Paix, indépendance nationale, progrès social et défense antifasciste de la démocratie sont indissociables Discours de Léon Landini à la jeunesse de France à l’occasion du 80e anniversaire du débarquement de Normandie

, par  Léon Landini , popularité : 1%

Oui, comme le dit Léon Landini, il est minuit moins une. Macron joue la fuite en avant vers la guerre et l’extrême-droite. A tous ceux qui tenteront dimanche de nous enfermer dans l’électoralisme des prochaines échéances, il faut redire l’urgence de travailler partout à la construction d’un front anti-fasciste et anti-guerre.

pam


Ce PRCF, celui-là, celui d’Alleg, d’Annie, de Gastaud, historique, en train de s’effacer, qui a toujours défendu la mémoire de la résistance, celle des communistes contre les liquidateurs qui n’ont cessé d’apporter leur caution à ce trafic immonde de l’Histoire… C’est du Léon Landini, pas un mot inutile, pas de polémique mais la dignité de ce que furent les communistes. L’immense majorité du PCF à la base est dans cet esprit et encore aujourd’hui un secrétaire de section de Marseille a envoyé aux adhérents et au-delà cet avis : nous fêtons le 6 juin ce moment où sur mille kilomètres l’armée rouge se déploie pour fondre sur Berlin… Que peut la base ? Face à la médiocrité de la trahison, ces paroles de Leon Landini je les fait miennes au nom de ceux qui comme mon compagnon Pascal Fieschi a été torturé par la Gestapo, déporté à Dachau après avoir organisé la révolte de la centrale d’Eysses, je suis sûre qu’il aurait comme Léon Landini adressé cet appel à la jeunesse de France qui va payer très chèrement la trahison des gens en place… (note de Danielle Bleitrach histoireetsociete)

6 juin 2024

A l’occasion du 80ème anniversaire du Débarquement de Normandie, je m’adresse à la jeunesse de France. 

Je suis Léon Landini, ancien officier FTP-MOI du bataillon Carmagnole-Liberté, Grand Mutilé de guerre à la suite des tortures endurées à l’âge de 18 ans sur l’ordre de Klaus Barbie, Médaille de la Résistance, Officier de la Légion d’honneur, décoré par l’Union soviétique pour faits de Résistance. 

Par ailleurs, je préside le Pôle de Renaissance Communiste en France qui continue sous des formes actuelles le combat patriotique et antifasciste, internationaliste et pacifique, du Front populaire et de la Résistance.

Si je prends la parole aujourd’hui alors que je suis très fatigué et âgé de 98 ans, c’est parce que je ne peux cautionner par mon silence la manière dont va être célébré le 80ème anniversaire du Débarquement de Normandie. Plus généralement, je suis inquiet pour l’avenir de la France et pour la paix mondiale.

Si je restais silencieux, j’aurais honte : car je trahirais la mémoire de 52 de mes camarades FTP-MOI qui sont morts sous la torture sans avoir lâché un nom, et qui se sont sacrifiés pour une République française sociale, souveraine, démocratique et pacifique.

En effet, ce 6 juin, Emmanuel Macron a décidé d’honorer tous nos alliés d’alors, ce qui est normal. 

Ce qui l’est moins, c’est qu’il n’a pas invité la Russie, qui fut le principal contributeur de la victoire sur Hitler puisque l’URSS a perdu 30 millions des siens pour délivrer le monde de la peste brune. C’est ce que reconnaissait de Gaulle quand, se rendant à Moscou en 1944, il déclarait : “LES FRANÇAIS SAVENT QUE LA RUSSIE SOVIÉTIQUE A JOUE LE RÔLE PRINCIPAL DANS LEUR LIBÉRATION”.

Chose bien oubliée aujourd’hui, soit dit en passant, alors qu’on fait croire aux enfants que ce sont les Américains, et non les Soviétiques qui auraient libéré notre pays. Or la victoire de Stalingrad, le tournant décisif de la guerre, a eu lieu le 2 février 43, bien avant l’ouverture du Second Front en Normandie ! Et en septembre 44, c’est sous la direction des FTP devenus FFI que le Paris populaire s’est libéré par ses propres forces !

A lire : L’appel des résistants communistes : l’engagement antinazi des combattants de Stalingrad est plus actuel que jamais ! [80e anniversaire de Stalingrad – 4/02 – Paris ]

La fraternité d’armes franco-soviétique a alors été illustrée, non seulement par le sacrifice de nombreux Soviétiques tombés sur notre sol, comme les femmes héroïques du régiment RODINA, mais par le régiment d’aviation Normandie-Niemen, ce symbole immortel de la fraternité d’armes soviéto-française.

Pire, le président Macron a le front d’inviter Zelensky aux festivités du 6 juin. Ce personnage est certes le vassal fidèle de l’Union européenne et de l’OTAN, mais c’est surtout le persécuteur des mineurs russophones du Donbass depuis 2014, c’est le briseur des monuments rappelant la victoire soviétique en Ukraine, c’est l’ami du régiment pronazi AZOV, et l’admirateur de BANDERA, le monstre allié à Hitler qui organisa le génocide à l’encontre de dizaines de milliers de juifs et de Polonais. 

PNG

Ainsi M. Macron refusera-t-il mesquinement le 6 juin d’honorer le drapeau rouge frappé de la faucille et du marteau qui flotta sur le Reichstag en avril 44, mais il s’inclinera devant le drapeau de Kiev qui crache sur l’Armée rouge mais qui encense les admirateurs ukrainiens d’un antisémite génocidaire auxquels s’allient l’U.E. et l’OTAN ! Après quoi on va pleurnicher sur la montée de l’extrême droite en France et en Europe ! 

Qu’on ne vienne pas non plus me dire que la Russie ne peut être accueillie en raison de la guerre en Ukraine. 

D’abord, il faut rappeler que la guerre d’Ukraine n’a pas commencé par l’entrée des troupes russes en février 2022, mais par les bombardements dont Kiev s’est rendu coupable durant 8 ans contre les mineurs russophones du Donbass. 

De plus M. Macron accueillera sans problème, comme il les accueille aux Jeux Olympiques, les représentants de l’Etat d’Israël qui, condamnés par l’ONU, se livrent à un carnage à Gaza en détournant et en insultant la mémoire des martyrs juifs d’Auschwitz. 

Et en outrageant aussi la mémoire antifasciste, soit dit en passant, des jeunes juifs antinazis du bataillon Carmagnole : je pense à Simon Fryd, mon camarade âgé de 20 ans, qui fut guillotiné par Vichy et qui, plaçant lui-même sa tête sur le billot, déclara à ses bourreaux “JE VAIS VOUS FAIRE VOIR COMMENT MEURT UN JEUNE COMMUNISTE !”. 

Mais la manière négationniste dont sera célébré le 6 juin est grave pour une autre raison encore : c’est que la politique grossièrement pro-américaine et antirusse de M. Macron met aujourd’hui le monde, et au premier chef, la France devant un énorme danger de guerre nucléaire pouvant mener à l’extermination générale. Au risque de provoquer une conflagration avec un Etat nucléaire doté de missiles “hypersoniques”, Macron envoie des soldats français en Ukraine. Il annonce aussi que les Ukrainiens auront toute licence pour frapper la Russie au moyen de missiles français. Bref, la France devient co-belligérante officielle en Ukraine. L’armée russe répond en organisant des manœuvres engageant ses forces nucléaires tactiques… 

Bref, ce président honni par les Français après ce qu’il leur a fait sur les retraites, et ce qu’il leur fait maintenant sur les statuts et le chômage, fait de la France le boutefeu de la 3ème Guerre mondiale alors que 75% des Français sont opposés à l’envoi de troupes en Ukraine. Tout cela parce qu’il est obsédé par l’ambition, peut-être de devenir le premier président d’un “Etat européen” dangereux pour notre indépendance, pour nos acquis et pour la survie même de la population française !

C’est pourquoi j’adjure chacun de faire son possible, d’abord pour rétablir la vérité sur le rôle central de la Russie soviétique en 1945. Dénonçons le négationnisme antisoviétique qui pave la voie du fascisme en Europe. Combattons le fascisme résurgent et la Grande Europe qui avance à nouveau vers l’Est sous de faux prétextes “démocratiques”. 

Paix, indépendance nationale, progrès social et défense antifasciste de la démocratie sont indissociables. Plus que jamais, jeunes Français, engagez-vous pour la VIE, il est minuit moins une !

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).