L’âgisme, c’est quoi ? Une maladie ?

, par  Mireille Popelin , popularité : 6%

Pour répondre à cette question, j’ai lu le livre de Véronique Lefebvre des Noêttes.(Ed Rocher ’19,90 €) :« Vieillir n’est pas un crime »

Elle est psychiatre de la personne âgée(gériatre)dans un hôpital de 1000 lits à Paris.

Elle a une grande expérience des personnes âgées, mais surtout une grande empathie pour ses résidents, hommes ou femmes.

Elle affirme : Non, le grand âge n’est pas une maladie.

L’âgisme, c’est quoi ? Une maladie ?
Il y a 2 types de vieillissement ;

1er : chronologique : lié à l’âge

2e ; biologique : lié à la maladie

Les médecins distinguent 3 types de vieillissement :

  1. Le vieillissement réussi à haut niveau : maintien des capacités fonctionnelles jusqu’à un âge avancé (les centenaires)
  2. Le vieillissement usuel : réduction de toutes les capacités ou certaines d’entre elles. Sans maladie véritable
  3. Le vieillissement accompagné de pathologies souvent chroniques :
    — La dépression : ils (âgées et âgés) ont souvent les larmes aux yeux, ils sont tristes ( j’ajoute,ils ont moins d’appétit, ils n’ont plus aucun projet) . Cette dépression conduit parfois au suicide.
    — La sphère cognitive : Alzheimer et autres démences( j’ajoute la maladie de Parkinson)
    — Locomotrices : arthrose, arthrite, fractures, la vue , l’ouïe
    — La sphère cardio-vasculaire ( hypertension, troubles cardiaques
    Evidemment, nous connaissons peu de personnes âgées de niveau 1.

Mais il faut remarquer qu’il y a de plus en plus de centenaires, que l’espérance de vie a beaucoup augmenté.

L’espérance de vie, c’était 50 ans en 1913

Maintenant, elle est de 85 ans pour les femmes, 78 ans pour les hommes ( en 2019)

Et nous avons de plus en plus de centenaires !à ne plus que savoir qu’en faire (Ferrat)

De quoi faire réfléchir, ce sont des personnes qui ont été au contact des pesticides et autres pollutions … toute leur vie.

L’auteure parle du vieillissement cognitif :

La vieillissement cognitif : c’est la pathologie qui effraie le plus les personnes qui vieillissent .

La cognition : c’est l’ensemble des capacités mentales permettant l’acquisition et le maintien des connaissances.

La gériatre réfute les idées majoritaires :

Devenir vieux, ce n’est pas devenir sénile ou faire Alzheimer .

Le risque de développer cette maladie est de 5% à 65 ans et de 45% à 90 ans. Cette maladie conduit les malades à ne plus trouver les mots (aphasie) plus utiliser leurs mains ( apraxie) ne reconnaître plus rien (agnosie)

Mais attention : le vieillissement cognitif normal ne doit pas être confondu avec la maladie d’Alzheimer

C’est pourquoi il faut un diagnostic pratiqué par des médecins gériatres avant de parler d’Alzheimer

Le vieillissement normal s’accompagne d’une modification du fonctionnement cognitif,La mémoire diminue certes . Mais la mémoire sémantique ( vocabulaire, une réflexion plus profonde , une faculté d’adaptation)demeurent et augmentent parfois.

Celles et ceux qui ont une activité physique + une activité sur le plan cognitif vieillissent moins vite

Ce que j’ai appris avec ce livre .
Les neurones : on dit que l’on perd des neurones en vieillissant .Mais on ne dit jamais :

Le cerveau est capable de se régénérer en produisant de nouveaux neurones fonctionnels.

L’activité physique est indispensable : pour que les muscles fabriquent des substances chimiques qui agiront sur la production de neurones

Différence entre séniors, retraités, personnes âgées et vieux ou vieilles

les clubs ont trouvé le mot « seniors » ( un adoucisseur de vieillesse, comme l’adoucisseur de lessive ? ) pour désigner les retraités encore actifs, sportifs. Le mot « vieux » vexe ( parait_il ) les personnes âgées .

Il est vrai que la vieillesse a des âges différents : de 60 à 70 ou 75 ans , le mot senior est plus employé

De 75 à 90 ans et plus, on dit les personnes âgées .

La vieillesse se vit différemment dit l’auteure :

  1. Selon les revenus
    J’ajoute que c’est la principale raison de la différence ! une retraite à 800 euros et une retraite à 5000 euros,ce n’est pas pareil ! Et les retraités ont bien raison de lutter avec la CGT et les autres syndicats pour l’augmentation de nos retraites et bien sûr pour la retraite à 60 ans .
  2. Le niveau social et culturel
  3. Les pathologies
    La pathologie la plus lourde, c’est la perte d’autonomie(soins,personnels ) .Celle qui coûte le plus.

Elle touche 8% des plus de 60 ans

29% des plus de 80 ans

62% des 95 ans et plus

Et là, selon les revenus, la personne âgée pourra financièrement assurer son logement, maison retraite, médicalisée de luxe, ou EHPAD .

Quelle humiliation quand les enfants sont obligés de payer tout ou partie de l’EHPAD ! Car les EHPAD sont chers, trop chers pour les retraites modestes).

Le livre « les fossoyeurs » a dénoncé les abus,les maltraitances subis par les résidents de certains EHPAD. Mais certains seulement.

Ceux-là profitent de l’argent des retraités et des aides de l’Etat pour des profits personnels,il faut que ces établissements soient plus surveillés . Mais surtout,que l’on augmente les salaires des soignants, le nombre de soignants.Plus de médecins.C’est tout l’hôpital ( y compris gériatrique) qu’il faut sauver !

Le financement des EHPAD :

Des millions ont été versés pour améliorer ce financement,mais la pandémie a considérablement freiné les versements.

900 réclamations ces 6 dernières années ont été adressées au défenseur des droits des personnes âgées. 80% concernant les EHPAD .

Ces droits :

  • Principe du libre choix, du consentement éclairé, du droit à l’information de la personne accueillie
  • Du droit à une prise en charge et à un accompagnement adaptés
  • Du droit à la santé
  • Du droit d’aller et venir
  • Du droit à la vie privée, au maintien des liens familiaux
  • Du droit à la propriété du droit effectif à la protection
  •  J’ajouterai le droit de mourir dans la dignité , le droit à l’euthanasie pour ceux et celles qui le souhaitent ( l’auteure n’est pas d’accord ; moi si,avec beaucoup de personnes âgées. Et une majorité de français ! Il faudra donc que le gouvernement tienne enfin compte de cette majorité !
  • La crise du covid 19 au prisme du grand âge

La gériatre a été profondément touchée par la crise du covid 19. Il a fallu confiner les malades dans leur chambre, certains ne comprenant pas la situation ! ils avaient l’habitude de déambuler dans les couloirs, un peu partout. Brusquement enfermés, plus de visites de leurs proches !

Le personnel a été admirable, mais à quel prix ?Remplaçant les collègues parfois touchés aussi . Le manque de masques, de matériel et les malades contaminés qui ont été refusés ! Un scandale.

« Non,voyons,pas de tri des malades » leur disait l’administration. Allons donc, c’était des « priorisations ».Ce qui revenait au même. Par exemple : une malade en détresse respiratoire, 75 ans, le médecin du service s’est vu répondre « c’est pas éthique ce que tu demandes, elle prendra la place d’un plus jeune »

Oui il y a eu des morts par » priorisation », nous avons perdu beaucoup de camarades, d’amis, de membres de notre famille parfois. Et nous le savons bien !Et nous en avons eu chagrin et honte .

L’arrêt des visites des familles a fait mourir des personnes âgées autant que le covid, des morts sans rituels, et des deuils ô combien douloureux !

Le maintien à domicile

C’est ce que souhaitent le plus de personnes âgées. Eviter le plus possible l’EHPAD . Mais on tombe sur les mêmes problèmes : financement insuffisant, personnels ( infirmières à domicile, aides-soignantes, aides ménage ) insuffisants, mal payés.

La prise en charge est variable selon …les revenus ! Et la complémentaire. Très important la complémentaire !

Mais avec un petit salaire, on ne peut pas se payer une complémentaire !

Bref, selon que vous serez riche ou misérable, vous vieillirez bien ou…moins bien !

L’auteure ajoute : selon que vous êtes un homme ou une femme.

Le vieux sage …est un homme. Il est parfois « encore vert » tandis que la femme qui veut encore plaire est…une vieille folle ? Elle prétend vouloir encore faire l’amour ? Elle a le« feu aux fesses ».

Eh oui, se moque la gériatre, avec l’âge les femmes vieillissent, les hommes embellissent …


Pour les lieux de la vieillesse, il faudrait réfléchir à d’autres formes d’hébergement. L’auteure cite« les babayagas » nom donné à une maison de retraite pour femmes crééepar Thérèse Clerc à Montreuil . Maison autogérée, où les femmes étaient libres,s’organisaient pour la cuisine, ménage etc .

( J’ai eu la chance de rencontrer cette femme féministe,par un ami habitant Montreuil).

Il y a d’autres projets, de vie commune dans des structures plus petites, avec organisation choisie par les résidents.Il faudrait que les vieux et vieilles ne soient pas isolés de la population.

La sexualité au grand âge

Eh oui, elle existe, n’en déplaise aux enfants et proches des personnes âgées.

« La vitalité se vit jusqu’au bout »affirme la gériatre. Mais elle est un sujettabou !Difficile en EHPAD, les cloisons sont minces, la discrétion difficile .Notre gériatre défend avec opiniâtreté cette liberté pour ses résidents.Elle enseigne sur ce sujet aux apprentis gériatres.

L’âgisme ? Qu’est-ce que c’est ?

{{}}L’auteure évoque l’âgisme :la discrimination et la ségrégation que subissent

Les vieux et les vieilles. Elle parle de l’âgisme à travers les âges et les civilisations. Cela va jusqu’au meurtre des vieux, par abandon , assassinat programmé , par « coutume » consentie : le vieillard inutile qui va dans la montagne attendre la mort par le froid .

Je n’évoquerai pas ce passage,nous avons des auteurs femmes et hommes ( Simone de Beauvoir) qui ont parlé de l’âgisme à travers le monde.

Mais j’en viendrai à l’âgisme actuel.« L’âgisme est défini comme une attitude et un comportement visant à déprécier les individus du fait de leur âge »

La gériatre cite les publicités« les couches pour fuites urinaires, les colles dentiers, les fauteuils relevant, le remontant pour prostate, le viagra etc.

Les scènes de séries, avec des vieux ou vieilles,scènes« sexistes et cyniques »qu’il faut prendre au 2edegrémais les vieux de l’auteure eux, ne perçoivent pas le 2edegré !

L’âgisme, c’est le marché et la vendeuse qui crie : « Qu’est-ce qu’elle veut la petite mamie » ? Je souris et réponds : « Je croyais que je n’avais quedeux petits-enfants, j’en ai donc davantage ? » Les clients rient et la vendeuse « encaisse » si je puis dire.

Mais l’âgisme c’est celui du gouvernement,du capitalisme qui se sert des nouvelles technologies pour supprimer des emplois. Trop vieux, plus productif, place aux jeunes !

Les exemples ? Il y en a tant !

C’est les RdV chez le médecinsur « Tapez un- Tapez deux » , l’ordinateur qui remplace la voix humaine,etle smartphone indispensables partout :, un » monde de psychotiques »( comme l’a dit un philosophe) quand on voit ces hommes et femmes les yeux fixés sur leur téléphone , les pouces qui tapent les lettres. Plus de regard sur les vieux et vieilles qui eux LES regardent !Plus un mot ! Ils sont devenus des robots !

Et cet ordinateur, il est cher, les petites retraites ne peuvent se le payer. Etaprès,les retraités âgésne savent pas s’en servir !Une formation est parfois difficile pour une personne très âgée.

Les personnes âgées subissent ainsi exclusion par l’âge, numérique, sociale, intergénérationnelle.

Déclaration d’impôts, démarches administratives,même les programmes cinémas supprimés par le Progrès sur l’ordinateur( économie de papier m’a -t-on répondu)

Les vieux ont de la dignité ! Et ils n’osent pas toujours demander de l’aide à leurs enfants, à leurs amis ou aux voisins.

Le timbre poste

Et voilà que la poste s’y met ! A partir du 1er janvier 2023 , le timbre poste, vieux de 173 ans va disparaître. Pour une e-lettre dématérialisée envoyée par la poste.fr (ordinateur). Voilà 110 à 130 millions d’euros d’économie pour la poste. Mais la lettre coûtera 1,49€ contre 1,43 maintenant. « Cette e-lettre dénote un aveuglement sur la fracture numérique qui touche 14 millions de personnes qui vont devenir des sous-citoyens , ceux qui n’ont ni tablette ni ordinateur » ( Huma du 4 août 2022)

Les services publics devraient être au service de toute la population.

Jeunes et vieux !Et non au service du Capital.

Le jeunisme

Le terme jeunisme est un néologisme au caractère généralement péjoratif, qui désigne une attitude ou une volonté présumée de donner une place plus importante aux jeunes.Le refus de vieillir, la beauté et le paraitre sont continuellement mis en avant. Le corps et le visage jeunes s’imposent à la télévision et au cinéma.

« Toute société tend à vivre ;elle exalte la vigueur, la fécondité, liées à la jeunesse ; elle redoute l’usure et la stérilité de la vieillesse » (Simone de Beauvoir)

J’ajouterai : le capitalisme exploite ce désir de paraître ( chirurgie esthétique pour les vieux, le lifting etc. Mais les jeunes maintenant utilisent les mêmes moyens pour modifier leur corps, et jusqu’à leur genre ! Avec bien sûr, les selfies pour se montrer.

L’âgisme ? Le regard porté sur les vieux est profondémentnégatif :

Parce qu’ils représentent une menace : ils viennent dire ce que nous redoutons tous au fond de nous, c’est-à-dire notre finitude

J’ajoute que cet âgisme ne me fera pas défiler dans une manifestation spéciale » vieux et vieilles » et même manif séparée « vieux » puis« vieilles »

Il y a bien assez de fractures, genrées, raciales, religieuses…

Je suivrai une manifestation syndicale avec la CGT par exemple,qui défend les retraités. Pour défendre tous nos droits, les droits des travailleurs jeunes ET vieux . Et oui les jeunes défilent AVEC nous, à la CGTs car ils savent qu’un jour, ils seront moins jeunes puis…vieux !

Il faudra aussi lier la lutte syndicale à la lutte politique !

Pour :

Rompre avec le capitalisme et construire le socialisme

Mireille Popelin

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).