Législative partielle de Vitry/Alfortville
Elles et ils soutiennent les candidatures de Fati Konaté et Greg Verny

, par  communistes , popularité : 4%

Nous publions ici différents témoignages de soutien aux camarades de Vitry/Alfortville et à leurs candidats Fati Konaté et Greg Verny.
Ces témoignages posent aussi les questions essentielles pour l’avenir du PCF.

Un nouveau soutien pour les candidats de Vitry

Parti Communiste Français

Section du Bassin d’Arcachon et du Val de l’Eyre
« Espace Jacques Charrazac »
61 bis, Avenue de la Libération - 33380 BIGANOS
courriel : pcfbassin@orange.fr
Congrès du PCF Fabien Roussel annonce l’abandon de la faucille et ...

Soutien aux candidats de Vitry

Les communistes du Bassin d’Arcachon apportent leur soutien aux communistes de Vitry qui ont fait le choix souverain avec leur section de présenter leurs candidats à l’élection législative partielle de la circonscription d’Alfortville-Vitry des 20 et 27 septembre prochain.

Ce choix est une affirmation. La présence des élus, l’action des militants communistes, des habitants est indispensable pour construire des liens de solidarité et mettre en place des politiques publiques dans les villes et quartiers populaires répondant aux besoins de la population et de la jeunesse, pour l’accès aux droits, logement, culturels, sportifs….

Ce choix est l’expression de la volonté des communistes d’affronter les atteintes contre le monde du travail rendant insoutenable la vie quotidienne dans les quartiers populaires se traduisant par méfiance et retrait de la vie politique de leur cité.

La responsabilité des communistes est d’élargir le rassemblement face aux forces réactionnaires (extrémistes, réformistes, communautaristes), d’unir le peuple dans un rassemblement populaire.

S’appuyant sur cette juste démarche, nous apportons tout notre soutien aux communistes de Vitry, à leurs élus et maire, Pierre Beel-och, ainsi qu’à leurs candidats aux élections partielles, Fati Konaté et Grégoire Verny.

Section PCF Bassin Arcachon et Val de l’Eyre

Biganos, le 15 septembre 2020

Soutien des communistes de Vénissieux aux communistes de Vitry

Les communistes de Vénissieux et leurs élus savent que l’existence de grandes villes communistes est un défi permanent contre lequel toutes les forces réactionnaires, réformistes, extrémistes ou communautaristes peuvent se liguer. Nous l’avons connu dans de nombreuses situations, de Bègles à Montreuil en passant par Vaulx-en-Velin.

C’est pourquoi nous savons aussi que le lien étroit entre l’équipe municipale et les militants communistes est un facteur décisif de la capacité à surmonter la crise démocratique et citoyenne qui marque profondément notre peuple et donc aussi nos villes, quelques soient la qualité de nos politiques publiques.

Partout, nous faisons face à la précarisation de la majorité des quartiers populaires, de la jeunesse malgré nos politiques de solidarité, d’accès aux droits sociaux comme culturels. Partout, nous faisons face à la méfiance majoritaire du politique chez les ouvriers, les employés, les chômeurs et bénéficiaires de minima sociaux.

L’unité des communistes, leur capacité à unir le peuple dans un rassemblement populaire majoritaire est donc un enjeu décisif.

C’est ainsi que nous comprenons la décision des communistes de Vitry d’élire Pierre Bell-Lloch maire de Vitry. Nous n’avons pas à donner de leçon sur les évènements eux-mêmes, mais nous sommes convaincus que c’est dans la bataille politique pour repolitiser nos quartiers et les luttes sociales que nous pourrons faire reculer l’abstention.

L’urgence est d’aider les communistes de Vitry à construire le rassemblement des vitriots. Le conseil national a pourtant pris la regrettable décision de ne pas soutenir les candidats choisis par les communistes de Vitry, comme si les questions internes du Val de Marne étaient plus importantes que la bataille politique. Nous le regrettons.

Mais l’essentiel est la bataille politique pour la réussite de Vitry et pour placer le candidat communiste en tête de la gauche pour les élections législatives partielles. C’est possible. Ce serait un évènement, une très bonne nouvelle pour les communistes de toute la France, à quelques semaines du 100ème anniversaire de leur parti.

Les communiste de Vénissieux et leurs élus apportent tout leur soutien aux communistes de Vitry, à leurs élus et leur maire Pierre Bell-Lloch, à leurs candidats aux législatives partielles, Fati Konaté et Grégoire Verny.

Vive les communistes de Vitry
Vive le parti communiste français


Soutien de Laurent Brun à Fati Konaté et Greg Verny

Pourquoi, en tant qu’adhérent du PCF, j’apporterai quand même mon soutien à Fati Konaté et Greg Verny dans la législative partielle de Vitry-Alfortville ?

De mon éducation dans une famille ouvrière et militante, j’ai retenu quelques principes, dont celui qu’on pourrait résumer par l’adage « pour être respecté, il faut être respectable ». Il en va des gens comme des décisions politiques. Or la décision du CN du weekend dernier ne me paraît en aucun point respectable.

Pas respectable parce qu’elle place les logiques de clan avant l’intérêt du Parti et encore pire, avant l’intérêt de la population de la circonscription. Ce n’est qu’une manœuvre parmi d’autres qui se déchainent en ce moment et qui semblent vouloir mettre le prochain congrès sous le signe de la revanche, quitte à tout transformer en champs de ruines d’ici là. Je n’ai pas d’appétit pour les cendres, j’en ai déjà trop mangé depuis 23 ans que le Parti s’affaiblît. Comme moi, beaucoup de communistes aspirent au contraire à un congrès de réflexion sur nos idées et nos pratiques d’organisation, un congrès qui travaille la logique de la reconquête, amorcée, mais encore précaire, et ô combien difficile à conduire. C’est un espoir sérieux. Or l’appareil a cela d’époustouflant, qu’au détour d’une législative partielle certains peuvent mettre quelques bâtons dans les roues, empoisonner un peu l’atmosphère, pour tenter d’écarter l’idée que le Parti pourrait se réunifier derrière cette reconquête. Personne de sincère ne pouvait le voir venir et d’ailleurs le nombre d’absents au CN (la moitié des délégués) montre que beaucoup de nos représentants ne "se comptent pas", ils participent quand leur activité professionnelle ou militante le leur permet. D’autres, au contraire, président aux calculs de boutiques et se saisissent des majorités de circonstance. Dommage ! Autant pour eux que pour nous.

Pas respectable parce que cette décision méprise les valeurs démocratiques des communistes en balayant le choix de la section comme une quantité négligeable.

Il y a pourtant bien eu un vote, massif. Et qui, mieux que les communistes vitriots eux-mêmes, peut décider du candidat ? Il doit bien sûr exister des gardes fous, c’est le rôle du CN, mais s’en saisir pour effacer la décision des communistes de la circonscription, ce n’est pas normal. C’est une question de fond par rapport à notre ADN démocratique, avec comme fondement, la section-organisation de base du parti et lieu fondamental de souveraineté des communistes. Quel est le message porté par la décision du CN ? L’idée est-elle de priver de droit de décision une section toute entière, d’envoyer un signe à ses adhérents pour les décourager et les faire partir ? Assumez camarades ! Allez au bout de votre logique et proposez l’exclusion en bloc des centaines d’adhérents de Vitry (900 je crois), comme cela vous serez débarrassés. L’élection du maire par le conseil municipal s’est déroulé dans des conditions qui ne satisfont personne, quelque soit le côté. Mais la responsabilité des dirigeants du parti est de régler ce diffèrent en ressoudant l’organisation, certainement pas de propager le conflit à la législative ou à l’ensemble des questions qui se poseront dans cette ville.

Pas respectable parce qu’elle est prise à un moment où aucune autre candidature ne peut être déposé. Elle acte donc la disparition du Parti à la législative, dans une ville communiste. Hier comme aujourd’hui, il y a finalement une grande constance.

Ceux qui ont soutenu cette décision portent la responsabilité de l’effacement du PCF. Et dans cette entreprise je ne les soutiendrai jamais. Non seulement le Parti a besoin de montrer son originalité, de faire valoir ses idées et ses propositions pour convaincre, développer son influence et ses forces. Mais en plus, cela est une nécessité pour la population. Nous avons besoin de plus de députés communistes, comme ceux qui ont voté contre la réforme ferroviaire de 2018 qui conduit à la lente disparition des emplois de l’atelier SNCF des Ardoines, de la gare de Vitry ou du centre des essais ferroviaires implanté sur la ville. Réforme du chômage, budget de la sécu, reforme des retraites, ils ne sont pas assez nombreux à s’opposer aux projets rétrogrades. Enquête sur la fraude des multinationales, proposition sur les retraites agricoles, pas assez nombreux non plus à faire des propositions pour résoudre une partie des maux de notre société.

Décider de ne pas avoir de candidat communiste, ou plus exactement tenter d’empêcher une candidature communiste, c’est irresponsable ! Il y a peut être peu de chance de gagner la circonscription. Mais si on ne mène pas la bataille, nos concurrents sont tranquilles pour conserver le siège, ils ne sont pas bousculés sur leurs conceptions libérales. Le rapport de forces n’est pas constitué que des victoires, il est aussi le résultat de toutes les luttes. Et le Parti Communiste ne doit pas arrêter de lutter ! Il nous faut donc des candidats sur cette circonscription !

Pas respectable enfin, car cette décision fusille littéralement une jeune camarade, Fati Konaté, qui avait pourtant déjà représenté notre Parti aux législatives précédentes de 2017. Qu’est-ce qui a changé depuis 3 ans ? Les propositions du Parti sur la circonscription ne sont-elles plus les mêmes ? Bien sur que si. Alors quoi ? Encore cette histoire de Mairie ? Donc tous ceux qui sont d’accord avec le nouveau maire sont pestiférés ? Et pourquoi pas tous ceux qui lui parlent ou qui le croisent dans le rue ? Au passage, les camarades d’Alfortville sont fusillés avec, sûrement pour l’exemple. Excluez camarades ! Nous n’oublions pas que vos indignations sont à géométrie variable. Mais idiots que nous sommes, nous, nous avons mis de côté les chartes signées, pour travailler ensemble au redressement du Parti. Vous ne semblez pas avoir le même recul. C’est peut être ça qu’on appelle la bureaucratie, ces morceaux de la structure qui ne voient plus l’intérêt collectif. Revenez à la raison. Vous détruisez le Parti sur Vitry et sur le Val-de-Marne tout entier.

Alors voilà, je ne respecterai pas la décision du CN parce qu’elle n’est pas respectable. Je remercie Fabien Roussel, notre Secrétaire Général, d’avoir tenté de faire prendre du recul aux membres du Conseil National. Je regrette qu’il n’ait pas été entendu. J’espère qu’un jour prochain la JC, l’Huma, les législatives partielles, les finances ou tous les sujets de préoccupation de notre Parti, ne seront plus des terrains de mines goulument déposés par certains camarades, mais qu’au contraire nous pourrons en faire des sujets de débats sereins, de décisions respectables et de reconquête motivante.

Vivement ce jour là.

En attendant, je soutiendrai mes camarades de Vitry et la candidature de Fati Konaté et Greg Verny. D’avance, bravo à eux pour cette bataille courageuse qu’ils mènent dans notre intérêt à tous !


Message de Marie-Christine Burricand, Membre du Conseil National et de l’exécutif national du PCF, conseillère de la Métropole de Lyon

et Hervé Poly, membre du Conseil National et de l’exécutif national du PCF, secrétaire départemental du Pas -de- Calais

Nous apportons tout notre soutien aux candidats des sections PCF de Vitry et d’Alfortville, Fati Konaté et Grégoire Verny. Les communistes de leurs villes leur ont donné la légitimité pour mener au nom du PCF un combat courageux, porter nos valeurs de justice, de progrès social et de solidarité, permettre que la colère, les aspirations et l’énergie des quartiers populaires, tout particulièrement des jeunes, bousculent la vie politique. Votre combat est le nôtre, celui de tous ceux qui veulent faire vivre et renforcer le PCF, reconstruire notre organisation politique, reconquérir son influence ; de tout cœur avec vous !


Message de Michèle Picard, maire de Vénissieux, vice-présidente de la métropole de Lyon
à
Fati Konaté et Grégoire Verny, candidats pour les législatives partielles des 20 et 27 septembre à Alfortville-Vitry

Chers camarades,

Je tiens à vous assurer de tout mon soutien pour la législative partielle des 20 et 27 septembre sur la circonscription d’Alfortville-Vitry.

Je vous souhaite beaucoup de courage pour cette dernière ligne droite et j’assure les camarades qui mènent campagne à vos côtés de toute ma solidarité.

Amitiés communistes
Michèle Picard

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).