Fralib : contraindre UNILEVER et le gouvernement

, par  Charles Hoareau , popularité : 3%

Alors qu’on approche des 900 jours de lutte, record dont se seraient bien passé les Fralibiens, la situation se tend.

D’un côté le projet de SCOP TI fait l’unanimité quant à son sérieux, sa faisabilité, les perspectives nouvelles qu’il offre en matière de développement local, de l’autre le groupe UNILEVER maintient son intransigeance et son refus d’assumer les responsabilités qui sont les siennes…fort sans doute du soutien dont il bénéficie auprès des instances internationales comme le prouve la récente décision de l’ONU, mais aussi de l’attitude du préfet, représentant local de l’État qui affiche chaque jour un peu plus son soutien.

UNILEVER : le soutien de l’ONU

L’ONU vient sans rire de nommer le PDG monde d’UNILEVER, Paul Polman à la Commission des Nations Unies chargée de réfléchir au développement durable de la planète !!

Un PDG qui comme le rappelle Olivier Leberquier , « s’est octroyé en 2011, 6,661 millions d’€ de rémunération dont plus de la moitié en actions, un PDG qui gagne annuellement au bas mot et scandaleusement le salaire de 600 Smicards, qui opère restructuration sur restructuration se traduisant par des charrettes de licenciements, de chômeurs et de pauvreté, honoré pour ses services !!!

Et il est désigné pour parler du développement durable !

Lui dont toute la stratégie est d’engraisser un club restreint de riches, de piller les pays en développement et de renforcer les inégalités au niveau mondial !
 »

Ce PDG qui déclare partout qu’il ne cèdera pas la marque Éléphant (ce qui aiderait grandement au sauvetage des 182 emplois de Gémenos), alors que celle-ci ne représente que 0,04% du chiffre d’affaire du groupe, est vraiment bien placé pour parler de développement !!!

Et question écologie, il se pose un peu là. Ainsi Olivier explique « autrefois les feuilles que l’on mettait dans le sachet de Tilleul Éléphant étaient récoltées en Provence, séchées à Carpentras, coupées et mélangées dans notre usine à Gémenos pour ensuite y être conditionnées et vendues dans les magasins en France, puisque la marque Éléphant n’est vendue qu’en France.

Aujourd’hui, le tilleul vient d’Amérique Latine ou du fin fond de l’Europe de l’Est. Il arrive par bateaux au port d’Hambourg. Il traverse l’Allemagne (600 kilomètres) pour y être transformé chez un sous-traitant allemand, ensuite il reprend la route pour Katowice en Pologne (800 kilomètres) et y être conditionné puis finalement revient en France pour y être commercialisé (1400 kilomètres). Bravo, le développement durable !!! » Sans parler des composants chimiques qu’UNILEVER a mis dans ses produits en lieu et place des arômes naturels que les salariés utilisaient encore jusqu’au début des années 2000 et que la multinationale a abandonné pour toujours plus de profit !!


Schéma paru sur l’Humanité

En France le gouvernement semble chaque jour en faire un peu plus pour ne pas être en reste dans le soutien plus ou moins explicite à la multinationale. Après Arnaud Montebourg qui avait déclaré de façon péremptoire [1] : « on ne peut pas réquisitionner la marque », c’est maintenant au préfet de région, représentant local de l’État, de montrer dans quel camp il se situe. Ainsi lors du dernier comité d’engagement, le comité mis en place pour suivre « la revitalisation du site », si Hugues Parant préfet de région réaffirme « la priorité donnée au projet des salariés dès lors que sa viabilité serait avérée », constate (comme s’il ne pouvait rien y faire) qu’UNILEVER ne veut céder ni la marque ni les volumes et donc regrette « qu’un nouveau projet de SCOP n’ait pas été présenté par les salariés ». Il veut quoi ? Que les Fralib se mettent à fabriquer des chaussettes ?!!

Pire après avoir dit que « le temps presse » (comme si on ne le savait pas et que les fralibiens ne comptaient pas les jours !), il se met à parler, au mépris de toute vérité d’une « quarantaine de salariés aujourd’hui sans solution ». Outre le fait que l’on ne sait pas d’où il a sorti ce chiffre de 40, c’est faire fi de la centaine de salariés qui ont une solution et se sont engagés pour celle-ci : la SCOP TI !

Il n’y a pas ici des salariés qui auraient été reclassés (où ? en Pologne ?) et d’autres qui attendraient sans savoir où aller que le préfet les sauve du désespoir.

Il y a ici des femmes et des hommes qui se battent pour sauver leur emploi, qui veulent produire du thé et des infusions de qualité, qui sont les vrais acteurs du développement durable de la région et toutes les arguties ne peuvent masquer le manque de volonté politique de s’attaquer aux vraies causes du problème : une multinationale qui au nom de sa course au profit est prête à tout sacrifier : l’emploi, le développement d’une région, la qualité de ce que nous consommons et l’environnement.

Dans ces conditions on comprend que les représentants des fralibiens, après un échange « plus que houleux avec le préfet », celui-ci leur reprochant à la lecture de leur déclaration en Préfecture de « faire de la Politique » comme l’indique Olivier, pas étonnant donc qu’ils aient claqué la porte de ce comité d’engagement.

Les représentants du personnel ont décidé d’écrire à François Hollande. La balle est dans le camp du gouvernement. A lui de voir s’il veut passer des paroles de campagne aux actes pour l’emploi. Les fralibiens eux, sont plus que jamais déterminés.

Charles Hoareau, sur Rouge Midi

[1Sur BFM TV le 28 septembre 2012.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).