Opinion : pourquoi l’Occident est déterminé à ignorer le succès de la Chine

, par  auteurs à lire , popularité : 2%

Peut-être tout bêtement parce que la Chine est communiste et non capitaliste, le paradoxe (qui n’en est pas un si l’on pense que l’idéologie dominante est celle de la classe dominante) des pays occidentaux est que l’on tente d’inculquer aux populations occidentales une opinion défavorable sur ceux qui ne lui apportent que du bien. (note de danielle Bleitrach)

Opinion : pourquoi l’Occident est déterminé à ignorer le succès de la Chine

Titre original : Why the West is Determined to Ignore China’s Success
 
Par André Vltchek 

Avant, c’était comique, mais soudain, ça ne l’est plus. Dans le passé, la haine aveugle à l’égard de la Chine pouvait être attribuée à l’ignorance, ou du moins à l’endoctrinement de la propagande occidentale et des médias de masse.

Mais maintenant ? L’énorme bond en avant de la Chine, ses politiques sociales excellentes et humaines, sa recherche scientifique déterminée et orientée vers l’homme, ainsi que sa marche vers une soi-disant « civilisation écologique » sont bien documentées, au point que si quelqu’un veut vraiment savoir, il a de nombreuses occasions d’apprendre la vérité.

Mais il semble que très peu veulent apprendre. Du moins, très peu en Occident.

La Chine est perçue négativement dans presque tous les pays occidentaux et leurs satellites. Alors que les enquêtes menées dans des endroits comme l’Afrique, où la Chine interagit intensivement avec la population, l’aidant à briser les chaînes de dépendance à l’égard de ses maîtres néocolonialistes d’Europe et d’Amérique du Nord, indiquent clairement qu’elle est admirée et appréciée.

L’année dernière (2018), une enquête menée par l’influent Pew Research Center (« Five Charts on Global Views of China ») a établi que la Chine est généralement perçue positivement dans les pays non occidentaux : 67% au Kenya, où la Chine est impliquée dans d’importants projets d’infrastructures et projets sociaux, 61% dans la nation africaine la plus peuplée – le Nigeria, 70% dans le pays arabe de Tunisie, 53% aux Philippines, malgré le fait que l’Occident y alimente un conflit sur les îles de la mer de Chine du Sud, et 65% en Russie, qui est maintenant le premier allié chinois.

Au Royaume-Uni, 49% des citoyens voient la Chine d’un bon œil, 48% en Australie, mais seulement 39% en Allemagne et 38% aux Etats-Unis.

Mais ce qui est vraiment choquant, c’est l’attitude de l’Occident à l’égard de la direction du président chinois – Xi Jinping – un penseur déterminé qui conduit la Chine vers un véritable socialisme avec des caractéristiques chinoises, qui élimine presque l’extrême pauvreté (en 2020, il ne devrait plus y avoir de poches de misère sur le territoire chinois) et qui fait passer la culture, une qualité de vie élevée, l’environnement et le bien-être général de la population chinoise avant des indicateurs économiques.

La Pologne conservatrice et anticommuniste est en tête du peloton : seuls 9% des Polonais « ont confiance » dans le leadership du Président Xi, 11% des Grecs, 14% des Italiens et 15% des Espagnols. Cela en dit long sur l’Europe, puisque même au Canada, ce chiffre est de 42 %, et aux États-Unis, de 39 %.

Est-ce vraiment de l’ignorance ?

Lorsqu’on m’interroge dans divers médias chinois, on me pose souvent la même question : « Pourquoi sommes-nous constamment critiqués en Occident, alors que nous essayons de respecter les règles et de faire de notre mieux pour améliorer la planète ? ».

La réponse est évidente : « C’est précisément pour cette raison ».

Il y a une vingtaine d’années, la Chine et son projet socialiste étaient encore au stade de l’« inachevé ». Il y avait de grandes différences de niveau de vie entre les zones urbaines de l’Est et les zones rurales. Les transports étaient inadéquats. La pollution dans les villes industrielles était très, très mauvaise. Des dizaines de millions de personnes tentaient d’émigrer des campagnes vers les villes, à la recherche d’emplois et d’une vie meilleure, mettant à rude épreuve le système social du pays.

Ceux qui n’aimaient pas la Chine avaient beaucoup de "munitions" lorsqu’ils la critiquaient à l’époque. Le pays allait de l’avant, mais la tâche de le rendre prospère, propre et sain semblait être celle de Sisyphe.

Ce qui a suivi a été un miracle absolu, sans précédent dans l’histoire de l’humanité. Seule l’Union soviétique avant la Seconde Guerre mondiale a enregistré une croissance et une amélioration du niveau de vie de sa population supérieures à celles de la Chine au cours des deux dernières décennies.

Tout a changé en Chine. Ses villes sont devenues propres, vertes, écologiques, pleines de parcs publics, d’appareils d’exercice pour adultes et enfants. Les centres urbains regorgent aujourd’hui d’un réseau de transport en commun de première classe (tous écologiques), avec des musées impressionnants, des salles de concert, d’excellentes universités et des centres médicaux. Des trains à très grande vitesse subventionnés relient toutes les grandes villes du pays. Dans la Chine communiste, tout est planifié par le gouvernement et par le Parti communiste, et le secteur privé est là pour servir la nation, et non le contraire. Cela fonctionne. Il fonctionne remarquablement bien. Les citoyens ont beaucoup plus leur mot à dire sur la façon dont leur pays est gouverné que ceux de l’Ouest.

Les villes sont propres, efficaces, construites pour les gens. Pas de mendiants et pas de bidonvilles. Pas de misère. Les choses vont de mieux en mieux.

Les étrangers qui viennent en Chine pour la première fois sont choqués : la Chine semble beaucoup plus riche que les États-Unis ou le Royaume-Uni. Ses rues, ses aéroports, ses métros, ses trains à grande vitesse, ses théâtres, ses trottoirs, ses parcs, font facilement honte à ceux de New York ou de Paris.

Mais, il n’est pas riche. Loin de là ! Le PIB par habitant de la Chine est encore relativement faible, mais c’est précisément ce qui rend le « socialisme aux caractéristiques chinoises » si impressionnant et supérieur au capitalisme occidental alimenté par l’impérialisme. La Chine n’a pas besoin d’avoir un revenu moyen d’environ 50.000 $ et plus par habitant pour prospérer, pour donner à sa population une vie toujours plus belle, pour protéger l’environnement et pour promouvoir une grande culture.

Se pourrait-il que ce soit précisément la raison pour laquelle l’Occident tremble de peur ?

L’Occident, où la croissance économique est tout, où les gens vivent dans la peur constante, au lieu d’un espoir optimiste pour l’avenir. L’Occident, où des billions de dollars et d’euros sont gaspillés chaque année, pour que les élites puissent vivre dans un luxe absurde et présider à une surproduction et une accumulation inutile et irrationnelle d’armes qui ne procurent à la majorité aucun bien-être.

La Chine et sa planification centrale offrent un système bien meilleur et logique, pour ses citoyens et pour le monde.

La plus grande partie de sa science est axée sur l’amélioration de la vie sur cette planète, et non sur le profit à froid. 

L’idée du président Xi – le BRI [Ndt : Belt and Road Initiative, selon l’acronyme anglais] – est conçue pour sortir des milliards de personnes de la pauvreté dans le monde et pour connecter le monde, au lieu de le fragmenter.

Alors pourquoi le président Xi n’est-il pas si apprécié en Europe ?

Se pourrait-il que ce soit précisément à cause du gigantesque succès de la Chine ?

Revenons au point précédent : il y a 20 ans, la Chine avait d’énormes problèmes sociaux et environnementaux. Les Occidentaux qui n’aimaient pas le Parti communiste, quel qu’il soit, venaient pointer du doigt les choses : « Vous voyez, Shanghai et Shenzhen sont maintenant prospères, mais regardez les autres villes de la côte : voyez le contraste ? ».

Puis les villes de la côte ont toutes commencé à s’améliorer, plantant des parcs, des universités, des métros, de belles rues.

Les critiques de l’Occident se sont poursuivies : « Maintenant, quittez la côte, allez vers l’ouest, et vous verrez à quel point la Chine est inégale ! »

Finalement, l’ouest de la Chine s’est tellement amélioré qu’il n’y avait pratiquement aucune différence entre la qualité de vie dans les villes et sur la côte.

« C’est tellement cynique », a continué la diatribe : « La différence entre les villes et la campagne est si grande que les paysans sont forcés d’abandonner leurs villages et de chercher du travail dans les grandes villes ».

Sous la direction du président Xi, l’ensemble du paysage a fait l’objet d’une vaste refonte. Les transports, les services médicaux, les établissements d’enseignement et les possibilités d’emploi se sont tellement améliorés qu’en 2018, pour la première fois dans l’histoire moderne, les gens ont commencé à émigrer des villes vers les campagnes.

Qu’est-ce qu’on fait maintenant ? Quelle est la prochaine étape ? « Droits de l’homme ? ». Il n’y a plus grand-chose à jeter, si on voit avec les yeux ouverts.

Mais plus la Chine s’améliore, plus elle se soucie de son peuple, ainsi que de tous les peuples du monde, plus elle est attaquée.

Pas un seul « Waouh ! » du régime occidental et de ses médias grand public. Pas un seul « La Chine est aujourd’hui leader mondial en écologie, en politiques sociales, en sciences et dans pratiquement tous les domaines publics ».

Pourquoi ?

La réponse est évidente et malheureusement déprimante : c’est parce que l’Occident ne veut pas que la Chine et son président réussissent. Ou s’ils réussissent, il faut étouffer l’affaire. Les deux systèmes sont si différents que si celui de la Chine est correct, celui de l’Occident est faux.

Et l’Occident ne cherche pas un concept qui soit bon pour le monde. Elle veut seulement que son propre concept survive et domine la planète. Point à la ligne.

C’est pourquoi la Chine est si populaire dans les pays qui veulent sauver leur peuple de la misère et construire de nouvelles et meilleures sociétés. C’est pourquoi la Chine est salie et détestée, voire détestée, en Occident et dans une poignée de pays en dehors de l’Occident, où les Occidentaux et leurs descendants dirigent et contrôlent à la fois les médias de masse (comme en Argentine).

Sur une note positive, malgré la propagande déterminée et vicieuse diffusée par les médias occidentaux, beaucoup plus de gens font confiance au président Xi qu’au président américain Donald Trump, qui n’inspire que 27% des gens dans le monde.

Voir en ligne : Sur le blog de Bernard Tornare

Traduction Bernard Tornare

Source en anglais

André Vltchek est un analyste politique américain, journaliste et cinéaste né en URSS. Il est est né à Saint-Pétersbourg mais est devenue plus tard un citoyen américain naturalisé. Il a vécu aux Etats-Unis, au Chili, au Pérou, au Mexique, au Vietnam, à Samoa et en Indonésie.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).