Le 6 Mai et après... Virons Sarkozy, Donnons-nous des députés communistes Organisons le Front Populaire Tract du réseau pour la manifestation du 1er Mai à Lyon

, par  lepcf.fr , popularité : 2%
]

Virer Sarkozy, le peuple en a besoin, après 5 ans d’une véritable guerre sociale contre les pauvres et le monde du travail. Symbole d’une bourgeoisie arrogante et d’une droite "décomplexée", son nom cristallise la colère populaire. Mais ce n’est pas fait !

La droite atteint 56%, plus qu’en 2002 et beaucoup plus qu’en 1981 ou 1988 ! C’est pourquoi nous appelons sans ambiguïté à voter Hollande pour une bouffée d’air au peuple, à tous ceux qui luttent, bien que sans illusions sur un vrai changement politique. Quelque soit le président élu, la bourgeoisie et ses institutions imposeront une rigueur renforcée, une destruction accélérée de ce qui reste des protections sociales et publiques, une nouvelle baisse des salaires, pensions et indemnités, le renforcement des guerres impérialistes. L’U.E. prépare ses plans, après ceux de Grèce, d’Italie ou d’Espagne. Quel gouvernement socialiste résisterait demain ?

C’est pourquoi ce qui se passera après le 6 Mai est essentiel. Pour les législatives qui décideront de la majorité parlementaire, pour le mouvement social très vite confronté à la dureté des luttes de classe nécessaires pour résister, reconstruire et reconquérir des droits.

Ce vote ne suffit pas à ouvrir l’issue.

L’abstention plus forte qu’en 2007, et aussi qu’en 1974, 1981, 1988, est marquée socialement et dépasse 30% dans de nombreux quartiers populaires. Dans plusieurs pays européens, la crise a balayé les pouvoirs sortants. Ce n’est pas le cas en France. Sarkozy est en ballotage défavorable, mais la droite est nettement majoritaire (56%), appuyée désormais sur un Front National banalisé et ancré dans le monde du travail. Les digues ont sauté. Le vote FN bat son record de voix, se diffuse partout, et s’affirme comme le premier vote ouvrier. Marine Le Pen peut se présenter comme une force populaire, la principale force contre les socialistes et les marxistes ! La défaite de Sarkozy peut-elle être plus qu’une revanche populaire, une bouffée d’air ?

Après le vote FdG ?

Les efforts de création d’une gauche "radicale" ne manquent pas, et le résultat de Mélenchon est le premier positif après la catastrophe des collectifs anti-libéraux de 2007. Mais le total à gauche du PS (13,1%) est inférieur à 2002 (13,8%) et 1995 (14,1%). Pourquoi, avec cette crise, cette colère, les propositions du FdG sur les salaires, retraites, services publics n’ont-elles pas été plus entendues ? Le FdG s’appuie fortement sur l’électorat communiste dans les villes PCF et ses régions fortes (Auvergne, Languedoc-Roussillon), et aussi de nouvelles forces (Paris, Lyon, Sud-Ouest), mais ne retrouve pas le poids du PCF dans l’arc industriel du Nord de la France. Le vote PCF était très varié entre départements car très marqué socialement (2,9% à 19,6% pour R. Hue en 1995). Le vote Mélenchon est plus homogène (7,2% à 16,9%) car faible dans ce monde ouvrier marqué par la désindustrialisation et la pauvreté, le plus directement victime de l’Euro et de l’U.E.. Ceux qui parlent d’une nouvelle force politique remplaçant le PCF doivent d’abord analyser ce constat. L’urgence est cette fracture politique qui freine la bataille contre le FN, interdit toute victoire sociale.

Reconquérir la souveraineté populaire contre l’U.E. et l’Euro.

Tant que le PCF et le FdG feront dépendre la rupture politique en France de l’avancée vers une "Europe sociale", ils ne pourront être entendus par ceux et celles qui en sont les principales victimes. L’U.E. était et est une construction politique pour la concurrence libre et non faussée. Elle organise la guerre entre les peuples au sein de l’U.E. et avec l’extérieur, elle est une des composantes de l’OTAN dans ses guerres impérialistes, elle impose partout la guerre sociale au service de la puissance allemande. Résister au capitalisme, c’est désobéir à l’U.E. ! Refuser de payer la dette, c’est reconquérir la souveraineté monétaire pour une politique économique au service de nouvelles coopérations internationales, en Europe et au Sud.

Contre les illusions institutionnelles, s’organiser pour une lutte prolongée.
La gauche doit être présente au second tour face au FN. Hors de cette situation, les marchandages avec le PS nous inquiètent, conduisant à une participation gouvernementale de cette "gauche de la gauche" qui se présentait comme alternative à la "gauche de gouvernement". Or, le prochain gouvernement sera confronté aux exigences de rigueur et de remboursement de la dette.

Pour contraindre le PS à la rupture, il faut un véritable rapport de force, avec la population, dans les luttes, élire suffisamment de députés communistes pour ne pas laisser un PS majoritaire seul à l’assemblée. Nous devons privilégier les progrès dans l’organisation des luttes, l’unité et la conscience des travailleurs, reconquérir le monde ouvrier et les quartiers populaires contre le FN, les intégrismes religieux, tous les fascismes !

Travailler à l’unité du peuple.

La fracture entre la gauche "radicale" et le monde ouvrier n’est pas nouvelle. Elle est au cœur de l’affaiblissement du PCF et la cause principale des défaites des mouvements sociaux depuis 15 ans. On ne peut gagner sans unir toutes les couches sociales victimes de la crise, des quartiers et des villes, des précaires et des statutaires, des plus pauvres aux couches moyennes. C’est la condition première de l’"insurrection citoyenne", au-delà des meetings et des manifestations, qui doit s’organiser sur le lieu de travail, dans ces usines où se vit l’exploitation capitaliste, où ouvriers, employés, techniciens et cadres peuvent décider de tout bloquer, de se réapproprier ce qui est à eux : travail et entreprise !

Il ne suffit pas d’’affronter le FN d’un point de vue moral. Il faut répondre à cette guerre de division du peuple d’un point de vue de classe, convaincre que lutter contre la concurrence organisée par les capitalistes entre travailleurs, ce n’est pas lutter contre les immigrés mais contre les patrons et pour les salaires et les droits pour tous !

Paix et solidarité contre l’impérialisme.

Après l’Irak et l’Afghanistan, le drame Libyen qui se prolonge encore et se répand en Afrique montre à ceux qui ont cru que l’OTAN allait défendre la démocratie à quel point ce sont les intérêts géopolitiques des impérialistes qui sont au cœur des conflits partout dans le monde.

Les peuples en lutte contre des dictatures ne peuvent espérer la victoire sous la domination de l’OTAN. Avec les communistes Syriens, nous condamnons les visées guerrières de la France et des USA dans leur domino militaire contre l’Iran et plus loin la Chine.

Poser la question du communisme !

Les réponses écologistes, réformistes, nationalistes à la crise sont des impasses car ne posent pas la question centrale de la rupture avec le capitalisme. Il est urgent d’affirmer notre choix d’un socialisme du XXIème siècle, processus de libération du capitalisme, ouvrant une perspective de société communiste débarrassée de toute exploitation de l’homme par l’homme.

C’est pourquoi nous voulons reconstruire un parti communiste de combat organisé dans l’entreprise et le quartier, indépendant des institutions et consacrant ses forces à la formation théorique et pratique, à l’organisation du peuple dans ses luttes de résistances et de reconquêtes.

Pour prendre contact, adhérer au PCF, écrire à : contact@lepcf.fr

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).