Interview de Guennadi Ziouganov avec le portail d’affaires Continent Siberia Online

, par  Danielle Bleitrach , popularité : 3%

Dans une interview accordée à Continent Sibérien, Guennadi Ziouganov, président du comité central du KPRF, évoque ses conversations avec Poutine, le critique pour son indécision et sa mollesse, parle de sa relation avec les tours du Kremlin et répond à la question de savoir si le maire de Novossibirsk démissionnera de son poste après les élections à la Douma. Mais comme d’habitude il y a plus encore dans cet interview pour comprendre la période historique dans laquelle l’humanité se trouve plongée et la nécessité pour les peuples autant que pour les gouvernants de se situer à la hauteur des exigences du moment (note de Danielle Bleitrach et traduction de Marianne Dunlop)

– Nous avons été témoins de processus intéressants dans notre pays au cours de la dernière décennie. Il y a sept ans, il nous arrivait de plaisanter avec des collègues en disant que Vladimir Poutine n’avait qu’à rejoindre le KPRF pour clore le cycle historique du retour à la normale du pays – tout le reste avait déjà été fait pour cela. L’économie est dominée par les entreprises d’État. Dans le secteur bancaire, des banques d’État sont en concurrence avec d’autres banques d’État. Le rôle de l’État dans tous les domaines est très important. Les relations avec l’Occident, depuis 2014, sont de plus en plus mauvaises. Mais tout cela va dans le sens de vos suggestions et de vos idées. La question est alors de savoir pourquoi le parti au pouvoir n’est pas encore le KPRF.

– Il y a actuellement une crise systémique qui se prépare sur la planète. Il s’agit d’un phénomène logique, qui était attendu depuis longtemps. Et le coronavirus s’y est superposé, ce qui a aggravé la situation dans son ensemble. À partir de 1991, notre pays a été intégré de force dans le système de l’”Oncle Sam”, le soumettant aux objectifs mondialistes de domination américaine dans tous les domaines de la vie. On nous a donné le rôle d’un appendice de matières premières, que l’équipe de Yeltsin, Gaidar et Chubais a mis en œuvre avec succès. En arrivant au pouvoir, Poutine a compris que nous devions changer cette situation. Mais avant cela, notre parti avait sauvé deux fois la Russie : il l’a sauvée du Maidan, et l’a sauvée après le défaut, en envoyant Primakov, Maslyukov et Gerashchenko au gouvernement. C’est alors qu’ils ont entrepris de mettre en œuvre le programme dont vous parliez. C’était le stade initial de la socialisation de la vie. L’équipe d’Eltsine a été forcée de le faire parce qu’après le défaut de paiement, tout s’est arrêté. Un baril de pétrole en 1998 coûtait de 12 à 14 dollars. Et les réserves d’or et de devises étrangères étaient inférieures à 8 milliards de dollars. En septembre de cette année-là, il ne restait plus rien pour payer les bourses et les pensions.

Après l’arrivée de Poutine au pouvoir, nous l’avons rencontré, nous avons longuement discuté de la situation et il a tiré certaines conclusions. Ainsi, je souscrirais probablement à son premier message aujourd’hui : un État fort, une politique sociale forte, un développement constant de la science, de l’éducation et de la haute technologie. Tout cela a été proclamé. Poutine a compris que l’Occident, représenté par les États-Unis et ses alliés, ne veut pas nous voir forts et prospères. Son discours à Munich en 2007 leur a fait un choc. Depuis lors, la Russie et lui sont devenus pour eux non pas des partenaires mais des ennemis.

Mais le problème est que le parti au pouvoir n’a pas réussi à sortir de l’ornière laissée par Eltsine, Gaidar et toutes ces bandes de traîtres. Malheureusement, nous avons aujourd’hui un État oligarchique. S’il s’agissait d’un État social, notre peuple aurait une vie bien meilleure compte tenu de nos ressources. Quel est le problème ? Lors du récent conseil d’État que Poutine a tenu, j’ai dit sans détour : “Vous devrez prendre de nouvelles décisions. Ou bien la crise économique sera suivie d’une faillite politique. En effet, l’économie détermine tout ! Et au cours des dix dernières années, l’économie russe n’a connu qu’une croissance de 9 %. Au cours de la même période, les Américains ont ajouté 16 % au PIB, l’Europe 32 % et les Chinois 101 %.

M. Poutine a donné les bonnes instructions dans son discours : devenir l’une des cinq premières économies, réaliser une percée dans les nouvelles technologies, mettre fin à l’extinction et au glissement vers la pauvreté et la misère. J’y applaudis des deux mains. Mais nous avions besoin d’une stratégie et d’une politique financière et économique différentes pour cela. Malheureusement, nous n’en voyons pas. Le bloc financier et économique du gouvernement applique le même programme que dans les années 1990. Il n’y a rien de nouveau. La situation continue de s’aggraver.

Je vais vous donner quelques chiffres à titre d’exemple. Au cours des cinq dernières années, les recettes budgétaires ont augmenté de 10 %, la richesse des oligarques de 53 % et les citoyens se sont appauvris de 12-13 %. En fait, il s’agit d’une image flagranted’injustice sociale. Et si vous voulez la corriger, il vous faut un nouveau cap financier et économique et un budget de développement. Nous avons besoin d’une politique qui soutienne les travailleurs. Les ouvriers et paysans. Les enseignants et les médecins. Les ingénieurs, scientifiques et militaires. Ceux qui, avec leur esprit et leurs talents, créent les principales valeurs sur Terre.

Alors que l’oligarchie s’enrichit, le peuple s’appauvrit et les personnes les plus talentueuses fuient à l’étranger. La fuite de main d’œuvre hautement qualifiée à l’étranger est démentielle ! Mais le taux catastrophique d’extinction est encore plus terrible. Pendant les années d’expérience libérale criminelle et traîtresse, le nombre de Russes a été réduit de 20 millions. Nous, les Russes, avons perdu autant que pendant la Grande Guerre Patriotique. C’est inadmissible, c’est terrible ! Et si la situation ne change pas, il n’y aura personne pour maintenir l’unité des immenses étendues, y compris la Sibérie.

Nous avons donc proposé un nouveau budget de développement. Par ailleurs, le maire de Novossibirsk, Anatoly Lokot, a participé à l’élaboration de cette politique. Malheureusement, le président et le gouvernement n’ont pas soutenu notre initiative d’une nouvelle politique scientifique. Les grands instituts ont été confiés à des fonctionnaires et non à des scientifiques. Nous avons insisté sur l’adoption d’une loi spéciale sur le retour au pays des personnes talentueuses. Sur les 100 spécialistes exceptionnels qui, en travaillant pour Bill Gates, ont fait de lui l’homme le plus riche de la planète, 50 étaient russes. Pratiquement toute notre école de mathématiques au grand complet. Et la plupart d’entre eux veulent retourner en Russie. Mais où vivront-ils et travailleront-ils ? Dans quelle école iront leurs enfants ? Nous devons créer des conditions décentes pour qu’ils puissent vivre dans leur propre pays. Sinon, ce sera comme dans les années 90, lorsque l’académicien Koptyug et moi avons parcouru toute la Sibérie et l’Extrême-Orient pour reconstituer littéralement notre école de mathématiques par morceaux afin de l’aider à survivre.

– La mémoire de Valentin Koptyug est très honorée en Sibérie. Bien que tout le monde ne se souvienne pas aujourd’hui que dans les difficiles années 90, le président de l’Académie des sciences était l’un des dirigeants du parti communiste.

– Avec Valentin Afanasyevich, nous avons restauré le parti. Nous avons écrit le programme ensemble. Je lui ai organisé un voyage à Rio de Janeiro pour qu’il assiste au forum mondial sur le développement durable. Sa performance était si brillante que le secrétaire général des Nations unies de l’époque, Kofi Annan, l’a invité à le rejoindre en tant que conseiller. Annan a répondu à toutes les critiques de cette décision : “Quant à l’affiliation au parti – c’est une affaire personnelle de Koptyug. Mais si nous le considérons en tant qu’expert, il est l’un des meilleurs experts dans le domaine du développement durable. Et il a continué son travail.

Les Chinois ont brillamment mis en œuvre l’idée de faire revenir les spécialistes dans la mère patrie. Ils ont ramené des mathématiciens, des physiciens nucléaires, et maintenant ils maîtrise le programme lunaire. Et dans notre pays que se passe-t-il ? Voici les résultats de récents sondages d’opinion : la moitié des ingénieurs, médecins et informaticiens sont prêts à partir à l’étranger. Parmi les étudiants, plus de la moitié souhaitent trouver un emploi à l’étranger. Parce que leurs talents et leurs connaissances ne sont pas nécessaires ici. Ou du moins c’est la conclusion que l’on peut tirer quand on voit que des conditions de travail et de vie attrayantes ne sont pas créées pour eux.

Il est donc contraire à l’éthique et incorrect de dire que le parti au pouvoir poursuit la politique proposée par le KPRF. Quelle est l’essence de la politique du parti au pouvoir aujourd’hui ? Ouvrez le budget et regardez. La science et les technologies ultramodernes – électronique, robotique, intelligence artificielle, aviation – tous ces domaines sont au bord de l’inanition. Et le parti au pouvoir ne veut pas leur apporter le soutien dont ils ont besoin.

Qu’est-ce qu’un état social ? C’est lorsque chaque cinquième rouble est dépensé pour la science, l’éducation, la santé et la culture. Et nous n’en avons même pas la moitié. Nous avons offert à Poutine un vrai programme. Et en paroles, il l’approuve. Mais dans la pratique, aucune décision n’a été prise.

Juste avant la pandémie, au début de l’année 2020, j’ai rencontré le président et j’ai essayé jusque tard dans la nuit de le persuader que le gouvernement Medvedev ne serait pas en mesure de respecter ses décisions. Il est tombé d’accord avec moi. Et lorsqu’il a commencé à prononcer son discours sur l’état de la nation le 15 janvier 2020, personne au sein du gouvernement ne savait qu’il serait renvoyé dans une heure. Un nouveau gouvernement a été formé. La vérité, c’est qu’il fonctionne mieux. Mais j’avais espéré que le cours financier et économique changerait et que nous serions en mesure d’allouer des ressources pour le développement du pays. Cependant, le ministère des finances dirigé par Siluanov, qui n’a pas été affecté par les changements de cadres, a soumis à la Douma le même budget de famine que l’année précédente. Seulement avec quelques modifications mineures. Jusqu’à présent, le gouvernement de Mishustin a suivi la même voie que celle empruntée par ses prédécesseurs. Je ne vois pas de tournant sérieux vers l’État social.

Que peut être ce virage ? Où se trouvent directement les ressources pour mettre en œuvre un programme qui les fournira ? La Sibérie sait qu’elle est le garde-manger principal, mais elle appartient surtout à l’oligarchie. Quinze clans de goules ont pillé les ressources nationales, empoché l’argent et le gardent dans les banques des autres. Nous avons près de 600 milliards de dollars de réserves d’or et de devises étrangères. Pourquoi ne travaillent-ils pas pour le pays ? Nous avons plus de 13 trillions de roubles dans le Fonds national de protection sociale. C’est plus de la moitié du budget fédéral. Pourquoi cet argent reste-t-il comme un poids mort ? La pandémie s’en est mêlée… Le résultat est une baisse de 3% du PIB en 2020 et la paupérisation. Mais l’oligarchie continue de constituer son capital à un rythme fou. Non, je ne peux pas convenir que Poutine et le gouvernement ont ajusté les politiques financières et économiques.

La dure vérité est que personne à l’Ouest ne veut que nous soyons intelligents, forts et performants. Les États-Unis nous ont déclarés “ennemi numéro un” parce que nous sommes les seuls à pouvoir faire face à tout agresseur, les seuls dont les représailles seront écrasantes et inévitables.

Nous sommes en partie sauvés par le fait que le parti communiste chinois, qui a réussi à faire de la Chine une superpuissance, a également été déclaré “ennemi numéro un” en Occident. Nous sommes maintenant à la onzième place, mais, en termes d’un certain nombre d’indicateurs, nous avons reculé beaucoup plus loin. Et si le même cours financier et économique se poursuit, dans deux-trois ans, nous tomberons carrément à la 15e place. Cela entraînera une faillite politique, car cela signifiera l’effondrement du troisième “plan Poutine”. Les plans de développement prévus pour 2010 et 2020 ont échoué. Dans deux ou trois ans, à ce rythme, le “Plan 2030” sera également un échec.

Mais je ne suis pas sûr que les gens voudront attendre encore une décennie. Parce que les prix nous étranglent, les frais augmentent, et les salaires et la protection sociale reculent. Nous avons proposé une nouvelle politique et une nouvelle stratégie. Elles ont été formulées dans notre programme adopté lors du Forum économique international d’Orel. Anatoly Lokot y est intervenu. En général, nous avons montré comment résoudre le problème de la réussite du développement économique par l’exemple de nos dirigeants, en particulier les chefs des entreprises publiques collectives. Mais l’oligarchie déteste ces exemples.

Rappelons le Sovkhoze Lénine. Il s’agit d’une entreprise unique. À une époque, il y avait 15 fermes dans la région où il se trouve. Quatorze d’entre elles ont été divisées en parts, vendues et liquidées. Maintenant, rien ne pousse à cet endroit. Mais notre ferme s’est avérée être un succès incroyable. Parce qu’elle a été fondée non pas sur le versement de dividendes, mais sur l’introduction des technologies les plus récentes, le développement des infrastructures sociales et des salaires élevés. Maintenant, le salaire moyen là-bas est de 100 000 roubles. Les meilleurs jardins d’enfants et écoles ont été construits. Tout est disponible, gratuit et situé à proximité. Ainsi, les habitants de la ferme d’État fondent volontiers des familles et ont des enfants, sans craindre que demain ils n’aient rien pour les nourrir. Il n’y a 9 classes parallèles rien qu’en CP !

Mais au lieu d’obtenir l’approbation et le soutien des autorités, cette ferme est persécutée en retour. Le huit centième procès a déjà eu lieu. Il semble que de très hauts responsables aient donné l’ordre de ladétruire. Une horde entière court autour d’elle… Nous la repousserons, mais toute cette situation est honteuse et révoltante. Nous tenons le siège et luttons contre cette bande, qui s’est déguisée en robe de juge et en uniforme de procureur et s’est livrée à des raids encore plus effrontés que dans les années 90.

Nous disons à nos hommes d’État : “Venez à la ferme d’État, regardez et apprenez. Ils ont peur de venir. Du haut de la tribune de la Douma d’État, j’ai demandé cinq fois de montrer à la télévision fédérale un film sur cette ferme, que nous avons réalisé. Le président m’a signé une lettre à ce sujet – pour généraliser l’expérience et la montrer dans tout le pays. Un séminaire a été organisé avec le gouvernement, au cours duquel mon adjoint, l’académicien Kashin, et trois dirigeants performants de différentes régions, Grudinin, Kazankov et Sumarokov, ont pris la parole. Tout le monde a écouté et regardé le film. Et ils ne l’ont jamais montré à la télévision d’État. Parce que l’oligarchie n’en veut pas. Ils ont peur de la concurrence, peur de cette expérience unique et de cette approche collective de la gestion des entreprises. Notre exemple est contagieux et très instructif. Nous ne prenons pas un seul centime du gouvernement, nous construisons tout à la perfection, nous payons des salaires énormes, nous offrons un paquet social complet et nous créons une zone d’optimisme social absolument prospère.

– Néanmoins, le consensus patriotique de Crimée a eu lieu, auquel le KPRF a participé et il a soutenu le Président. Est-ce que c’est mis à son “crédit” ? Les relations avec Poutine se sont-elles finalement réchauffées par rapport à l’époque où le KPRF était proclamé principal opposant politique ?

– Vous voyez, nous devons distinguer qui a proclamé quoi. Si je n’avais pas été prudent et avisé en 1996, une guerre civile aurait été garantie dans le pays. A l’époque, la Russie a été divisée exactement en deux. Pour moi, du “Don tranquille” au Pacifique, tout le Sud, meurtri par la guerre civile et inondé de réfugiés, était en ma faveur. Pour Eltsine, c’était les grandes villes de millions d’habitants, les régions de matières premières du Nord. C’est-à-dire ceux qui espéraient s’en mettre plein les poches grâce aux matières premières et bien vivre. Mais nous n’avons pas cherché à pousser le Sud et le Nord l’un contre l’autre.

Avec l’arrivée de Poutine, la situation dans le pays s’est améliorée. Mais nous étions toujours considérés comme les principaux adversaires. Je suis découragé par l’antisoviétisme qui règne dans les hautes sphères du gouvernement. En théorie, les autorités devraient maintenant tirer parti de l’expérience unique soviétique, de l’expérience très efficace de la modernisation chinoise et des dernières technologies, y compris en coopérant activement avec l’Occident. Nous avons maintenant une rare occasion d’égaliser la situation.

Après le défaut de paiement, le gouvernement de Primakov, Maslyukov et Gerashchenko a mis en œuvre notre programme, car Eltsine n’avait pas d’autre choix. Et si Poutine, en devenant président, avait adopté une position de centre-gauche – je vous assure que nous serions maintenant en train de nous développer à rythme accéléré ! Un programme d’actions et de mesures correspondant a été proposé par nous, il a été discuté. Néanmoins, Siluanov et les résidus de l’ère Eltsine n’ont rien donné pour sa mise en œuvre. Poutine et Mishustin sont donc toujours confrontés à un choix : soit une politique de centre-gauche cohérente et systématique, soit une aggravation de la crise et – je ne l’exclus même pas – une explosion sociale majeure.

L’Occident a compris depuis longtemps qu’il faut nous presser continuellement. Ils se nourrissaient du corps de notre pays trahi et piétiné depuis presque dix-huit ans. Et grâce à cela, ils ont repoussé une grave crise du capitalisme et du mondialisme. Mais en 2008, elle a refait surface. Ce faisant, de toutes les vingt premières nations, nous étions dans la pire position. En 2015 et 2020, la situation s’est répétée. Et maintenant, nous revoilà parmi nos rêves brisés au lieu de développer une nouvelle stratégie et de nouvelles tactiques. Poutine a maintenant un choix très difficile à faire. Et s’il commet une erreur, la confrontation dans le pays atteindra des proportions critiques.

– Dans ce cas, il est intéressé par la recherche d’alliés politiques internes, n’est-ce pas ?

– Je le lui ai dit plusieurs fois. Par exemple, le 9 mai, le mausolée de Lénine a été recouvert de contreplaqué. Il est impossible d’imaginer une plus grande idiotie que de diviser la Place Rouge en deux parties. Derrière ces panneaux, la moitié du défilé ne peut être vu ni par les gens d’un côté ni par ceux de l’autre. On le voit donc beaucoup mieux à la télévision que sur la Place Rouge. Mais lorsque vous regardez le défilé, vous constatez qu’il y a surtout des engins de l’ère soviétique parmi les équipements. Même s’ils ont été améliorés.

Si Poutine avait systématiquement opté pour une orientation de centre-gauche, nous aurions depuis longtemps surmonté la crise. Mais l’oligarchie est une “vache sacrée” à laquelle on ne touche pas. Nous sommes les seuls à ne pas avoir d’échelle d’imposition progressive. Seule notre industrie des boissons alcoolisées est à la merci de goules qui empoisonnent le pays avec de la vodka “contrefaite” et détruisent le patrimoine génétique de la nation. Seulement dans notre pays toutes les matières premières travaillent pour l’oligarchie et non pour le pays. Ce problème peut être résolu. C’est juste une question de volonté politique.

– Eh bien, le président Poutine a la volonté politique.

– Non, elle lui fait clairement défaut dans ces domaines. En termes de volonté militaire et politique, oui. En ce qui concerne les Jeux olympiques et le sport en général, aussi. En ce qui concerne la Crimée, c’est le cas également. Mais pas en termes de politique de centre-gauche.

En parlant de la Crimée. En 2008, les Américains avaient déjà pratiquement pris le contrôle de Feodosia. Ils avaient débarqué là. Avec Nikolay Kharitonov, nous avons rassemblé 10 000 manifestants afin d’expulser les Américains de la ville. Et nous l’avons fait. Globalement, pour évaluer les conséquences du “printemps de Crimée”, je dirais que si j’étais Poutine, j’aurais depuis longtemps reconnu le Donbass et Lugansk et déclaré officiellement que Kiev avait été prise par les nazis et les agents de la CIA de la manière la plus vile et criminelle. Ces autorités ukrainiennes ne peuvent être légitimées par une reconnaissance. Ils doivent être traités comme ceux qui nous menacent d’une grande guerre.

Que fait l’OTAN en Ukraine ? Des environs de Kharkov au centre de contrôle de la défense à Moscou, il faut 3 minutes pour un missile. Même pas le temps d’enfiler un pantalon ! Sans parler de prendre une décision rapide et responsable en réponse à l’agression.

– Guennady Andreevich, le parti communiste dispose-t-il actuellement des ressources et des contacts nécessaires avec le Kremlin et l’administration présidentielle pour protéger ses représentants dans les structures de pouvoir des régions et des municipalités ?

– Vous avez une idée du pouvoir comme un tout unique. Mais en réalité, ce n’est pas le cas. Nous avons deux ou trois “tours” différentes rien que dans le Kremlin. L’une d’elles s’appuie sur des positions nationales. Elle développe les hautes technologies, soutient la sécurité et la défense, défend nos intérêts géopolitiques et comprend que notre pays est de gauche par nature, par sa foi, par sa culture, par tradition et par histoire. Ce gouvernement entretient avec nous un dialogue à part entière.

Et il y a une autre “tour” qui a été formée par l’Ouest et qui la regarde tout le temps. Brzezinski n’a pas dit pour rien, que “ces 500 personnes ne sont pas votre élite, mais la nôtre”. Leurs enfants sont à l’étranger. Ils ont des yachts, des comptes en banque et tout le reste. Et ils viennent ici pour “faire leur sale boulot” – exploiter les gens et les ressources naturelles. Et maintenant Poutine fait des allers-retours entre eux. Bien qu’il aurait dû depuis longtemps adopter la position qu’il a exposée à Munich. Mais je ne la vois pas. Par exemple, qu’est-ce que Navalny ? Un produit de Surkov, qui gérait les technologies électorales présidentielles. Et Navalny et Surkov avaient Gelman, qui menait toutes sortes d’opérations sales contre moi. Ils ont même vendu ma maison natale, la maison que mon père handicapé et moi avions construite dans la région d’Oryol, à des voyous, et y ont organisé une bacchanale qui a dégoûté tout le monde. Ils ont tout saccagé. Ils ont apporté une statue de Lénine, ont scié sa tête et collé la mienne. Et ils se sont livrés à ce genre de pitreries pendant trois mois. Ce sont de vrais salauds ! Le plus beau dans cette histoire sordide, c’est qu’une demi-centaine de journalistes étrangers avaient été emmenés là-bas et qu’à leur retour, le correspondant du journal espagnol El Pais m’a dit : “Je voudrais vous féliciter. Nous avons fait le tour du village. Et personne, pas même les hommes ivres, n’a dit un mauvais mot sur vos parents ou sur vous.” Mais c’est un fait honteux qu’il y ait des gens au Kremlin qui soient impliqués dans de telles choses.

Ils ont introduit chez nous une personne avec beaucoup d’argent, qui achetait des secrétaires et des organisations. Ils ont publié des magazines entiers avec notre base de données d’adresses, volée par eux, et l’ont envoyée à tout le monde. Ils ont essayé de présenter au public une image de la direction du parti communiste qui n’était pas du tout ce qu’elle était. Nous avons eu notre 10e congrès, aussi, quand ils ont coupé les câbles électriques, et j’ai dû lire mon rapport pendant deux heures dans le noir. J’étais en voiture avec le chef de la sécurité, Tarnayev, et je lui dis, “Achète deux lampes de poche.” Il demande : “Pourquoi ?” J’ai dit : “Achètes-en, on verra plus tard.” On est arrivés, le câble électrique était coupé. C’est comme ça qu’ils ont essayé de gâcher notre congrès. J’ai appelé ma propre équipe pour le réparer. Ça leur a pris toute la nuit.

Nous devions également faire venir des députés au plénum – ils étaient membres du Comité central. Des bus avec des “frères” sont venus les chercher. Ils les ont emmenés non pas au plénum, mais de l’autre côté du périphérique de Moscou, et les ont déposés dans la rue. Afin de perturber notre plenum. Mais nous l’avons tenu, et le congrès a été un succès.

Et le matin, le président m’appelle et demande : “Qu’est-ce qui se passe ?” Je lui ai dit : “Je pense que vous le savez mieux que moi.”

– N’avez-vous pas essayé d’en parler franchement à Poutine ? Eh bien, puisqu’il a dit qu’il n’était pas dans le coup ?

– Nous avons eu une réunion. Je lui ai demandé de convoquer le procureur général, et j’ai dit que s’ils nous déclarent à nouveau la guerre, comme l’a fait Eltsine, nous accepterons le défi. Mais ce serait extrêmement préjudiciable pour le pays. Nous avons déjà sauvé le pays de la guerre civile à deux reprises. Et nous disposons de l’équipe la mieux préparée, composée de personnes instruites, expérimentées et consciencieuses. Après cela, il semble que nous soyons parvenus à un accord.

Mais cette fois-ci, avant notre congrès, ils nous ont harcelés plusieurs mois d’affilée. Toutes les techniques des années 90, ils ont essayé nous compromettre, de nous calomnier et de nous humilier. Lorsque, lors d’un vote à bulletin secret, mon équipe et moi-même avons reçu 100 % des voix, ils ont été décontenancés. Le soir, ils devaient annoncer nos résultats et nous féliciter.

Nous avons une équipe très forte et patriotique, sur laquelle, si j’étais Poutine, je me serais appuyé depuis longtemps. Et j’aurais accepté nos propositions, qui sont prêtes pour toutes les grandes questions de la relance du pays : le budget de développement, la démographie, les sciences, l’éducation pour tous, la culture, les sports….

– Guennady Andreevich, passons à la question des équipes. Comment évaluez-vous les performances des organisations de partis en Sibérie ? Lesquels d’entre eux vous plaisent par leurs succès, lesquels vous aimeriez voir améliorer leur travail ?

– Si nous parlons de la Sibérie dans son ensemble, nous avons de bonnes personnes ici. Et c’est un phénomène naturel. Après tout, la Sibérie a été moins touchée par toute cette déchéance libérale. Le climat et l’environnement lui-même exigent un travail plus persistant, plus substantiel et plus courageux. Les gens ici sont excellents, et leurs racines soviétiques sont plus profondes. A Omsk, nous avons des députés talentueux à la Douma – Kravets et Smolin. Et nous avons une organisation solide. Ce sont des personnes de première grandeur. Nous y avons une bonne industrie automobile et un puissant combinat d’imprimerie.

Nous avons toujours eu une position forte à Novossibirsk. Lokot a une grande expérience. Il est passé par le travail en usine et l’une école scientifique et industrielle. Il a acquis une expérience politique sérieuse à la Douma d’État, à l’assemblée parlementaire de l’Union de la Russie et du Belarus. Tout cela l’aide. Être élu maire pour la deuxième fois dans une telle ville et bénéficier d’un fort soutien relève presque de l’exploit. Et surtout, il a suivi le conseil que je lui ai donné dès le premier jour : “Tu ne dois pas quitter le poste de premier secrétaire. Si vous voulez travailler en toute confiance, vous devez bénéficier d’un soutien politique fort. Il est impossible de gouverner sans le parti maintenant.”

Nous avons une bonne organisation à Irkoutsk. Levchenko a gagné les élections de manière honnête. J’y suis allé. Il y avait plus de trente adjoints et un millier et demi de contrôleurs. Et si nous n’avions pas été là pour contrôler, ils auraient volé à nouveau la moitié des votes. D’ailleurs, c’est la seule région qui a doublé son budget en quatre ans. Nous avons commencé avec 96 milliards de roubles, et avant la démission de Levchenko, c’était 213 milliards.

– Et pourtant, vous n’avez pu protéger le gouverneur Levchenko ?

– Ce n’est pas que nous n’avons pas réussi. Le fait est qu’ils ont peur des personnalités. Ils ont peur de moi, peur de mon équipe, de Melnikov et Kashin, Afonin et Novikov, Kalashnikov et Kolomeitsev… Ils comprennent que Grudinin peut être un concurrent sérieux. Levchenko est capable de diriger les industries les plus importantes – il l’a prouvé pendant son mandat de gouverneur. En Khakassie, notre Konovalov est passé après le cinquième tour. Trois cents hélicoptères armés ont été envoyés, mais ils n’ont pas pu le maîtriser non plus. Tous les clubs ont été fermés. Et les gens disaient : “Nous en avons assez de votre pouvoir !”

– Mais c’est dur pour lui maintenant !

– Qui a la vie facile ? C’est difficile pour tout le monde. Et personne n’aime une telle panade politique, telle qu’elle se présente aujourd’hui, constituée d’éléments mutuellement exclusifs. À moins d’un revirement complet du centre-gauche, une vague de mécontentement balaiera tout. La tension dans la société s’accumule sous nos yeux, mais ils n’ont pas l’aire de s’en apercevoir. Nous en avons récemment discuté avec Mishustin. Son gouvernement doit changer de cap immédiatement. Ou il sera trop tard.

– Considérez-vous Mishustin comme un allié potentiel ? Est-il un pragmatique qui comprend qu’il est préférable de coopérer que de s’affronter ?

– J’ai une vision différente des alliés. Par exemple, nous avons un bloc de centre-gauche. Son sens : notre programme, le paquet de lois, l’expérience unique des entreprises du peuple, les réalisations sportives. Si vous l’aimez, unissons-nous sur cette plate-forme, formons une équipe et un bloc de forces patriotiques dont l’idée principale est la lutte pour l’ « URSS ». Pour une Patrie Socialiste Forte et Juste.

Il est impossible de sortir de cette crise sans un virage à gauche et une socialisation de la vie. Nous faisons tout pour éviter les répressions. Nous avons créé un comité de protection des citoyens contre les persécutions politiques, que dirige Sinelshchikov. Ce sont des tâches qui sont extrêmement importantes pour nous. Et nos alliés sont ceux qui sont prêts à les mettre en œuvre. Et le parti au pouvoir ne veut pas le faire.

Il est impossible d’assurer le développement accéléré du pays avec un budget de 20 000 milliards. Pour que nous puissions survivre, surmonter la crise démographique et économique, nous développer avec succès, le budget doit être d’au moins 30-33 000 milliards. Nous avons tout calculé. Cela a été proposé au Conseil d’État. Tous les documents ont été soumis. Mais les autorités se cramponnent à l’ancienne voie.

Nous avons montré comment fonctionnent les entreprises du peuple. J’y irais moi-même si j’étais Poutine. Et si j’étais Poutine, j’y inviterais Mishustin. Je prendrais un décret : au moins une entreprise de ce type devrait être ouverte dans chaque district de chaque région. Et demain, nous obtiendrions au moins 45 à 50 milliards de dollars rien qu’avec les produits agricoles. Plus de deux fois plus que la production de l’industrie de la défense.

Nous organiserons des séminaires, nous leur apprendrons comment l’organiser. Une centaine de délégations de différents pays ont déjà rendu visite à Grudinin. L’ambassade de la RPC au complet. Et voilà qu’il est traîné devant les tribunaux.

– Anatoly Lokot à Novosibirsk en tant que politicien a montré une capacité à unir les différentes forces sociales et à passer des accords, en utilisant les opportunités limitées. Élu puis réélu, il a formé des coalitions, s’est allié aux représentants de Russie Unie et a négocié avec le gouverneur sortant. Cette pratique a-t-elle été analysée et évaluée au niveau du Comité Central du KPRF ? Dans quelle mesure l’expérience d’Anatoly Lokot à Novossibirsk est-elle intéressante et applicable au niveau fédéral, sur la base de ce dont nous venons de parler ?

– La pratique de Novosibirsk n’est pas seulement appréciée. Tous les trois mois, Anatoly nous donnait ses indicateurs, nous les publiions partout. Novossibirsk est aujourd’hui la plus grande municipalité du pays, avec 1 650 000 habitants. C’est aussi une ville très intelligente et éduquée, réputée pour sa science. C’est une ville dotée d’une industrie de défense très forte et des dernières technologies. La force et le succès de Lokot résident dans le fait qu’il est lui-même passé par toutes les étapes professionnelles et qu’il a une bonne connaissance de l’expérience russe et biélorusse.

Quant à sa volonté de coopérer, nous tenons compte du fait qu’aujourd’hui, Russie Unie est le parti du pouvoir. Nous en tenons compte dans nos accords avec le gouverneur, dans l’élaboration de notre ligne politique générale.

Dans de nombreuses villes, tous les services publics, les entreprises municipales et les entreprises d’État ont été vendus. Mais pas à Novossibirsk. Parce que je l’ai dit à Anatoly Evgenyevich : “Si vous vendez tout cela, qu’allez-vous gérer ? Quel genre de gouverneur de ville serez-vous si le réseau électrique, les services publics, l’eau et les égouts de la ville et d’autres entreprises municipales ne vous rendent pas de comptes ?”

Une ou deux choses, peut-être, n’ont pas pu être défendues. Mais le métro a été défendu. Il y a même 36 pharmacies qui rendent compte au maire. Il est compréhensible que les goules de nouveaux riches soient prêtes à tout prendre. Mais demain, l’un refusera de fournir de l’eau, le second augmentera le prix de l’électricité et le troisième ne sortira pas les poubelles. Et dans deux mois, les citoyens mécontents vont démolir n’importe qui. Nous devons donc avoir un pouvoir réel et travailler en étroite collaboration avec les entreprises.

Je suis allé voir Poutine et Mishustin avec la même idée. Et j’ai dit : si vous allez vivre et travailler dans ce pays, vous devez avoir les leviers de la gouvernance. Et vous ne les avez pas. Que gérez-vous, si le prix du pétrole et de l’essence sur le marché mondial fluctue, et que le marché intérieur est en constante augmentation ? Cela n’existe pas aux États-Unis. Pas en Europe. Sans parler de l’Iran et de l’Arabie Saoudite. Pourquoi est-ce le cas pour nous ? Pourquoi cinq goules fixent-elles le prix du carburant ? Vous devriez régler la question.

Je peux vous dire comment Primakov, Maslyukov et moi-même avons résolu ces problèmes après le défaut. La première chose que nous devions faire – procéder à l’émission d’argent. Mais l’inflation a diminué, car l’argent n’est pas allé à la bourse, aux spéculateurs, mais au secteur réel. Nous avons rassemblé les ingénieurs en chef, les concepteurs, les technologues et les directeurs d’usine et leur avons demandé ce qu’ils étaient prêts à produire et combien cela coûtait. Et nous leur avons donné de l’argent à la condition qu’ils fassent un rapport chaque semaine sur un produit particulier. Au cours de l’année, l’industrie a connu une croissance de 24 %. Seulement parce qu’ils avaient un financement ciblé.

Nous avons fait appel aux magnats du pétrole. Nous leur avons dit que s’ils augmentaient le prix du carburant d’un seul centime, nous les expulserions du marché et nous leur prendrions tout. Et personne n’a osé l’augmenter. Et troisièmement, nous avons convoqué les banquiers et leur avons dit qu’ils vérifient l’argent liquide le matin et le soir. Après quoi, les sorties de devises ont fortement diminué. Et maintenant, ils restent plantés là et font des promesses. Pendant ce temps, les prix montent, le chômage augmente, les revenus baissent, les gens deviennent pauvres.

– Les préparatifs des élections à la Douma d’État se poursuivent. C’est notamment le cas à Novossibirsk. Une lutte est en cours autour des postes occupés par le KPRF, et la pression politique et de propagande sur le maire augmente. Suivez-vous la situation dans la région ? Comment le parti peut-il aider son leader à Novossibirsk ?

– Nous allons sans faute l’aider. Nous avons de grandes opportunités. L’équipe la plus compétente. Le quartier général préélectoral et la commission du personnel sont dirigés par mes deux premiers adjoints – Melnikov et Afonin. Melnikov connaît la situation sur le terrain à fond. Le personnel nécessaire à la réalisation de la campagne électorale est déjà complété à 90 %. Tous ont reçu un financement supplémentaire, même minime. Des personnes ont été formées. Mais les élections, c’est d’abord le programme et la technologie. Nous avons publié une édition spéciale du journal “Pravda” avec un tirage de cinq millions d’exemplaires.

Nous ne devons pas céder les rues et les cours d’immeubles à nos adversaires. J’ai dit franchement : “Si vous voulez être élu, vous devez organiser personnellement 300 à 400 réunions. Vous devez passer par tous les chantiers, fouler tous les seuils et remettre un court programme, votre CV et nos propositions concrètes en matière de politique sociale – ce que nous promettons.

Le problème est que le parti au pouvoir n’offre rien au pays. Ou plutôt, il propose d’organiser des élections pendant une semaine afin de combiner et de voler. Ils ont déjà commis trois vols : la privatisation, où tout a été pris et rien n’a été donné en retour ; l’exploitation, où ils pompent le sous-sol et ne paient même pas un salaire normal ; et la fraude. S’il y avait eu des élections équitables, ils ne les auraient jamais gagnées.

Les habitants de Novossibirsk sont bien préparés et instruits en matière d’élections. Nous avons 1 500 jeunes dans notre équipe locale, dont beaucoup seront candidats. Tous nos politiciens de Novossibirsk sont en règle. Nikolai Kharitonov est un excellent spécialiste. Vera Ganzya –une femme entreprenante au caractère combatif. Lyubov Shvets – une femme intelligente avec une tête bien faite.

– Peut-être le savez-vous : il y a des rumeurs à Novossibirsk selon lesquelles Anatoly Lokot va démissionner. Une telle rumeur a été lancée au début de l’année. Aujourd’hui, une nouvelle version est discutée : il dirigerait le parti lors des élections à la Douma, démissionnerait de son poste de maire et reviendrait au sein du groupe parlementaire. Une telle chose est-elle possible ?

– Quel est l’intérêt d’un parti sérieux ? Le premier est de se battre pour le pouvoir. Le second est de s’assurer que les ressources du pays servent le peuple, et non l’oligarchie. Où pouvons-nous former ceux qui peuvent résoudre ces deux problèmes ? Aux postes de maires ou gouverneurs. Nous nous battons pour ces postes afin de montrer l’exemple à tous : nous avons dans notre équipe des personnes capables de gérer de manière intelligente et compétente. Je peux vous donner les noms d’une douzaine ou deux de cadres qui peuvent construire un gouvernement fédéral fort demain. Les personnes de ce rang et de ce niveau apporteront une nouvelle qualité au parti.

Par conséquent, nous sommes intéressés par Lokot comme maire. Nous allons l’aider. Il travaille avec beaucoup de succès. Il s’est retrouvé à travailler avec toutes sortes d’entreprises. Il a créé une merveilleuse entreprise commune avec les Biélorusses. Anatoliy coopère étroitement avec l’Académie des sciences. Il y est considéré et respecté. Le pays entier le connaît comme un leader. Il a prononcé de brillants discours à la Douma et ouvert des débats au congrès. C’est la raison pour laquelle les rumeurs que vous avez mentionnées ne sont que des affabulations.

Quand Jirinovsky crie qu’il va gouverner, je me pose la question : avec qui le fera-t-il ? Il ne citera pas cinq ou sept personnes capables de diriger quelque chose avec succès. Alors que nous avons une grande expérience de la gestion du pays, même dans des conditions extrêmes. Eltsine et moi vivions dans le même immeuble à Moscou, et je ne lui ai jamais plus parlé après la fusillade à la Maison Blanche. Et puis le défaut s’est produit, il m’appelle lui-même et me demande : “Qu’allons-nous faire ?” Je lui ai dit : ” Vous aurez 400 000 chômeurs rien qu’à Moscou d’ici ce soir. Vous les avez tous ruinés. En une nuit.” Seule la Sberbank effectuait des paiements, le reste des banques s’est effondré. J’ai dit : “Nous devons nous réunir de toute urgence et désigner des personnes qui seront crues. J’ai persuadé Primakov. Il demande : “Tu réalises dans quoi tu m’embarques ?” Je lui ai dit : ” Oui, je comprends. Mais nous avons tous les pieds dans l’abîme.” Finalement, il a accepté. Maslyukov, qui dirigeait le Gosplan en URSS, était également d’accord. Un grand manager. Geraschenko, un des meilleurs banquiers. Valentina Matvienko, qui avait travaillé comme ambassadrice en Grèce et à Chypre, a été invitée à s’occuper de toute la “sphère sociale”.

– Et puis Eltsine a lâché Primakov ?

– Pas exactement. C’était la camarilla bureaucratique. Ils lui ont fait croire que Primakov manigançait pour prendre sa place. Avec Ryzhkov et Kharitonov, nous sommes allés voir Primakov et l’avons informé qu’ils voulaient le limoger. Et qu’il était nécessaire d’aller à la Douma et de prendre une décision qui ne permettrait pas au gouvernement de démissionner. Mais Primakov n’a pas accepté cette mesure.

– Et quelle décision lui avez-vous suggéré de prendre à la Douma ?

– S’il était venu à ce moment-là, la Douma lui aurait accordé une confiance à cent pour cent. Et, à mon avis, Eltsine n’aurait pas osé le destituer. C’était assez réaliste. Mais même si Primakov n’était pas d’accord, notre équipe a fait une grande chose à l’époque, sauvant le pays de l’effondrement et de la guerre civile.

– Guennady Andreevich, comment évaluez-vous la situation dans la région de Krasnoyarsk ? La popularité du gouverneur y est très faible, avec de nombreux scandales et faux pas. Le KPRF peut-il gagner quelque chose pour lui-même dans ces conditions ?

– Dans l’ensemble, l’ambiance en Sibérie, en Extrême-Orient et dans le sud de la Russie a radicalement changé. Pourquoi le parti au pouvoir est-il en colère ? Parce qu’exactement la moitié des électeurs qui, hier encore, ont voté en sa faveur, en sont finalement déçus. Ils le savent. Les gens qui ont tourné le dos au parti au pouvoir sont prêts à nous soutenir. Et pour éviter que cela ne se produise, des propagandistes aux ordres et des fonctionnaires apeurés nous déversent de la boue. Zhirinovski est sur tous les écrans du matin au soir. L’alliance antisoviétique continue. Ils sont prêts à tout pour empêcher l’aile gauche de s’implanter. A mon avis, c’est très dommageable. Le pays a déjà compris que sans un virage au centre-gauche, il ne pourra pas sortir de l’impasse. Nous avons essayé l’option libérale. Cela s’est avéré fatal pour la Russie.

– Ne pensez-vous pas qu’il est probable que, même si un tel tournant a effectivement lieu, Poutine essaiera de tout faire lui-même, de ses propres mains et par ses propres forces, sans vous demander votre avis ?

– La question se pose alors : avec quelles mains et par quels moyens ?

– Il va appeler Setchine.

– Comprenez-vous qu’il n’a pas les mains et les forces nécessaires pour le faire lui-même ? Les positions dominantes sont occupées par un parti qui ne peut pas se faire une idée de l’avenir. Que construisez-vous ? Où allez-vous ? De quelle manière ? Pourquoi la CEI n’est-elle pas votre priorité numéro un ? Pourquoi avez-vous principalement des adversaires sur le périmètre du pays, qui sont de plus en plus nombreux ? Comment se fait-il que Kiev ait été prise par une bande d’agents de la CIA sous vos yeux ? Pourquoi terrorisent-ils le Donbass pour la septième année consécutive ? Et nous avons de plus gros problèmes devant nous, je pense, en Asie centrale. La Biélorussie a failli tomber il n’y a pas si longtemps !

– Lukashenko ne s’est-il pas presque vendu ?

– Non. Lukashenko est un homme fort et courageux. Il a sauvé et renforcé la république. La campagne est ravissante. Il a préservé et développé le complexe de construction de machines, les hautes technologies. Nous avons préparé trois films à ce sujet, mais ils n’ont pas été diffusés sur les chaînes fédérales.

– Mais il faudrait d}es successeurs à Lukashenko ? Leur absence n’est-elle pas une mauvaise chose ?}

– Tout d’abord, il est nécessaire de travailler plus activement avec les gens. Et Lukashenko le comprend. Je lui ai dit à plusieurs reprises : “Vous êtes un leader talentueux et vous avez un bon programme. Mais vous avez besoin d’un large soutien politique. Vous devez faire face à ces problèmes tous les jours. S’il avait développé sa force politique, il y aurait déjà eu des successeurs et une situation plus stable.

Mais lorsque les mêmes provocateurs, qui ont brisé l’Ukraine, sont venus chez vous, lorsqu’ils ont gonflé artificiellement cette “poupée”, que l’on conduit partout et qui ne peut associer deux mots, lorsqu’on vous la propose comme chef d’État, qu’est-ce que cela signifie ? Le monde russe est à nouveau brisé ! Si cela fonctionne à Kiev et à Minsk, cela se produira inévitablement à Moscou après-demain.

C’est ce que j’ai dit à Poutine : “Qu’est-ce qu’on espère ?”. Lukashenko n’a pas d’oligarchie. Il dispose d’une armée et de forces de l’ordre puissantes. Personne ne l’a trahi et personne ne l’a abandonné. Même les collectifs de travail ont tenu bon. Notre oligarchie vous abandonnera demain, quoi que vous fassiez. Le pays est profondément divisé et il n’y a pas d’unité sociale. Tout peut s’avérer encore pire qu’en Ukraine. Là-bas vous pouvez survivre avec un potager. Mais dans notre pays, ce n’est possible que dans le Kuban. C’est pourquoi nous devons prendre des mesures, des décisions de principe. Et ne pas augmenter le mécontentement, poussant ainsi tout le monde sous la bannière de Navalny.

Pourquoi la Chine agit-elle maintenant avec autant de confiance ? Ils ont déclaré que le Parti communiste était l’ennemi, mais personne ne touche à Xi Jinping. Et ils s’opposent impudemment et sans cérémonie à nous, en imposant des sanctions de tous les côtés ?

– Parce que la Chine connaît une croissance économique de 7 à 10 % par an, alors que nous stagnons. Nous sommes donc faibles économiquement. Et les faibles sont connus pour être battus.

– C’est vrai ! Nous ne sommes pas en pleine croissance, alors que nous pourrions l’être. Aujourd’hui, il n’y a le choix qu’entre deux voies politiques. “Russie unie”, LDPR, “Russie juste” – c’est la même chose. Tous sont sous la coupe de l’administration. Leurs listes seront contrôlées par l’oligarchie. Et ils continueront les anciennes politiques. Ce sont des partis pour ceux qui aiment ce qui se passe actuellement dans le pays. C’est une corde autour du cou pour le pays. Si vous n’aimez pas la politique d’aujourd’hui, votez pour nous. On s’en sortira. Et on s’en sortira pacifiquement, démocratiquement. Ces gars-là ne peuvent pas le supporter. Je les vois s’échiner tous les jours. Quand ils disent que nous nous en sortons bien avec le coronavirus, j’ai envie de demander : “Où voyez-vous que tout va bien ? C’est une épidémie !” Nous n’avons qu’une personne sur dix qui est vaccinée. D’ailleurs, j’ai été vacciné avec votre vaccin anti-covid de Novossibirsk, créé par Vektor.

– L’année dernière, certains estimaient déjà qu’il était temps de procéder à des changements décisifs. Mais rien de radical ne s’est produit. Quelle est votre prévision finalement – Poutine sera-t-il enclin à adopter une nouvelle voie ou non ?

– Je dirais que oui : il doit le faire ! Je me souviens que j’ai persuadé Milosevic toute la nuit qu’on ne peut pas être s’accorder avec les Américains. Il les a crus, mais ils l’ont envoyé à La Haye. Sa pression sanguine était supérieure à 200. J’ai discuté, Poutine a soutenu la proposition de le sortir de là. Mais les Américains n’ont pas voulu le laisser partir et l’ont laissé mourir là-bas. Je suis ensuite allé aux funérailles, et je n’avais jamais vu un tel rassemblement – plus d’un million de personnes réunies à Belgrade ! J’ai passé trois heures avec Saddam Hussein avant la guerre pour discuter des problèmes. Je suis rentré et j’ai fait mon rapport au président. Hussein a ensuite été trahi par sa propre armée. Avec Mouammar Kadhafi dans le désert, nous avons eu une longue conversation sur son Livre vert. La Libye était alors l’un des États les plus prospères d’Afrique. Elle constituait une barrière entre l’Europe et les pays africains frappés par la pauvreté et les conflits internes. Et ces salauds l’ont tué.

Aujourd’hui, Poutine doit lui aussi faire un choix aussi difficile et responsable que ces dirigeants. Nous n’avons pas le droit d’hésiter. Nous devrions utiliser toutes les possibilités et tous les pouvoirs, au lieu d’écouter les gros “chats” qui ne veulent pas partager leur richesse. Ils n’ont même pas d’instinct de conservation !

Je vous suggère d’apprendre de Roosevelt. Lorsque les gangs ont pris le contrôle de villes entières pendant la “Grande Dépression”, Roosevelt a créé des unités spéciales et leur a donné des ordres stricts : “Ne faites pas de prisonniers”. Et en six mois, certains ont été abattus, d’autres dispersés. Il a rassemblé les escrocs qui avaient volé l’argent et a dit : “Je vous construirai une bonne route, je trouverai un endroit bien au chaud et j’y construirai une centrale électrique”. Vous mettez votre capital volé où je vous le dis.” C’est ainsi que Las Vegas a vu le jour.

Puis Roosevelt a invité tous les oligarques américains et a exigé : “Donnez-moi la moitié du capital. Je vais payer les pauvres, les affamés, leur fournir de la nourriture et des emplois.” Et quand ils ont objecté, il a prévenu : “Si vous ne vous mettez pas d’accord, dans un an, ce sera la même chose qu’en Russie en 17 – vous perdrez votre pouvoir, vos têtes et vos capitaux. Et ils ont tout donné !

Et Poutine est toujours incapable d’imposer des taxes normales à la population. C’est une question de volonté politique. Et cela peut être résolu par un seul décret !

– Et de quoi a-t-il peur ? Il ne semble pas avoir peur de l’Occident. Quelle est la nature de sa peur ?

– Je ne sais pas. Il croit peut-être qu’il s’agit d’un soutien fiable. Mais l’oligarchie ne peut être un tel soutien. Quand Poutine en a besoin, il sait prendre des décisions importantes. Et il l’a prouvé avec l’Occident. Et avec la Crimée. Et quand il a pris des décisions sur le renvoi du gouvernement et de la Constitution. Mais il est maintenant urgent de décider d’un nouveau cap financier et économique et d’un virage patriotique de gauche. Il est plus que temps.

Voir en ligne : source en russe

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).