Hommage à notre camarade Fidel

, par  Charles Hoareau , popularité : 8%

Il fallait s’y attendre, et cela arrive à un âge inespéré pour quelqu’un que les USA ont tenté d’assassiner… 638 fois !
Il aura eu la joie de voir son peuple avancer et gagner un vote historique à l’ONU où plus aucun pays n’ose voter contre la résolution cubaine condamnant l’embargo dont son peuple est victime.

Il fallait s’y attendre, ses adversaires de toujours, n’en démordent pas et même devant la mort d’un homme qui est objectivement, tant par la durée de son mandat que par la force de son action, l’un des plus grands hommes politiques du 20e siècle, continuent à porter leurs coups tel le journal Le Monde, le "quotidien de référence"… de la bourgeoisie, qui a toujours été un adversaire résolu de la révolution cubaine, qui s’en donne à cœur joie ce matin en ressortant un article de 2001 (!). Ils me font penser aux fascistes de Pinochet qui tirèrent sur le cercueil de Pablo Neruda : même mort, Fidel leur fait peur.

Il faut s’y attendre, il va y en avoir des titres sur le thème, « une page se tourne », « Cuba doit (ou va c’est selon !) devenir raisonnable et rentrer dans le rang », dans le rang des pays capitalistes bien sûr.

Il faut s’y attendre, on va en entendre des "opposants" et des "démocrates", les mêmes qui soutiennent toutes les guerres qui ont eu pour résultat de faire basculer le Moyen Orient dans le chaos, lancer leur appel à en finir avec la "dictature" cubaine sur le thème des droits de l’homme.

JPEG - 95.1 ko

Il faut s’y attendre, la mort de Fidel et tout ce qu’elle évoque, va voir s’ériger deux camps de part et d’autres de la barrière et c’est tant mieux. A celles et ceux d’en face nous le disons tranquillement.

Oui nous ne sommes pas dans le même camp que vous.

Nous ne sommes pas dans le camp de celles et ceux qui tirent sur les peuples qui essaient de trouver des voies alternatives au capitalisme et tentent d’inventer en permanence le socialisme de leur temps. Pour eux, Cuba n’a que des défauts et l’un des pires est d’avoir eu Fidel à sa tête si longtemps. Les avez-vous entendu dénoncer une seule fois l’embargo contre Cuba y compris quand les votes à l’ONU réclamant la fin de cet acte de guerre économique et sociale contre tout un peuple sont devenus ultra majoritaires ? Les avez-vous entendus saluer le travail extraordinaire en matière de santé ou d’éducation ? Saluer la solidarité de Cuba envers les autres peuples y compris récemment envers Haïti touché par les cyclones ? Saluer la conversion de l’île à l’agriculture bio il y a plus de 20 ans maintenant… y compris par les plus farouches partisans déclarés de l’écologie politique chez nous ?

Il faut vous y attendre, nous sommes dans le camp des peuples, de Cuba à l’Afrique du sud, en passant par le Venezuela ou la Bolivie. Dans le camp de celles et ceux qui se réjouissent à chaque avancée palpable pour les plus démunis, à chaque point marqué contre l’impérialisme, à chaque avancée pour la paix, à chaque recul auquel le capitalisme est contraint. Nous n’avons pas de modèle mais nous avons des repères et Cuba est un repère fort.

Le Cuba de Castro avec sa formidable résistance de petit David face au Goliath américain est un encouragement pour le monde entier. Certains, voulant croire à « la fin de l’histoire » ne donnaient pas cher de la peau de Cuba suite à la chute du mur de Berlin : ils ont dû déchanter grâce au Cuba de Fidel.

Il faut vous y attendre, nous sommes et serons toujours dans le camp de celles et ceux qui cherchent à inventer le socialisme du XXIe et ont droit aux erreurs, aux tâtonnements dans leur volonté de conquête de l’émancipation humaine.

Nous n’avons ni modèle, ni mythe du sauveur suprême, ni culte de la personnalité.

Simplement, il faut vous y attendre, nous sommes et resterons dans le camp de Fidel.

Hasta la victoria siempre !

Charles Hoareau
Rouge-Midi

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).