Il n’y aura pas de France Heureuse dans un Monde Malheureux

, par  Pedro

Le 31 janvier à 19:31, par Pedro En réponse à : Il n’y aura pas de France Heureuse dans un Monde Malheureux

"Beaucoup, je l’entends dans tous mes déplacements, ont perdu confiance dans une certaine gauche, qui a renoncé à bousculer les intérêts dominants. Avec ma candidature à l’élection présidentielle, je veux tourner définitivement cette page, retrouver le chemin de la majorité sociale du pays, permettre à une gauche populaire reconstruite sur de nouvelles bases de relever le défi de civilisation auquel la planète est tout entière confrontée. Je veux aider à construire une nouvelle majorité politique qui dira ce qu’elle fait, qui fera appel à l’intelligence collective et à l’engagement de chacune et chacun, qui portera des engagements précis et ambitieux.

Tel est le sens du pacte qui est ici proposé aux Françaises et aux Français, au mouvement social, et que je soumets au plus large débat à gauche. Ce pacte, il s’agit à présent de le construire jusqu’aux élections législatives, afin de faire élire le plus grand nombre de député·é·s de gauche, et parmi elles et eux de député·e·s communistes, à l’Assemblée
nationale. C’est là, au Parlement, non au palais élyséen où se reproduit une monarchie présidentielle qui dégoûte tant d’hommes et de femmes de la politique, que tout se jouera."

Bref, du vieux avec un langage différent et avec une position "gaulliene". L’individu libre des partis qui se présente devant les français ... et les immigrés qui votent car naturalisés. Comment un tel truc est passé ? Le comité des communicateurs est à revoir.

Vouloir rompre avec les passé, veut dire finir avec la subordination du PCF au Parti Socialiste lors des élections.
Cela devient une perspective qui se décline comme "faire élire le plus grande nombre des députés de gauche et communistes à...l’Asssemblée Nationale"

Sans s’arrêter devant une telle perspective et vu les rapports de force réels, comment cela peut se faire ?

Les députés de gauche, c’est qui ? Les Socialistes ? Les écologistes ? Les Insoumis ? Qui ? Comment ?

Le centre de la lutte est l’opposition entre les parlementaires et le président de la république de droite ? Qui aura la amjorité au parlement bourgeois et le soutient de la droite ou du macronisme selon qui gagne si ce n’est pas Mélenchon ?

Car, étant donné les possibilités réelles, il y aura ou un président de droite ou, par extraordinnaire, un président social démocrate de gauche.

Il résulte évident que la candidature Roussel travaille pour continuer sa propre politique. Cela, on peut le comprendre pour sa coterie, mais est-ce une politique qui puisse reconstruire le PCF ?

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).