Jean-Luc Mélenchon et le Parti communiste français : histoire et perspectives

, par  Xuan

Le 1er juin à 17:35, par Xuan En réponse à : Jean-Luc Mélenchon et le Parti communiste français : histoire et perspectives

Pas d’ennemi à gauche, oui si on parle des sympathisants et des électeurs qui aspirent sincèrement à la fin du capitalisme et à la construction d’une nouvelle société fondée sur les besoins du plus grand nombre.
Je ne serais pas aussi tranché si on parle des dirigeants. Ceux qui ont tout fait pour détruire le communisme, ceux qui se placent ouvertement dans le camp de l’impérialisme US, ceux qui ont opposé les intérêts de la bourgeoisie aux intérêts populaires, ceux qui ont utilisé la violence policière contre les manifestants, ceux qui vénèrent encore un cagoulard vichyste…

On peut toujours s’interroger sur les un peu plus ou un peu moins, mais sur le fond les dirigeants qui s’accrochent aux institutions de la république bourgeoise comme une moule sur son rocher, ne veulent pas entendre parler de socialisme et se mettront en travers de la route par tous les moyens.
Le dernier sujet de discorde, concernant la manifestation du 19 mai a vu s’opposer frontalement le lapsus révélateur de Faure pour la défense de l’institution policière, et Mélenchon pour la défense de l’institution judiciaire. Ce combat ne nous concerne pas et n’a rien à voir avec les intérêts des classes populaires, ni même avec ceux des fonctionnaires policiers, sociaux ou judiciaire. Ce sont précisément ces institutions qui devraient être refondues et non ravaudées.

La stratégie des années 70 ne devrait pas être recopiée, à part un nécessaire programme fédérateur.
D’une part elle parlait à mots couverts de la société socialiste affadie en « démocratie avancée », et rêvait de pousser les résultats électoraux pour transformer le système capitaliste.
Et pour ce faire elle poussait aux fesses un candidat social-démocrate présidentiable, que certains trotskistes ont prétendu soutenir « comme la corde soutient le pendu », qu’il ne faudrait pas gêner ensuite pour ne pas faire «  le jeu de la droite ».
Et c’est exactement la cause des échecs et de la dégringolade.
Soyons lucides, JLM n’acceptera jamais un rôle subalterne.

Brèves Toutes les brèves

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).