Mais maintenant, il y a ceux qui voulaient apparemment démolir l’héritage qu’il avait construit, n’est-ce pas ?

Après la fondation de la Nouvelle Chine, les forces impérialistes américaines ont envahi les voisins de la Chine dans une tentative de « contenir » la propagation du socialisme. Le Président Mao a apporté une immense sympathie et un appui aux peuples de ces nations. C’est le cas, par exemple, de l’envoi de renforts militaires en Corée et au Vietnam, faisant des sacrifices massifs pour soutenir leur lutte contre les États-Unis.

Le professeur Shen Yi a déclaré que ceux qui sympathisaient avec l’Inde étaient des « guerriers de la justice sociale », qui devraient démontrer leur sympathie en allant se brûler lui-même. Si tel est le cas, alors le président Mao serait considéré comme une dupe pour avoir envoyé de l’aide aux nations voisines. Quiconque manifestait de la sympathie envers la Corée ou le Vietnam à l’époque devrait y être envoyé pour être brûlé par l’impérialisme américain tandis que les autres peuvent vivre sans rien faire en Chine. Il s’agit précisément d’une démonstration d’opportunisme à l’égard des questions internationales.

Les partis prolétariens et les communistes, en revanche, sont des internationalistes inflexibles. En 1848, la première page du Manifeste communiste déclarait : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » C’est le principe du socialisme jusqu’à ce jour.

Au sommet de la tour de la porte de Tiananmen se détachent les mots « Vive la grande unité des peuples du monde ». Pendant ce temps, certaines personnes prétendent rallier un public important en plaidant pour le nationalisme et les rivalités ethniques agitantes.

Même notre leader d’opinion Old Hu doit être extrêmement prudent lorsqu’il traite avec ces gens, et pourtant il a été fustigé vicieusement. En tant que personne très expérimentée dans le discours public, c’est la question qui l’a submergé.

Cela ne mérite-t-il pas notre prudence ?

Le président Mao nous enseigne : « Qui sont nos ennemis ? Qui sont nos amis ? C’est une question de première importance pour la révolution ». Nous devons prendre cette leçon à cœur.

Red Defender (红色卫士)

Voir en ligne : sur le blog histoire et société

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).