Samir Amin : la soi-disant guerre des devises

, par  Samir Amin , popularité : 2%

Du recul sur l’actualité est toujours nécessaire pour comprendre le mouvement du monde. Danielle republie ce texte de Samir Amin de 2010, sur la "guerre des devises", resituant la politique chinoise récente dans le contexte de la crise de domination US, ce que confirme Franck Marsal en commentaire sur la décision de Biden de bloquer le commerce avec le Xinjiang... On comprend mieux le monde en lisant histoireetsociete que la presse quotidienne officielle...

pam

Ce texte de 2010 est intéressant et d’actualité à plus d’un titre. L’inflation galopante qui est en train de ronger le budget des salariés et qui va sans doute croître est un mécanisme dont les grandes ligne sont esquissées ici. En outre, cette analyse apporte crédit à l’idée que depuis 2008, comme l’expliquait récemment un capitaliste chinois, la Chine n’a plus de modèle et elle a découvert le caractère dangereux du modèle étatsunien. Donc ce n’est pas Xi qui a opéré un retour au marxisme mais Xi est sans doute le produit de cette prise de conscience du parti communiste chinois dans son projet socialiste autant que dans son souci de stabilité, les deux axes de sa politique à l’égard de son peuple et la maîtrise du marché, trait auquel il faut ajouter la nécessité vu sa taille d’assumer sa part de l’équilibre international.
(note et traduction de danielle BLEITRACH pour Histoireetsociete)

Commentaire de Franck Marsal sur le texte de Samir Amin

Ce texte de 2010 est visionnaire. La troisième (et seule réaliste) solution présentée par Samir Amin est celle qui se met petit à petit en place. De plus en plus de pays du Sud (un grand Sud qui a pour rivage l’Océan Arctique avec la Russie) abandonne peu à peu le commerce en dollar pour établir des accords bilatéraux et multilatéraux. Et cela va de pair, en Eurasie, avec un développement du commerce terrestre, à l’abri des routes commerciales perpétuellement sous la menace des porte-avions américains. Dernier exemple en date, le Pakistan, l’Iran et la Turquie viennent d’inaugurer une ligne de fret ferroviaire qui parcours chaque semaine le trajet Islamabad – Téhéran – Istanbul (6300 km).

Tout cela crispe de plus en plus les américains, qui réagissent par des oukases, comme l’interdiction hier du commerce avec le Xinjiang (Biden veut “sauver” les ouighours en les affamant et s’imagine que nous allons avaler cette grossière manipulation), le “boycott diplomatique” des JO (les ministres américains n’iront pas assister aux jeux) etc, etc.

Toute cette agitation ne fait que renforcer un nombre croissant de pays dans la stratégie proposée par Samir Amin. Avec un réalisme qui gagne discrètement des alliés proches de Wahington, puisque l’Australie et la Nouvelle Zélande ont ratifié le RCEP,, le partenariat commercial liant les 10 nations de l’ASEAN (Asie du Sud Est), la Chine, le Japon, la Corée du Sud, l’Australie et la Nouvelle Zélande. Ce traité commercial, représentant un tiers du monde (tant en population qu’en PIB approximativement) entre en vigueur le 1er janvier prochain.

J’ajoute qu’il est assez comique de vouloir jouer au jeu des sanctions commerciales contre la Chine, tant il est évident que les économies occidentales sont désormais totalement dépendantes des usines chinoises (au choix regardez les étiquettes des produits vendus pour Noël ou regardez d’où viennent tous les équipements nécessaires à la lutte contre l’épidémie, masques, appareils de test, combinaisons, etc etc). Pas plus que l’Australie, la Nouvelle Zélande ou le Japon, la France ni l’Europe n’ont intérêt à un système commercial basé sur des oukases américains et servant en réalité leurs seuls intérêts. Le système de production étant désormais mondial, chaque pays a besoin de pouvoir commercer librement en paix, et en conservant la possibilité de défendre dans ce commerce ses intérêts propres. L’arme commerciale doit cesser de pouvoir être brandie pour mettre au pas des pays que choisissent leur voie de développement autonome (comme Cuba ou le Vénézuela pour ne prendre que des exemples bien connus, mais la liste des pays soumis par les USA commence à être relativement longue et représente une part importante de l’humanité).

Or, il faut bien être conscient que, pour ces pays (et je pense particulièrement à Cuba et au Vénézuela), le plus terrible, ce ne sont pas les sanctions prises par les seuls USA. Le plus terrible, c’est que peu ou prou, tout en protestant mollement, l’ensemble des pays occidentaux et notamment la France, appliquent ces sanctions. Notre lâcheté fait plus de mal que le gouvernement américain. Si on prend l’exemple de l’Iran, lorsque Trump a dénoncé l’accord de dénucléarisation, le gouvernement iranien a dit aux européens : nous sommes prêts à continuer cet accord avec vous seuls si vous mettez en place un mécanisme qui nous permettra de commercer avec vous et de vendre notre pétrole. Les européens ont fait comme d’habitude : ils ont dit oui, ils ont créé un mécanisme … qui n’a jamais fonctionné faute d’assumer jusqu’au bout la volonté politique. Et peu à peu, les iraniens ont repris l’enrichissement d’uranium et ont suivi la voie édictée par Samir Amin : ils ont commercé entre pays du sud, non seulement avec la Chine, également avec le Vénézuela (auquel ils ont fourni les produits chimiques indispensables à la relance du secteur pétrolier), et avec presque tous leurs voisins proches.

Le plus navrant dans l’affaire est que nous appelons encore “démocratie”, un système politique où soulever les enjeux réels des choix que le pays devra faire dès demain dans sa stratégie de développement économique est tout simplement interdit. On a vu comment Fabien Roussel a été maltraité sur France 2 pour avoir été simplement en visite en Chine. Pourtant il faudra bien arriver à poser ouvertement ces débats à une échelle nationale. Comme disait Nelson Mandela, on pense toujours que c’est impossible jusqu’au moment où on le fait.

Franck Marsal

Samir Amin sur Pambazuka ; Université d’Oxford, Royaume-Uni ; interview 25/11/2010


Actualités Pambazuka : Il y a eu beaucoup de publicité sur la soi-disant « guerre des devises » découlant des discussions lors de la récente réunion du G20. Pouvez-vous expliquer ce que l’on entend par guerre des devises ?

Samir Amin : Le discours, la rhétorique, sur la guerre des devises est très superficiel et même trompeur. Comme tout le monde le sait, ce qui est dit, c’est que le yuan chinois est sous-évalué et que c’est mauvais pour l’équilibre mondial. C’est comme si la Chine était principalement et exclusivement responsable de ce qui est mauvais dans le système. Tout le monde ne cesse de dire que le yuan est sous-évalué. Maintenant, ce n’est pas le vrai problème. Le vrai problème est le déséquilibre entre le pouvoir des États-Unis – c’est-à-dire du dollar américain – et le non-pouvoir des autres soi-disant partenaires (et sont donc vraiment des non-partenaires) dans le système et le marché monétaires et financiers mondiaux intégrés, tels qu’ils existent actuellement.

La vraie question est ce déséquilibre. C’est évident quand on entend l’establishment américain parler. Ils disent, et ils le répètent avec arrogance : le dollar, c’est notre argent et votre problème. C’est-à-dire que les États-Unis gardent entre leurs mains les outils pour gérer leur propre monnaie en fonction de leurs propres besoins et cibles, bons ou mauvais. C’est en effet ce que fait la Réserve fédérale américaine, qui est sa banque centrale – gouvernée par le Trésor. La Réserve fédérale américaine a les outils en main pour gérer sa politique monétaire comme elle le considère, sans égard pour personne d’autre. Ainsi, la Réserve fédérale fixe le taux d’intérêt ; ce n’est pas le système bancaire qui fait cela. Qu’ils le fixent haut ou bas pour servir leurs cibles, que ce soit efficace ou non, ils ont ce droit, et ils gardent ce droit. Et ils gardent aussi le droit de la Réserve fédérale d’acheter des bons du Trésor qui doivent couvrir, à terme, un déficit budgétaire des États-Unis par l’inflation, en imprimant de l’argent.

Ce sont les droits normaux d’un État souverain, et ils conservent ces droits. Tout ce qu’ils décident librement et indépendamment a bien sûr des effets sur les autres partenaires. Cela peut être dommageable, dans de nombreux cas, sur les autres. Mais ils s’en fichent. Ils disent, eh bien, c’est notre argent. Si vous avez des difficultés avec cela, c’est votre problème et vous devriez faire face à vos propres problèmes.

Si ce principe est acceptable pour les États-Unis, alors il doit l’être pour tous les autres pays. Il existe un principe fondamental et fondamental du droit international, qui est l’égalité de souveraineté des États. C’est-à-dire que si les États-Unis conservent ces droits, il en va de même pour d’autres pays. Et c’est exactement ce que fait la Chine. La Chine se comporte exactement comme les États-Unis ; elle a conservé les outils nécessaires pour gérer sa politique monétaire en fonction de ses propres objectifs et besoins. C’est la banque centrale de Chine, qui est contrôlée par l’État, qui décide du taux d’intérêt en Chine et qui décide également – ce qu’elle est autorisée par la loi à faire – d’acheter des bons du Trésor chinois qui doivent couvrir par l’inflation un éventuel déficit du budget de l’État chinois.

Il n’y a pas de déficit pour le moment, mais le fait est qu’ils gardent ce droit. La Chine ne fait rien de différent des États-Unis. Il fait exactement la même chose. Ils ont conservé tous leurs droits souverains, tout comme les États-Unis ont également conservé leurs droits souverains.

Donc, les Chinois auraient tout à fait raison de dire aux Américains : si le dollar est votre monnaie et notre problème, alors le yuan est notre monnaie et votre problème ! Donc, vous (les États-Unis) devez résoudre votre problème, et non pas nous blâmer.

En outre, les problèmes des États-Unis ne sont pas le résultat de la Chine, ils sont le résultat des échecs des États-Unis dans de nombreux domaines liés à la gouvernance des entreprises, à l’éducation et à la recherche et au développement, à la gestion financière, etc. Et donc il n’y a aucune raison pour que la Chine accepte les diktats de Washington, et franchement elle ne les accepte pas. Mais la propagande continue sans cesse – c’est la Chine, c’est la Chine, c’est la Chine.

Ce qui est très curieux dans l’état actuel des choses, c’est que, malheureusement, aucun autre pays que la Chine ne conserve ces droits. Aucun autre partenaire majeur (du G20) n’a pleinement conservé ces droits, bien que certains pays émergents comme l’Inde et le Brésil aient fait quelque chose à cet effet. Au lieu de cela, ils ont généralement accepté les diktats des États-Unis.

En effet, la « terre euro » s’est castrée par les accords de Maastricht et de Lisbonne. Elle a adopté pour elle-même de curieuses règles pour le fonctionnement de sa soi-disant Banque centrale européenne – qui n’est en fait pas une Banque centrale (puisqu’il n’y a pas d’État européen qui a la responsabilité de la diriger). Il n’est pas permis de prêter aux États membres, alors que la Réserve fédérale et le Trésor américains sont en effet autorisés à prêter à l’État, tout comme la Banque centrale chinoise est autorisée à prêter à l’État.

La raison de cette attitude incroyable, encore une fois, est qu’il n’y a pas d’État européen et que l’Union ne fait pas confiance aux États nationaux européens. La décision de ne pas prêter aux Etats part donc de la curieuse conviction que le rôle exclusif de la Banque centrale est d’empêcher à tout prix toute dose d’inflation ! La règle du « pas d’inflation » est devenue un principe absolu. [Romano] Prodi, l’ancien président de l’Union européenne, a dit que c’était idiot. Et c’est effectivement le cas. De même, la Banque centrale européenne ne décide pas du taux d’intérêt. Il le laisse au soi-disant « marché ». Effectivement, cela signifie le laisser aux grandes banques, qui sont les banques européennes et américaines, et même japonaises opérant en Europe. Ainsi, la Banque centrale européenne s’est en fait castrée. Ainsi, les Européens ne sont pas en mesure de dire aux Chinois que c’est de leur faute. Ce ne sont pas les Chinois qui ont fixé les règles de la Banque centrale européenne ! Si les règles sont stupides, idiotes, c’est la faute des Européens.

Quant aux autres partenaires, c’est-à-dire la Grande-Bretagne et le Japon, ils ont accepté, et continuent d’accepter, de s’aligner derrière les États-Unis et de laisser aux États-Unis la gestion du système monétaire et financier mondial intégré. En d’autres termes, ils ont accepté le déséquilibre fondamental en faveur des États-Unis. C’est aussi leur problème : s’ils ont décidé de suivre les diktats des États-Unis, pourquoi devraient-ils se plaindre que la Chine ne le fait pas ! Les Européens et les Japonais ont le droit de gérer leur propre monnaie, tout comme les États-Unis et la Chine. Mais ils ont pris la décision politique de s’aligner sur les États-Unis. Par conséquent, toute conséquence de ce choix n’est pas de la responsabilité de la Chine.

Il est important de comprendre que c’est là le problème central. Le problème est le système monétaire et financier mondial intégré, régi comme il est par le dollar qui est régi par la prérogative exclusive du Trésor américain et de la Réserve fédérale, de l’État américain. Ce n’est pas acceptable. C’est là le problème. Le problème n’est pas le taux de change du Yuan ou celui de la Roupie ou de toute autre monnaie. Absolument pas. À lire aussi :Un triangle des Bermudes : Chine-États-Unis-Corée du Nord

Actualités Pambazuka : Alors, quelles sont les solutions possibles ?

Samir Amin : Il y a trois séries de réponses possibles au vrai problème – pas le faux problème des taux de change flexibles des monnaies – mais le vrai problème du système monétaire et financier mondial intégré.

Premièrement, pour ceux qui supposent que le système n’est pas si mauvais et qui acceptent que le dollar américain continue d’être effectivement la monnaie internationale majeure, sinon absolument exclusive, l’idée serait de restaurer le système tel qu’il était avant l’effondrement financier de 2008 avec, peut-être, quelques réformes réglementaires mineures (dont la plupart sont essentiellement plus cosmétiques et rhétoriques que réelles).

C’est exactement l’objectif de la Commission Stiglitz et du rapport Stiglitz. Il accepte que le dollar américain reste la monnaie internationale presque exclusive (avec quelques concessions mineures). Mais il accepte également le droit du gouvernement américain de gérer la monnaie exclusivement et seul. Comme pour tous les autres, ils doivent s’adapter aux diktats américains. Ce n’est évidemment pas acceptable, surtout pour le Sud. Si les Européens, les Britanniques, les Japonais l’acceptent, c’est leur affaire. Mais je ne vois pas pourquoi les Asiatiques, les Latino-Américains, les Africains devraient l’accepter. Donc, c’est la solution de style Stiglitz. Et il a complètement échoué. Personne ne prête attention au rapport Stiglitz, qui a été jeté dans la corbeille, et personne ne s’en soucie vraiment. Elle n’a pas convaincu les partenaires, notamment du Sud. Même le Nord ne tient pas compte des recommandations de Stiglitz.

Le deuxième ensemble de solutions est théoriquement idéal. Cela impliquerait l’établissement d’un nouveau système monétaire et financier mondial intégré qui ne soit pas gouverné – comme c’est le cas actuellement – par le dollar américain et sous le contrôle de Washington. Un système différent devrait plutôt être imaginé. Cela signifierait inventer ou créer une nouvelle unité monétaire internationale, qui serait, bien sûr, clairement définie par un panier de devises majeures – le dollar, l’euro, la livre sterling, le yen, le yuan et peut-être d’autres devises.

Les proportions pour chaque composante seraient celles qui correspondent à la contribution de chaque État ou groupe d’États au commerce mondial. C’est-à-dire proche des droits de tirage spéciaux et encore plus proche du « bancor » que Keynes imaginait en 1945. Ce serait une monnaie internationale réaliste qui, bien sûr, devrait être correctement gérée. Il faudrait inventer de nouvelles règles à cet effet.

Parmi ces règles nécessaires, une relation avec l’or ne peut être évitée. C’est-à-dire que le système ne peut pas être stabilisé s’il n’y a pas de stabilisateur fixe. La nouvelle unité monétaire internationale doit être définie comme équivalente à une quantité précise d’or. L’étalon-or est nécessaire, mais pas l’étalon-or comme il l’a été à l’époque de Bretton Woods, c’est-à-dire de 1945 à 1971, lorsque la convertibilité du dollar en or a été supprimée par une décision unilatérale des États-Unis. Au cours de ces quelque 30 années, il était en effet correct de dire que le dollar était aussi bon que l’or. Mais depuis les années 1970, ce n’est plus le cas.

Ce serait bien sûr ” l’idéal « . Mais cet idéal est impossible. C’est impossible parce qu’il est rejeté par les États-Unis et par leurs alliés subordonnés – l’Europe et le Japon. En d’autres termes, il est rejeté par la Triade. Ils n’en veulent pas. Et s’ils ne le veulent pas, il n’y a pas de consensus mondial possible. Et s’il n’y a pas de consensus mondial, il ne peut y avoir de solution idéale. Donc, courir après une solution idéale signifierait écrire des papiers sans fin avec presque aucun effet. Il est politiquement rejeté dès le début par les États-Unis, l’Europe et le Japon.

Ainsi, il n’y a que la troisième alternative. Nous – c’est-à-dire les pays du Sud, émergents comme les autres – devrions chercher à établir des arrangements entre nous. Ce serait bien si nous pouvions parvenir à un arrangement dans les pays du Sud, mais c’est difficile pour le moment. Mais nous pourrions construire des arrangements régionaux indépendamment des règles régissant le système mondial. Nous laissons le système mondial tel qu’il est, nous laissons aux Américains le soin de se plaindre auprès des Européens – nous ne nous soucions pas de leurs problèmes. L’idée d’un tel arrangement régional a déjà été lancée, mais les réalisations réelles conformes à cette idée sont encore extrêmement limitées.

C’est ce que les Chinois avaient à l’esprit lorsqu’ils ont créé l’Organisation de coopération connue sous le nom de Groupe de Shanghai, ainsi que les initiatives que la Chine a prises dans le domaine des arrangements financiers et monétaires avec certains des pays de la région de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est en Asie du Sud-Est. C’est aussi ce que certains pays d’Amérique latine ont imaginé lorsqu’ils ont créé le projet de l’Alliance bolivarienne pour les peuples de notre Amérique et l’unité monétaire « Sucre ».

Il reste encore beaucoup à faire et à faire. C’est la solution et la seule solution viable. Ces divers arrangements dans différentes parties du Sud pourraient éventuellement être interdépendants au niveau d’un Sud global. Nous devons agir de manière indépendante.

Nous devons accepter que, puisqu’aucun consensus mondial n’est possible, nous, au Sud, devons agir de manière indépendante et autant que possible ensemble. La dernière réunion du G20 a prouvé une fois de plus qu’il n’y a pas de consensus mondial possible. La tentative du G7 de coopter d’abord les Russes dans le G8, puis certains des pays émergents – la Chine, le Brésil, l’Inde et quelques autres – dans le G20 a essentiellement échoué. Nous sommes polis. Nos gouvernements assistent à ces réunions du G20, mais il n’y a pas de consensus issu de ses réunions. Nous devons donc prendre des initiatives indépendantes.

* Le professeur Samir Amin a été le fondateur du Forum du tiers monde

* Cet article a été publié pour la première fois sur le blog de Samir Amin http://samiramin1931.blogspot.com/ en mai 2018

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).