Contribution à la conférence nationale du PCF
l’utilité d’une candidature communiste

, par  pam , popularité : 54%

Alors que la crise frappe durement toute notre société, le pouvoir et les médias préparent le piège politicien devenu le cœur des présidentielles : Le Pen repoussoir pour imposer un vote qu’une majorité ne veut pas, au risque du pire.

On ne peut sortir de ce piège Macron-Le Pen sans reconstruire un espoir populaire. Les écologistes résument tout à pour ou contre l’écologie. Les socialistes sont tiraillés entre LREM et EELV. Les insoumis ont constaté que leur campagne de 2017 n’a pas donné de forces nouvelles au peuple. Les communistes ont constaté l’échec d’une stratégie d’union à tout prix qui les fait disparaître. La gauche apparaît ainsi incapable d’ouvrir une issue.

Pourtant, la crise sanitaire a accéléré la crise politique et sa manifestation la plus forte, le niveau d’abstention record aux dernières élections locales de 2020. C’est le défi le plus difficile de 2022 ; pourquoi voter ? quelle utilité au vote pour le monde du travail, les quartiers populaires ?

2012 et 2017 nous ont montré durement qu’une force politique absente de cette bataille décisive est vouée à disparaître. Mais il ne suffit pas d’avoir un candidat pour exister, encore moins pour être utile au peuple ! Une candidature communiste ne peut être un simple outil électoral dans la logique présidentielle. Elle doit en sortir ! Elle doit être l’outil de mobilisations populaires, de rencontres avec le monde du travail, de repolitisation des quartiers populaires comme des mouvements sociaux dans les entreprises. Elle doit poser en grand la question décisive de l’intervention populaire pour affronter la crise d’un capitalisme mortifère, dépassant les limites du mouvement « gazeux » de 2017 pour recréer les conditions politiques et pratiques de l’unité populaire, et donc de l’organisation du peuple par lui-même.

Pourquoi voter aux élections présidentielles ?

Il faut répondre à cette question pour les millions d’abstentionnistes du monde ouvrier, des quartiers populaires, leur proposer un vote utile pour eux, pas un vote contre Macron ou Le Pen, mais un vote pour leur donner de la force, les aider à s’organiser. Il est temps de mener la bataille contre ce régime présidentiel dans l’élection présidentielle elle-même. « Vous vous êtes fait avoir en 2007, en 2012, en 2017... Ça suffit ! » Réduire le vote au choix du 2eme tour, c’est accepter la domination des grandes oligarchies sur les médias et les institutions.
Nous n’appelons pas à voter pour un président qui pourrait "changer la vie" mais à s’organiser pour transformer la colère en action collective pour une autre société. Nous n’appelons pas à voter pour se débarrasser du problème, mais pour initier un immense mouvement populaire de contestation du système, de construction d’une autre démocratie, un mouvement à la dimension des dates qui ont fait les conquêtes sociales françaises, le Front Populaire, le conseil national de la résistance, mai 68…

Notre candidat communiste n’a pas de recette miracle. Ce n’est pas à vous de lui faire confiance ! C’est lui qui fait appel à vous pour vous permettre de sortir du piège présidentiel, exprimer votre détermination à bousculer ce système au profit de ceux qui travaillent ! Il n’est pas de sauveur suprême ! Le vote communiste n’est pas un vote pour un homme providentiel, c’est un vote pour un projet de rupture, un vote pour un parti capable d’organiser le changement de société

Oui, on peut faire autre chose que voter pour éviter le pire !

Beaucoup de militants nous diront que c’est trop dur, qu’il faut juste éviter le pire. Les grandes luttes des dernières décennies se sont heurtés à un pouvoir inflexible. Mais pourquoi est-ce si difficile ?
- C’est difficile parce-que le capitalisme est en crise profonde, systémique, qu’il n’a plus de marges de manœuvres pour passer des compromis. La suraccumulation de capitaux cherchant leur rentabilité exacerbe les exigences des plus riches dans un monde à faible croissance. Les USA pensaient diriger le monde après la chute du mur, leur domination militaire est en échec, leur domination économique bousculée par la Chine. Ils reviennent à un nationalisme violent porteur de racisme et de guerres. Mais savoir ce capitalisme en difficulté devrait nous conduire à redoubler d’attaques !
- C’est difficile parce qu’aucun mouvement social n’est parvenu à créer un rassemblement majoritaire de notre peuple, freiné par des divisions géographiques, sociales, générationnelles, de statut, très loin des niveaux de mobilisation de 68, quand le pouvoir doit réellement négocier. Mais ces limites sont directement liées à l’absence d’espoir en une autre société. Si nous n’avons pas d’autre choix que d’accepter le capitalisme, la pauvreté, les inégalités, alors, à quoi sert de lutter ? C’est un des enjeux de 2022. Les communistes ont un projet de société radicalement différente, ils doivent le faire connaître !
- C’est difficile aussi parce que notre peuple reste enfermé dans l’illusion électoraliste créé par l’espoir de 1981. Cette attente du changement qui viendrait d’en haut, renforcée au fil du temps, est devenue déterminante dans le vote populaire pour Chirac, pour Sarkozy, Hollande, et même dans une moindre mesure pour Macron. Ce sont ces questions que la bataille de 2022 doit commencer à inverser

L’utilité d’un candidat communiste, initier un grand mouvement populaire

Notre candidat ne peut avoir d’utilité qu’en affirmant qu’il se bat pour un grand mouvement historique, engager résolument la contestation du pouvoir capitaliste et construire une autre société, fondée sur une démocratie réelle, un pouvoir reposant d’abord sur ceux qui travaillent, une société à laquelle il faut donner son nom, un socialisme à la française du XXIème siècle.

Rien ne se fera dans l’illusion électorale. L’élection n’est qu’un moment de la lutte, pas forcément le plus déterminant. Le vote n’est pas l’aboutissement d’une campagne, mais le début d’une reconstruction, qui donne la force de transformer la campagne électorale en mouvement social, en mouvement révolutionnaire !

C’est pourquoi une candidature communiste est indispensable. Sans elle, c’est de nouveau le piège de la gauche, socialiste ou écologiste, qui ne propose pas le changement de société, ou le piège de la médiatisation présidentielle qui éloigne le peuple de sa propre intervention, pour se retrouver affaibli dans le piège du 2eme tour contre Le Pen !

Une candidature communiste est un défi, mais elle peut être la surprise de 2022 !

Brecht nous dit « quand on lutte, on n’est pas sûr de gagner, mais si on ne lutte pas, on est sûr de perdre » La bataille des présidentielles sera un moment politique majeur. Les bourgeoisies, y compris étrangères, y porteront la plus grande attention. Les forces dominantes feront tout pour que rien ne change pour elles., pour rendre impossible une candidature communiste, la marginaliser, interdire tout résultat renversant la tendance à l’effacement communiste.

Et alors ? Si nous voulons vraiment révolutionner notre pays, son système politique, changer de société, comment faire autrement que d’affronter ces forces réactionnaires qui défendront leur domination par tous les moyens ? A l’inverse, renoncer à mener cette bataille, c’est laisser notre peuple dans le piège présidentiel, dans ce cadre politique en crise de ces 20 dernières années… et laisser comme seule utilité au vote le coup de colère du bulletin rejeté par les médias ou le renoncement a son choix pour dire non au pire…

Le vote communiste est le seul vote utile au monde du travail, aux quartiers populaires, le seul vote pour bouger le rapport de forces, pour faire grandir les luttes, pour s’organiser ! Il est utile au monde du travail parce-qu’il est le seul contribuant à la reconstruction d’un grand parti communiste ! La gauche ne retrouvera son ancrage populaire qu’avec un parti communiste qui reconstruise la légitimité politique du monde du travail à tenir tête au capital, à lui contester son hégémonie sur la société.

Voir en ligne : contribution à partir d’un article précédent plus détaillé

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).