Grossman : de Harvard à Berlin-Est

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Cet entretien est passionnant à bien des égards, et il faut absolument en prendre connaissance, il participe de ce courant qui prend de l’ampleur, courant qui après 20 ans où on nous a pilonné la propagande sur les expériences « totalitaires » dans les ex-pays socialistes, des voix s’élèvent (j’espère en faire partie) pour dénoncer cet enfumage, pour rétablir la vérité sur les pays socialistes. Ce n’est pas un hasard si cet interview parait dans un journal des États-Unis favorable à Bernie Sanders qui correspond à un nouveau regard sur le socialisme sans toutefois savoir de quoi il est question. Je trouve intéressant de surcroit le fait que comme Bernie Sanders et d’autres, Grossman soit d’origine juive. Cela renvoie à ce qu’il dit des difficultés initiales en RDA, à savoir que la majorité de la population sortait de la guerre écœurée, hostile à toute idéologie, ceux qui avaient quelques enthousiasmes anti-nazi étaient souvent juifs et aujourd’hui où l’on voit monter le nazisme sur fond de colère contre la dégradation de la situation ouvrière et populaire en RDA, ceux qui conservent cet ancrage anti-nazi sont les mêmes, communistes, juifs. Mais cette origine est également intéressante par rapport à ce qui se passe aux Etats-Unis où la majorité des juifs est résolument démocrate, malgré l’alliance entre Trump et Netaniayoun, parfois des démocrates les plus radicaux. Il reste beaucoup à faire et à comprendre dans le monde tel qu’il se dessine et la réhabilitation du passé participe de ce mouvement qui change le présent (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Une entrevue avec Victor Grossman par Julia Damphouse et David Broder

En 1952, Victor Grossman, diplômé de Harvard, se rendit en Allemagne de l’Est dans l’espoir de contribuer à l’édification du socialisme sur les ruines du nazisme. Trente ans après l’effondrement de cet État, il insiste sur le fait que nous devrions le voir comme une terre de contradictions, pas seulement un monolithe totalitaire.

Victor Grossman est la seule personne à avoir obtenu un diplôme de Harvard et de l’Université Karl Marx en Allemagne de l’Est. Né à New York en 1928, il a rejoint le Parti communiste en tant qu’étudiant en économie à Harvard avant d’être nommé IG en Allemagne occupée. De là, il a traversé le Danube pour rejoindre la partie autrichienne sous contrôle soviétique avant de s’établir dans la soi-disant République démocratique allemande (RDA).

Témoin de la frayeur rouge de l’après-guerre aux États-Unis et de l’apparition du maccarthysme, Grossman est devenu un ardent défenseur du socialisme est-allemand. Même après la chute du mur de Berlin en 1989, qui a conduit la RDA à son effondrement final, il a continué à vivre dans l’ancien Berlin-Est, écrivant sur les difficultés sociales causées par les ventes massives de lieux de travail, de services et le logement.

Grossman a récemment effectué une tournée aux États-Unis pour faire la promotion de son dernier livre, Un défenseur socialiste : de Harvard à Karl-Marx-Allee. Julia Damphouse et David Broder, de Jacobin , l’ont rencontré pour discuter des succès et des aspects sombres de la RDA, de sa propre expérience d’Américain du « mauvais côté » du fossé de la guerre froide et de l’héritage laissé par le vingtième siècle. pour la récente résurgence du socialisme aux États-Unis.

JD DB : Votre autobiographie de 2003, Crossing the River, décrit comment il se fait qu’un étudiant de Harvard ait traversé le Danube pour se rendre dans la zone soviétique. Ce nouveau livre offre une perspective plus politique sur la RDA elle-même. Pourquoi avez-vous pensé qu’il était important d’écrire sur ces expériences ?

VG :

Le premier livre que j’ai écrit a été publié à Berlin-Est et parle de ma vie aux États-Unis jusqu’aux premiers jours de ma défection en RDA en 1952. Il s’appelait The Way Across the Border . Ce qui est drôle, c’est que certaines personnes de la RDA l’ont acheté en pensant que je parlais d’aller dans la direction opposée – ils pensaient que cela les aiderait à sauter le mur d’Est en Ouest.

J’ai publié ma première autobiographie complète, Crossing the River , en 2003. Elle commence au point culminant de ma défection physique vers l’est lorsque j’ai nagé sur le Danube. Mais je parle aussi de mon enfance, de ma vie d’étudiant et de jeune communiste à Harvard, puis de mon expérience de travail dans une usine avant d’être recruté.

Ce nouveau livre traite plus de mon point de vue politique, mais bien sûr, il est également influencé par mon passé. Cela commence par mon expérience d’intégration dans la société est-allemande au début des années 50, ma première année dans une petite ville du centre de la RDA, puis mon passage à Leipzig où j’ai étudié le journalisme à l’université Karl Marx, ainsi que ma vie et ma carrière à Berlin. J’examine l’évolution de la RDA, sa chute et sa suite. Cela me permet également de mettre la guerre froide en perspective, tout en faisant face aux questions difficiles relatives à la RDA.

JD DB : Aujourd’hui, la gauche est de nouveau en hausse aux États-Unis, sous la bannière du « socialisme démocratique ». Alors, quel intérêt peut-il y avoir à renouer avec des expériences de socialisme d’État comme celles de la RDA ?

VG :

Une partie de ma motivation actuelle est de rendre ce type d’histoire intéressant pour les jeunes. J’ai été particulièrement inspiré par la campagne de Bernie Sanders et, avant cela, par Occupy Wall Street. J’étais enthousiaste à l’idée de voir cet intérêt croissant pour le socialisme chez les jeunes. Mais bien sûr, ils n’ont pas toujours des idées bien formées sur ce que cela signifie. Certains diront que le socialisme est ce que Bernie Sanders dit, mais ce n’est certainement pas quelque chose comme l’Union soviétique ou l’Allemagne de l’Est. Et bien sûr, beaucoup de gens pensent que l’Allemagne de l’Est est le pire des États socialistes à cause du mur de Berlin.

En effet, il y avait beaucoup de problèmes en RDA. Il y a eu des violations de la liberté de parole et de mouvement et des élections loufoques ont été organisées. Cependant, il existait également en RDA des forces profondément démocratiques, qui ont eu un impact réel sur la vie de la population. Le contrôle du lieu de travail et certaines méthodes de protestation signifiaient que le pouvoir de la classe ouvrière d’influer sur les décisions au sommet n’était pas négligeable. Il y avait presque le plein emploi, ce qui a également aidé les travailleurs à faire pression quand ils étaient malheureux. À cela s’ajoutaient des pressions civiles dans la population en général. Le parti au pouvoir (le Parti socialiste unifié, SED) devait essayer de refléter quelque peu ce que les gens disaient ou pensaient, pour au moins prouver quelque peu sa propre légitimité.

Dans le nouveau livre, je prends des exemples d’aspects de la vie aux États-Unis d’aujourd’hui et parle de ce qu’était la vie en RDA en comparaison. Je fais la lumière sur les problèmes auxquels les Américains sont confrontés : expulsions, itinérance, incarcération de masse, banques alimentaires et manque d’accès à la nourriture, aux soins de santé, à l’éducation, aux congés de maternité et aux soins des enfants. Je me base sur des exemples à la fois terribles et déroutants, comme une femme nécessitant des soins dentaires qui n’a pas été soignée depuis neuf ans pour manque de capacité de paiement, mais qui l’obtient après la création d’une clinique gratuite.

La RDA n’était pas comme ça. J’ai appris presque tout mon allemand en vivant en RDA, mais je n’ai jamais appris le mot allemand pour banque alimentaire ! Cela n’existait pas car tout le monde avait les moyens d’acheter suffisamment de nourriture pour vivre. Ils ne pouvaient pas toujours acheter ce qu’ils voulaient et il y avait souvent des pénuries de certains articles, mais il y avait suffisamment de nourriture – tout le monde pouvait se le permettre. C’était vrai même pour les plus démunis. Par exemple, les femmes âgées qui sont devenues veuves après la guerre et n’avaient pas la capacité de travailler beaucoup avant de prendre leur retraite et se retrouvaient donc dans la tranche de pension la plus basse, ont accès à des clubs sociaux pour personnes âgées, avec des repas très bon marché – personne n’a faim.

Il s’agit donc d’aider les gens à penser que nous pouvons gérer la société différemment – il n’est pas nécessaire que les choses soient comme elles sont maintenant.

JD DB : Même en admettant qu’il y avait des aspects positifs de la vie en RDA, le manque d’élections – associé à l’existence du Mur et à une surveillance intrusive – semblerait remettre en question l’idée qu’elle ait jamais bénéficié d’un soutien massif...

VG :

Dès le début, la RDA avait des problèmes car il s’agissait d’un nouvel État dirigé par des personnes issues d’un petit milieu antifasciste, gouvernant une population qui était citoyenne de l’Allemagne nazie depuis plus de dix ans. Cela ne signifie pas qu’ils étaient toujours pro-nazis, mais cela signifiait qu’il y avait beaucoup de ressentiment. Ils étaient devenus cyniques à l’égard de toute idéologie et pensaient au fond : laissez-nous tranquilles, avec toutes vos théories à la con.

Malgré cela, certains sondages nous disent que dans les premières décennies de l’existence de l’État, si un vote avait eu lieu, probablement 60 ou 70% auraient été favorables à la RDA. Ce n’est pas exactement les 99% de soutien que le SED a réclamé à chaque élection, bien que ce ne soit pas un mauvais résultat non plus. Mais les gens au sommet avaient peur. Il fut un temps où la majorité était probablement pro-RDA, y compris les jeunes et les intellectuels, mais cette tendance a commencé à se désintégrer dans les années 1980.

Il y a aussi la question de savoir qui est responsable des erreurs et des crimes commis par la RDA. Il y avait une pression de l’Union soviétique et, bien sûr, la menace de l’Occident, et parfois un manque de leadership fondé sur des principes en RDA même. Mais il y avait aussi parfois le problème que les dirigeants de la RDA avaient été formés dans des conditions – la lutte acharnée à la vie et à la mort avec les nazis et la période stalinienne – qui n’étaient pas adaptées aux réalités de l’après-guerre. Cela les rendait rigides et éloignés des jeunes générations de la population en général.

JD DB : Pensez-vous que la RDA aurait pu acquérir une légitimité en organisant des élections libres tout en restant un État socialiste ?

VG :

Dans les circonstances auxquelles les dirigeants ont été confrontés, cela aurait été très difficile. Devant un niveau d’insatisfaction relativement élevé au départ, la RDA a parié qu’elle ne pourrait pas vraiment organiser d’élections libres. Le pouvoir de propagande de l’Allemagne de l’Ouest avait également une influence très puissante sur l’humeur des Allemands de l’Est. Alors que l’Allemagne de l’Est avait réussi à éliminer la pauvreté et à offrir une qualité de vie décente à peu près tout le monde, rien n’était comparable au niveau des biens de consommation disponibles à l’Ouest.

Les gens regardaient la télévision ouest-allemande et voyaient des annonces promettant un mode de vie différent. Bien sûr, nous savons que tout cela est exagéré et ne représente pas la vie réelle de la plupart des gens. Mais ces images étaient puissantes. Les gens ne pouvaient s’empêcher de croire que ce que les médias disaient reflétait la vraie vie occidentale et ils voulaient ce qu’ils voyaient. La télévision de la RDA ne pouvait pas rivaliser avec le message diffusé par les médias occidentaux.

Plus généralement, il se heurtait à des obstacles géographiques et économiques rendant difficile la concurrence avec l’Occident à de nombreux égards. Mais c’était un acteur mondial dans d’autres domaines – le PIB ne fait pas tout. L’Allemagne de l’Est avait en fait une longueur d’avance sur l’Occident en termes de protection du travail, de protection contre le chômage et de droits des femmes, comme l’accès à l’avortement, le droit de divorcer si elles le souhaitaient et des soins gratuits pour les enfants. Mais les gens ont pris ce genre de choses pour acquis. Il était plus facile de voir ce que l’État n’était pas en mesure de fournir – à l’instar des biens de consommation – que d’imaginer une vie sans protection de l’emploi, élément fondamental de leur vie.

JD DB : Qu’est-ce qui a conduit la RDA à son effondrement ?

VG :

Ce que je veux dire très clairement, tout en répondant aux critiques de la RDA, c’est qu’elle subissait une terrible pression dès le début. Cette pression venait de deux côtés. Il venait de l’Ouest mais aussi de l’Union soviétique. Bien sûr, ce n’est vraiment que grâce à l’URSS que les antifascistes allemands ont pu éliminer les nazis et les capitalistes, ce qu’ils n’auraient pas pu faire seuls. Et dans l’après-guerre, la plupart d’entre eux étant en prison ou en exil, ils n’avaient aucun pouvoir – même s’ils avaient le droit de gouverner – ils avaient donc besoin des Soviétiques pour les mettre au pouvoir. Mais l’URSS a également imposé ses propres exigences à la RDA et a limité à bien des égards son potentiel.

Il y avait aussi des facteurs économiques qui ont exercé une pression croissante sur l’État. La RDA avait une industrie de machines-outils de premier plan, mais elle avait du mal à suivre le développement de l’électronique en provenance de pays comme le Japon et les États-Unis. L’Union soviétique avait ses propres priorités et ne pouvait pas fournir autant de soutien que la RDA en aurait eu besoin, mais bien sûr, la situation politique limitait également sa capacité d’importer de l’Ouest. Ce petit pays a donc dû faire ses propres recherches et développement en électronique afin de se conformer aux normes internationales.

Il y avait une situation similaire pour la technologie militaire. Les dirigeants de la RDA ont estimé qu’ils devaient rester en phase avec l’Occident, et cela leur a coûté cher.

Quand Erich Honecker a pris ses fonctions de secrétaire du parti SED en 1971, l’une de ses principales promesses était de construire 3,5 millions de logements d’ici 1990. En 1987, ils en avaient construit environ un million, ce qui n’était pas un mince exploit, mais n’avait pas le rythme prévu, cela coûtait beaucoup d’argent à l’État.

Le coût de ces différents domaines d’investissement de l’État signifiait qu’il n’existait pas d’investissement dans les biens de consommation et une grande partie de ce que la RDA produisait était vendue à l’Occident pour pallier le manque de fonds et de monnaie occidentale. Ça ne pouvait pas suivre.

Les pressions résultant de cette situation économique ont suscité un mécontentement croissant des populations face à leurs conditions de vie et une envie croissante de l’Occident. À son tour, le mécontentement de la population a suscité de plus en plus d’inquiétudes au sein du gouvernement, à savoir que les gens essaient de partir, et cela a répondu en augmentant la portée de la Stasi.

La répression instaurée par un État est liée à la menace qu’il perçoit, et le degré de répression que les gens sont disposés à endurer est directement lié à leur niveau de satisfaction. Si les gens sont satisfaits, l’État n’a pas à s’inquiéter de la dissidence, car il est peu probable que les plaintes restent. Lorsque le mécontentement a augmenté, ils ont commencé à intensifier la répression, rendant la situation encore plus déplaisante et augmentant la pression sur la légitimité de la RDA. Cela a créé une spirale négative difficile à inverser. L’amélioration des conditions de vie dans les années 70 et le début des années 80 a quelque peu apaisé les gens, mais après 1985, la situation a commencé à stagner, principalement à cause des problèmes économiques que je viens de mentionner.

JD DB : La chute du mur de Berlin en 1989 a marqué le début du climat de triomphalisme de la guerre froide, avec la déclaration de la fin de l’histoire. Mais à trois décennies de distance, le libéralisme est lui-même en crise, alors que l’intégration de l’ancien Est s’est également avérée lourde. Trouvez-vous qu’il est plus facile de parler de la RDA aujourd’hui ? Les gens adoptent-ils votre point de vue plus positif ?

VG :

C’est une discussion que j’ai depuis longtemps. Entre les années 1970 et la dissolution de la RDA en 1989-1990, j’ai souvent été invité à voyager en Allemagne de l’Est pour donner des conférences sur les États-Unis aux jeunes des écoles et des universités. Vers la fin, j’ai commencé à comprendre que leurs questions ne concernaient plus seulement les curiosités de la vie quotidienne des États-Unis, mais des questions comparatives plus fondamentales : de l’Allemagne contre l’Occident, du capitalisme contre le socialisme.

Ils étaient sceptiques face aux informations qui leur apprenaient des conditions et des événements terribles en Occident et, au cours des dernières années, ils ne voulaient plus les croire. Je leur dirais franchement : « si les choses changent, vous pourrez voyager pour voir le Louvre, la Tour penchée de Pise ou San Francisco, et vous obtiendrez tout le Coca-Cola que vous voulez, mais vous pourrez ne pas avoir de travail, et vous pouvez vivre très mal. « Mais je pouvais voir dans leurs yeux que cela ne signifiait rien pour eux. En RDA, si vous étiez au chômage, vous percevriez une indemnité de chômage – quelle est la différence ? Ils ne réalisèrent pas que les choses qu’ils prenaient pour acquis ne seraient plus là.

Mais j’ai toujours essayé de dire qu’il y avait toutes sortes de choses terribles dans la RDA – des choses que j’espérais pouvoir changer (et il y avait un espoir que les choses changeraient à la fin). Mais en même temps, je savais alors que la fin de la RDA entraînerait des changements auxquels beaucoup ne s’attendaient pas, et que la transition serait plus difficile que prévu. Aujourd’hui, j’estimerais qu’environ un tiers des habitants de la RDA s’en sortent sensiblement mieux qu’auparavant, un autre tiers à peu près de la même chose, et un tiers traverse une période plus difficile.

JD DB : Vous êtes toujours très convaincu dans un avenir socialiste. Comment savez-vous que les choses seraient différentes si on construisait le socialisme aujourd’hui ?

VG :

Mon livre n’est pas seulement destiné à présenter d’intéressantes réminiscences autobiographiques. C’est conçu comme une recette pour changer les choses.

En 1941, Franklin D. Roosevelt prononça un discours dans lequel il identifia quatre libertés : la liberté de parole et d’expression, la liberté d’adorer Dieu à sa manière, l’absence de besoin et l’absence de peur. Certaines de ces libertés sont très familières, mais d’autres ne sont plus connues. Surtout, à l’abri du besoin : les gens souffrent d’une misère et d’une pauvreté terribles, ce qui est lié à la consolidation de la richesse et du pouvoir entre les mains d’une infime minorité.

La prolifération de la souffrance se poursuit parce que ses causes sont rentables. L’industrie pharmaceutique encourage la crise des opioïdes, les sociétés pétrolières tentent de dissimuler les faits de l’aggravation de la crise climatique et, bien sûr, l’industrie de l’armement tire profit d’une guerre sans fin. Je continue d’affirmer que la seule solution est la suivante : leur priver de tout ce pouvoir et mettre fin aux mesures d’incitation qui la font continuer. Les gens devraient être équitablement rémunérés pour leur contribution sociale et leur dur labeur. Personne ne devrait posséder la moitié du monde.

Nous devons connaître l’histoire du socialisme du bloc de l’Est afin de ne pas commettre les mêmes erreurs que la RDA. Mais de la même façon, nous devons également reconnaître les bonnes choses. Ils se sont débarrassés des profiteurs du mieux qu’ils ont pu et de la pauvreté. C’est ce que j’essaie de faire comprendre. Nous pouvons tous le dire sans nier la réalité du côté sombre du pays.

Si les États-Unis devenaient socialistes aujourd’hui, ils n’auraient pas beaucoup d’obstacles économiques auxquels la RDA était confrontée. Il s’agit de l’une des plus grandes puissances impériales mondiales, exploitant et provoquant une instabilité politique dans les pays du Sud. Si elle devenait socialiste, elle pourrait améliorer la qualité de la vie des populations du monde entier en cessant simplement d’avoir une influence aussi négative.

Victor Grossman est un journaliste américain originaire de Berlin. Il est l’auteur de Crossing the River : un mémoire de la gauche américaine, de la guerre froide et de la vie en Allemagne de l’Est et d’ un transfuge socialiste, de Harvard à Karl-Marx-Allee.

À propos de l’interviewer

Julia Damphouse est une militante canadienne et étudiante à Berlin.

David Broder est un historien du communisme français et italien. Il écrit actuellement un livre sur la crise de la démocratie italienne dans l’après-guerre froide.

Sites favoris Tous les sites

7 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).