contribution aux débats conférence nationale
Présidentielle, comme aux autres élections une candidature communiste de rassemblement, pour gagner ! 4 Scrutins et les luttes

, par  Paul Barbazange , popularité : 1%

Cette prise de position a été rédigée pour préparer la conférence nationale , mais aussi pour le journal de section et comme proposition d’introduction aux débats de l’assemblée de section que nous tiendrons en présentiel un samedi matin. En veillant au respect de toutes les règles sanitaires : masques, gel, distanciation et aération. Tous les communistes qui le souhaitent doivent pouvoir s’exprimer sans crainte de l’épidémie.

Présidentielle, comme aux autres élections une candidature communiste de rassemblement, pour gagner !

Le peuple français entre dans une période électorale décisive. Chacune des élections, cantonale, régionale, présidentielle, législative aura ses propres spécificités. Aucune ne sera facile pour les militants et les candidats.
Pour aller vers une meilleure compréhension, engagement de tous et en particulier des exploités , pour faire reculer l’abstention politique, nous devons traiter ces quatre élections à partir du même objectif : Donner dans les cadres électoraux spécifiques qui nous sont imposés par la classe dominante le maximum de visibilité aux perspectives de rupture avec le capitalisme mondialisé, aller à l’essentiel des constitutifs de l’unité au travers des différences de situation.

Alors que le capitalisme mondialisé enfonce à grande vitesse l’humanité et la vie sur terre dans une zone de risques mortels : ... guerre atomique, guerres généralisées, impasses idéologiques, crises économiques climatiques et sanitaires, appauvrissement de masse...

Nous avons besoin d’un candidat communiste à l’élection présidentielle.

Notre précédent congrès a tranché en ce sens, sur la base des expériences récentes : deux candidatures Mélenchon (10 ans !), mais aussi de la façon dont nous avons mené notre politique unitaire depuis le milieu des années cinquante. Avec des moments heureux mais aussi une succession d’échecs gravissimes ces dernières décennies.
Notre ambition n’est pas d’espérer faire élire un président communiste au second tour mais de rassembler dans les meilleures conditions de compréhension possible et de mobilisation pour l’ action dans le futur un maximum de citoyens sur les objectifs de rupture. Gagner dans cette bataille politique des dizaines de milliers de consciences, une à une. Eclairer à cette élection mieux qu’en toute autres. Le temps des luttes, indissociable des aspects électoraux en sera ainsi favorisé pour tous les exploités à commencer par le prolétariat en France et dans le monde. Les conditions institutionnelles de ce vote nous sont imposées. Nous avons combattu bec et ongles tous les processus de présidentialisation, d’abaissement du rôle des assemblées, de dépolitisation des masses populaires. Le mandat de Macron avec les violences de classe contre les gilets jaunes, les syndicalistes, le pouvoir d’achat, ses contre réformes institutionnelles, est un nouveau stade de cette dérive institutionnelle vers une "royauté élue". Macron, Darmarin et Le Pen sont désormais bien proches. Mélenchon, comme avant lui Jospin et avant encore Mitterand ont avec les autres gérants directs des affaires du capital ouvert la voie en particulier après 1983.
Ainsi au delà du pourcentage, nous serons plus fort. Plus fort pour rassembler, aider aux luttes.

A toutes les autres élections du cycle nous pouvons avoir des élus dans une pratique de rassemblement. Parfois même nous pouvons espérer être dans des majorités locales comme dans la région Languedoc - Roussillon -Occitanie, dans de nombreuses municipalités, sans jamais rien abdiquer de notre indépendance politique et idéologique, même lorsque nous sommes très minoritaires.
C’est très difficile, nécessite une vigilance d tous les instants, (voir ce qui s’est passé en région Occitanie avec la SNCF ces derniers jours !) un véritable renouveau idéologique, de grands changements de pratiques( ne négocier que dans et par les luttes) mais c’est possible.
Avec qui ? Poser la question c’est y répondre : tous ceux qui républicains et progressistes sont partant pour un travail avec des communistes revendiquant cette spécificité de leur apport et le droit permanent de l’exprimer. Communistes, FI, écologistes, socialistes du PS et personnalités républicaines et progressistes non compromises avec le capital sont le corps de cette démarche. La barrière du sectarisme revendiqué est seule infranchissable. Départements, régions, nation le cadre géographique, les pratiques historiques, institutionnelles, les conduites des candidats et des élus vont mener à des situations très diverses. N’ayons pas peur de celles ci. Elle doivent tout à l’histoire, aux rapports de force, aux hommes. Pratiques locales et perspectives internationales.
Affirmons partout et constamment cette double volonté de faire vivre un apport communiste revivifié dans tous les moments de la lutte des classes et de rassembler pour peser sur les choix finaux des collectivités.
Ce qui a été rendu par le cadre institutionnel impossible aux présidentielles l’est encore au prix d’un grand effort national et local dans les autres élections.
L’activité électorale et les luttes de classe dans leur complexité et souvent une dimension imprévisible (exemple des "Gilets Jaunes") permettront de travailler ainsi à la construction du parti de classe, indépendant dans le cadre national et internationaliste.
C’est bien sur la faisabilité de la nécessaire reconstruction de l’organisation révolutionnaire que se jugera la validité, locale, nationale, internationale des orientations.
Paul Barbazange, Béziers.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).