Avec les cinq cubains
La lettre de février 2013 Suivie d’une lettre de Stephen Kimber, journaliste et écrivain

, par  Jacqueline Roussie , popularité : 3%

Le premier février 2013

Monsieur le Président Obama

The White House, 1600 Pennsylvania Avenue N.W., Washington DC 20500

Monsieur le Président,

Le 28 décembre dernier, jour des Innocents, un écrivain espagnol facétieux a annoncé que votre épouse était en voyage privé à Cuba avec vos deux filles. Comme nous aimerions, Monsieur Obama, qu’une telle nouvelle soit vraie, que votre pays entretienne enfin des relations cordiales avec son proche voisin !

Au lieu de cela, alors que vous êtes au bord du gouffre financier, vous gaspillez une fortune à vouloir déstabiliser le régime cubain. Cuba vous tend pourtant la main, et vous propose un échange humanitaire entre les cinq cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Fernando González, Ramón Labañino, René González, et votre concitoyen Alan Gross, ce qui rendrait possible de nouvelles relations entre vos deux pays.

Vous maintenez comme préalable à toute discussion un « retour à la démocratie à Cuba ». Depuis quand les États-Unis se préoccupent-ils de la démocratie des pays d’Amérique latine ? Leur seul souci depuis des décennies, a été de soutenir dans ces pays les grosses compagnies, qu’elles soient sucrières, fruitières, céréalières, pétrolières, ou autres. Dès qu’un pays veut reprendre le contrôle de ses richesses, les États-Unis volent au secours des grosses sociétés en fomentant des coups d’états, quitte à remplacer les gouvernements démocratiquement choisis par leurs peuples, par de sanglantes dictatures militaires.

Les intentions des États-Unis vis à vis de Cuba ont été exprimées très clairement en 1960, par le sous-secrétaire d’État pour les Affaires interaméricaines Lester D. Mallory, qui préconisait dans un mémorandum :
« (…) Une mesure qui pourrait avoir un très fort impact serait de refuser tout financement et livraison à Cuba, ce qui réduirait les revenus monétaires et les salaires réels et provoquerait la famine, le désespoir et le renversement du gouvernement ».

Cela semble rester votre ligne de conduite, en dépit du vote à l’ONU contre le blocus, de la presque totalité des pays.

En plus de cet isolement économique de Cuba, des terroristes connus, encouragés par la CIA et les gouvernements des États-Unis ont torturé, assassiné, saboté, multiplié les attentats, frappé l’économie cubaine.

Le travail des cinq Cubains était d’infiltrer les milieux terroristes de Floride, afin de prévenir les nombreux attentats contre des infrastructures touristiques de l’île. Par ces attentats, votre pays voulait porter un coup fatal à Cuba en ruinant son tourisme, au moment où les pays de l’Est cessaient leurs échanges économiques avec ce petit pays.

La mission d’Alan Gross à Cuba était d’une toute autre nature. Il était un sous-traitant de l’USAID, officine de votre gouvernement, qui œuvre pour ce fameux « retour à la démocratie à Cuba », c’est à dire en finir avec un gouvernement qui déplait à Washington.

L’immense majorité de la population, aux États-Unis comme à Cuba, aspire à une normalisation de vos relations bilatérales. Cette normalisation ne peut commencer que par la libération des Cinq et de celle d’ Alan Gross. Un tel échange humanitaire ne semble pas une mission impossible, un précédent a eu lieu sous votre premier mandat de Président, avec la Russie !

Nous souhaitons vraiment, Monsieur le Président, que ce nouveau mandat soit celui d’un retour à des valeurs dignes du prix Nobel qui vous a été attribué un peu hâtivement, sur l’espérance dont vous étiez porteur.

Recevez, Monsieur le Président, l’expression de mes sentiments humanistes les plus sincères.

Jacqueline Roussie

64360 Monein (France)

Copies envoyées à : Mesdames Michelle Obama, Nancy Pelosi, Kathryn Ruemmler, Janet Napolitano, à Messieurs Joe Biden, John F. Kerry, Harry Reid, Eric Holder, Pete Rouse, Rick Scott et Charles Rivkin, ambassadeur des États-Unis en France.


Stephen Kimber est journaliste et écrivain. Il est professeur de journalisme à l’université King à Halifax, au Canada. Son dernier livre, « What Lies Across the Water : The Real Story of the Cuban Five », consacré à l’histoire des cinq cubains Gerardo Hernández, Antonio Guerrero, Fernando González, Ramón Labañino et René González doit paraître courant 2013.

Le 5 janvier dernier, il a écrit la lettre suivante au Président Obama.

Estimé Président Obama,

Ceci est ma première lettre à un président des États-Unis. Non seulement je ne suis pas citoyen des États-Unis, mais en plus je suis journaliste, et les journalistes n’ont pas pour habitude d’écrire aux chefs de gouvernement.
Mais, après avoir mené des recherches pendant trois ans sur le cas des cinq Cubains, je crois que mon devoir est de vous écrire.

Le fait est, que les journalistes étasuniens n’ont pas fait du bon travail pour expliquer au public le cas des cinq agents de l’Intelligence cubaine emprisonnés aux États-Unis depuis 1998. Il s’en suit que votre administration a réussi à obtenir des médias, soit qu’ils n’abordent pas le sujet, soit, quand ils sont obligés de le faire, qu’ils le commentent avec le même discours que lors de la guerre froide.

Mais le cas des cinq Cubains est venu récemment à la lumière publique à propos d’Alan Gross, sous-traitant de l’USAID, qui purge une peine de 15 ans de prison à Cuba, pour avoir amené du matériel de communication satellitaire dans ce pays.

Les articles des médias sur ce dernier cas ont, eux aussi, été problématiques, car la majorité d’entre eux n’a fait que répéter ce qu’en disait le Gouvernement d’État, à savoir, que Gross est un « humanitaire » arrêté alors qu’il voulait aider la petite communauté juive de La Havane à entrer en communication avec le reste du monde, et qu’il est maintenant retenu comme « otage » à La Havane.

Vous savez que ce n’est pas vrai. Et bien sûr, les médias le savent aussi. Après tout, c’est Desmond Butler, reporter des affaires étrangères de l’Associated Press (AP), agence d’information à laquelle ont souscrit la plupart des médias des États-Unis et que l’on peut difficilement qualifier d’instrument du régime cubain, qui a fourni la documentation sur les faits concernant ce cas.

Alan Gross, « payé un demi million de dollars » par l’USAID, agence gouvernementale de « promotion de la démocratie », a introduit clandestinement à Cuba des équipements de communication sophistiqués. Une technologie qui inclut des téléphones internet satellitaires indétectables et dotés de cartes SIM, « le plus souvent » utilisées par le Département de la Défense et par la CIA.

Le but de tout ceci n’était pas d’assister la communauté juive (cette communauté a déjà accès à internet), mais bien d’œuvrer pour renverser le gouvernement de Cuba. Les propres déclarations de Gross montrent clairement qu’il était engagé dans un « trafic à haut risque », et que s’il était découvert, ce serait « catastrophique ».

Ceci dit, il ne faut pas s’étonner de voir la famille et les amis d’Alan Gross souhaiter sa libération.

De la même façon, les Cubains veulent que les Cinq, héros nationaux dans leur pays, soient libérés. La réponse sans sourciller de votre gouvernement a été qu’il n’y avait tout simplement « pas d’équivalence ». Les cinq Cubains étaient qualifiés d’agents de l’Intelligence, coupables d’avoir tenté de dérober des secrets militaires et d’avoir comploté pour assassiner quatre civils innocents, tués quand, en 1996, deux avions de l’organisation « Hermanos al Rescate » avaient été descendus. A l’opposé, dans l’argumentaire du gouvernement américain, Alan Gross n’était qu’un philanthrope humanitaire.

Mais nous savons qu’Alan Gross était beaucoup plus que cela.

Mais nous savons également que les cinq Cubains étaient beaucoup moins que des meurtriers dangereux pour la sécurité des États-Unis, comme ont essayé de les présenter les médias et votre Gouvernement.

J’ai lu les plus de 20.000 pages de la transcription de leur jugement, et les milliers de pages de documents additionnels que l’Accusation a déposés comme preuves pour essayer de les faire condamner.

Je ne vais pas tenter de les blanchir. Ils avaient la qualité d’agents de l’Intelligence cubaine, et certains d’entre eux ont usé d’une fausse identité pour entrer aux États-Unis. Une partie de la mission de plusieurs d’entre eux était d’obtenir des informations d’ordre militaire.

Cependant, leur principale mission d’ordre militaire n’était pas de rechercher des informations susceptibles d’être utilisées pour attaquer les États-Unis. (Laissons tomber pour le moment l’idée ridicule de la petite Cuba lançant une attaque militaire contre les puissants USA).

Les cinq Cubains ne représentaient ni une menace militaire ni une menace sécuritaire contre les États-Unis. Si vous ne me croyez pas, posez la question au Directeur de l’Intelligence Nationale en personne, l’ex Lieutenant Général des États-Unis James Clapper. Quand vous l’avez sollicité en 2010, vous avez mentionné qu’il possédait « une qualité que j’apprécie chez tous mes conseillers : le désir de dire aux leaders ce que nous devons savoir, même si ce n’est pas ce que nous aimerions entendre ».

Vous devriez écouter ce qu’a dit le Général Clapper à propos des Cinq. En 2001, quand il était directeur de l’Agence Nationale de l’Intelligence Géospatiale, Clapper a témoigné au procès des Cinq. Il lui a été demandé spécifiquement si lui, « avec son expérience des sujets concernant l’Intelligence, décrirait Cuba comme une menace militaire pour les États-Unis ». Sa réponse a été : « Absolument pas. Cuba ne représente pas une menace ». Il a aussi témoigné qu’il n’avait trouvé aucune preuve qui donnerait à penser que certains des Cinq « essayaient d’obtenir des informations secrètes ».

Le véritable objectif militaire des Cinq était de protéger Cuba contre une possible attaque venant des États-Unis. Il ne fait aucun doute qu’une telle attaque est possible. Considérez, comme les Cubains le font sans doute, La Grenade (1983), Panama (1989), et Haïti (1994).

Les agents non armés de Cuba étaient avant tout comme des « canaris dans une mine de charbon étrangère », utilisant leurs yeux et leurs oreilles entrainés à déceler les signes d’une possible et imminente attaque. Quand on y pense, c’est exactement le rôle de vos satellites, drones, et agents humains dans des pays où vous percevez une menace pour la sécurité des États-Unis du fait de gouvernements hostiles ou d’éléments terroristes.

De fait, ce fut le véritable objet de Cuba, que d’envoyer ses agents en Floride pour infiltrer et pouvoir informer sur les activités des groupes terroristes anticastristes de l’exil. Ces groupes ont planifié activement, et mené à bien très souvent, des attaques meurtrières contre Cuba depuis le sanctuaire protégé qu’est la Floride.

Point n’est besoin de vous préciser que ces attaques sont illégales eu égard à la loi de Neutralité des États-Unis, mais il vaut peut-être la peine de vous rappeler que les autorités nord américaines ont rarement arrêté quelqu’un mêlé à de telles actions et que les jurés de Floride ont encore plus rarement condamné une personne accusée de délit à l’encontre de Cuba.

J’y reviendrai plus tard.

Peut-être le plus significatif, et apparemment logique, dans les raisons données par votre Gouvernement pour refuser un échange humanitaire entre les Cinq et Alan Gross, est que l’un des Cinq a été déclaré coupable de conspiration en vue de commettre un assassinat en relation avec les avions de l’organisation « Hermanos al Rescate » abattus en 1996. On pourrait objecter, et je le fais, que le Gouvernement cubain n’aurait pas dû donner l’ordre de descendre ces avions. Malgré les constantes et incontestables provocations de « Hermanos al Rescate », et les violations illégales de l’espace aérien cubain, que, soit dit en passant, la FAA et l’administration Clinton ont essayé de stopper les considérant illégales et provocatrices, je persiste à croire qu’il y avait d’autres et meilleurs moyens pour le gouvernement cubain que d’abattre ces avions.

Mais ceci est hors sujet.

L’unique point qui importe ici, est de savoir si l’un des Cinq agents avait une responsabilité ou joué un rôle quelconque dans la décision d’abattre les avions. Après avoir lu la transcription du jugement et examiné les preuves présentées, ma conclusion est que non seulement il n’y a aucun lien convaincant entre l’un des Cinq et les avions abattus, mais que de fait, les preuves amènent à une conclusion opposée.

La Sûreté de l’État cubain est incroyablement cloisonnée et l’information concernant une riposte d’une telle importance n’aurait été communiquée que sur la base d’une absolue nécessité. Il n’y avait aucune nécessité à ce que des agents subalternes de Floride aient été mis au courant des mesures planifiées par les militaires de la Havane, et rien ne prouve qu’ils l’aient été.

Mais, malgré cela, les Cinq ont été reconnus coupables par le jury de Miami qui a entendu tous les témoignages.

Permettez-moi de revenir sur ce point.

Je ne vous apprendrai rien sur le pouvoir omniprésent et sur l’influence à Miami des groupes d’extrême droite de l’exil cubain. Après deux campagnes électorales, vous le savez mieux que quiconque.

Mais examinons trois autres points pour imaginer les chances avec lesquelles un jury de Miami pouvait impartialement juger les actions de ceux qui étaient reconnus comme des agents cubains.

Dans la préparation du jugement des Cinq, qui faisait suite à l’affaire d’Elian González si porteuse d’émotion, les médias de Miami étaient plus remontés que jamais dans leur discours anticubain. Nous savons maintenant que certains d’entre eux avaient été secrètement payés par le Conseil des Gouverneurs de la radiodiffusion du Gouvernement américain. Quand ces paiements clandestins ont été révélés en 2006, le Miami Herald, et c’est à son actif, a viré les journalistes vénaux achetés, pour leur flagrante violation de l’éthique journalistique.

Tenez bien compte aussi du deux poids deux mesures de la justice quand il s’agit d’un cas impliquant Cuba. Une autre affaire criminelle avait eu lieu au moment de l’arrestation de cinq Cubains. Le FBI avait arrêté à Puerto Rico un groupe anticastriste de l’exil de Miami à bord d’un navire. Ce groupe avait été accusé de conspiration en vue d’assassiner Fidel Castro. Les avocats de la défense avaient essayé d’amener le jugement à Miami. Les procureurs fédéraux s’y étaient opposés considérant qu’un jugement impartial de ces hommes ne pouvait être obtenu à Miami. Moins d’un an plus tard, cependant, les procureurs fédéraux ont à nouveau émis une objection quand les avocats des Cinq ont demandé que le procès soit déplacé cette fois hors de Miami. Ces procureurs pensaient-ils vraiment qu’un jury de Miami, hier trop favorable aux exilés anticubains, pouvait devenir brusquement assez impartial pour statuer sur une affaire mettant en cause des agents pro-Cuba ?

Mieux encore, les procureurs pour l’affaire des Cinq, juste avant le début des délibérations du jury, avaient demandé à la Cour d’appel d’abandonner l’accusation de conspiration en vue de commettre un assassinat, estimant que les preuves présentées ne pourraient conduire à une condamnation.

Bien que la Cour d’appel ait rejeté leur demande, les procureurs n’avaient pas à s’inquiéter. Après un procès long de sept mois, le jury de Miami n’a pris que quelques jours pour déclarer les Cinq coupables de toutes les charges, notamment de conspiration pour commettre un assassinat.

Je voudrais simplement que vous demandiez à vos propres avocats de revoir la transcription du jugement, et d’examiner les preuves qui relient les Cinq aux avions abattus, et qu’ils vous informent de leurs conclusions.

Cela donnerait à réfléchir.

Vous savez déjà qu’Amnesty International a émis des « doutes sur l’équité et l’impartialité du procès des Cinq... la solidité des preuves étayant la conspiration pour assassinat... et sur le fait que les conditions de la détention préventive de ces cinq hommes, qui avaient un accès limité à leurs avocats et aux documents, pouvaient avoir porté atteinte à leur droit à la défense ».

Vous savez très bien que le groupe de travail sur les détentions arbitraires de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, après avoir examiné les preuves, « a demandé au gouvernement des États-Unis d’adopter les mesures nécessaires pour remédier à la situation ».

Vous pourriez objecter, à juste titre, que le groupe de travail sur les détentions arbitraires des Nations Unies a dernièrement jugé que la détention d’Alan Gross était également « arbitraire », et que la Cour cubaine n’avait pas agi d’une manière « impartiale et indépendante » et qu’il avait appelé la Havane à « la remise en liberté immédiate d’Alan Gross ».

Même si nous acceptions les conclusions de l’un des rapport de l’ONU, où cela nous mènerait t-il ? Deux erreurs peuvent-elles donner une vérité ?

La réalité est que ni Alan Gross ni les cinq Cubains ne doivent croupir en prison. Ils sont tous, en définitive, victimes de plus de 50 ans d’échec historique de la politique américaine envers Cuba.

Il est temps de mettre fin à l’injustice et, franchement, à la stupidité d’une politique qui n’a pas servi, et ne sert pas l’intérêt des deux pays. Ni du monde. Comme vous vous préparez pour votre investiture, face à l’opportunité unique que représente un second mandat pour un président, de pouvoir créer un lien historique, je vous demande instamment de réexaminer le cas des cinq Cubains.

Vous devriez saisir cette occasion pour accorder la clémence exécutive aux Cinq, les laisser rentrer chez eux à Cuba. Les Cubains ont déjà indiqué qu’ils étaient disposés à la réciprocité, libérant Alan Gross qui pourrait retourner dans sa famille aux États-Unis.

Un tel échange représenterait non seulement un important et attendu geste humanitaire de la part de vos deux gouvernements, mais il serait aussi un signal pour une opportunité de redémarrer enfin des relations entre les États-Unis et la Havane basées sur le respect mutuel et la compréhension.

Merci de votre compréhension.

Sincèrement,

Stephen Kimber

Traduction Jacqueline Roussie

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).