J. Nikonoff présente son livre dans un comité d’entreprise.
Fralib : rencontre(s) de lutte Luttes, économie, Europe, Euro, syndicalisme.....

, par  Paul Barbazange , popularité : 3%

Réussir un échange véritable entre militants d’une entreprise dans une rude bataille revendicative autour de questions aussi complexes que : Monnaie, économie, Europe, Euro, mondialisation, pouvoir des transnationales et solidarité de classe... n’est pas simple. L’attention de l’intervenant aux réalités du débat, l’efficacité de l’animatrice et l’engagement des participants dans une lutte de haut niveau ont permis un grand débat. Essai de compte rendu, partisan et engagé dans le débat, je le revendique.

Fralib : rencontre(s) de lutte

A l’initiative de militants à Fralib Gémenos, avec l’aide décisive du cercle Manouchian, de Rouges vifs 13, l’économiste Jacques Nikonoff est venu participer dans l’usine à un débat sur les perspectives : luttes, économie, Euro, Europe...

Prévu au départ dans le réfectoire de l’usine occupée ce débat a eu lieu dans les locaux du CE en raison de l’évolution positive de la lutte ; la cour d’appel ayant annulé le PSE patronal et les licenciements. Les travailleurs demandent le redémarrage immédiat de la production et la mise en place dans le temps de leur proposition de maintien de la production. L’usine est prête, les salariés aussi.

Pendant plus de deux heures, opinions et analyses se sont confrontées au point que J. Nikonoff a failli ne pas avoir le temps de parler tant il y avait à dire dans l’assistance. Aussi bien parmi les travailleurs de FRALIB et leurs délégués que parmi les aubagnais apportant leur expertise : responsables de la section du PCF, candidate Front de gauche, militantes du M’Pep ou d’Attac, de la FASE... L’échange d’idées a eu lieu.

Marquée par la réflexion politique poussée des militants de l’usine, épaulés par les dirigeants syndicaux. Comment gagner sur les revendications en tenant compte du rapport de force, dans l’usine, au plan local, régional, international ? La conjoncture électorale est-elle favorable ? L’un d’entre eux revenant d’un comité central de groupe en Hollande appelait l’attention sur le fait que la solidarité de classe est comme toujours à construire avec en face un patronat sachant jouer de tout. Les emplois délocalisés de France sont "promis" en Pologne, si bien que là bas la question n’est pas vue de la même façon. Surtout quand le syndicat a l’histoire de Solidarnosc.

Les questions de ce qu’est la politique européenne, de son sens, du rôle de l’économie européenne au service d’Unilever et des monopoles transnationaux est donc première.Tout comme celle des transformations possibles.

En quelques mots en prise directe sur les interventions des uns et des autres J Nikonoff a précisé son point de vue : Sur la réalité de la construction européenne, dès le départ au service exclusif des monopole du charbon et de l’acier -CECA en 1956- pour développer l’exploitation des salariés de toute l’Europe capitaliste. Des institutions (parlement européen, BCE...) visant à institutionnaliser cette orientation. Ce qui pose la question du "réalisme" ou de "l’irréalisme" de ceux qui à la direction du PCF du PGE et ailleurs (au PS c’est un credo fondamental !) pensent aujourd’hui ce système amendable....

Le conférencier a clairement retenu la remarque de participants sur l’idée : ce n’est pas sortir de l’Euro (et de l’Europe) qui est la question utile mais sortir du capitalisme, en France et en Europe. Cette façon de voir ramène d’ailleurs à la question de la sortie mais en la posant autrement : changer de classe au pouvoir en France et en Europe... Dans quel ordre de temps ?... sortir puis changer... changer donc sortir pour pouvoir changer... nul autour de la table n’a prétendu pouvoir répondre... Ce sont les luttes, les choix fondamentaux des français qui décideront en dernier ressort, et non des stratégies électorales pré-établies par des appareils politiques du PS, du PCF, du Front de gauche....

La question du rapport entre luttes et moments politiques (la séquence présidentielles- législatives avec ses configurations locales) a été naturellement l’autre objet occupant le débat.

Débat compliqué, de nombreux points de vue s’exprimant avec parfois plus que des nuances pour les membres d’un même parti présents autour de la table, PCF par exemple. Le Front de gauche venant accentuer encore ce phénomène par sa nature de coalition aux limites évolutives.

L’ensemble des participants m’a paru cependant d’accord sur deux points d’importance :

- Les propositions du PS, propositions d’accompagnements récemment condamnées en Grèce et en Espagne, mèneraient en France aussi à l’impasse. Nous avons assez donné avec la gauche plurielle.

- Le Front National est en embuscade : il parvient à tenir un discours de révolte et de pseudo radicalité sociale, de colère. Ce discours est compréhensible et entendu par la classe ouvrière. Autrefois cette radicalité et cette colère étaient portés par les communistes qui les rendaient eux cohérentes par leurs propositions de société socialiste et communiste. Attention à la dimension produire en France, protéger nos frontières, particulièrement présente avec sa dimension écologique (limiter les transports inutiles) dans la lutte des Fralib. Les débats menés dans la lutte, montrent combien les exploités peuvent être radicalement trompés par le pire des porteurs de l’idéologie capitaliste. Aujourd’hui en passe de réussir son opération de camouflage.

La candidate du Front de gauche a développé ses propositions stratégiques qui se heurtent bien sûr à sa conception des alliances et à l’absence d’analyse des impasses passées, en France et dans toute l’Europe.

Face à cette situation, des salariés en lutte, des militants communistes membres ou non du PCF ont souligné l’importance décisive des luttes revendicatives et politiques, avant pendant et après les moments électoraux. Finalement, J Nikonoff par son rappel d’une partie de son histoire personnelle [1] a rappelé l’essentiel : la nécessité d’un parti de classe, organisé à l’entreprise et porteur sans ambiguïté des intérêts des exploités. Des interventions de salariés ont étoffé ce propos.

En 30 ans, le capitalisme a su tant au plan national que mondial réorganiser en profondeur les sites et conditions de la production. Aux exploités, aux communistes de savoir, de l’usine au monde, se réorganiser dans les conditions mondiales actuelles nouvelles.

Les solutions économiques et monétaires avancées par nos camarades d’Amérique du Sud avec la constitution d’une "monnaie commune", le sucre et non "unique" comme l’Euro montrent que rien n’est définitivement inaccessible, y compris sur les questions monétaires en apparence si loin de notre pouvoir. La lutte et l’optimisme de classe qui en découlent, ouvriront toutes les portes.

Permettez au rédacteur de ce compte rendu d’ajouter que la construction aujourd’hui en cours en Amérique du Sud n’est possible qu’appuyée sur les luttes multiformes des peuples du sous continent et Cuba socialiste.

Comme l’a dit en conclusion l’un des dirigeants syndical de la lutte : le défi est immense mais nous sommes obligés de le relever.

Paul Barbazange

PS : Curieusement, mais peut être est ce une indication de nos difficultés générales, personne n’a même évoqué la perspective de luttes interpro de la semaine du 13 décembre.

J . Nikonoff a présenté son livre "Sortir de l’Euro"

[1années 1970 où ouvrier à Rateau-La Courneuve, il a participé à un affrontement politique de grande ampleur dans une usine où les communistes étaient puissamment organisés

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).