À quelle rupture appelle la crise actuelle du capitalisme ? VENDREDI 6 NOVEMBRE 2020 • 18H30 SIÈGE DU PCF

, par  Laurent Santoire , popularité : 7%

À l’heure où le capitalisme connaît la plus grave crise de son histoire, la question d’une rupture radicale se pose de plus en plus urgemment. Dans ce contexte s’enchaînent des mouvements sociaux qui, comme l’abstention à sa manière, marquent un désespoir et une volonté de ne plus continuer avec le système tel qu’il est. Il est alors de plus en plus évident que pour être au diapason de la population, le PCF du XXIème siècle doit porter haut et fort une proposition de rupture radicale.

La gestion de la crise sanitaire du Covid-19 sert de révélateur à cette défiance latente. L‘expression de « jour d’après » semble indiquer que l’on glisse aujourd’hui du stade de la défiance à celui, plus affirmé, du rejet. Mais elle traduit aussi un sentiment de fatalité fortement ancré : le changement ne pourrait venir que de l’extérieur et se ferait « naturellement ».

L’abstention historique des dernières municipales n’est pas un événement isolé mais le point culminant d’un long processus de défiance envers le système. Les acquis de la gestion locale ne suffisent plus à enrayer la défiance des couches populaires. Faute d’une perspective d’amélioration rapide des conditions de vies, l’abstention est souvent identifiée comme l’acte de protestation le plus accessible en période électorale.

Pour autant, loin de la résignation, des luttes longues s’installent : cheminots, Gilets Jaunes, soignants, mais aussi mobilisation contre la privatisation d’Aéroport De Paris et, bien sûr, bataille des retraites. Elles marquent un véritable saut qualitatif et témoignent d’une volonté de rupture, d’un « ça suffit » qui se nourrit de la dégradation continue des conditions de vie et de travail, insupportables pour des pans toujours plus larges du salariat.

Mais ces luttes, aussi puissantes soient-elles, peinent à ouvrir une perspective de rupture avec le système, faute d’un projet alternatif clairement identifié. Elles apparaissent comme un cri de désespoir contre un monde où nul ne croit plus que les générations futures vivront mieux que celle de leurs parents, ce que confirme les faits puisque les jeunes générations apparaissent déjà comme ayant été sacrifiées.

Depuis 2008, le monde capitaliste est entré dans une crise permanente que le contexte du Covid-19 vient de raviver. Les niveaux de récession enregistrés ces derniers mois témoignent d’une crise systémique sans précédent que nul ne peut ignorer. Il est de plus en plus évident qu’un PCF du XXIème siècle ne peut en rester à se définir comme le Parti de « l’Humain d’abord » sans prendre sa part au processus visant à l’abolition ou le dépassement de ce système en crise.

Pour introduire ce vaste sujet, interviendront à la tribune :
- Laurent BRUN qui sera interrogé sur l’opportunité d’armer les luttes en cours pour dépasser le cadre syndical des résistances immédiates et esquisser une perspective de rupture avec le système capitaliste ;
- Rémy HERRERA qui vient de signer avec l’Observatoire International de la Crise un ouvrage collectif qui nous invite à considérer "Le Capitalisme face à son déclin" et à envisager des « éléments d’alternatives post-capitalistes au service des luttes des peuples au Sud et aussi au Nord ».

Dans un second temps, nous débattrons collectivement de :
- Quelle doit être la nature de cette rupture ? Doit-elle se référer au socialisme ?
- Quels apports et/ou contributions peut-on attendre des pays se revendiquant du socialisme (Cuba, Chine, Vietnam etc.) ?


S I È G E D U P C F • 6 N O V E M B R E 2 0 2 0 • 1 8 H 3 0

Contacts facebook : https://www.facebook.com/lepcf
S’inscrire à l’évènement sur facebook :

Voir en ligne : Événement retransmis en direct en ligne ou par mail à orga@socialisme-en-debat.fr

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).