Conseil national des 8 et 9 avril 2011
90ème intervenant, samedi 10h45... Intervention de Paul Barbazange, Hérault

, par  Paul Barbazange , popularité : 2%
]

Après une journée et demi de débats, il n’y a pas lieu de répéter beaucoup de ce qui a été dit, parfois avec véhémence et inquiétude en opposition au rapport introductif. J’essaie donc d’apporter des précisions relevant du travail collectif des sections de l’ouest biterrois. Avec un certain nombre de candidats présentés par le PCF -pour ma part dans le cadre du Front de Gauche-, mais d’autres n’ont pas voulu s’y inclure, nous avons mené une campagne communiste, anticapitaliste marquée par sa diversité, de rassemblement. Révolte, rupture, révolution ont été les trois articulations de cette perspective de rassemblement appuyé d’abord sur le développement des luttes sociales en liaison avec les échéances électorales.

Les questions institutionnelles se sont imposées : proportionnelle, fin de l’élection du Président de la République au suffrage universel. Cette campagne a mobilisé plus nettement que lors des précédentes législatives, 4 adhésions au PCF sur deux cantons et la réunion de cellules qui ne l’avaient pas fait depuis des mois, des années. Des communistes très divers qui retrouvent un début de possibilité de "travailler ensemble". Je choisis de retenir cette réflexion d’une jeune citoyenne d’un quartier populaire exprimant sa satisfaction "de pouvoir passer d’un vote par dépit à un vote de conviction", effaçant de ce fait un vote (une abstention politique !) de résignation.

Ne résume-t-elle pas le sens du mouvement encore à créer ? Pour vaincre cet obstacle que nous mesurons tous, de l’abstention, acte de refus politique de la part des plus exploités. Recréer un vote d’envie, de mobilisation de classe. Veillons à ce qu’il puisse en être de même aux présidentielles. Comment poursuivre, accentuer ce mouvement ?

Nous avons dans notre calendrier de parti, 10 semaines d’ici la Conférence Nationale, 12 d’ici le vote des communistes, pour avancer sur la question de ce programme communiste et du candidat.

Les débats, de ces deux jours, ont largement montré que Mélenchon par son incapacité au travail collectif, ses outrances dans les médias, le contenu même du projet avancé ne peut être ce candidat. L’évolution des sondages n’est qu’une mesure de ce que vivent les électeurs, communistes dans leur diversité, dans leur proximité ou leur éloignement relatif au PCF.

En opposition, au travers d’obstacles lourds venant souvent de nos rangs, des possibilités se sont construites dans le PCF ces derniers mois : Chassaigne, Gérin et surtout leur capacité à tous deux à travailler ensemble, mettant leurs différences plus en synergie qu’en concurrence -sans aucun soutien de la direction nationale- ont montré la capacité collective du parti à construire. Donnons nous, donnons leur au plan départemental, local la possibilité de s’exprimer directement dans des débats vivants avec les communistes et nous avancerons ensemble. Diffuser les positions respectives des candidats, c’est quand même le minimum du minimum, créer un débat vivant public partout indépendant des manipulations médiatiques, ce sera bien autre chose.

Nous le pouvons.

Le cadre ou non du Front de Gauche selon l’un ou l’autre c’est un élément du débat. Ce n’est pas l’essentiel. Ce qui réunira demain une majorité de communistes, c’est le cadre de construction communiste : révolte, rupture, révolution, rassemblement.

N’oublions pas qu’au delà des adhérents actuels, il y a des centaines de milliers de citoyens qui se reconnaissent dans l’espoir communiste : le partage, la fraternité comme le disent les deux André.

Maintenant nous avons une décision d’importance à prendre ; allons-nous choisir la possibilité pour chaque communiste, chacun comptant pour un, un homme une voix, de s’exprimer sans ambiguïté, de se compter pour s’unir dans le cadre de la préparation de la conférence nationale, en choisissant à bulletin secret son candidat communiste ou non ? Pour l’instant cette disposition n’est pas retenue dans le projet de résolution. Plusieurs membres du CN ont proposé un amendement le permettant, son adoption ou son rejet seront chargés de sens. Comme le vote de chacun d’entre nous.

De toute façon, fédération par fédération, section par section, cellules par cellules, nous allons agir pour mandater nos délégués à la conférence nationale de façon précise, dans les meilleures conditions. Même si la disposition finalement retenue n’aide pas. L’absence de toute ambiguïté ne peut être liée qu’à un vote de mandatement par tête, sans cela se poursuivrait le cours difficile qui marque notre vie depuis des années particulièrement apparent dans ce CN.

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).