Venezuela
Lettre adressée par le président Nicolas Maduro Moros aux peuples du monde

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Caracas, le 2 octobre 2020

Aux peuples du monde

Mes frères et sœurs,

En vous saluant avec affection, je me permets de m’adresser à vous pour vous informer des récentes actions du Venezuela afin de faire face et surmonter le blocus illégal que le gouvernement des États-Unis impose à mon pays de puis près de vingt ans, et particulièrement au cours des cinq dernières années, entraînant de graves effets sur l’économie vénézuélienne, avec un impact négatif sur le bien-être de la population.

En ce sens, je tiens à vous informer de l’approbation d’un instrument très spécial, baptisé « Loi anti-blocus pour le développement national et la garantie des droits du peuple vénézuélien », axé sur la défense du patrimoine, de la souveraineté et de la dignité de notre pays, ainsi que le droit de notre peuple à la paix, au développement et au bien-être.

C’est une réponse juridique nécessaire de l’État vénézuélien, en parfaite harmonie avec le droit international, qui permettra la création de mécanismes pour améliorer les revenus de la nation et générer des incitations rationnelles et adéquates, sous des contrôles flexibles, pour stimuler l’activité économique interne et la célébration des alliances productives grâce aux investissements étrangers, qui favorisent le développement national.

D’autre part, dans la sphère politique, j’ai l’honneur de réaffirmer que face à l’agression extérieure posée par les mesures coercitives unilatérales des États-Unis contre le Venezuela, notre objectif est, et sera toujours, de renforcer et approfondir notre démocratie.

Malgré la pandémie du Covid-19, avancent à bon rythme les préparatifs des élections législatives du 6 décembre, où la population se rendra en masse pour se conformer au mandat constitutionnel d’élire un nouveau parlement national.

A cette élection, dont les conditions ont été convenues avec de larges secteurs de l’opposition démocratique de mon pays, participeront plus de 90% des organisations politiques enregistrées auprès du Conseil National Électoral, pour un total de 107 partis politiques - dont 98 de l’opposition - et plus de 14.000 candidats qui se disputent les 277 sièges parlementaires.

Le résultat de cette compétition électorale donnera sans aucun doute une plus grande force à notre nation et à notre peuple, qui ont résisté à l’agression étrangère avec dignité et fermeté et, malgré tout, maintiennent leur esprit d’amour et de solidarité.

Chers camarades, une fois que je vous aurai mis à jour sur ces deux éléments de la situation réelle au Venezuela, permettez-moi de partager avec vous quelques informations d’intérêt pour élargir votre champ de connaissances sur le cadre général qui explique la réalité actuelle de mon pays.

Depuis 2014, les États-Unis ont promulgué une loi et sept décrets ou ordres exécutifs, en plus de 300 mesures administratives, qui constituent ensemble une politique sophistiquée d’agression multiforme contre le Venezuela.

En cinq ans, le blocus a réussi à couper le financement au Venezuela, l’empêchant de disposer des devises nécessaires pour acheter de la nourriture, des médicaments, des pièces détachées et des matières premières essentielles à l’activité économique. Au cours de cette période, le Venezuela a connu la plus forte baisse de son revenu extérieur, proche de 99%.

Les États-Unis ont décrété une interdiction de la commercialisation des hydrocarbures vénézuéliens, son principal produit d’exportation, et de recettes fiscales. Dans ce contexte, depuis le début de la pandémie due au nouveau coronavirus, à plusieurs reprises, les États-Unis se sont vantés publiquement de donner l’assaut à des navires qui apportent au Venezuela les produits nécessaires à la production d’essence et à l’approvisionnement du marché intérieur des carburants, aggravant encore la situation économique.

Invoquant cette réglementation illégale, les États-Unis ont confisqué de l’argent et des actifs à PDVSA, la compagnie pétrolière nationale vénézuélienne, dont plusieurs raffineries qui sont sur le sol américain, d’un valeur de plus de 40 milliards de dollars.

Ces instruments juridiques sont le mécanisme d’application d’un blocus cruel contre le peuple vénézuélien, qu’Alfred de Zayas, un expert indépendant des Nations Unies sur les Droits Humains, décrit sans équivoque comme un « crime contre l’humanité ».

Dans ce sens, dans une enquête du Centre d’Études de Politique Économique des États-Unis sur le blocus du Venezuela, l’économiste américain Jeffrey Sachs, conseiller spécial auprès de l’Organisation des Nations Unies sur les objectifs de développement durable, a déterminé que le blocus contre le Venezuela est responsable d’au moins 40.000 morts dans mon pays, dont les sanctions doivent être considérées comme une « punition collective contre le peuple vénézuélien ».

Dans une déclaration officielle surprenante, en janvier 2018, le département d’État américain admet ses intentions illégales :
« La campagne de pression contre le Venezuela fonctionne. Les sanctions financières que nous avons imposées ont contraint le gouvernement à commencer à faire défaut, tant sur la dette souveraine que sur la dette de PDVSA, sa compagnie pétrolière. Et ce que nous sommes en train de voir (...) c’est un effondrement économique total au Venezuela. Donc, notre politique fonctionne, notre stratégie fonctionne et nous y tiendrons ».

C’est la confession d’un crime international, d’un acte de sauvagerie économique, d’un crime contre l’humanité, dans le seul but de nuire à mon pays et au peuple du Venezuela.

L’application illégale de mesures coercitives unilatérales, appelée avec l’euphémisme de "sanctions", est une politique maintes fois rejetée par l’Assemblée Générale des Nations Unies, contraire au droit international et en violation de la Charte des Nations Unies.

Pour tout ce qui précède, le 13 février, le Venezuela s’est adressé à la Cour Pénale Internationale pour dénoncer ceux qui, depuis les États-Unis, ont commis ces crimes odieux contre l’humanité. Je suis convaincu que, tôt ou tard, la justice internationale examinera le Venezuela avec objectivité et verra les dommages gigantesques que les États-Unis ont causés à un peuple pacifique, amoureux et travailleur.

En vous remerciant de l’attention que vous avez portée au contenu de cette lettre qui, je l’espère, a été utile pour vous tenir correctement informé de la situation réelle au Venezuela, je saisis cette occasion pour vous remercier de votre solidarité permanente avec le Venezuela. Ensemble nous vaincrons !

Cordialement
Nicolas Maduro Moros

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).