Les préoccupations de nombreuses fédérations Lettre du secrétaire Secrétaire départemental de Haute-Garonne

, par  communistes , popularité : 2%

Après l’Adresse aux communistes du Conseil National du 7 janvier et la réunion des
animateurs de sections du 8 janvier, à la suite également de notre Assemblée Générale
départementale du 13 janvier, je tiens à vous communiquer l’opinion majoritaire qui s’est
exprimée lors du dernier Conseil départemental du PCF de Haute-Garonne, réuni le 7
février, sur la préparation des élections présidentielles.

La proposition, faite dans l’Adresse aux communistes, de mener le débat autour de trois questions (où en est le Front de Gauche ? Quel contenu et projet politique ? Quelle candidature de rassemblement ?) est très largement partagée par les communistes. Il existe une demande importante d’un vrai débat respectant les choix de congrès du PCF : le Front de Gauche n’est pas une nouvelle organisation mais doit être une dynamique de rassemblement à gauche, s’élargissant au mouvement social. Son objectif n’est pas d’être une structure électorale au service de l’ambition d’une ou de plusieurs personnalités. Ce rassemblement s’adresse de manière large à toute la gauche en vue d’une véritable alternative. Son objectif n’est pas le regroupement de la gauche de la gauche, d’une petite gauche de témoignage dans une concurrence avec le NPA d’Olivier Besancenot. Si les communistes ont, lors de leur congrès, précisé leurs positions sur ces questions, nous pensons qu’avec nos partenaires, notamment Jean-Luc Mélenchon, il y a besoin d’une clarification des objectifs du Front de Gauche.

De même, sur les contenus politiques, nous avons à mettre en avant l’ensemble de nos convergences et points d’accords mais aussi à clarifier nos divergences : sur l’euro et le rôle de la Banque Centrale Européenne, sur le rôle du crédit et la monnaie, sur la politique industrielle et énergétique, sur la conception de la République et des institutions dans le débat sur la décentralisation ainsi que sur d’autres sujets nationaux ou internationaux.
Besoin de clarification aussi sur la pratique politique : collective et participative ou
centrée sur les propos et les décisions de personnalités sans s’appuyer sur une
démarche partagée et citoyenne.

Sur le choix du candidat à la présidentielle, les critères retenus par le Conseil National sont approuvés par les communistes : le Front de Gauche a besoin d’un candidat rassembleur et non diviseur, refusant le piège de la personnalisation de la présidentielle et porteur d’une candidature collective à plusieurs visages.

Pour beaucoup de camarades, André Chassaigne apporte des garanties sur ces
critères. De plus, dans le respect de la diversité du Front de Gauche, le projet
communiste dont il est porteur, peut être un atout dans un contexte de remise en cause du capitalisme et de phénomènes révolutionnaires. La baisse actuelle de Jean-Luc Mélenchon dans les derniers sondages, les polémiques incessantes autour de ses tirades médiatiques, sur ces rapports avec le parti socialiste posent question. De même, ses propos, résumant trop souvent le débat autour du projet à ses seules propositions sans références au débat collectif, perturbent de plus en plus de communistes et d’électeurs du Front de Gauche.

Ces éléments doivent faire partie du débat des communistes sur le choix du meilleur candidat.

Alors que le Conseil National a pris date pour une décision les 4 et 5 juin, la pression médiatique organisée autour de Jean-Luc Mélenchon pousse à considérer que le débat est d’ores et déjà tranché par d’autres, en dehors des communistes et des électeurs du Front de Gauche, l’Humanité s’inscrivant elle-même dans cette posture.

L’organisation par Jean-Luc Mélenchon d’un débat avec Marine Le Pen montre, s’il le fallait, le choix de Jean-Luc Mélenchon de se positionner comme candidat et de mener campagne comme il l’entend, sans discussion collective. Le choix de ce débat aurait pourtant mérité discussions car il va s’inscrire dans les accusations de populisme, (en référence au débat Tapie/Le Pen avec l’épisode des gants de boxe). De plus, il positionne le Front de Gauche en miroir du FN ou inversement, stratégie choisie par Mélenchon depuis des mois (dixit : "qu’ils s’en aillent tous", "je suis le bruit, la fureur, le tumulte et le fracas", "le choix politique est entre le FdG ou le FN, il n’y a pas d’autres forces politiques entre", "il faut des hommes forts, je ne veux pas du soutien des pleutres"). Stratégie de positionnement sur un vote fourre-tout de colère, d’un rassemblement protestataire dont on peut douter qu’elle paye électoralement mais qui sera désastreuse pour la suite dans une stratégie de rassemblement.

A ce jour, il est de la responsabilité de la direction nationale de prendre des mesures pour garantir le débat le plus serein possible chez les communistes pour le choix du candidat de rassemblement à la présidentielle. Cela ne peut être un choix par défaut mais partagé, pas davantage un choix imposé sur un pseudo marchandage comme le répète inlassablement Mélenchon, avec un troc entre présidentielle et législatives. Nous
ne sommes pas à vendre et c’est une drôle de conception du choix des candidatures à ces deux élections.

La candidature d’André Chassaigne n’est pas aujourd’hui soutenue par la direction
nationale, qui a repoussé son positionnement alors que ce soutien aurait pu exister
dans le débat des communistes. Alors que le PG, de manière très légitime, s’est
positionné sur la candidature de Jean-Luc Mélenchon lui permettant ainsi de mener une
vraie campagne, rien de semblable n’est fait pour André Chassaigne qui s’inscrit
pourtant lui aussi dans la candidature du Front de gauche, à la différence d’André Gérin ou de Maxime Gremetz.

Le Conseil départemental partage les préoccupations de plusieurs fédérations, dont celle du Puy de Dôme, et de nombreux dirigeants du PCF pour un traitement équitable de la candidature d’André Chassaigne. Il y a besoin d’un vrai débat : le choix de la candidature et de ce qu’elle représente n’est pas un débat annexe. Il faut donc permettre à André Chassaigne de prendre toute sa place dans le choix de la candidature Front de gauche.

Quel que soit le choix majoritaire des communistes, qui sera alors notre choix commun, il est important de répondre au mieux sur les enjeux d’un débat transparent, équitable et serein, permettant que tout le parti se retrouve dans la décision majoritaire.

Pour le conseil départemental du PCF de Haute-Garonne,

Pierre Lacaze, Secrétaire départemental

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).