L’euro est-il indispensable ? Discutons !

, par  Robert Brun , popularité : 2%

Voilà un débat qu’il faut poursuivre pour en évaluer tous les aspects. Je vous propose mes arguments :

Ce sont les choix politiques qui décident des orientations économiques et
financières.

La généralisation du Néolibéralisme (le marché libre de toute contrainte) à
presque toute la planète est la conséquence de l’accord des dirigeants de tous les pays développés et non l’inverse. Cet accord connu sous le nom de consensus de Washington, a dans ses valises, un rôle renouvelé du FMI, de la banque mondiale et de l’OMC pour promouvoir le néolibéralisme, les plans d’ajustements structurels et pour nous Européens : le traité de Lisbonne, l’euro et maintenant l’accord du 9 Decembre 2011.

L’euro n’est pas d’abord un outil financier, il est d’abord un outil politique au
service des marchés financiers, sans doute le meilleur puisque c’est dans la zone euro que la spéculation est la plus efficace et de loin.

Certains pensent qu’il est aussi un moyen de solidarité, de paix entre les peuples d’Europe, un moyen de possible coopérations avec les peuples du tiers monde et de résistance au dollar. Les faits n’étayent pas ce point de vue.

Non seulement les tensions de la dernière période en Europe ont engendré des réactions de xénophobie à l’égard des peuples des pays le plus en difficultés, mais les relations de l’Europe à l’égard des pays du tiers monde ne peuvent s’appeler coopération mais pillage.

Prenons l’exemple du Niger qui regorge d’uranium, largement exploité par la France et qui pourtant reste un des pays les plus pauvre de la planète, avec périodiquement des émeutes de la famine. A qui profite l’uranium du Niger ? Quant à la résistance à l’égard du dollar, même si les États-Unis ne souhaitent pas qu’un panier de monnaies se substitue au dollar, celui ci n’est menacé ni par l’euro, ni par le yen. Quand il le faut les USA montrent qui c’est le Boss. Quelle pantalonnade que la dernière décision de l’UE de verser 150 milliards d’euros au FMI et d’appeler les pays du G20 à être solidaire du FMI !

Avec quelques bonnes réformes pourrait-on changer la nature de l’euro ?

Ils n’y a pas de finasseries possibles, on ne fera pas prendre aux capitalistes
européens et mondiaux, des propositions alternatives à leur système pour des
solutions acceptables.

Cela suppose donc que les peuples rompent avec le consensus de Washington.

Seulement voilà, comme le peuple latino-américain n’existe pas (il existe un
peuple du Venezuela, un peuple de Colombie etc.), comme le peuple arabe
n’existe pas (il existe un peuple de Tunisie, un peuple d’Irak etc.), le peuple
européen n’existe pas non plus.

Par contre il existe des valeurs d’exemple, comme le montrent les situations de
l’Amérique Latine et des pays arabes.

C’est-à-dire que c’est dans chaque pays que peut s’organiser la résistance des
peuples à partir des conditions qui leur sont propres et sur cette base des
coopérations peuvent se réaliser.

C’est en France que nous sommes conduit à envisager la résistance et le rejet du néolibéralisme, avec un peuple et des couches populaires qui ont manifesté et manifestent encore leur rejet des politiques de l’UE, parce qu’ils en souffrent, dans leur pouvoir d’achat, dans leur emploi, dans leur protection sociale, dans l’avenir de leurs enfants.

Plus la situation s’aggrave et plus l’écart se creuse entre les partis de gouvernement et de larges couches de la population. Toute volonté de mobilisation doit tenir compte de cette situation de plus en plus connue de tous.

Quelles perspectives l’action peut-elle offrir ?

Cela dépendra du rapport des forces, par contre sans actions il n’y a pas de
perspectives.

Enfin une monnaie unique peut-elle être concevable comme outil progressiste ?
La libre décision de chaque peuple dans la conduite de ses affaires, dans la mise en œuvre des moyens qui permettent son développement et dont la monnaie est une pierre angulaire, est non seulement la condition nécessaire à toute politique indépendante, mais également à la démocratie.

Au niveau continental et mondial, on ne peut parler de démocratie, il faut parler
de technocratie, sauf quand il s’agit de coopérations librement consenties dont
chaque peuple maîtrise ses propres décisions comme c’est le cas en Amérique
latine avec l’ALBA et comme cela a été le cas en Europe avec des réalisations telles que l’accélérateur de particules à Genève, la fusée Ariane ou Airbus.

La monnaie unique peut-elle être autre chose que la monnaie du plus fort !

Robert Brun

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).