Lettre ouverte à Greta Thunberg

L’urgence climatique et écologique c’est politique !

, par  pam , popularité : 5%
[English] [français] [svenska]

Une lettre ouverte à Greta Thunberg, cette jeune suédoise qui s’est engagé pour l’urgence climatique et qui a connue une notoriété mondiale surprenante.

Nous prenons au sérieux la colère de Greta, mais nous l’appelons à aller au bout de cette colère, à constater qu’il est impossible d’entendre l’alarme scientifique sur le climat sans mettre en cause les règles mêmes du système économique et poiltique, sans mettre en cause donc le capitalisme, et qu’il faut pour cela sans hésiter s’organiser pour mener une bataille politique pour une autre société.

Greta,

Depuis plusieurs mois, tu fais entendre une voie jeune et nouvelle pour le climat, de grève au lycée en conférences de presse, de rencontres avec des parlementaires à ton voyage en voilier à New-York.

Tu as raison de dénoncer les inégalités sur la planète, entre pays comme entre les riches et les autres. Tu as raison d’en conclure qu’il faut changer le système...

« Notre biosphère est sacrifiée pour que les riches des pays comme le mien puissent vivre dans le luxe. Ce sont les souffrances du plus grand nombre qui paient pour le luxe du plus petit nombre. Et si les solutions au sein du système sont impossibles à trouver, nous devrions peut-être changer le système lui-même. »

Tu pointes d’ailleurs un des aspects essentiels du système existant et de ce qui pourrait le remplacer en opposant la compétition à la coopération.

« Il nous faut une nouvelle façon de penser. Le système politique que vous, les adultes, avez créé n’est que compétition. Vous trichez dès que vous pouvez car tout ce qui compte, c’est de gagner. Nous devons coopérer et partager ce qui reste des ressources de la planète d’une façon juste. »

Et pourtant, tu exprimes un étonnement

« Tout le monde n’arrête pas de dire que le réchauffement climatique est une menace existentielle, que c’est le problème le plus important de notre époque, mais tout le monde continue d’agir comme avant. Je ne comprends pas. »

C’est pour cela que nous t’écrivons cette lettre ouverte. Tu as du ces derniers mois faire une sacrée expérience !

« Nous devenons les affreux simplement parce que nous citons ces faits scientifiques. Nous sommes l’objet de moqueries, d’insultes et de mensonges. »

A l’origine, sans doute avais-tu l’impression que ton engagement n’était pas partisan, au sens politique, qu’il s’adressait à tout le monde et qu’il portait l’intérêt général. La place médiatique qui t’a été accordée a sans doute renforcé ce sentiment que ton combat était totalement légitime et donc incontestable.

Et pourtant, il a été contesté ! sous de nombreuses formes. Des climato-sceptiques à la Trump les yeux rivés sur les cours boursiers du pétrole aux politiciens chevronnés cherchant comment se différencier dans les médias. Et tu as découvert la violence d’un combat politique dans ce monde médiatique de coups bas, d’insultes et de mensonges.

Sais-tu que le soutien médiatique et institutionnel à tes initiatives a créé le doute, un ministre appelant même à ta "grève du lycée", alors que quelque mois auparavant, les manifestations lycéennes en France avaient été traitées avec brutalité, bloquées dès le départ des lycées, et dévalorisées par les mêmes médias qui te célèbrent !

Tu as peut-être compris aussi que parmi ceux qui disaient te soutenir, beaucoup ne le faisaient que pour profiter de la vague médiatique que tu représentais, cherchant simplement à se donner une image jeune et consensuelle en t’utilisant comme décoration médiatique.

Oui, la climatologie est une science, en lien avec d’autres, la géologie, la biochimie, l’astronomie, la physique... Mais aucune position scientifique ne peut tenir lieu de politique ! Le politique consiste à organiser notre vie collective, ses enjeux sociaux, économiques, géopolitiques qu’aucune science ne décrit vraiment.

En tout cas, nous espérons que tu mesures mieux aujourd’hui qu’un enjeu essentiel de tout combat politique est de choisir avec qui mener cette bataille, sur quel terrain, avec quels moyens.

Ainsi, nous comprenons tous ta recherche d’un moyen de transport sans énergie fossile pour aller à New-York. Mais le faire sur un voilier de luxe financé par le prince de Monaco oppose l’urgence climatique à l’urgence sociale. Evidemment, tout le monde ne peut pas faire un voyage en voilier de luxe financé par un prince. Et personne ne parle de son impact carbone sur son rocher de Monaco, ville pour très riches en hélicoptères et bateaux de luxe...

Greta, nous t’invitons à prendre connaissance des études scientifiques qui comparent l’intensité carbone des différents pays pour réaliser les grandes différences qui existent entre ton pays, la Suède, le pays avec la France qui est le moins carboné, et les USA ou pire les nouvelles puissances économiques de l’Inde ou de la Chine.

Cela montre qu’on ne peut pas tenir le même discours partout. En Suède ou en France, un habitant émet deux fois moins de carbone qu’un allemand ou un polonais, quatre fois moins qu’aux USA !

Les scientifiques nous disent clairement qu’il faut sortir d’une économie fossile, mais ils ne nous disent pas comment ! Pour l’urgence climatique, il faut donc s’engager dans le débat politique sur les solutions. L’éolien tant vanté comme énergie verte est l’énergie électrique qui consomme le plus de béton et de métaux par KW installé. L’électricité traitée comme une marchandise cotée en bourse conduit à des des prix négatifs aberrants, à l’incohérence des investissements et à l’instabilité dangereuse des réseaux.

Le choix des solutions doit être un choix démocratique, citoyen et surtout pas un choix marchand reposant sur l’intérêt privé. C’est pourquoi les communistes considèrent qu’on ne peut pas affronter le défi climatique sans remettre en cause en urgence la domination de nos institutions par les grands intérêts privés, ce qui nous conduit à dire qu’un autre système, une autre société, est nécessaire, et qu’elle porte un nom, le socialisme.

C’est le sens du débat que les communistes de Vénissieux près de Lyon organisent les 4 et 5 octobre prochain. Nous serions heureux que ton mouvement puisse être représenté.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).