Vénissieux l’audacieuse, la courageuse

Avec Michèle Picard, rassembler les Vénissians, tenir le cap à gauche Élection municipale de Vénissieux : Intervention de Michèle PICARD à la conférence de presse du 24 mars 2015

, par  pam , popularité : 1%

Les résultats du premier tour : 37.66% des voix se sont portée sur notre liste

Les Vénissians ont confirmé leur choix, alors que pendant un an on a voulu faire croire que le résultat de l’an dernier n’était pas légitime. Les Vénissians ne sont pas versatiles et ont renouvelé leur confiance en notre liste, honnête.

Notre liste d’union de la gauche a gagné une première bataille. Il faut poursuivre, consolider et confirmer cet élan démocratique.

En vue du deuxième tour, j’appelle toutes les forces de gauche, tous les progressistes et toutes les énergies citoyennes à se mobiliser et à se rassembler derrière notre liste pour enfoncer le clou !

Le 29 mars prochain, aucune voix ne doit manquer pour battre la droite sarkozyste de Christophe Girard, la droite des petits calculs politiciens, des intérêts particuliers et de l’argent roi.

Aucune voix ne doit manquer pour faire barrage aux idées racistes et aux discours de rejet du Front National, à tous ceux qui prônent la division et la discrimination.

Ce deuxième tour est crucial
- pour notre ville
- pour l’avenir de nos services publics de proximité, des politiques sociales, familiales, culturelles, éducatives, sportives,
- pour poursuivre la dynamique incontestable de notre ville, sa cohésion entre les générations et sa volonté sans faille de défendre l’intérêt général.
- C’est une dynamique que notre liste porte haut et fort.

Le second tour donnera lieu à une quadrangulaire
- Dimanche prochain, il convient de mobiliser pour une large victoire.
- Pour faire gagner les valeurs de gauche, de progrès social, de solidarité, pour faire gagner les valeurs républicaines.
- Pour continuer également de faire avancer Vénissieux.

Nous avons seulement 5 jours pour convaincre et mobiliser les Vénissians, c’est notre priorité
- C’est court, très court.
- Avec des délais incompressibles pour un certains nombres de démarches administratives, de publications à écrire.
- Avec des rencontres, des initiatives, une présence militante sur les marchés, du porte à porte, des invitations, un meeting.
- Nous devons poursuivre notre campagne de terrain, c’est essentiel.

C’est pourquoi, j’ai décidé en accord avec toutes les forces de gauche rassemblées, les personnalités socialistes et de la société civile de ne participer à aucun des débats organisés par les médias.
- Dans un souci d’équité.
- 2 d’entre eux sont programmés sur la même journée et bouleversent complètement mon agenda, remettant en question des obligations prises antérieurement, qui plus est un jour de marché, lieu de rencontre avec les habitants.
- Des conditions difficiles à tenir avec si peu de délai

Pour conclure, permettez-moi aussi de vous livrer mon état d’esprit sur l’objet même de ce « passage obligé »
- Face à des candidats usant de méthodes anti-républicaines
- Avec une campagne qui a été marquée par des actes que je considère diffamants, où encore ces derniers jours, un affichage sauvage colportant des informations mensongères et en dehors des délais légaux.
- Des candidats dont le seul objectif, commun à tous, est de faire « tomber la municipalité communiste ».

Certains sans doute traduiront cette décision comme la crainte d’affronter mes adversaires
- Je ne crains pas le débat d’idées, la contradiction constructive, le développement des propositions que chaque Vénissian serait en droit d’attendre pour se faire réellement une opinion.
- Par contre, je revendique le droit de pouvoir contrecarrer des arguments biaisés si les conditions d’organisation étaient réunies, d’autant plus que cela se passe devant un public acquis à chacun des candidats, où nous oscillons entre les huées ou les applaudissements.

Quand certains choisissent la foire d’empoigne, je privilégie l’explication, le développement, le raisonnement dans le temps qui m’est imparti, trop court pour avoir la possibilité de démonter une à une des invectives populistes.
- Je prendrai l’exemple du programme de l’UMP dans lequel un quart des actions annoncées sont en réalité des actions déjà menées par la majorité sortante.
- Ou encore les attaques lancées par des raccourcis, des phrases sorties de leur contexte,
- on me prête même des propos que je n’ai pas tenus, comme sur la question de la théorie du genre dans un tract diffusé par l’UMP.
- Dans la mesure où ils déforment malhonnêtement avec l’intention de nuire, je ne vois pas ce que le fait d’être présente ou pas changerait.

Nous avons besoin de réalisme, de confronter nos positions, d’apporter des réponses auxVénissians, de donner du sens. La gestion d’une ville de 62000 habitants demande du sérieux.
- Un autre exemple, comment combattons-nous la réponse du candidat Monchau lancée sur un plateau et qui s’apparente à de l’apologie de la torture. Je le cite « Les chiffres, c’est comme les hommes, en les torturant bien comme il faut, on peut leur faire dire ce que l’on veut. » Des mots qui font froid dans le dos et qui n’ont pas leur place dans un débat républicain !

A deux jours du scrutin, mon refus peut être considéré comme un risque inutile

René Char disait « Va vers ton risque. A te regarder ils s’habitueront ».

J’ai envie de rajouter, j’espère qu’ils comprendront.

Notre liste a organisé près d’une dizaine d’évènements :
- 5 réunions publiques avec plus de 500 personnes,
- Le meeting du 19 février avec près 500 personnes
- La présentation des candidats qui a réuni 400 personnes,
- Le meeting du 18 mars avec 700.
- Finalement ces initiatives sont peu suivies par les médias qui, pour beaucoup,font le choix de nous ouvrir un espace imposé.

Je ne me défile jamais lorsque que je suis sollicitée par l’un d’entre vous et je ne crois pas être de ceux qui emploient la langue de bois
- Mais dans le cas présent, ces débats ne sont le théâtre que d’invectives, laissant une place de choix à la démagogie et au populisme, qui s’apparentent plus à de la politique spectacle, qu’au débat démocratique et de fond.
- Des règlements de compte qui ne reflètent pas l’idée que je me fais du débat politique, du débat républicain et démocratique dans le respect de chacun.

A l’époque où nous déplorons tous, le niveau d’abstention, quelle image livrons-nous aux citoyens ? Est-ce vraiment de cette manière que nous les reconduirons sur le chemin des unes ? Je ne le crois pas.
- Les conditions à la fois du contenu délivré aux électeurs et de l’organisation me conduise à me concentrer, dans ce temps extrêmement court d’entre deux tours, aux Vénissians et à l’avenir de Vénissieux.
- En femme de conviction, je peux défendre beaucoup de sujets, je peux me battre pour ou contre avec engagement, mais je ne suis pas convaincue par le bien fondé et l’intérêt de cet exercice.
- Je reste évidemment disponible pour répondre à toutes vos sollicitations individuelles.
- Je vous remercie pour votre attention et votre compréhension.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).