« Moderniser » la loi Toubon, ou la renforcer et l’appliquer enfin avec rigueur ? Pour prendre la parole, ne nous laissons pas couper la langue !

, par  auteurs à lire , popularité : 5%

Dans Le Figaro du 4 août, – qui est en partie consacré au 25ème anniversaire de la loi Tasca-Toubon censée protéger le français contre l’anglomanie linguistique –, le ministre de la culture Franck Riester déclare sans rire que « la loi Toubon est globalement bien appliquée » ; selon lui, il conviendrait seulement de la « moderniser » pour l’adapter aux outils informatiques modernes. Même si la bonne foi de nombre de défenseurs du français qui espèrent en cette "modernisation" est insoupçonnable, l’expérience historique doit pour le moins les inciter au doute méthodique tant il est clair que la « langue de la République » (au titre de l’article II-a de la Constitution) est harcelée, marginalisée, voire ridiculisée ; en effet, dans un nombre grandissant de secteurs d’activité culturels, économiques ou éducatifs, notre langue est la cible d’un arrachage et d’une substitution systématiques, pour ne pas dire d’un linguicide programmé. En outre, les "adaptations" et autres "toilettages" de la législation linguistique effectués jusqu’ici sous couvert de "modernisation" ne furent que trop souvent synonymes de capitulation devant les « collabos de la pub et du fric » (dixit Michel Serres) qui font désormais la loi en France en matière de politique linguistique.

 Un viol massif et permanent de l’Etat de droit linguistique – Tout d’abord, comment oser prétendre que la loi Toubon – qui fut votée par l’ensemble des groupes parlementaires en 1994 – est « globalement bien appliquée » alors que, non seulement les grandes entreprises privées, notamment celles du CAC-40, mais la Poste, la SNCF, EDF, sans parler d’un grand nombre de collectivités territoriales ne cessent de la violer et de la contourner grossièrement ? Au Only Lyon de Gérard Collomb fait désormais écho le lourdingue In Annecy Mountains haut-savoyard, mais aussi les Loire Valley, les Ouigo (faux nez d’allure francophone de We go…) de la SNCF en voie de privatisation, le Pulse ! d’EDF, le France is in the air d’Airfrance ou le Navigo Easy Pass de Valérie Pécresse… Quant aux associations de défense du français qui se réfèrent à la loi Toubon pour inviter la justice à faire respecter la législation linguistique, elles s’indignent de voir que certains "juges" ne savent plus quel sophisme inventer pour contourner la loi… voire pour condamner les plaignants aux dépens ! Mais comment s’étonner de cette violation permanente de l’État de droit linguistique quand le président de la République lui-même et ses ainsi-dits helpers du parti majoritaire ne cessent de baragouiner en globish sur notre propre sol, par ex. en promouvant la « french Tech » ou en appelant, depuis l’Élysée, à « make the planet great again »* ?

Une politique linguistique de casse et de classe – Comme le démontre le Manifeste contre le linguicide du français publié le 20 mars 2019, l’arrachage en cours du français ne relève pas seulement d’une "tendance", même si l’infinie veulerie – pas seulement linguistique ! – des foules médiatico-formatées ne laissera jamais d’étonner et de navrer. Elle résulte d’une POLITIQUE DE CLASSE menée par les "élites" à l’échelle de la France, de l’Europe et du monde entier. En France, c’est le MEDEF qui prend officiellement pour slogan « ready for the future » (ce qui sous-entend que le français appartient au passé…). En Europe, les élites politico-économiques – sans que nul ne s’en offusque au Quai d’Orsay – songent ouvertement à faire de l’anglais la langue officielle des institutions supranationales (et cela en plein Brexit, et alors que l’anglais n’est plus désormais la langue officielle déclarée d’aucun État européen !). Au niveau mondial, c’est en anglais que se plaideraient les futurs procès que les transnationales ne manqueront pas d’intenter – devant des tribunaux de droit privé qui plus est ! – contre les rares États insoumis qui auraient tenté de taxer les profits des monopoles capitalistes transcontinentaux…

Mutisme, aveuglement et servitude volontaires de la fausse gauche – Bref, il est honteux que les organisations politiques, les syndicats et les personnalités intellectuelles qui se réclament de la gauche ne se rebiffent pas contre le nouvel ordre linguistique mondial qui, pour accompagner la mise en place globalitaire du nouveau marché transatlantique esquissé par le CETA (et qui sera tôt ou tard couronné par le retour d’un équivalent du TAFTA ?), établit – sans le moindre débat démocratique ! – une langue unique mondiale porteuse de pensée, de politique, d’idéologie et de culture uniques. Comment ne voit-on pas, dans les partis qui disent se situer à la gauche du PS, pas davantage chez les Verts et encore moins dans les confédérations syndicales de salariés, que l’établissement potentiellement irréversible de cette (nov-)langue unique mondiale serait une catastrophe anthropologique sans précédent pour la diversité culturelle de la planète, pour tous les peuples dont l’anglais n’est pas la langue maternelle (et plus particulièrement pour les prolétaires de ces pays) sans parler des anglophones de naissance dont la langue va nécessairement pâtir du rôle qu’on lui fait jouer ; pourquoi la gauche et l’extrême gauche établies refusent-elles de voir, et surtout de dire, qu’en créant un marché mondial linguistiquement uniformisé de la force de travail, cette politique globalitaire de la langue unique vise à multiplier par mille, sur chaque poste de travail, les pressions concurrentielles infligées aux travailleurs de chaque pays au seul avantage de l’oligarchie capitaliste ? Comment le triomphe du tout-anglo-américain pourrait-il s’avérer "bénin" et "sympathique", alors que la politique économique, culturelle, économique, environnementale qu’accompagne le bulldozer du tout-globish mondial se montre si ravageuse pour le progrès social, pour les productions locales, pour l’indépendance des nations, pour leur libre coopération égalitaire et pour la biodiversité proprement dite ?

Renforcer et appliquer la loi ! – Face à cela, c’est moins une "modernisation" à la Macron de la loi Toubon qui s’impose que son application plénière, frappant durement – à la caisse ! – les grands délinquants linguistiques du tout-globish ; c’est aussi le renforcement de cette loi, de telle façon que tout citoyen ou groupe de citoyens puisse porter plainte facilement contre ceux qui, par ex., sur BFM-TV, TF1 ou C-News, privilégient systématiquement les noms d’émission en anglais bas de gamme (The Voice, Ninja Warrior, Soft Power, etc.). Rien à voir avec on ne sait quel purisme, car les signataires du présent texte défendent tous les usages du français, y compris les usages dits populaires ; or le tout-globish n’émane pas du peuple (même si à la longue celui-ci se laisse imbiber) mais du "haut" de la société désireux d’établir un code distinctif commun à tous les maîtres de la société capitaliste mondialisée : car encore une fois, dire « TGV Night » au lieu de « TGV Nuit » ne relève pas de l’invention linguistique populaire et encore moins d’une construction savante, mais de la manipulation antidémocratique décidée à huis clos par des communicants stipendiés par le grand capital et dénués de toute espèce de patriotisme culturel, voire de tout internationalisme véritable.

Respectez les francophones de France et d’ailleurs ! – Comment en particulier ne pas s’inquiéter de la "modernisation" annoncée par M. Riester ? Quand on voit comment, depuis des décennies, les Sarkozy, Hollande, Macron et Cie "modernisent" la Sécu, l’hôpital public, l’Éducation nationale, l’Université, le baccalauréat, la Recherche, chaque fois en détruisant les services publics et les acquis sociaux hérités de décennies de luttes sociales et antifascistes, il y a de quoi s’angoisser à propos de la manière dont l’équipe macroniste s’apprête à "toiletter" la loi Toubon. Il y a d’ailleurs déjà le précédent navrant de la Loi Fioraso de 2013 qui, sous couvert d’ajuster la loi Toubon à l’enseignement supérieur moderne, a permis que se mettent en place des centaines de "masters" intégralement enseignés en anglais ; à cette occasion, on voit des enseignants français s’abaisser à instruire en anglais une écrasante majorité d’étudiants non moins francophones qu’eux ; et cela dans un des pays qui a le plus apporté aux sciences et aux lumières (Descartes, Pascal, Diderot, Lavoisier, Galois, Pasteur, Durkheim, Marie et Pierre Curie, Langevin, Wallon, Louis de Broglie au secours !) en s’exprimant dans une langue qui est parlée et apprise sur cinq continents ! Quel mépris pour les francophones étrangers qui vivent et qui étudient en France ou pour tous ceux qui, à l’étranger, en Afrique, en Amérique du nord, en Belgique, en Suisse, etc., parlent notre langue commune avec leur propre accent et leur propre créativité linguistique ! Plus intelligents que nos élites bourgeoises aveulies, les Chinois sont du reste de plus en plus nombreux à apprendre le français pour pouvoir parler dans leur langue aux peuples africains francophones qui forment déjà, potentiellement la majorité des francophones de notre temps.

Collaborer ou résister à la casse sociale et culturelle généralisée de notre pays ? - C’est pourquoi nous appelons à la vigilance démocratique face à cette "modernisation" annoncée par le gouvernement néolibéral et fanatiquement atlantiste de Macron. Lequel n’a cessé de s’acharner en tous domaines sur l’ « exception française » : entendre par là les conquêtes sociales et démocratiques (par exemple la loi de 1905 séparant l’État des Églises) issues de notre histoire et fixées dans notre langue qui "font tache" dans la mondialisation néolibérale dominée par l’Empire euro-atlantique guidé par Donald Trump. La résistance ne se divise pas et elle commence par la capacité à dire non, dans sa langue, celle du peuple** – et non pas « yes », « OK ! » et « Oh my God ! » – dans celle de l’Empire étasunien imposant partout son « soft power » (souvent suivi par des bruits de bottes !) au plan d’ajustement linguistique mondial qu’une oligarchie félonne relaie chez nous avec un zèle écœurant. 

Par Georges Gastaud, philosophe, président de l’association CO.U.R.R.I.E.L., Nicolas Bacaër, chercheur en mathématiques, Geneviève Blache, 06, Danielle Bleitrach, sociologue (13), Pierre Boutry, contrôleur de gestion (62), Dominique Buisset, poète, Françoise Caubin, militante de l’éducation populaire (84), Bernard Colovray, militant ouvrier du Livre (69), Anne-Marie Coustou, professeur retraitée, Michel Debray, vice-amiral, commandeur de la Légion d’honneur et de l’Ordre national du Mérite, ancien président de l’Institut Charles de Gaulle, Aurélien Djament, mathématicien, militant CGT du CNRS (59), Olivier Delorme, agrégé d’histoire, romancier, Rachida El Fekaïr, médiathécaire (81), Barbara Flamand, poétesse (Belgique), Vincent Flament, professeur agrégé de Lettres classiques (59), Jean-Claude Houseaux, médecin (84), Fadi Kassem, agrégé d’histoire (78), Danielle Gautier, militante CGT Métallurgie 63, Jacques Kmieciak, journaliste, militant CGT (62), Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine (Paris VII), Jacqueline Lavy, militante CGT 74, Quentin Liberpré, étudiant (75), Nadia Majdzerdzak, professeur de français retraitée, 62, Annette Mateu-Casado, 66, Pierre-Alain Millet, maître de conférence en informatique (69), Dominique Mutel, professeur agrégé d’anglais (62), Jérémie Ozog, professeur de S.E.S. (06), François Le Pivert, instituteur retraité, syndicaliste (22), Régis Ravat, ancien délégué de la CGT-Carrefour (30), président de l’Association Francophonie-Avenir, Adrien Roussel, photographe, Jany Sanfelieu, certifiée de lettres classiques (89), Thierry Saladin, médecin (34), secrétaire de l’Association Francophonie-Avenir, Arsène Schmitt, Président du Comité de Défense des Travailleurs Frontaliers de la Moselle, Gilliatt de Staërck, militant ouvrier des transports (22), Stéphane Sirot, historien et analyste du mouvement social (59), Jean-Michel Toulouse, essayiste politique…

* « rendre sa grandeur à la planète », ce qui d’ailleurs, ne veut pas dire grand-chose…

** Celle des peuples faudrait-il dire, car le même totalitarisme linguistique écrase aussi l’allemand, l’italien, le néerlandais, etc. dans leurs aires linguistiques respectives. L’anglais lui-même est menacé en tant que langue porteuse de culture et d’histoire. Une novlangue mondiale serait d’ailleurs une non-langue ruineuse pour la pensée humaine, laquelle s’est largement construite sur le partage de la diversité…

APPENDICE – L’un des signataires fait en outre les propositions suivantes visant à renforcer la loi Toubon (G.G.) :

• Rendre obligatoire la dénomination en français des raisons sociales des entreprises exerçant leur activité sur le territoire français. Peugeot-distribution, par exemple, s’appelle actuellement Peugeot Retail.

• Rendre obligatoire l’usage du français dans l’administration et la communication des entreprises, sous le contrôle des syndicats et des Comités d’Entreprise.

• Dans la publicité (et l’information sur les emballages), interdire l’usage d’une seule langue étrangère, mais rendre obligatoire l’emploi d’au moins deux langues étrangères. (Toubon y avait fait allusion à l’époque de sa loi, mais n’avait pas levé le petit doigt pour l’obtenir.)

• De même, et dans les mêmes cas, rendre obligatoire l’égalité des langues utilisées, par l’emploi des mêmes caractères et dans la même taille de police.

• Rendre obligatoire l’usage du français dans l’enseignement supérieur, à l’exclusion de toute autre langue (sauf dans les cursus de langues étrangères.)

• Rendre obligatoire dans les établissements, institutions et publications universitaires, l’usage du français (sauf pour les communications faites par des étrangers dans les colloques et congrès).

• Dans les colloques, congrès, et dans la publication de leurs actes, rendre obligatoire l’admission, en dehors du français, d’autres langues que l’anglais.

• En cas de publication en plusieurs langues, rendre obligatoire la traduction en français des articles rédigés originalement dans une langue étrangère.

• Créer, avec les institutions de recherche des autres pays francophones, une revue scientifique de haut niveau en langue française, n’admettant pas plus de 10% d’articles en langues étrangères, et lui assurer une diffusion non seulement par les réseaux commerciaux mais par les Alliances Françaises et les réseaux diplomatiques.

• Créer un internet francophone, qui puisse continuer à fonctionner le jour où les Américains décideraient de nous couper l’accès à leurs réseaux.

 Etc.

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).