Point de vue Russe : Macron a témoigné face à Poutine d’un malentendu éternel sur la Russie

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Voici un texte russe d’une infinie subtilité et qui donc aurait mérité un meilleur traducteur que moi… Mais à défaut de maîtriser la langue je crois que je perçois un peu le "mystère russe", Marianne m’a beaucoup aidé, mais dès que j’ai écouté la conférence de presse comme en témoigne le texte écrit ce matin, j’ai été stupéfaite par l’incapacité de Macron de dépasser l’étroitesse de sa pensée et la vanité de sa "diplomatie", la géopolitique touche à la philosophie et les technocrates à la Macron y sont des petits joueurs (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Deux présidents ont parlé de l’éternel et inévitable20 août 2019, 08:38 
Photo : Gerard Julien / Reuters 
Texte : Petr Akopov

La visite de Vladimir Poutine en France a confirmé la tendance actuelle et éternelle – comme cela se passe toujours dans les moments difficiles, l’Europe a besoin de la Russie. Mais elle ne comprend pas bien la différence qui existe entre nous, notre perception de l’Europe et elle-même – pensant en même temps qu’elle nous connaît presque mieux que nous-mêmes. Cependant, le désir d’indépendance des Européens peut contribuer au rapprochement tactique de Moscou et de Paris.

Emmanuel Macron devient progressivement le principal interlocuteur occidental de Poutine, il y attache une grande importance. En ce moment, Trump ne peut pas communiquer régulièrement avec Poutine, Merkel se transforme peu à peu en "canard boiteux", la Grande-Bretagne est complètement enlisée dans le Brexit. Le président français veut devenir le principal modérateur des relations avec la Russie, du moins en Europe et dans l’ensemble de l’Occident – et l’invitation de Poutine à Brégançon a précisément servi à cela. En même temps, Vladimir Poutine surveillait depuis deux ans l’exercice présidentiel de Macron – évaluant moins son humeur que ses capacités. De quoi Macron sera-t-il capable – est-il prêt à passer des paroles aux actes ?

La réunion s’est déroulée dans un format inhabituel – les déclarations de deux dirigeants et leurs réponses aux questions des journalistes ont été faites avant le début des négociations (qui ont ensuite duré 2,5 heures de conversation et se sont poursuivies au dîner). On ignore pourquoi les Français estimaient cela nécessaire (ils ont insisté sur cet ordre), mais il s’est avéré que les parties se sont exprimées publiquement sur les principaux sujets avant même de pouvoir échanger leurs points de vue.

Cependant, étant donné que de réels accords, même s’ils sont conclus, restent en général secrets face à la presse, le format des remarques liminaires s’est avéré intéressant. Surtout dans cette partie, qui concernait des sujets idéologiques, presque philosophiques, qui sont en fait à la base de toute géopolitique.

Par exemple, la question du G8, il n’est pas un secret pour nous que Macron a spécialement organisé une réunion avec Poutine quelques jours seulement avant le sommet du G7 à Brégançon. Pour arriver en position de force lors d’une réunion avec Trump, Merkel, Johnson, Abe et d’autres, pour pouvoir informer le collectif occidental de leurs conversations ou même de leurs accords avec Poutine – sur l’Ukraine, l’Iran, la Syrie et plus généralement sur le conflit entre la Russie et l’Occident.

L’année dernière, l’Italie a plaidé publiquement en faveur du retour de la Russie dans le club occidental, mais son poids est bien inférieur à celui des Français.

Macron espère également beaucoup que la Russie pourra être persuadée de revenir à l’ancien ordre des choses de l’interaction avec l’Occident.

Naturellement, après que la crise ukrainienne soit au moins quelque peu résolue. De l’avis de Macron, la restauration du Big Eight est une telle carotte. On peut l’encourager à devenir plus accommodant sur le sujet ukrainien, car il croit sincèrement que Moscou souhaite redevenir membre du club.

Naïf, erroné, complètement faux ? Oui, mais Macron le pense. Après tout, voici ce qu’il a dit en réponse à une question posée par des journalistes français à Poutine (« Adhésion au club du G8, ça vous manque ? Voulez-vous revenir au G8 ? ») : « Il y a un seul obstacle, c’est la situation en Ukraine ». Autrement dit, la résolution de ce conflit est également la baguette magique qui ouvrira la porte à la Russie dans le club des "sept grands", qui pourrait devenir le "huit".

En outre, Macron a fait cette déclaration après que Vladimir Poutine ait déclaré clairement que le G8 était mort :
« Quant au G8 que vous avez mentionné, il n’existe pas. Comment puis-je revenir à une organisation qui n’existe pas ? C’est les sept, aujourd’hui, c’est les sept. En ce qui concerne un format possible dans le cadre de huit États, nous ne refusons jamais rien. C’était au tour de la Russie de tenir le G8 en même temps, et nos partenaires ne sont pas venus. Alors libre à vous, à tout moment, nous attendons la visite de nos partenaires dans le cadre du "sept". »

Mais en général, d’autres organisations internationales jouent un rôle important dans les affaires internationales. Par exemple, "le Gvingt". Et ainsi, aujourd’hui, des acteurs économiques aussi importants sont représentés comme la Chine, l’Inde et bien d’autres…

C’est-à-dire que Poutine a rappelé une chose simple : l’Occident lui-même a tué le G8, suspendant ses activités après la Crimée. En 2014, la Russie était supposée accueillir le sommet annuel du G8 – il n’y était pas. Si, à présent, l’Occident souhaite contacter la Russie de manière collective, nous sommes prêts à accueillir les dirigeants des pays du G7, tous en même temps.

Mais le G8 ne peut pas être – à la fois parce que le G20 est devenu la principale plate-forme mondiale, dans laquelle la Russie et la Chine sont représentées avec l’Inde, et parce que la nature des relations entre la Russie et l’Occident a changé. Nous ne voulons pas faire partie du monde occidental – même sous condition, même avec des réserves – parce que nous ne nous considérons pas en faire partie. Dans le même temps, nous voulons rétablir et améliorer les relations avec l’Europe, car nous sommes aussi, dans une certaine mesure, un pays européen.

C’est pourquoi Poutine a soutenu lundi Macron, qui a parlé de l’Europe de Lisbonne et de Vladivostok, tout en rappelant qu’il s’agissait d’une idée européenne qui appartient à de Gaulle « de Lisbonne à l’Oural ». Poutine a déclaré qu’il était stratégiquement important pour la Russie et l’Europe – « si elle veut survivre en tant que centre de civilisation ». En parlant de cela, Poutine a dit la phrase la plus importante et la plus mémorable de son discours :
« Le fait n’est pas qu’aujourd’hui, cela semble impossible. Ce qui semble impossible aujourd’hui peut devenir inévitable demain. »

Si l’Europe et la Russie fixent de tels objectifs, nous les réaliserons tôt ou tard, a déclaré Poutine. En d’autres termes, l’ancien monde et la Russie ne font peut-être pas partie d’un tout, mais sont des partenaires stratégiques. Si, bien sûr, l’Europe cesse d’être atlantique, cesse d’être une partie dirigée de l’Occident, devient indépendante, se souvient qu’elle fait partie de l’Eurasie – et se tourne vers l’Est.

Et ici commence le plus subtil et le plus important. Il semblerait que Macron souhaite plus d’indépendance européenne, plus d’eurocentrisme, en parle même directement et ne cache pas que l’établissement de relations avec la Russie est précisément conçu pour aider l’Europe à atteindre ces objectifs :
« L’Europe n’est probablement pas, pour ainsi dire, le monde occidental en pure réfraction. Nous en faisons partie. L’Europe devrait simplement revoir le concept de sa souveraineté. Elle a ses propres alliés et, dans le monde, l’hégémonie occidentale est constamment remise en question et l’Europe doit jouer son rôle. Et par conséquent, le dialogue entre l’Union européenne et la Russie est absolument nécessaire pour que l’UE puisse tout aussi bien reprendre son poids, son rôle. » 

En même temps, Macron n’est pas cohérent. Il veut voir la Russie comme un partenaire dans l’obtention de l’indépendance de l’Europe, mais il pense que les relations avec l’Occident collectif et le retour du G8 sont importants pour notre pays. Mais nous avons besoin d’une Europe plus indépendante, rien que pour nous assurer qu’il n’y a pas de projet atlantique, pour fermer complètement l’ère où les "Big Seven" (et en fait les atlantistes) dictaient au monde leur volonté et leurs conditions de la mondialisation.

L’incohérence de Macron est compréhensible : la France souhaite en même temps revenir au temps de sa gloire et ne croit pas en sa force. Il est impossible de recouvrer la souveraineté française pure (du moins selon Macron qui ne voit d’issue que dans l’intégration européenne) – il est nécessaire de lutter pour renforcer la nouvelle souveraineté paneuropéenne, en s’affranchissant progressivement de la laisse anglo-saxonne. Mais cela doit être fait avec précaution, progressivement, afin de ne pas donner aux mêmes atlantistes une raison pour effondrer toute la construction fragile de l’Union européenne.

La Russie considère cela avec compréhension – et avec regret pour les grandes ambitions et les petites opportunités des dirigeants européens. 

Mais le problème de Macron – ainsi que de nombreux dirigeants européens – est d’accepter l’intérêt de la Russie dans des relations normales, bonnes, profitables et à long terme avec l’Europe, de susciter une certaine volonté des Russes de devenir des Européens, une partie de notre complexe d’infériorité nationale (inhérente aux seuls Occidentaux) c’est pourquoi nous pouvons être manipulés. Cela a été clairement démontré lorsque Macron a déclaré qu’il savait que « la Russie est un pays européen au centre », et en particulier lorsqu’il a cité Dostoïevski :
« Un grand écrivain russe, Dostoïevski, a déclaré (de mémoire) : "Les Russes ont cette particularité par rapport aux autres nations européennes, c’est que le russe devient le plus russe quand il est le plus européen". C’est-à-dire qu’il est nécessaire que les citoyens russes fusionnent avec le monde européen. »

Mais Fedor Mikhailovich a parlé de quelque chose de complètement différent. La citation correcte de "Teen" est :
« Étrange : chaque Français peut servir non seulement sa France, mais même l’humanité, à condition qu’il reste le plus français ; également – anglais et allemand. Un seul le Russe… a déjà la capacité de devenir le plus russe au moment où il est le plus européen. C’est notre différence nationale la plus significative parmi tout le monde… Je suis en France – française, avec allemand – allemand, avec ancien grec – grec, et donc presque russe. Ainsi, je suis un vrai Russe et la Russie sert le plus, parce qu’il est ce qu’il est d’abord. »

De quoi parle Dostoïevski ? À propos de ce qu’il appellera plus tard la réactivité totale des Russes, leur « instinct pour l’humanité universelle ». Il ne dit pas que le Russe doit devenir Européen – mais qu’il doit révéler la profondeur de son âme à travers la sympathie et la compréhension des Français ou des Grecs. Dostoïevski n’a pas seulement souligné des dizaines, des centaines de fois que les Russes n’étaient pas des Européens – « il n’y a pas d’angularité européenne, d’impénétrabilité, d’intransigeance chez le peuple russe » – mais il a également été étonné de constater à quel point les Européens ne comprennent pas la Russie. Et comment ils pensant en même temps, ils croient qu’ils savent tout de nous :
« Ils savent à propos de la Russie que des personnes et même des Russes y vivent, mais quel genre de personnes ? Cela reste un mystère, même si, en passant, les Européens sont certains de leur existence depuis longtemps ».

Un siècle et demi a passé – et la révolution russe qui a changé le monde – mais la compréhension des Russes par les Européens a peu changé. Mais comme nous sommes tous réactifs, Poutine peut comprendre à la fois les intentions de Macron et la nature de son point de vue erroné sur les Russes – tout en restant "mystérieux" pour les Européens.

Voir en ligne : Traduction de Danielle Bleitrach tirée de son blog "histoireetsociété"

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).