Critiques du communiqué de Ian Brossat sur le Brexit

, par  Caroline Andréani, Gilles Gourlot , popularité : 1%

Réaction de Caroline Andreani :

En lisant le communiqué de Ian Brossat sur le Brexit, je suis partagée entre une profonde colère et un sentiment d’irréalité.

Ma colère porte sur le fond, plus que sur la forme, mais la forme elle-même interroge. Sur une question aussi cruciale que l’Union européenne, est-il pertinent de privilégier la réaction d’un seul individu, fut-il dirigeant national, sur une prise de position du secrétaire national ? Qu’en est-il de la réflexion et la discussion collective dans les instances du parti, à commencer par le Conseil national ? Le congrès a, me semble-t-il, acté que notre positionnement sur l’UE devait faire l’objet d’un réexamen. Quelle place est laissée au débat si un candidat à une élection tranche seul une question aussi centrale ? C’est la démocratie interne du parti qui est bafouée.

Quant au sentiment d’irréalité, je vous livre pêle-mêle quelques réflexions.

Les députés britanniques ont en effet massivement rejeté l’accord négocié par leur Première ministre. Mais pour quelles raisons ? Entre les rapports de forces au sein des conservateurs, les députés favorables au Brexit qui ne sont pas tous d’accord sur les termes de la sortie de l’UE, les travaillistes qui y voient l’occasion de se renforcer politiquement, les raisons sont multiples [1]. En dernière analyse, le fond du problème n’est-il pas, comme pour le vote des Français sur le TCE, que ces élus ne respectent pas le vote populaire ? N’avons-nous aucune appréciation sur cette question oh combien centrale ?

« Au vu de ces turpitudes, on se dit que l’idée d’une sortie de l’UE serait une folie pour la France » nous assène-t-on. À ce compte-là, il ne fallait pas faire de révolution en Octobre 1917, ni de grèves en 1936, ni résister en 1940, ni, ni, ni… Puisque les maîtres de l’UE tentent par tous les moyens de briser les résistances populaires, autant accepter l’inacceptable ? Curieux positionnement pour un parti communiste.

La cerise sur le gâteau vient du TINA repris par notre candidat : il n’y a pas d’alternative hors de l’UE, donc restons dans le carcan européen… pour construire la rupture. C’est d’une logique imparable : puisque nous avons peur de ce qui pourrait arriver en sortant de l’UE, restons-y pour mener une « transformation profonde » de l’intérieur. Cela rappelle les vieilles antiennes trotskistes de l’entrisme. Jusqu’à présent, je n’ai pas vu que cela conduise à autre chose qu’au retournement de ceux qui prétendaient prendre le pouvoir de l’intérieur.

Il est urgent de réfléchir collectivement à notre positionnement sur l’Europe.

Ce qui se passe en Grande-Bretagne est l’expression de la pression des instances européennes sur un pays dont on criminalise le choix sorti des urnes. L’Union européenne a procédé de la même manière avec la Grèce, précipitant son peuple dans la misère, détruisant son économie, la forçant à brader ses services publics, ses entreprises nationales, jusqu’à des pans de son territoire vendus à l’encan.

Quant à l’appréciation sur l’intégration économique de la France qui empêcherait tout horizon de rupture, je crois qu’elle permettrait au contraire à la France de négocier bien mieux une éventuelle sortie.

Depuis « Bouge l’Europe » et le retournement « européophile » de nos instances dirigeantes, le parti s’interdit d’émettre l’hypothèse d’une sortie de l’UE ou de l’abandon de l’euro, qui seul permettrait la reprise en main de la politique économique de notre pays. Pire, ceux qui l’envisagent sont renvoyés au positionnement de Marine Le Pen. Non seulement cette attitude est intellectuellement scandaleuse, mais elle revient à laisser le champ libre à l’extrême droite. Proposer de construire la rupture au sein de l’Union européenne comme seul champ d’intervention pour combattre l’UE – en d’autres temps, on parlait de « construire l’Europe sociale » – est une chimère, avec des conséquences politiques qui peuvent s’avérer désastreuses : jeter dans les bras de l’extrême droite une frange de l’électorat populaire qui n’en peut plus du carcan des politiques européennes ultralibérales.

Quant à notre positionnement – « Il n’y a donc pas d’autre choix qu’une transformation profonde de l’Union européenne, en rupture franche avec les logiques libérales et les traités qui les soutiennent » – il relève avant tout de l’incantation. Depuis le temps que le PCF a intégré le Parti de la gauche européenne, on ne voit pas quelles avancées ont été obtenues : ni transformation de l’UE, ni remise en cause des logiques libérales, et encore moins des traités européens. Au rythme de nos hypothétiques avancées, il faudra des siècles pour obtenir quoi que ce soit !

Le mouvement des gilets jaunes, issu d’une colère légitime après des décennies d’écrasement et de reculs sociaux, montre qu’il y a parfois des accélérations de l’histoire. Refusons le prêt-à-penser pro-européen et affrontons sereinement la question de l’Union européenne. Elle risque se poser rapidement, et dans des termes que nous n’aurons pas prévus.

Caroline Andreani
Le 15/01/2019

[1] Il faut aussi rajouter que les accords ont été négociés par T. May qui est contre le Brexit ! Ces accords ont donc mécontenté aussi bien les pro que les anti-Brexit... (note de P. Brula)


Communiqué posté sur les réseaux sociaux par Gilles Gourlot :

Soyons très clairs, la situation actuelle en Angleterre démontre une fois de plus que les traités sur lesquels reposent les institution de l’UE sont iniques et antidémocratiques.

L’article 50 qui théoriquement organise le retrait d’un des membre, rend en fait quasiment impossible ce retrait si les autres membres ne l’entendent pas de cette oreille. Si la mauvaise volonté d’un certains nombres de dirigeants européen comme le président Macron, ne fait guère surprise, l’attitude de ceux qui en Angleterre seraient censés appliquer le résultat du référendum ressemble plutôt à une stratégie visant à en dégoûter les citoyens britanniques. La palme revenant aux "unionistes" nord irlandais qui sabotent l’accord pour imposer une frontière coupant de nouveau l’île en deux... Dans toute l’Europe, l’intransigeance et l’autisme doivent laisser place au dialogue constructif dans le respect des souverainetés populaires.

Toute autre attitude ne peut que creuser le rejet du politique qui est le ferment du fascisme.

Gilles Gourlot

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).