Par la volonté commune de la nation cubaine Déclaration diffusé par l’ambassade de Cuba

, par  lepcf.fr , popularité : 2%

Dans le cas de Cuba, le thème migratoire a été historiquement l’objet de violentes campagnes médiatiques mises en place et dirigées par le gouvernement des Etats-Unis et d’autres forces qui, dans ce pays, se sont opposées à la Révolution depuis le début. Sa manipulation a eu pour but de semer le trouble dans l’opinion publique internationale et parmi notre peuple. Il n’y a pas eu peu de victimes, y compris mortelles, des dramatiques situations générées à partir de la politisation de cette question sensible par les ennemis de Cuba.

C’est pourquoi toute analyse de la problématique migratoire cubaine passe inexorablement par la politique d’hostilité que le gouvernement des Etats-Unis a développé contre le pays depuis plus de 50 ans. L’application d’un blocus économique génocidaire et illégal et la tentative de construire une opposition interne au moyen d’actions subversives et l’utilisation d’agents rémunérés en ont été les composantes essentielles. Cette politique est allée des campagnes médiatiques et au « vol de cerveaux », jusqu’aux attentats terroristes, aux sabotages et aux agressions de toutes sortes.

La politique migratoire de Cuba, tout au long de ces années de Révolution, s’est basée sur la reconnaissance du droit des citoyens à voyager, à émigrer ou à résider à l’étranger et sur la volonté de favoriser les relations entre la Nation et son émigration. En même temps, elle s’est fondée sur le droit légitime à nous défendre face à l’agressivité de Washington. Les dispositions pour réguler les flux migratoires du pays furent adoptées dans des circonstances imposées par les agressions qui ont été mises sur pied dans ce domaine par les différentes administrations nord-américaines , avec l’aide de ses alliés de Miami.

Comme le dirait le Président Raúl Castro lors de la clôture de la 8° Période Ordinaire de Sessions de l’Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire, le 23 décembre 2011, « ...nous ne pouvons pas oublier que nous sommes le seul pays de la planète aux citoyens duquel on permet de s’installer et de travailler sur le territoire des Etats-Unis sans aucun visa... en vertu de la criminelle Loi d’Ajustement Cubain ; et la politique des "pieds secs, pieds mouillés", qui encourage le trafic de personnes et a provoqué la mort de nombreux innocents ».

Depuis le début même de la Révolution, notre pays a été victime du dépouillement sans discrimination de ses professionnels. Plus de la moitié des 6.000 médecins que nous avions à ce moment-là émigrèrent principalement aux Etats-Unis. Un grand nombre des meilleurs ingénieurs et techniciens fut aidé à émigrer, dans le but d’empêcher le développement économique et social de la nation. A ces actions, s’ajouta postérieurement, entre autres, le programme de visas pour les professionnels de la santé cubains, mis en place par Washington en 2006, avec des objectifs similaires.

C’est pourquoi, alors que persistent les politiques qui encouragent le « vol des cerveaux », visant à nous dépouiller des ressources humaines indispensables au développement économique, social et scientifique du pays, Cuba sera obligée de maintenir des mesures pour se défendre sur ce front.

Le double critère et le caractère inhumain de cette politique, qui encourage d’une part les sorties illégales du pays et d’autre part fait obstacle à la possibilité d’émigrer de manière légale, ordonnée et sûre, a eu la claire intention de transformer les Cubains qui désirent s’établir dans d’autres pays, en soi-disant opposants politiques et en un facteur de déstabilisation interne.

Comme conséquence de cette politique irrationnelle et irresponsable, tout au long de ces années se sont succédées différentes crises migratoires : Camarioca en 1965, Mariel en 1980 et la « crise des balseros » de 1994.

Malgré cela, Cuba a montré sa disposition permanente à coopérer dans la recherche de solutions raisonnables à ce problème complexe et a travaillé dur pour normaliser les relations avec ses émigrés, encourager une émigration ordonnée et sûre , ainsi que faciliter les voyages des citoyens cubains à l’extérieur pour des raisons particulières.

Les nouvelles mesures migratoires annoncées par décision souveraine de l’Etat cubain ne constituent pas un fait isolé mais s’inscrivent à l’intérieur d’un processus irréversible de normalisation des relations de l’émigration avec sa Patrie.

L’immense majorité des Cubains installés en plus de 150 pays maintiennent des liens stables avec leur Patrie et avec leurs familles, s’opposent au blocus et ne souhaitent pas qu’une politique agressive soit appliquée contre leur pays d’origine.

Lors de la cérémonie d’adieu de sa Sainteté Benoît XVI, le 28 mars dernier, le Président cubain déclara : « Nous reconnaissons la contribution patriotique de l’émigration cubaine, depuis l’ apport décisif à notre indépendance des travailleurs du tabac de Tampa et Cayo Hueso et tout ceux qui furent le soutien des idées de José Marti, jusqu’à ceux qui s’opposent aujourd’hui à ceux qui attaquent Cuba et manipulent le thème migratoire à des fins politiques. Nous avons fait de longs efforts vers la normalisation pleine des relations de Cuba avec son émigration qui ressent de l’amour pour la Patrie et pour ses familles et nous persisterons dans ceux-ci par la volonté commune de notre Nation ».

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).