Européennes, le bruit et le fonds...

, par  pamillet , popularité : 3%
]

Le choc de l’effondrement du PS et de LR, comme la forte baisse de la FI et la forte hausse des écologistes ont marqué les premiers commentaires des résultats des élections européennes du 26 mai dernier.

Pourtant, derrière la recomposition évidente des forces politiques gouvernementales qui ont fait les politiques suivies depuis des décennies, recomposition qui traduit le fait évident que les Français ne les supportent plus, quelle est la réalité des rapports de forces ?

Ce graphique a le mérite de montrer que derrière la recomposition brutale, il y a quelque chose de stable, alors même que tout le monde s’évertue à nous dire qu’il disparaît, le rapport gauche-droite.

Car le PS perd sur sa gauche (le total PC + FI gagne 2 points sur le score du Front de Gauche de 2014) et bien sûr du côté des verts. LR est happé par LREM et perd un peu sur sa droite...

Mais si on considère le total "droite + centre", ce qui domine est la stabilité. De fait, Macron après avoir affaibli le PS en 2017 a cette fois pompé la droite...

Depuis longtemps, le FN devenu RN avait aspiré le vote ouvrier et populaire notamment dans le Nord. De ce point de vue, il a joué son rôle historique pour réduire le parti communiste. Sans doute oublie-t-on que quand Mitterrand promettait de prendre 3 Millions de voix aux communistes, il ne disait pas à qui il les donnait... on sait quel usage il a fait du FN après le "tournant" de la rigueur de 1983. En tout cas, de ce point de vue, c’est aussi la stabilité, les communistes ne parviennent pas à reconquérir cet électorat.

Enfin, le PS a lui aussi joué son rôle. Mélenchon l’avait bien compris en préparant 2017, son électorat était à prendre, mais pour en faire quoi ? De ce point de vue, la reconstruction d’un projet progressiste en France est en panne, et les insoumis qui croyaient avoir réinventé la révolution constatent durement que ce n’est pas si simple... Cependant, la colère sociale se cherche et entre communistes et insoumis à gauche et écologistes au centre, la reconstruction d’un rassemblement progressiste en France a des forces non négligeables...

Il reste évidemment une inconnue. Les verts ont-ils récupéré l’électorat socialiste urbain pour le replacer au centre avec LREM ou pour reconstruire un camp progressiste ? Les premières déclarations de certains de leurs dirigeants sont inquiétantes et leurs élus européens n’ont jamais été à la pointe de la défense des services publics...

Il reste que si c’est si difficile, c’est bien qu’il faut reconstruire le rôle historique du courant communiste, au plan des idées comme dans l’ancrage social dans le monde du travail. Et de ce point de vue, ne négligeons pas les premiers pas...

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).