Déclaration commune de 15 partis communistes de toute l’Union européenne
Opposition maximale au Traité sur la stabilité, la coordination et de la gouvernance dans l’Union économique et monétaire et le Traité révisé sur le Mécanisme européen de stabilité (MES)

, par  lepcf.fr , popularité : 2%

Déclaration commune de 15 partis communistes de toute l’Union européenne appelant à une opposition maximale au Traité sur la stabilité, la coordination et de la gouvernance dans l’Union économique et monétaire et le Traité révisé sur le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Une déclaration internationale de plus que le PCF n’a pas signée : aura-t-on un jour l’explication de ces refus à répétition par ceux-là mêmes qui les décident ?

L’Union européenne et les classes dirigeantes des Etats-membres sont décidés à faire payer le prix fort au peuple pour la crise de plus en plus profonde que rencontre le système.

Nous, partis communistes et ouvriers des Etats-membres de l’Union européenne, appelons les travailleurs de toute l’Europe à résister et à s’opposer à l’adoption du Traité sur la stabilité, de la coordination et de gouvernance dans l’Union économique et du traité révisé sur le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Les deux traités instaureraient dans les Etats-membres de la « zone euro », et en réalité dans tous les autres pays signant ces accords, l’austérité économique à perpétuité, avec des coupes de plus en plus importantes dans les dépenses publiques, des augmentations des impôts indirects, des baisses de salaire, la poursuite de la libération des marchés et de la privatisation des entreprises et des services publics, des ressources nationales fondamentales.

Il s’agit d’une stratégie visant à créer une Europe des bas salaires, avec des dépenses publiques réduites au minimum, une pauvreté massive et des travailleurs privés de l’essentiel de leurs droits. Ces traités visent à faire de ces mesures un horizon indépassable de l’UE, sur lequel il serait impossible de revenir en arrière.

L’impact de ces traités ne se réduira pas aux Etats-membres de la zone Euro. Il offrira un point d’appui pour de nouvelles attaques contre les droits des travailleurs et leurs conditions de travail dans l’ensemble de l’UE. Les classes dirigeantes ont déclaré une guerre ouverte contre les travailleurs dans le cadre d’une offensive généralisée.

Ces traités sont pensés comme étant un moyen de neutraliser la capacité des formations ouvrières à l’échelle nationale à influer ou à changer les politiques sociales et économiques nationales. Dans la lignée des traités précédents, ils bloquent pour la classe ouvrière toute perspective de se défendre par ses propres moyens ou d’avancer une alternative de progrès social, une alternative socialiste.

Ils instaureront l’austérité perpétuelle par une ingérence extérieure permanente des institutions de l’UE dans les affaires des Etats-membres, pour ce qui est de leur politique économique et sociale, dans les intérêts du capitalisme monopoliste.

Dans cette perspective, ils peuvent compter sur la collaboration active de la classe dirigeante et de leurs représentants politiques, dans chaque pays. Ces traités iront plus loin dans la négation et la remise en cause des droits nationaux et souverains.

Toute politique menée par les classes dirigeantes, à travers l’Europe, ne visera inévitablement qu’à faire payer au peuple la crise du capitalisme. Défendre les intérêts de la classe ouvrière ne pourra passer que par l’affrontement et la rupture avec ce système destructeur.

Nous, partis communistes et ouvriers, apprécions à sa juste valeur et saluons la réponse de masse apportée par les travailleurs et les autres couches sociales touchés par ces mesures et par les politiques du grand capital, en Grèce, en Irlande, au Portugal, en Espagne et en Italie et appelons les travailleurs et leurs syndicats, les organisations populaires de masse, à résister à ces attaques réitérées, à se mobiliser et à affirmer une réponse de classe à la crise du capitalisme monopoliste d’État.

Dans les batailles immédiates que nous menons actuellement, nos partis porteront la vision du Socialisme comme réponse à la crise du système capitaliste.

Partis signataires :
- Nouveau Parti communiste des Pays-Bas
- Parti du travail de Belgique
- Parti communiste de Grande-Bretagne
- Parti communiste portugais
- Parti communiste de Finlande
- Parti communiste au Danemark
- Parti communiste du Luxembourg
- Parti communiste d’Irlande
- Parti communiste ouvrier hongrois
- Parti communiste de Grèce
- Parti des communistes Italiens
- Parti communiste de Malte
- Parti communiste de Pologne
- Parti communiste d’Espagne
- Parti communiste de Suède

Voir en ligne : Traduction MA pour le site solidarité internationale pcf

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).