Youri Andropov, ou la réforme du socialisme qui n’eut, hélas, pas lieu

, popularité : 58%

"Quiconque souhaite le renforcement de la démocratie devra souhaiter également le renforcement et non pas l’affaiblissement du mouvement socialiste ; renoncer à la lutte pour le socialisme, c’est renoncer en même temps au mouvement ouvrier et à la démocratie elle-même."

Rosa Luxemburg

Publié en 1983 dans la revue Kommounist (la revue théorique du PCUS), à l’occasion du centenaire depuis le décès de Karl Marx, l’article de Youri Andropov intitulé « La doctrine de Karl Marx et certaines questions de l’édification socialiste en URSS », eut un retentissement certain, et fut systématiquement cité dans les publications soviétiques contemporaines. C’était en effet – au-delà de l’hommage rendu au fondateur du socialisme scientifique – de la part du nouveau secrétaire général du PCUS récemment entré en fonction l’occasion de rédiger un article programmatique, détaillant les priorités politiques et les grandes orientations qu’il comptait mettre en œuvre durant son mandat. Cet article fut bien vite oublié ; trois ans après sa rédaction en effet commençait la perestroïka. Il n’aurait pourtant pas dû être et mérite d’être lu et relu aujourd’hui, tant il est éclairant et instructif, sur le marxisme et le combat idéologique et politique d’un parti communiste, sur la réalité soviétique des années 80, sur les problèmes réels qui existaient alors et les solutions qu’il était possible de leur apporter. Loin d’être l’apologétique routinière, sclérosée et coupée de la réalité dont elle a la réputation – infondée –, le marxisme soviétique tardif se révèle une pensée vivante, profonde, lucide, et qu’il est toujours instructif d’étudier aujourd’hui.

Élu secrétaire général du PCUS, en remplacement de Léonide Brejnev, le 12 novembre 1982, Youri Andropov n’exerça les plus hautes fonctions à la tête du Parti et de l’État que pendant 15 mois seulement, emporté trop tôt hélas par la maladie le 9 février 1984. Il n’avait que 69 ans lorsqu’il quitta ce monde. Lui succéda pour une année Constantin Tchernenko, le plus injustement méconnu des secrétaires généraux du PCUS (dont nous avions parlé dans le numéro précédent de l’Encre Rouge), lui aussi trop tôt parti. Ensuite, ce fut Mikhaïl Gorbatchev…

Ayant exercé de nombreuses fonctions au sein du Parti et de l’État – notamment à la tête du KGB, mais il est utile de rappeler qu’Andropov lui-même n’en était pas issu, et que son action à la tête des services secrets avait notamment pour but de les remettre sous le contrôle du pouvoir civil et de renforcer la légalité socialiste contre les abus qui avaient eu lieu par le passé – théoricien marxiste profond et brillant, homme d’une grande culture, Youri Andropov était pleinement lucide des contradictions et difficultés réelles qui s’accumulaient, et des insuffisances de la direction brejnévienne qui tardait à prendre les mesures fortes requises. Il était déterminé à parler franchement des problèmes réels, et à s’engager dans les réformes qui devenaient indispensables. Des réformes qui devaient toutefois rester dans la continuité, qui devaient être conformes au système socialiste de l’URSS, être une avancée dans le développement du socialisme, en direction du communisme, non pas une régression, un replâtrage du système avec des éléments étrangers, comme ce fut le cas sous Gorbatchev, avec le résultat que l’on sait. 15 mois, ce n’est clairement pas assez pour réformer un pays. Néanmoins, les mesures entreprises par Youri Andropov durant son mandat, comme son action antérieure, ainsi que ses écrits, prouvent qu’il avait la capacité et la volonté de le faire, que la triste issue de 1991 n’avait rien de fatal, que le socialisme soviétique possédait toujours de grandes potentialités, qui ne demandaient qu’à être déployées.

Le socialisme développé et ses problèmes économiques

Le stade d’évolution atteint par la société soviétique dans les années 1970 avait été analysée comme « socialisme développé » par le PCUS. Ce syntagme a souvent été mal compris – de bonne ou de mauvaise foi – et interprété comme un terme d’apologétique, destiné à qualifier l’URSS, si ce n’est de paradis socialiste, du moins de société pleinement développée, moderne et prospère. Tel n’est pourtant pas sa signification, et il s’agit d’une catégorie scientifique et non apologétique. « Socialisme développé » signifie société devenue en quelque sorte pleinement socialiste, qui ne compte plus (ou seulement marginalement) d’éléments non-socialistes (capitalistes ou précapitalistes), et qui fait système : un système socialiste cohérent et fonctionnant selon ses lois internes, qui lui sont propres.

Mais il est vrai que ce syntagme pouvait induire l’idée d’un certain achèvement, ce qui était de nature à favoriser des formes d’immobilisme, de moins voir les contradictions réelles du système, et ses exigences de développement, de changement, de réforme. Il est vrai également que la propagande de la période brejnévienne, si elle n’a jamais fait complètement l’impasse sur les problèmes et les insuffisances existantes, a trop souvent eu tendance à insister sur les succès – bien réels au demeurant – au point de les exagérer, et de présenter la réalité soviétique meilleure qu’elle ne l’était dans les faits.

Or, la réalité soviétique était loin d’être toujours exaltante, et ne correspondait qu’imparfaitement à l’image d’une société socialiste développée : les pénuries étaient réelles, les besoins de la population en biens de consommations n’étaient pas suffisamment satisfaits, et les techniques et les infrastructures étaient parfois loin d’être modernes, surtout à la campagne. Si bien que les citoyens soviétiques avaient de plus en plus l’impression d’une déconnexion profonde entre les discours du Parti et la réalité de leur vie. Cela laissait également à la propagande bourgeoise et la « gauche » occidentale non-communiste des angles d’ouverture pour dénigrer le socialisme soviétique, à tous les gauchistes pour prétendre que ce n’était pas même du socialisme du tout, puisque ne correspondant pas à leur définition, toute dogmatique et abstraite, de ce que le socialisme est censé être. A ces gens-là, Youri Andropov a apporté une réponse cinglante :

« Jusqu’à ce jour, les idéologues de la bourgeoisie et du réformisme bâtissent des systèmes entiers d’arguments s’efforçant de prouver que la société nouvelle créée en URSS et dans les autres pays frères ne correspondrait pas au modèle de socialisme que concevait Marx. Il y aura, à les en croire, divorce entre la réalité et l’idéal. Mais, sciemment ou par méconnaissance, on oublie que lorsqu’il mettait au point sa doctrine, Marx se guidait le moins du monde sur les exigences de l’idéal abstrait d’un « socialisme » bien propre et soigné. L’idée qu’il se faisait du futur régime procédait d’une analyse des contradictions objectives de la grosse production capitaliste. C’est justement cette approche, la seule qui soit scientifique, qui lui a permis de définir infailliblement les traits essentiels de la société qui devait naître dans les orages purificateurs des révolutions sociales du XXe siècle ».

Cette réponse est juste, et c’est celle qu’il faut aujourd’hui encore opposer à tous les gauchistes qui se prétendent pour la révolution et le socialisme en théorie, mais contre toutes les révolutions et les expériences de socialisme réelles en pratique. Ils ne méritent pas d’en recevoir d’autre, et leur prétention à être marxistes est usurpée, qu’elle que puisse être la quantité de citations des classiques dont ils se parent. Le peuple soviétique, en revanche, méritait une vraie réponse.

Le socialisme soviétique à l’aube des années 80 était très loin d’être en crise. Cela dit, la situation commençait à devenir préoccupante. Le bilan de la direction brejnévienne était pourtant loin d’être mauvais. Le développement économique avait été réel et en somme spectaculaire, de même que le progrès social. Le niveau et la qualité de vie des Soviétiques avaient considérablement augmenté. Le cliché désignant cette période comme ayant été celle de la « stagnation » est parfaitement faux et malhonnête. Au niveau des réformes même, des discussions sérieuses existaient au sommet du Parti, et le premier ministre, Alexis Kossyguine avait proposé des réformes économiques importantes, assez radicales parfois, et put en mettre certaines en place. Il ne fut pas suivi par le Politbureau sur ses idées les plus radicales ; qui revenaient, il est vrai, à faire plus de place aux mécanismes de marché, ce qui pourrait être incompatible avec le caractère socialiste de l’économie soviétique.

Mais, malgré tous les succès obtenus, ce n’était de loin pas satisfaisant, les pénuries demeuraient et les besoins de la population n’étaient pas pleinement satisfaits. Avant de critiquer ces insuffisances toutefois, il faut tenir compte du point de départ – misère absolue et arriération héritées du tsarisme – des ravages colossaux, matériels et humains, dus à la Guerre civile et à la Deuxième Guerre mondiale, et des contraintes de la course aux armements, imposées par l’impérialisme, malgré tous les efforts de la diplomatie soviétique en faveur de la coexistence pacifique. Plus grave, l’économie soviétique perdait de son dynamisme au début des années 80, la croissance économique était de plus en plus à la peine, les investissements rapportaient des résultats de moins en moins satisfaisants, et les goulots d’étranglement se multipliaient. Il devenait urgent d’identifier la source de ces problèmes, et d’y apporter des solutions.

Si Youri Andropov continuait à utiliser le terme de socialisme développé – dans la mesure où il s’agissait d’une catégorie scientifiquement juste – c’était en le débarrassant de toute connotation apologétique. Il était en effet pleinement lucide sur les problèmes et les contradictions réelles, sur le niveau en réalité assez peu avancé du développement du socialisme en URSS, dans la réalité économique, et plus encore dans les consciences, que le chemin serait encore long. Il devait avoir compris que Léonide Brejnev avait parlé trop vite en qualifiant d’« irréversible » le caractère socialiste de la société soviétique, puisqu’il avait bien identifié les circonstances objectives et subjectives qui rendront possible la restauration du capitalisme moins de dix ans plus tard :

« L’expérience du socialisme réel montre que la transformation du « mien », du particulier, en « nôtre », en commun n’est pas chose aisée. La révolution dans les rapports de propriété ne se résume pas à un acte unitaire à la suite duquel les principaux moyens de production deviennent l’apanage du peuple entier. Obtenir le droit du maître et devenir ce maître – authentique, sage, parcimonieux – sont loin d’être la même chose. Le peuple qui a réalisé la révolution socialiste doit encore longtemps assimiler sa nouvelle situation de propriétaire suprême et sans partage de toute la richesse sociale : l’assimiler économiquement, politiquement et, si l’on veut, psychologiquement, en affinant la conscience et la conduite collectivistes. On ne peut considérer comme un socialiste achevé que celui qui n’est pas indifférent non seulement à ses propres succès dans le travail, à son bien-être, à son prestige, mais aussi aux affaires de ses camarades de travail, du collectif de travailleurs, aux intérêts de tout le pays, des travailleurs, du monde entier. »

« A propos de cette transformation du « mien » en « nôtre », il ne faut pas oublier que c’est là un processus de longue haleine et très varié, qu’il ne convient pas de simplifier. Même lorsque les rapports de production socialistes triomphent définitivement, d’aucuns conservent encore des habitudes individualistes qui, parfois, se reproduisent, une aspiration à s’enrichir aux dépens des autres, aux dépens de la société. Tout cela, pour reprendre les termes de Marx, découle des conséquences de l’aliénation du travail, qui ne se volatilisent pas automatiquement ni soudainement de la conscience, bien que l’aliénation même soit déjà liquidée ».

Problèmes économiques et réformes pour y remédier

Le diagnostic général étant posé, quelles solutions Youri Andropov souhaitait y apporter ? Son plan de réformes était de nature globale et ambitieuse. La direction générale, la maxime directrice selon laquelle ces réformes devaient s’orienter, était formulée par lui de la façon suivante :

« Aujourd’hui, la tâche première est de mettre au point et de réaliser conséquemment des mesures capables de fournir un plus vaste champ d’action aux immenses forces créatrices dont dispose notre économie. Ces mesures doivent être minutieusement préparées, réalistes, ce qui signifie que pour les mettre au point il est indispensable de se fonder sur les lois de développement du socialisme. Le caractère objectif de ces lois exige qu’on fasse litière de toute sorte de tentatives de gérer l’économie par des méthodes étrangères à sa nature. Il n’est pas superflu de se souvenir ici de la mise en garde de Lénine contre le danger que représente la foi naïve de certains travailleurs qui pensent pouvoir résoudre toutes leurs tâches au moyen de “décrets communistes“ ».

Une perestroïka avant l’heure ?

Comment comprendre ce principe de faire fonctionner l’économie selon ses propres lois, plutôt que par des méthodes qui lui sont étrangères ? Il faut commencer par mentionner une légende tenace, en vogue dans l’historiographie et le débat public en Russie de nos jours. Selon cette lecture, par « méthodes étrangères », il faut entendre les méthodes administratives, les interventions bureaucratiques de l’appareil d’État, et par les « propres lois de l’économie » simplement…le marché. Cette légende fait en effet d’Andropov le précurseur de Gorbatchev – n’avait-il pas favorisé sa carrière après tout ? – qui, s’il eût vécu plus longtemps, aurait réformé l’URSS dans le sens d’une économie de marché à orientation socialiste, ou tout du moins d’une économie socialiste avec marché (on cite parfois les chiffres de 50% de part d’économie étatique, 30% au secteur coopératif, et 20% à l’entreprise privée). Cette légende, néanmoins, ne repose sur aucun élément solide, et n’a pratiquement aucune chance d’être vraie.

Il s’agit en effet de pures spéculations, qui ne trouvent aucune confirmation dans les propres écrits ou actions d’Andropov, et ne sont pas confirmées par les archives du temps de son mandat (qui ne sont pas encore déclassifiées). Elles sont basées uniquement sur des écrits postsoviétiques, surtout sur des mémoires et déclarations d’ex-dirigeants soviétiques, principalement de tendance gorbatchévienne. Or, de telles sources sont loin d’être fiables. En supposant que les auteurs en question soient sincères – et cela reste à démontrer – il reste à tenir compte du fait que la mémoire humaine est évolutive, en perpétuelle reconstruction, réinterprétant le passé à la lumière du présent. Rien ne prouve que des mots utilisés par Andropov avaient le même sens que celui qu’ils reçurent sous Gorbatchev (il y a beaucoup d’exemples du contraire). Il est fort possible, qu’essayant de donner sens à leurs actions a posteriori, au travers du prisme déformant de la catastrophe survenue entre temps, ils prêtent à leurs agissements passés une tout autre signification que celle qui fut la leur sur le moment.

Youri Andropov avait-il eu l’intention de réformer l’URSS en direction d’un socialisme de marché ? C’est très peu probable. Rappelons qu’il écrivait, dans le passage précité : « il est indispensable de se fonder sur les lois de développement du socialisme », et qu’il continuait à se référer au concept de socialisme développé, parce qu’il s’agissait, malgré ses connotations apologétiques malvenues, d’une catégorie scientifiquement juste. Or cette notion signifie précisément un socialisme qui fait système, dont tous les éléments s’ajustent d’une façon cohérente, et qui fonctionne selon ses propres lois. On ne peut « améliorer » un tel système par l’adjonction d’éléments de nature étrangère, qui présupposent d’autres lois, comme des éléments de marché. Cela aurait plutôt pour effet de faire dysfonctionner tout le système. C’est exactement ce qui s’est passé durant la perestroïka…

On pourrait objecter que Gorbatchev disait aussi ce genre de choses, avant de mettre en place des réformes de marché quand même, et que donc peut-être aussi Andropov jouait-il double jeu…On ne peut pas le prouver, mais la rigueur théorique même d’Andropov, par opposition au bavardage creux de Gorbatchev, incite à croire à son sérieux.

Plus sérieusement, on pourrait objecter que la Chine, le Vietnam, le Laos ont mis en place des réformes de marché, tout en conservant au moins une forme de socialisme, et que cela leur a profité. Mais ces pays étaient loin d’être des sociétés socialistes développées avant leurs politiques de « réforme et d’ouverture ». Le Parti Révolutionnaire du Peuple Lao affirme même que le Laos ne peut prétendre être à ce jour un pays socialiste, et que l’introduction du marché était nécessaire, car l’économie laotienne était trop sous-développée pour pouvoir fonctionner selon les lois du socialisme. Nous ne discuterons pas ici de la question difficile et controversée de si le « socialisme de marché » est encore du socialisme, et si cette notion est vraiment consistante. Remarquons simplement que, si Jiang Zemin dut aller plus loin dans les politiques d’ouverture au marché que ne l’avait fait Deng Xiaoping, c’est que, pour que le marché fonctionne comme tel, plutôt que comme générateur d’effets pervers et d’incitation aux magouilles comptables pour les entreprises étatisées, il a estimé nécessaire de privatiser ces entreprises. Donc on peut penser que socialisme et capitalisme forment bien deux systèmes distincts, fonctionnant selon des lois distinctes et incompatibles, et que le syntagme de « socialisme de marché » constitue une solution plus verbale que réelle. La République de Cuba, qui a mis en place un « socialisme avec marché » (gardant donc les sphères marchande et socialiste clairement distinctes) doit néanmoins gérer des difficultés nouvelles, et procéder à des correctifs, puis des correctifs de correctifs, en raison des incompatibilités profondes entre les deux systèmes.

Réformes économiques projetées par Andropov

Quelles réformes structurelles voulait donc vraiment mettre en place Youri Andropov ? Une première cause de difficultés étaient que les méthodes de gestion de l’économie, qui avaient été très efficaces à leur début, n’étaient plus adaptées…en partie en raison même de leur succès, qui les a rendues dépassées.

La planification étroitement centralisée et le développement extensif avaient eurent leur raison d’être lorsqu’il fallait créer l’industrie à partir de presque rien, quand tout restait encore à faire. Mais, en raison du niveau même de développement atteint par l’économie soviétique, elles n’étaient plus adaptées. Le nombre de ministères de branches avait pris l’inflation, engendrant de ce fait une bureaucratie lourde, souvent redondante, et peu efficace. Le primat à l’industrie lourde avait fini par devenir une sorte de dogme, appliqué au détriment de la production des biens de consommations, et même à l’efficacité économique. Des mauvais incitatifs (objectifs évalués en volume plutôt qu’en valeur, critères d’évaluation pas toujours adaptés) allaient au détriment de la qualité des produits. Des incitatifs dépassés avaient tendance à encourager des investissements dans des unités de production nouvelles, chères et pas toujours adaptés aux normes récentes – tournant à un gaspillage de surinvestissements –, plutôt qu’à l’amélioration des unités existantes (les investissements productifs dans les entreprises existantes étaient découragés par le fait que, ne portant pas leurs fruits immédiatement, ils risquaient de retarder la réalisation des objectifs du plan). Ces méthodes dépassées freinaient la modernisation technique de l’économie, et conduisaient à un gaspillage important et injustifié des matières premières et de l’énergie.

Andropov voulait donc une réforme du mécanisme de gestion de l’économie, pour supprimer les mauvais incitatifs, passer d’un développement extensif à un développement intensif, améliorer la planification, fournir un effort sérieux en matière de modernisation technologique, d’innovation, fixer comme priorité absolue l’économie de matières premières et d’énergies. Accorder plus d’autonomie, doublée de responsabilité, aux entreprises aussi, mais sans démanteler la planification centralisée.

Étant donnés les gaspillages précités, le bilan écologique de l’URSS n’était pas très bon ; mais du fait des efforts d’économie que Youri Andropov voulait impulser, ainsi que des discussions sérieuses sur les questions écologiques menées par les savants soviétique et le PCUS (beaucoup plus sérieuses que ce qui existait alors dans le monde capitaliste), et si on tient compte des réalisations de la République de Cuba dans ce domaine, il ne fait pas de doute que l’URSS, si elle avait survécu, aurait réussi aujourd’hui à développer une économie respectueuse des équilibres naturels et économe en ressources, ou du moins serait beaucoup plus avancée que le monde capitaliste dans cette voie.

Ces mesures de réformes impliquaient aussi une lutte pour la discipline au travail, contre l’absentéisme, assortie de sanction. Ce type de mesures n’était évidemment pas populaires, mais étaient sans doute indispensables pour améliorer l’efficacité de l’économie, et d’accroître l’offre en matière de biens de consommation, dont la population se plaignait avec raison du caractère insuffisant.

Youri Andropov insistait également sur le principe énoncé par Marx que, sous le socialisme doit être strictement appliquée la maxime « de chacun selon ses capacités, à chacun selon son travail ». Ce qui implique que le socialisme ne saurait être un système parfaitement égalitaire, et qu’un nivellement des salaires est lourde de conséquences néfastes. Une telle réflexion peut paraître déplaisante, voire peu de gauche, si on se place sur un point de vue quelque peu naïf et idéaliste, si précisément on conçoit le socialisme comme devant se conformer à un idéal préconçu a priori, et non sur la réalité, sur les contradictions et les possibilités réelles. Une approche qu’Andropov avait critiqué à juste titre.

Or, il le dit sans détours, les pénuries sont réelles et ne pourront disparaître de sitôt. L’état de développement des forces productives en URSS n’était pas suffisant pour permettre la prospérité pour toutes et tous. Si la direction du PCUS avait parlé plus souvent ainsi avec franchise de la réalité telle qu’elle est, aussi peu exaltante parfois fût-elle, plutôt que de l’enjoliver, il aurait sans doute plus obtenu la compréhension du peuple. Accorder un pouvoir d’achat supérieur à l’offre existante ne pouvait de ce fait qu’accroître les pénuries, et l’irritation à cet égard. Et il n’était guère possible de réussir à accroître la production, la productivité et la qualité du travail – indispensable pour accroître l’offre de biens de consommation – sans intéressements matériels, sans que les intéressements moraux ne soient négligés non plus, sans donc que le salaire ne dépende du résultat du travail, et donc sans inégalités des salaires. On parle bien entendu des différences de salaires dues au travail effectivement accompli. Les privilèges des dirigeants ne se justifient évidemment pas. Youri Andropov lui-même toutefois menait un mode de vie plutôt austère, désapprouvait ces mauvaises pratiques, et limita durant son bref mandat certains desdits privilège, mettant fin notamment à l’immobilisme des cadres, et en limogeant beaucoup d’entre eux.

Les mesures de réformes économiques d’Andropov impliquaient également – élément absolument central – une lutte drastique contre la corruption. Le phénomène avait en effet pris une ampleur inquiétante à la fin des années Brejnev, favorisé par l’individualisme et l’appât du gain qui subsistaient (et qu’Andropov avait justement saisi), par les insuffisances de l’économie socialiste, par un certain laxisme et la décomposition morale de certains cadres inamovibles. Allant de vols de bien sociaux à petite échelle, de détournements de fonds publics, de la corruption d’officiels, le phénomène pouvait aller jusqu’à des véritables réseaux criminels, un marché noir dont il est difficile d’estimer l’ampleur, mais qui commençait à devenir considérable. Cette « seconde économie » commençait à prendre l’allure d’un capitalisme de l’ombre, dont les effets de nuisance – par le détournement de ressources – sur l’économie officielle devenait perceptible, et contribuait aux pénuries dans une façon non négligeables. Si on la laissait faire, cette seconde économie risquait d’émerger à la surface, et de conduire à la restauration du capitalisme.

Youri Andropov avait raison de ne montrer aucune tolérance pour ce phénomène criminel et dangereux pour le socialisme. Il le combattit résolument, comme dirigeant du KGB, et plus encore comme secrétaire général, avec toutes les ressources répressives à sa disposition, faisant tomber nombre d’escrocs de tous niveaux, y compris des hauts cadres du Parti, qu’il fit arrêter en nombre, démantelant des réseaux entiers. Cette politique tendrait à démontrer d’ailleurs qu’il n’était pas du tout pour un système de marché, puisqu’il a cherché à éradiquer le capitalisme ré-émergeant. Gorbatchev, en revanche, permettra à la seconde économie de sortir de son trou, en légalisant des « coopératives » (simple couverture « socialiste » pour des entreprises privées), au travers desquelles des capitaux mafieux furent légalisés, siphonnèrent massivement les ressources du pays entre 1989 et 1991, et jouèrent enfin leur détestable rôle dans la privatisation-pillage après 1991. Beaucoup des oligarques de l’espace ex-soviétique proviennent de ces milieux-là.

Si la perestroïka ne rencontra que peu d’oppositions au sein du PCUS, avant qu’il ne soit trop tard, c’est, d’une part certes parce que des réformes devenaient indispensables, mais aussi et surtout parce que Gorbatchev sembla au début marcher dans la continuité d’Andropov, continuant les réformes utiles qu’il avait mis en route, avec moins de cohérence et d’efficacité que lui, avant de changer de cap, imperceptiblement au début, puis en virant franchement dans la voie de la liquidation.

S’en tenir au marxisme

On l’aura compris, Youri Andropov attachait une importance fondamentale à la théorie marxiste-léniniste, à son étude, et son développement créateur, indispensable pour résoudre correctement les tâches politiques. Nous terminerons donc sur une citation qu’il faudrait toujours avoir en tête :

« On entend dire parfois que de nouveaux phénomènes de la vie sociale « ne s’inscrivent pas » dans les conceptions du marxisme-léninisme, qu’il traverse une « crise » et qu’il faut le « galvaniser » par des idées puisées dans la sociologie, la philosophie ou la politologie occidentales. Le problème n’est pas d’une « crise » imaginaire du marxisme. Il s’agit d’autre chose, notamment de l’incapacité de certains théoriciens, qui se disent marxistes, de s’élever à la véritable envergure de la pensée théorique de Marx, d’Engels et de Lénine ; de l’incapacité où ils sont, lors d’une étude concrète des problèmes concrets, de tirer parti de toute la puissance intellectuelle de leur doctrine. Je tiens à ajouter qu’un grand nombre de théoriciens bourgeois – philosophes, sociologues et spécialistes de l’économie politique – se sont fait un nom en retournant à leur manière les idées marxistes. »

« Il ne convient pas aux communistes de se laisser séduire par les phrases cinglantes des « améliorateurs » de tout poil de la doctrine marxiste, de s’accrocher aux produits fabriqués par la science bourgeoise. Si l’on veut comprendre et résoudre de nouveaux problèmes, il faut non pas ronger la doctrine marxiste-léniniste, mais, au contraire, lutter pour sa pureté et la développer de façon créatrice. Seule cette approche répond aux traditions et à l’esprit de notre doctrine, aux exigences du mouvement communiste ».

Ce qui était juste en 1983 l’est toujours aujourd’hui, et tout communiste devrait songer toujours à cet enseignement de Youri Andropov : pour comprendre la réalité et la changer, ne jamais négliger le travail théorique, pour cela étudier le marxisme et le développer créativement pour comprendre les réalités nouvelles, ce conformément à ses propres principes, plutôt que de ramasser paresseusement toutes les « nouvelles » idées à la mode, qui seront périmées le lendemain.

Alexander Corsier, Genève, Switzerland [1]

Voir en ligne : lu sur le site voix du prolétariat

[1Je suis doctorat en philosophie médiévale latine et président du Parti du Travail Genève. Je suis convaincu qu’aujourd’hui le communisme est plus nécessaire que jamais, et malgré le renversement du socialisme en URSS, le marxisme-léninisme reste la seule voie vers un monde plus juste.

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).