Déclaration du BP du CC du KKE
Des mesures efficaces de protection de la santé du peuple et de soutien des travailleurs doivent être prises dès maintenant !

, par  communistes , popularité : 2%

En ces temps difficiles, le KKE prend position avec responsabilité envers le peuple, soulignant que toutes les mesures nécessaires doivent être prises immédiatement pour protéger la santé et les droits des travailleurs. Le KKE a déjà annoncé le report de tous ses événements jusqu’à Pâques, dans le cadre des mesures de prévention et de protection de la santé publique.

Les récentes annonces du gouvernement sur la lutte contre la nouvelle épidémie de coronavirus cherchent à donner l’impression que le gouvernement fait tout ce qui est en son pouvoir pour faire face à un danger objectif, qui a des implications visibles pour la santé de la population et l’économie du pays.

La vérité est que le véritable danger provient des lacunes tragiques du système de santé qui étaient connues avant l’apparition du nouveau coronavirus. Ces lacunes ne sont pas apparues par accident, elles ne sont pas objectives. Elles sont le résultat de la politique antipopulaire menée par tous les gouvernements, sur la base des orientations de l’UE pour la commercialisation et la privatisation de la Santé, pour soutenir la rentabilité des groupes d’entreprises et sauvegarder les excédents. Cette politique annule, en pratique, les grandes possibilités scientifiques et technologiques qui existent aujourd’hui pour répondre à tous les besoins de prévention et de soins du peuple. Ainsi, par exemple, il n’y a aujourd’hui que 550 lits dans les unités de soins intensifs, alors que 3,500 étaient nécessaires avant l’épidémie de coronavirus.

Le ralentissement préexistant de l’économie dans la zone euro et au niveau international est désormais renforcé par la propagation des nouveaux foyers de contamination au coronavirus, et augmente le risque d’une nouvelle crise dans la période à venir, en particulier dans la zone euro.

La campagne de propagande gouvernementale, qui se concentre presque exclusivement sur la responsabilité individuelle de chaque citoyen et appelle à l’unité nationale pour soutenir la politique gouvernementale, cache le vrai problème. La prise des mesures nécessaires nécessite l’opposition aux engagements et aux politiques de l’UE pour soutenir la compétitivité des groupes monopolistiques, qui sacrifient la satisfaction des besoins du peuple sur l’autel de la rentabilité capitaliste. Le peuple ne peut et ne doit pas payer à nouveau !

Les recommandations de l’Agence nationale de santé publique imposent la nécessité que le gouvernement prenne immédiatement toutes les mesures nécessaires pour lutter efficacement contre cette pandémie et en même temps faire face à tous les besoins de santé permanents qui ne sont pas pertinents au coronavirus.

1. Nous demandons ici et maintenant des mesures d’urgence pour protéger la santé de notre peuple, telles que :

- Recrutement de personnel médical et infirmier permanent pour ouvrir tous les lits fermés des unités de soins intensifs, ainsi que pour permettre le fonctionnement 24 heures sur 24 de toutes les unités de soins de santé primaires afin de soulager les hôpitaux.

- Équipement complet de tous les services publics avec des articles de désinfection et de prophylaxie prévus, fournis gratuitement par l’État à la population, afin de mettre une fin à la spéculation inacceptable.

- Réouverture immédiate des hôpitaux fermés par les gouvernements ND-PASOK en 2013 (Polyclinique de Patisia, Hôpital Général d’Attique de l’Ouest, Bombola, etc.). Ils doivent être immédiatement dotés en personnel, avec du personnel permanent et non avec des transferts de personnel d’autres hôpitaux.

- Satisfaction de tout besoin supplémentaire d’hospitalisation et de pratique médicale également par la réquisition d’infrastructures sanitaires du secteur privé.

2. La mise en œuvre obligatoire des mesures restrictives et préventives nécessaires pour la population requiert des mesures correspondantes pour protéger les revenus et les droits des travailleurs eux-mêmes. Les mesures annoncées jusqu’à présent ne soutiennent que les grandes entreprises capitalistes tout en réservant un régime de "quarantaine" en ce qui concerne les droits des travailleurs. Dans le même temps, aucune mesure essentielle de protection du revenu familial pour les travailleurs, les travailleurs indépendants et les agriculteurs n’est garantie en cas de maladie ou d’arrêt du travail en raison d’obligations familiales.

L’approche "horizontale" unique du gouvernement par rapport aux dispositions concernant les obligations fiscales et d’assurance des groupes d’entreprises, du grand capital, des travailleurs indépendants et des salariés, entraînera à terme de nouvelles charges sur les épaules du peuple.

Les travailleurs, à travers leurs contributions aux Organismes de Sécurité sociale, ont payé beaucoup pour pouvoir bénéficier d’une assurance et de prestations de base en cas de telles urgences. Ils ont payé et continuent de payer à travers de l’EOPYY (Organisation nationale des prestations de santé) pour leur santé, à travers de l’OAED (Organisation pour l’emploi de la main-d’œuvre) et d’autres contributions à l’EFKA (Organisation unique d’Assurance sociale) pour couvrir leurs revenus en cas de chômage et incapacité temporaire de travail (maladie, accident).

Il faut accorder des congés supplémentaires pleinement rémunérés et assortis d’une assurance sociale : (a) à tous les travailleurs qui tombent malades pour récupérer, mais aussi pour prévenir la propagation de la maladie (b) à un membre de la famille ayant un enfant malade ou une personne âgée, ou qui n’a pas d’autre option pour garder un enfant mineur.

De plus, le gouvernement est responsable non seulement de ne pas annoncer de sanctions et d’amendes aux employeurs qui violent les relations de travail et les horaires de travail, mais aussi de suspendre les contrôles requis : nous demandons ici et maintenant le renforcement des contrôles de l’Inspection du Travail dans les secteurs et les lieux de travail, qui ne doivent pas devenir une prison au milieu d’une épidémie.

3. Dans tous les cas, toutes les mesures de soutien financier d’urgence nécessaires pour les travailleurs et les couches populaires doivent être prises afin de résoudre les problèmes supplémentaires qui se posent :

- Tout d’abord, toutes les enchères et les saisies, toutes les coupures d’électricité et d’eau, tout type de collecte obligatoire, à l’État, aux banques et aux entreprises et organisations de service public devraient être arrêtés, aussi longtemps que cela sera nécessaire, pour tous les travailleurs, les retraités et les travailleurs indépendants, avec une priorité pour ceux dont le revenu annuel est inférieur à 12,000 euros.

- Les licenciements doivent être arrêtés. Des allocations de chômage à 80% du salaire de base doivent être accordées ici et maintenant pour les travailleurs saisonniers qui ne sont pas réemployés, comme dans les secteurs du tourisme, des transports, etc. Une allocation similaire devrait être accordée aux travailleurs indépendants, avec des revenus annuels de jusqu’à 12,000 €, qui seront contraints de fermer leur entreprise. Par ailleurs, les travailleurs des entreprises suspendant leurs activités devraient également recevoir une allocation d’urgence de 715,68 € pour les 45 prochains jours.

- Tous les retraités devraient recevoir une 13e pension immédiate comme aide d’urgence.

- Plus précisément, pour les travailleurs indépendants ayant un revenu annuel inférieur à 12,000 EUR : a) qu’ils soient exemptés du paiement des cotisations pour leur assurance pendant les 4 prochains mois sans perte de leurs droits à pension, b) fixer un seuil non imposable de 12,000 EUR, et qu’ils soient exemptés du paiement de la taxe professionnelle pour leur permettre de faire face aux conséquences financières déjà croissantes.

4. Des mesures supplémentaires doivent être prises dans le domaine de l’Éducation pour faire face, à la responsabilité de l’État, à plusieurs problèmes résultant de la décision nécessaire de fermer toutes les structures éducatives. Il est important de protéger les enfants de la famille populaire des conséquences de la commercialisation de l’éducation, qui crée des conditions d’accès inégales et qui peuvent être aiguisées dans ces conditions. Nous demandons donc :

- La prise des mesures pour que les élèves de la troisième année du secondaire soient également préparés aussi rapidement que possible pour les examens nationaux, même avec une réduction des matières d’examen.

- La résolution de tous les problèmes liés droits des étudiants, continuer l’alimentation des étudiants en évitant les réunions (aliments emballés).

- La résolution du problème des remboursements pour les voyages scolaires annulés, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger, concernant des milliers de familles.

Nous appelons les travailleurs à prendre leur destin en main et à demander de manière décisive au gouvernement de prendre immédiatement toutes les mesures nécessaires pour protéger la santé et les droits du peuple.

Le Bureau politique du Comité central du KKE

13 mars 2020

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).