Le PCC réunit 58 partis pour une renaissance urgente du marxisme contre la nouvelle guerre froide

, par  lepcf.fr , popularité : 2%

Le Symposium Mondial des Partis Politiques Marxistes s’est déroulé jeudi 27 mai 2021.
L’événement a rassemblé quelque 70 représentants de 58 partis politiques de 48 pays.
Il a été accueilli et parrainé par le département international du Parti communiste chinois (PCC) pour ses 100 ans.
Le compte rendu succinct du Symposium a été publié par le média suisse Sinistra.ch

Traduction Nicolas Maury


Le président chinois Xi Jinping s’est exprimé par un message lors du Symposium mondial des partis politiques marxistes, jeudi 28 mai, en ligne, et organisé par le Parti communiste chinois. Les dirigeants de 58 partis communistes de différentes régions de la planète se sont réunis via la plateforme Zoom, représentant un total de 48 pays.

Chacun est intervenu avec un rapport politique essayant d’apporter une réflexion originale sur les innovations dans le domaine de l’idéologie et de la pensée marxiste. Parmi les personnes présentes, il y avait des partis au pouvoir tels que le Parti communiste de Cuba et le Parti communiste du Vietnam ; les partis au gouvernement de leur propre pays tels que le Parti communiste d’Afrique du Sud, le Parti communiste du Népal, ainsi que les partis espagnols et syriens, mais bien sûr aussi des partis d’opposition tels que le Parti communiste de la Fédération de Russie, Parti communiste des États-Unis d’Amérique, etc. [1].

Assez d’hésitation : il faut plus de coopération entre les partis

Xi Jinping, qui est également secrétaire général du Parti communiste chinois, a déclaré que le marxisme n’est pas seulement « plein de vitalité dans la Chine du XXIème siècle », mais a souligné qu’il s’agissait d’une « théorie scientifique qui révèle les modèles derrière le développement de la société humaine ». Et qui représente « un formidable outil théorique que nous utilisons pour comprendre le monde et pour opérer son changement ». Ce qui manque, et auquel Xi Jinping a expressément fait appel, c’est une collaboration plus étroite entre les partis communistes, le renforcement du dialogue et des échanges, et à cet égard - a confirmé le dirigeant chinois - « le PCC est prêt à promouvoir conjointement la cause du progrès humain et la construction d’une communauté avec un avenir partagé pour l’humanité entre les partis politiques marxistes du monde entier ». Et ceci selon les principes « d’indépendance, d’égalité, de respect mutuel et de non-ingérence dans les affaires intérieures des autres » a souligné le dirigeant chinois qui a explicitement invité les personnes présentes à « s’unir et s’opposer à la nouvelle guerre froide. Le monde veut la justice, pas l’hégémonie ».

Xi Jinping - qui a réitéré son rejet d’une nouvelle division du monde dans des champs géopolitiques opposés - a commenté : « ceux qui marchent seuls vont plus vite, mais avec des amis ils vont plus loin ». Bref, de Pékin, ils semblent dire que, dans le contexte de la nouvelle guerre froide en cours et de synophobie, le moment est venu pour ceux qui se reconnaissent dans le marxisme et aspirent à un monde multipolaire et pacifique d’abandonner toute hésitation et toutes les distinctions intellectuelles et s’organisent politiquement dans les partis communistes pour les renforcer.

« Nous avons résisté à la pression et avons continué sur la voie socialiste »

Le chef des relations internationales du Comité central du PCC, Song Tao , dans son discours d’introduction a expliqué que le déséquilibre au niveau international se creusait et a alerté les personnes présentes sur les risques de la « nouvelle guerre froide » voulue par les Etats-Unis, et ses diktats devant lesquels l’UE s’aplatit, mais en même temps il a transmis un message d’espoir : « le socialisme est sorti du rêve et est devenu réalité ! ». En fait, malgré la pression internationale croissante - a poursuivi Song Tao - « La Chine a persisté dans le socialisme et a réussi en 70 ans, sous la direction du Parti communiste chinois, à sortir plus de 10 millions de personnes en moyenne de la pauvreté. En bref, la pauvreté est affrontée d’une manière sans précédent dans l’histoire ».

Du conflit sino-soviétique à la nouvelle route de la soie

Président du KPFR, Gennady Zyuganov, après avoir assuré que « la Chine continue de développer de manière créative le marxisme-léninisme en apprenant de nos erreurs pendant la période de l’Union soviétique », a déclaré : « le monde a besoin d’un changement radical et les peuples de tous les pays ont besoin d’un tout nouvel ordre et système international ». Il a été repris par le représentant du Parti communiste de Biélorussie, qui a identifié dans « l’initiative de la ceinture et de la route », c’est-à-dire la nouvelle route de la soie, « la plate-forme la plus efficace pour permettre la collaboration au niveau mondial ». Les communistes latino-américains sont également sur la même vague : « après l’effondrement de l’Union soviétique, les USA ont renforcé leur hégémonie, mais avec la montée en puissance de la Chine sur la scène internationale, l’impérialisme américain disparaît progressivement », a déclaré le représentant du Parti communiste du Chili, qui est récemment devenu le deuxième parti en importance aux élections municipales du pays.

Fini l’eurocentrisme : renouveler le marxisme à partir de la Chine

Parmi les contributions les plus originales du débat figurait celle du turc Vatan Partisi, auquel le PC chinois a décidé d’accorder l’honneur de conclure le colloque, en louant explicitement son président Dogu Perinçek. Il a souligné que le socialisme scientifique doit se renouveler. Depuis Marx et Engels morts au 19e siècle et déjà au début du 20ème siècle, Lénine était capable d’apporter une innovation notable rendant le marxisme adapté à l’ère de l’impérialisme, observant aujourd’hui l’expérience révolutionnaire de la Chine, il est nécessaire de faire de même, selon une approche très « Maoïste », selon la méthode « théorie - pratique - nouvelle théorie ».

A l’époque des fondateurs du socialisme scientifique, le discours révolutionnaire était en fait eurocentrique, « ce n’est qu’au XXème siècle que le socialisme scientifique embrassa l’ensemble de l’humanité et le pivot de la révolution se déplaça vers les nations opprimées », explique Perinçek, donnant lieu ainsi à de nouvelles formes de révolution, de type essentiellement « national-démocratique ».

Aujourd’hui, même dans une perspective d’ouverture au socialisme, nous sommes toujours dans cette phase, a conclu le dirigeant turc, où les forces motrices sont les États nationaux qui luttent contre l’impérialisme.

Les communistes suisses étaient également invités : « nous sommes dans une nouvelle phase »

La seule organisation Suisse invitée était le Parti communiste dirigé par Massimiliano Ay. Hélas, « c’est un événement auquel nous aurions aimé assister et les camarades chinois nous avaient en fait invités, malheureusement des raisons d’organisation nous ont empêchés de participer, mais dans quelques semaines Pékin nous a demandé de participer à un autre symposium ».

« Être révolutionnaire - déclarait Fidel Castro - signifie comprendre le moment historique ; et les relations entre communistes chinois et suisses » - confirme Ay - « semblent avoir considérablement augmenté ces derniers temps ». « Notre dernier Congrès en 2016 a identifié la contradiction fondamentale de notre époque, à savoir celle qui voit l’impérialisme atlantiste opposé au multipolarisme naissant ; la politique et l’économie, y compris la Suisse bien sûr, sont désormais déclinées sur cette nouvelle base. Nous nous sommes correctement positionnés dans cette contradiction et cela suscite l’intérêt des communistes chinois d’une part, mais aussi la colère des journalistes pro-européens d’autre part ».

Ay note en conclusion que ces colloques convoqués par le Parti communiste chinois « sont une bouffée d’air frais » car ils parviennent à unir des partis communistes qui se sont insultés il y a quelques décennies à peine, à cause des conséquences du schisme entre marxistes-léninistes dans les années 1960.

Sinistra.ch
Lu sur le blog de Nicolas Maury

[1Il n’est pas dit si le PCF était présent...

Sites favoris Tous les sites

3 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).