Face au sommet de guerre de l’OTAN à Washington

, popularité : 2%

Faire monter l’adrénaline de l’électeur français n’est pas d’une grande utilité. L’hystérie ambiante étant nettement plus élevée que les possibilités d’action qui s’offrent à l’électeur qu’il soit Français, Britannique ou autre. Histoireetsociete a décidé, dans l’œil du cyclone de la catastrophe imminente sans moyens de la conjurer en France, de prendre du recul. En effet, on peut raisonnablement penser que la solution électorale actuelle soit installera le Rassemblement national au gouvernement dans une cohabitation dont le seul enjeu sera “le domaine réservé” présidentiel pour lui permettre d’être l’âme de l’OTAN, soit elle créera les conditions encore plus favorable au RN pour la future présidentielle ce qui ne présente pas la moindre garantie en matière de “bellicisme” et encore moins sur le plan de notre pouvoir d’achat. Donc de toute façon, comme nos amis des Etats-Unis nous boufferons la même politique et de l’OTAN à plus soif. Nous sommes devant le même marchand de saucisse, le capital, avec l’un qui nous propose plus de moutarde, l’autre plus de ketchup, mais on finit toujours par bouffer la même saucisse. Donc voyons comment ceux qui nous précédent à savoir les pacifistes et antifascistes des Etats-Unis analysent leur inextricable situation qui eux non plus n’ont plus de parti communiste du moins comme alternative politique. L’OTAN les envahit, on doit ajouter que la seule chose qui fait que l’on ne peut pas tirer un signe d’égalité entre les deux “non-choix” reste premièrement que l’on ne doit pas porter la moindre responsabilité dans l’installation du fascisme même s’il est déjà là, la seconde est qu’il faut dans le mouvement de refus du fascisme tenter de développer une conscience politique de la réalité de l’adversaire… (note et traduction de Danielle Bleitrach pour histoireetsociete)

3 JUILLET 2024

PAR MÉDÉE BENJAMIN – NICOLAS J. S. DAVIES Sur Facebook Gazouiller RedditMessagerie électronique

Face au sommet de guerre de l’OTAN à Washington

Après les invasions catastrophiques et illégales de la Yougoslavie, de la Libye et de l’Afghanistan, le 9 juillet, l’OTAN prévoit d’envahir Washington DC. La bonne nouvelle est qu’il ne prévoit d’occuper Washington que pendant trois jours. Les Britanniques ne brûleront pas le Capitole des États-Unis comme ils l’ont fait en 1814, et les Allemands prétendent toujours docilement qu’ils ne savent pas qui a fait exploser leurs gazoducs Nord Stream. Attendez-vous donc à des séances de photos souriantes et à une orgie exagérée de félicitations mutuelles.

Les détails de l’ordre du jour de l’OTAN pour le sommet de Washington ont été révélés lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Prague à la fin du mois de mai. L’OTAN entraînera ses membres dans la guerre froide entre les États-Unis et la Chine en l’accusant de fournir des technologies d’armes à double usage à la Russie, et elle dévoilera de nouvelles initiatives de l’OTAN visant à dépenser l’argent de nos impôts pour un mystérieux « mur de drones » dans les pays baltes et un « système de défense aérienne intégré » coûteux à travers l’Europe.

Mais la principale caractéristique du sommet sera une démonstration superficielle d’unité pour tenter de convaincre le public que l’OTAN et l’Ukraine peuvent vaincre la Russie et que négocier avec la Russie équivaudrait à se rendre.

À première vue, cela devrait être difficile à vendre. La seule chose sur laquelle la plupart des Américains sont d’accord à propos de la guerre en Ukraine, c’est qu’ils soutiennent une paix négociée. Lorsqu’on leur a demandé dans un sondage Economist/YouGov de novembre 2023 « Seriez-vous favorable ou opposé à ce que l’Ukraine et la Russie acceptent un cessez-le-feu maintenant ? », 68 % ont répondu « oui », et seulement 8 % ont répondu « non », tandis que 24 % ont déclaré qu’ils n’étaient pas sûrs.

Cependant, alors que le président Biden et les dirigeants de l’OTAN tiennent des débats sans fin sur les différentes façons d’intensifier la guerre, ils ont rejeté à plusieurs reprises les négociations de paix, notamment en avril 2022, novembre 2022 et janvier 2024, alors même que leurs plans de guerre ratés laissent l’Ukraine dans une position de négociation qui ne cesse de s’aggraver.

L’objectif final de cette non-stratégie est que l’Ukraine ne sera autorisée à négocier avec la Russie qu’une fois qu’elle sera confrontée à une défaite totale et qu’elle n’aura plus rien à négocier – exactement la capitulation que l’OTAN dit vouloir éviter.

Comme d’autres pays l’ont souligné à l’Assemblée générale des Nations unies, le rejet par les États-Unis et l’OTAN de la négociation et de la diplomatie en faveur d’une longue guerre qui, espèrent-ils, finira par « affaiblir » la Russie est une violation flagrante du « règlement pacifique des différends » auquel tous les membres de l’ONU sont légalement engagés en vertu du chapitre VI de la Charte des Nations unies. Comme il est dit à l’article 33, paragraphe 1 :

« Les parties à tout différend dont la persistance est susceptible de mettre en danger le maintien de la paix et de la sécurité internationales recherchent, avant tout, une solution par la négociation, l’enquête, la médiation, la conciliation, l’arbitrage, le règlement judiciaire, le recours à des organismes ou arrangements régionaux, ou à d’autres moyens pacifiques de leur choix. »

Mais les dirigeants de l’OTAN ne viennent pas à Washington pour déterminer comment ils peuvent se conformer à leurs obligations internationales et négocier la paix en Ukraine. Au contraire. Lors d’une réunion en juin en préparation du sommet, les ministres de la Défense des pays de l’OTAN ont approuvé un plan visant à renforcer le soutien militaire de l’OTAN à l’Ukraine « sur des bases plus solides pour les années à venir ».

Le siège de cette initiative sera situé sur une base militaire américaine à Wiesbaden, en Allemagne, et impliquera près de 700 personnes. Il a été décrit comme un moyen de “prouver à Trump” le soutien de l’OTAN à l’Ukraine, au cas où Trump remporterait les élections et tenterait de réduire le soutien des États-Unis.

Lors du sommet, le secrétaire général de l’OTAN, M. Stoltenberg, souhaite que les dirigeants de l’Alliance s’engagent à fournir à l’Ukraine des équipements d’une valeur de 43 milliards de dollars par an, pour une durée indéterminée. Faisant écho à la double pensée de George Orwell selon laquelle “la guerre, c’est la paix”, M. Stoltenberg a déclaré : “Le paradoxe, c’est que plus longtemps nous planifions et plus longtemps nous nous engageons [dans la guerre], plus tôt l’Ukraine pourra connaître la paix”.

Le sommet examinera également les moyens de rapprocher l’Ukraine de l’adhésion à l’OTAN, ce qui garantit la poursuite de la guerre, la neutralité de l’Ukraine étant le principal objectif de guerre de la Russie.

Comme l’a rapporté Ian Davis de NATO Watch, la rhétorique de l’OTAN fait écho aux mêmes phrases qu’il a entendues tout au long de vingt ans de guerre en Afghanistan : « Les talibans (maintenant la Russie) ne peuvent pas nous attendre ». Mais ce vague espoir que l’autre partie finira par abandonner n’est pas une stratégie.

Rien ne prouve que l’Ukraine sera différente de l’Afghanistan. Les États-Unis et l’OTAN font les mêmes hypothèses, ce qui conduira au même résultat. L’hypothèse sous-jacente est que le PIB plus élevé de l’OTAN, les budgets militaires extravagants et corrompus et le fétichisme de la technologie d’armement coûteuse doivent d’une manière ou d’une autre, comme par magie, conduire l’Ukraine à la victoire sur la Russie.

Lorsque les États-Unis et l’OTAN ont finalement admis leur défaite en Afghanistan, ce sont les Afghans qui ont payé de leur sang la folie de l’Occident, tandis que la machine de guerre des États-Unis et de l’OTAN est simplement passée à son prochain « défi », n’apprenant rien et faisant du foin politique à partir d’un déni abject.

Moins de trois ans après la déroute en Afghanistan, le secrétaire américain à la Défense Austin a récemment qualifié l’OTAN d’« alliance la plus puissante et la plus réussie de l’histoire ». C’est un signe prometteur pour l’avenir de l’Ukraine que la plupart des Ukrainiens hésitent à jeter leur vie dans le feu de poubelle de l’OTAN.

Dans un article intitulé « La nouvelle théorie de la victoire ukrainienne est la même que l’ancienne », Mark Episkopos du Quincy Institute a écrit : « La planification occidentale continue d’être stratégiquement arriérée. Aider Kiev est devenu une fin en soi, séparée d’une stratégie cohérente pour mettre fin à la guerre ».

Episkopos a conclu que « la clé pour exercer efficacement l’influence [de l’Occident] est d’abandonner enfin un cadre de victoire à somme nulle…

Nous ajouterions que c’était un piège tendu par les États-Unis et le Royaume-Uni, non seulement pour l’Ukraine, mais aussi pour leurs alliés de l’OTAN. En refusant de soutenir l’Ukraine à la table des négociations en avril 2022, et en exigeant plutôt ce « cadrage à somme nulle de la victoire » comme condition du soutien de l’OTAN, les États-Unis et le Royaume-Uni ont transformé ce qui aurait pu être une guerre très courte en une guerre prolongée, potentiellement nucléaire, entre l’OTAN et la Russie.

Les dirigeants et diplomates turcs se sont plaints de la façon dont leurs alliés américains et britanniques ont sapé leur rétablissement de la paix, tandis que la Francel’Italie et l’Allemagne se sont tortillées pendant un mois ou deux, mais se sont rapidement rendues au camp de guerre.

Lorsque les dirigeants de l’OTAN se réuniront à Washington, ce qu’ils devraient faire, en plus de déterminer comment se conformer à l’article 33(1) de la Charte des Nations Unies, c’est procéder à un examen lucide de la façon dont cette organisation qui prétend être une force de paix continue d’intensifier des guerres ingagnables et de laisser des pays en ruines.

La question fondamentale est de savoir si l’OTAN peut jamais être une force de paix ou si elle ne peut jamais être autre chose qu’une extension dangereuse et servile de la machine de guerre américaine.

Nous pensons que l’OTAN est un anachronisme dans le monde multipolaire d’aujourd’hui : une alliance militaire agressive et expansionniste dont la myopie institutionnelle inhérente et les évaluations aveugles et égoïstes de la menace nous condamnent tous à une guerre sans fin et à un anéantissement nucléaire potentiel.

Nous suggérons que la seule façon pour l’OTAN d’être une véritable force de paix serait de déclarer que, d’ici l’année prochaine, elle prendra les mêmes mesures que son homologue, le Pacte de Varsovie, en 1991, et de dissoudre finalement ce que le secrétaire Austin aurait été plus sage d’appeler « l’alliance militaire la plus dangereuse de l’histoire ».

Cependant, la population mondiale qui souffre sous le joug du militarisme ne peut pas se permettre d’attendre que l’OTAN abandonne et s’en aille de son propre chef. Nos concitoyens et nos dirigeants politiques ont besoin de nous entendre tous parler des dangers posés par cette machine de guerre nucléaire qui n’a pas de comptes à rendre, et nous espérons que vous vous joindrez à nous, en personne ou en ligne, pour tirer la sonnette d’alarme à l’occasion de ce sommet de l’OTAN.

Medea Benjamin et Nicolas J. S. Davies sont les auteurs de War in Ukraine : Making Sense of a Senseless Conflict, disponible chez OR Books en novembre 2022.

Voir en ligne : sur le blog histoireetsociete

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).