Nicolas Maduro annonce la production en série du Carvativir contre le coronavirus avec l’aide de l’ALBA

, popularité : 3%

Malgré la morgue colonialiste qui persiste dans les « réseaux sociaux » et les grands médias au sujet du Venezuela, les faits parlent d’eux-mêmes. La révolution bolivarienne a évité les hécatombes du Covid observées dans les régimes néo-libéraux voisins (Colombie, Brésil, Equateur, Pérou, etc..), ce qui a poussé l’OMS a demander au Venezuela l’autorisation d’étudier son modèle de lutte anti-Covid. Les chiffres de l’OMS confirment que les politiques volontaristes de santé publique ont permis d’aplatir la courbe de contagion du Covid-19 et de maintenir la létalité à un des taux les plus bas du monde. Mais il y a plus : avant la vaccination massive et gratuite qui débutera en avril grâce à l’arrivée du vaccin russe Sputnik (dont l’efficacité vient d’être confirmée par la revue The Lancet), et que l’Argentine, la Bolivie ou le Mexique administrent également à leurs citoyen.ne.s, les scientifiques vénézuéliens travaillent à compléter l’arsenal des médicaments disponibles. Ce dimanche 24 janvier, le président Nicolas Maduro a annoncé au monde entier que des scientifiques locaux ont réussi à produire un médicament capable de neutraliser le coronavirus SARS-CoV-2, qui provoque la maladie COVID-19.

Il a également souligné que cet antiviral est « totalement inoffensif », qu’il ne génère pas d’effets secondaires et qu’il a déjà été testé lors d’essais. « Il a été utilisé dans le cadre des traitements appliqués au Venezuela aux patients atteints de COVID-19, donnant de bons résultats. Le Carvativir est un puissant antiviral en provenance du Venezuela. Nous rejetons le système inégalitaire, la rapacité de pays du nord qui veulent s’emparer de la plus grande quantité de vaccins au détriment des pays du sud, nous dénonçons la conception commerciale de la santé publique. Ici, nous pensons à l’Humanité », a-t-il expliqué.

Le président vénézuélien a souligné que le Carvativir sera incorporé au « kit de médicaments » contre le coronavirus. Il a également indiqué qu’il aura cette semaine une réunion avec les autorités sanitaires « pour établir un système de distribution directe par milliers aux centres de santé du pays ».

En outre, il a déclaré qu’il coordonnerait les efforts avec les pays de l’Alliance Bolivarienne pour les Peuples de Notre Amérique (ALBA) pour exporter ce médicament. Rappelons que les médias occidentaux ont systématiquement passé sous silence ces initiatives et les succès enregistrés par le gouvernement bolivarien, y compris sa politique de rapatriement gratuit de dizaines de milliers de vénézuélien(ne)s pris au piège des régimes néo-libéraux déjà cités.

El Carvativir es un poderoso antiviral que ha probado ser efectivo para combatir al SARS-CoV-2, agente causal de la COVID-19.

Ha sido desarrollado por científicos venezolanos que ponen su conocimiento al servicio de la patria.
¡Seguimos luchando contra la pandemia, sin descanso ! pic.twitter.com/M8G2V5FgBd

— Gabriela Jiménez (@Gabrielasjr) January 25, 2021

Le Carvativir est un projet de recherche gouvernemental

Le journal vénézuélien El Nacional – un média ouvertement opposé au gouvernement de Maduro – a interviewé Raúl Ojeda Rondón « en exclusivité ». Il est le chercheur principal du projet qui a conçu Carvativir.

Dans l’interview susmentionnée, le scientifique vénézuélien explique que « le Carvativir réduit le temps de récupération à l’hôpital. Cela est possible parce qu’il accélère la réponse immunitaire » du patient, ce qui en fait un médicament efficace contre le coronavirus.

Pour Rondón, « il est important de préciser qu’il s’agit d’une ligne de recherche scientifique de l’État vénézuélien par le biais du Ministère de la Science et de la Technologie. Les études ont commencé en mars et se sont terminées en décembre » de 2020.

Il a également expliqué que, outre le ministère, d’autres organisations sont également impliquées. Parmi eux, il a mis en avant l’Institut Vénézuélien de Recherche Scientifique, l’Institut National d’Hygiène Rafael Rangel, le Service National de Médecine et des Sciences Médico-Légales et le Ministère de la Santé.

Jusqu’à présent, la recherche a franchi trois étapes, comme l’exigent les réglementations internationales, sous le contrôle et avec l’accompagnement de l’Institut National d’Hygiène Rafael Rangel. En outre, un comité de bioéthique composé de 14 spécialistes de différents domaines a également participé.

« C’est une étude multicentrique, randomisée et placebo », a expliqué le chercheur. De même, il a souligné qu’ils ont utilisé l’analyse statistique Kaplan-Meier, utilisée par l’Université d’Oxford et la Russie.

« C’est un système qui permet d’évaluer les données et d’établir comment était le comportement de certains paramètres cliniques par rapport à un médicament, une molécule et un placebo. (…) Il s’agit d’une recherche scientifique, et non politique. Des tests ont été effectués en Turquie, en Iran et aux États-Unis », a-t-il souligné.

Chercheurs de l’IVIC (Venezuela)


Qu’est-ce que le Carvativir ? 

Ce n’est pas une monture ou une huile essentielle. Tu ne le manges pas non plus. Le Carvativir est une molécule qui est extraite d’un produit phytochimique, purifiée et modifiée, et placée dans un excipient, qui est le véhicule qui transportera la molécule dans le corps humain. L’excipient que nous utilisons est le squalène, qui permet d’accélérer la réponse immunitaire du système immunitaire des patients que nous traitons avec de l’isothymol modifié. Nous la modifions pour produire un médicament qui a un potentiel thérapeutique. Ce n’est pas une huile d’origan. Le Carvativir est une molécule purifiée, synthétisée et modifiée, avec un excipient qui a la propriété de stimuler la réponse du système immunitaire inné de l’être humain. Nous le vérifions à l’aide de tests cliniques et paracliniques. Avec des laboratoires reconnus.


Quelles ont été les étapes suivies avant les essais cliniques ?

Avant les essais cliniques, nous avons eu une étape préclinique : plusieurs tests ont été effectués à l’IVIC. Le Carvativir a été testé in vitro, dans des cellules infectées. Là, l’inhibition de la réplication virale a été vérifiée. En Turquie, nous avons travaillé avec un modèle de souris. Il a été vérifié s’il y avait ou non une activité antivirale dans un modulateur. Par la suite, un procès in silico a été mené au Venezuela.


Que fait le Carvativir pour les patients atteints de coronavirus ?

Carvativir présente scientifiquement, avec preuves à l’appui, une action thérapeutique. Il sert à traiter une maladie et à obtenir le rétablissement du patient dans un délai déterminé. Les essais cliniques nous donnent une moyenne. Le Carvativir réduit le temps de convalescence à l’hôpital car il accélère la réponse immunitaire. Cela fait partie des constatations faites au Venezuela. Nous avons pu déterminer qu’il a une activité thérapeutique antivirale. La molécule inhibe la réplication virale dans les cellules humaines. Il diminue la charge virale. Il potentialise également les facultés immunomodulatrices. Il diminue, ce que nous appelons en médecine, la tempête de cytokines, qui n’est rien d’autre que la réponse exagérée du système immunitaire, ce que l’on appelle l’inflammation pulmonaire par une pneumonie atypique due au Covid-19. C’est là qu’intervient le processus d’intubation.


On-t-ils évalué tous les types de patients ?

Nous avons eu des patients dans des états légers, modérés et graves. Il y avait des patients sans oxygène, avec de l’oxygène à basse vitesse, avec de l’oxygène supplémentaire à haute vitesse et des patients intubés. Le Carvativir a une activité thérapeutique dans le traitement du Covid-19 car il permet une récupération réussie et empêche la tempête de cytokines et, dans de nombreux cas, la mort.

carvativir


On-t-ils informé l’Organisation Mondiale de la Santé ?

Oui, nous avons discuté avec l’Organisation Mondiale de la Santé et l’Organisation Panaméricaine de la Santé, mais nous allons maintenant rendre cela officiel. Nous allons soumettre les recherches que nous avons faites au Venezuela avec les preuves cliniques et paracliniques. En tant que chercheurs, nous demandons que l’OMS vienne valider, certifier, ce que nous faisons.


La médecine est-elle miraculeuse ?

Elle est efficace. La reprise est satisfaisante. Le problème du Covid-19 est immunologique. Avec le Carvativir, comme je viens de l’expliquer, il permet de donner une réponse satisfaisante dans le rétablissement des patients. C’est un traitement. Avec Carvativir, nous réduisons les délais de récupération et nous obtenons un post-covid moins agressif que ce que nous avons normalement. Cela est en cours d’évaluation. Ce n’est pas fini.


Qu’est-ce qui vient ensuite ?

La phase 4 arrive : production de masse du médicament et processus de pharmacovigilance. Nous allons évaluer comment la drogue se comporte dans la population générale. Nous allons nous ouvrir à toutes les communautés scientifiques du pays et de l’étranger afin qu’elles puissent voir ce que nous avons obtenu jusqu’à présent.

Source : https://www.elciudadano.com/fr/carvativir-maduro-annonce-la-production-en-serie-des-gouttelettes-miraculeuses-contre-le-coronavirus/01/28/, par Alexis Rodriguez

URL de cet article :https://venezuelainfos.wordpress.com/2021/02/03/nicolas-maduro-annonce-la-production-en-serie-du-carvativir-contre-le-coronavirus-avec-laide-de-lalba/

Voir en ligne : Publié par Venezuela infos le 3 février 2021

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).