Contribution à la conférence nationale du PCF
L’emploi, la sécurité, la souveraineté, trois défis pour une candidature communiste !

, par  pam , popularité : 12%

Le choix stratégique d’une candidature communiste a besoin d’être porté par des propositions politiques fortes sur ce qui préoccupe les Français ; emploi, sécurité, souveraineté. Nos propositions doivent sortir du ronron médiatique d’une gauche qui a trahi le monde du travail, pas seulement reprendre des revendications sociales mais aussi expliquer comment on peut gagner face aux profiteurs de cette société inégale, et nous savons tous qu’ils seront prêts à tout pour défendre leurs privilèges.

Quelques objectifs politiques pour un contenu neuf et de rupture :

1/ Eradiquer le chômage en organisant l’action publique pour l’emploi

C’est l’enjeu décisif, sans lequel aucune discussion sur la solidarité, l’insécurité ou la souveraineté n’a de sens. Sommes-nous capables d’organiser l’action publique pour éradiquer rapidement le chômage ?

Ce ne sont pas les idées communistes qui manquent, mais il faut les traduire en objectifs politiques concrets et lisibles par les premiers intéressés.

- Transformation de pole emploi, l’AFPA et les grandes sociétés d’intérim nationalisées en un service public de l’emploi et de la formation, organisant un droit à une formation choisie et rémunérée pour tous, avec élection de conseil d’administration locaux associant tous les salariés et les chômeurs. Premier objectif, un million de salariés en formation longue avec salaire
- Intégration de tous les demandeurs d’emploi dans une entreprise de rattachement, à charge pour l’entreprise de valoriser leurs compétences dans un délai imposé, avec l’aide du service public de l’emploi et de la formation, dans un objectif rapide d’extinction de l’assurance chômage.
- Organisation de conférences régionales pour l’emploi avec élection d’un délégué dans chaque bassin d’emploi ou grande entreprise, conférences prenant le pilotage des pôles de compétitivité et des financements de la BPI
- Organisation par bassin d’emploi de commission de transparence de l’usage des fonds publics et des investissements, avec le pouvoir d’autoriser les investissements privés selon leur utilité publiques
- Un plan généralisé de relance avec un financement public massif des investissements dans les infrastructures de transports décarbonés (fret, urbain…), un grand service public de santé de proximité, la construction des collèges, lycées et universités nécessaires à notre jeunesse.

On doit affirmer l’éradication du chômage dans un délai court pour en faire un objectif politique majeur de la campagne. Nous n’attendrons pas que le patronat se décide à investir. L’état planifiera les investissements de grands services publics redevenus nationaux pour l’énergie, le train, la distribution, la pharmacie… appelant le patronat intelligent a contribuer à ces grands projets publics, ce qui conduira notre développement économique à être moins dépendant de la mondialisation.

2/ Construire la tranquillité publique en affirmant les droits et les devoirs de tous !

C’est le deuxième défi pour un projet communiste. Comment organiser la solidarité si la peur de l’autre se répand, si la concurrence de tous contre tous est la règle de vie de milliers de familles, notamment dans les quartiers populaires, si les réseaux mafieux de l’économie parallèle semblent tout puissant ?
Les trafics sont une forme primitive, violente du capitalisme, une des manières dont il s’impose dans les couches populaires, développant les mythes de l’argent facile, de la richesse.
La réponse policière actuelle montre son impasse, condamnant toujours plus de trafiquants sans jamais réduire l’impact du trafic sur les quartiers. Il faut affirmer résolument quatre exigences liées
- une action résolue de santé publique pour faire reculer toutes les addictions, associant éducation nationale, collectivités, santé, prévention
- une action internationale déterminée contre les trafics, rétablissant les contrôles aux frontières nécessaires, condamnant les régimes qui vivent de la drogue, souvent avec le soutien de l’armée US.
- une action résolue contre les réseaux de trafics, en haut en menant la guerre dans le système financier et le blanchiment, en bas avec pour tous les jeunes pris par les trafics une issue de rééducation par un métier, pour ne laisser personne dans la violence de la rue.
- une politique de la ville avec des moyens décuplés pour la présence massive des services publics, de véritables moyens des bailleurs pour la proximité, 100 000 emplois de proximité d’éducateurs, d’infirmières, d’animateurs, d’enseignants

3/ Recréer les conditions d’une politique souveraine de la France

Personne ne croira possible de changer de politique en France si on n’explique pas comment c’est possible dans le monde dominé par des institutions capitalistes, par les multinationales.

Personne ne croira possible de changer de politique en France sans dire comment on peut décider de ne pas appliquer les directives européennes qui sont contradictoires avec les nouvelles politiques publiques que nous voulons conduire.
Le programme d’un candidat communiste doit être compris du plus grand nombre dans le monde du travail et les quartiers populaires qui connaissent bien la mondialisation, par la concurrence économique, mais aussi l’immigration et ses liens nombreux avec les pays du monde. On ne peut donc penser au changement politique en France sans décrire le changement politique dans le monde. Tout le monde connaît l’enjeu, rester dans une alliance occidentale contre les pays du Sud, ou rompre avec l’OTAN et engager un partenariat gagnant-gagnant avec les pays du Sud, en premier lieu avec la Chine.

C’est un chantier politique essentiel. Personne ne nous croira sur une autre politique économique si on ne répond pas à des questions claires. Pouvons-nous dire "non" à la commission européenne ? Pouvons-nous dire "non" à l’OTAN ? Pouvons-nous répondre à l’agressivité US dans la défense de nos technologies, de nos entreprises, de nos coopérations internationales ? Il faut donc affirmer
- que nous sortirons de l’OTAN, de la Franceafrique, et de la guerre occidentale contre les pays du Sud et d’Asie
- que nous ne respecterons plus les directives européennes contraires à nos choix politiques, et que nous proposerons par référendum de rétablir la prééminence de nos lois sur toute directive européenne.
- que nous proposerons à tous les pays de nouvelles conditions de coopérations, gagnant-gagnant et que nous n’accepterons plus les diktats technologiques, juridiques ou économiques, qu’ils viennent des USA, d’Allemagne ou d’ailleurs.

Trois défis pour un programme de rupture dans tous les domaines !

Ces trois défis n’épuisent pas notre programme ; climat, déplacements, logement, école, culture, mais ils conditionnent notre capacité à casser le discours médiatique dominant. C’est aussi vrai pour le climat, utilisé par les droites pour justifier la casse des services publics, la rigueur pour les pauvres pendant que les inégalités explosent, la privatisation d’EDF qui produisait l’électricité la plus décarbonée d’Europe. Au contraire, l’urgence climatique, c’est le changement de société ! Il faut dénoncer une transition énergétique orientée vers la marchandisation de l’électricité qui doit redevenir un grand service public national assurant une énergie décarbonée, accessible et propre pour tous, pour un développement urgent du fret et des mobilités électriques. Il faut un grand service public de l’eau, coordonnant des régies publiques locales. Il faut reconstruire une agriculture durable socialisée retissant les liens entre espace rural et urbain. Oui, il faut sortir d’une transition écologique capitaliste pour assurer les biens communs de l’eau, de l’énergie et de la biodiversité.

Un projet communiste d’un socialisme à la française organisant la rupture avec le règne de la concurrence, construit avec le monde du travail et les quartiers populaires, c’est ce qui peut faire d’une candidature communiste la vraie nouveauté de 2022 !

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).