Adresse à Pierre Laurent, Secrétaire National du PCF
Encore un dérapage d’Olivier Dartigolles

, par  Gilles Pereyron , popularité : 2%

L’émotion est grande chez les communistes du secteur de l’énergie. De plus en plus, des dirigeants communistes reprennent sans complexe le discours dominant antinucléaire, sans jamais s’interroger sur les enjeux sociaux et économiques derrière les discours "tout ENR", sans jamais reconnaitre que ce sont des scénarios anti-service public, contre le droit à l’énergie pour tous, le droit à la mobilité, et qui accompagnent la désindustrialisation et les reculs sociaux.

Cette déclaration d’un communiste du Rhône spécialiste de l’énergie, doit être diffusée le plus largement possible, même si nous ne croyons pas que la déclaration de Dartigolles soit un simple dérapage.

pam


Adresse à Pierre Laurent, Secrétaire National du PCF

Olivier Dartigolles porte parole national du PCF sur le Talk du Figaro. (mercredi 24 Janvier 2018)

Question du journaliste : faut- il fermer Fessenheim ?

Olivier Dartigolles « Je pense et c’est la position du Parti Communiste qu’il faut un mix énergétique avec bien évidement la réduction de la part du nucléaire, une montée en charge des ENR sans avoir recours aux énergies fossiles comme dans certains pays. Oui, il faut fermer Fessenheim.

Depuis quand Communiste rime avec opportunisme ?

Je suis bien content d’apprendre que la position du PCF est de fermer Fessenheim, donc la position du PCF a changé, et pourtant le PCF s’exprimait sur le sujet :

  • Le 4 septembre 2016 communiqué de presse du PCF « Fermeture de Fessenheim : une fermeture incohérente ! »
  • Le 24 janvier 2017 communiqué de presse du PCF « Fermeture de Fessenheim une aberration sociale, économique, industrielle et environnementale ! »
  • Le 10 juillet 2017 « Pour relever les défis du plan climat, on a besoin de toutes les énergies »
  • Le 12 septembre 2017 communiqué de presse du PCF « Ouvrir le débat et relever les défis d’une énergie entièrement décarbonée », on pouvait lire « Ainsi rien ne justifie de maintenir la décision de fermeture de la centrale de Fessenheim ».

Alors le PCF aurait changé de position ? Où en a-t-on discuté, qui a pris la décision et qu’est ce qui justifie ce changement de position ? Qu’y a-t-il de nouveau que l’on ne connaît pas et qui fait que le PCF soit pour la fermeture de Fessenheim ?

En tant que communiste, je suis outré de ce changement de position, cela me fait penser à la chanson « l’opportunisme » de Dutronc.

Je n’ose penser que mon parti change de position au gré du "vent", et j’espère que ce changement n’a rien à voir avec la volonté du PCF de faire des listes de rassemblement de toute la gauche progressiste (PCF, Verts, PS, Hamon et FI) aux prochaines élections européennes. Si cela était le cas, le PCF est tombé bien bas dans la magouille politique. Pour ma part, je n’ai pas adhéré au PCF pour ces basses manœuvres mais pour mon idéal communiste et ses valeurs souvent avant-gardiste.

A entendre Olivier, je ne m’étonne plus de n’avoir pas pu rencontrer, en tant que vice-président délégué d’une ONG internationale « Droit à l’Energie SOS Futur », un seul député communiste européen sur le 4ème paquet énergétique de la commission européenne ainsi que sur la fin des tarifs réglementés. Comme je n’ai pas eu de réponse des sénateurs communistes sollicités pour une rencontre sur le même sujet. Pour information les seuls sénateurs avec qui nous avons pu échanger sur les tarifs réglementés sont les sénateurs Roland Courteau et Poniatowski.

Je m’interroge aussi quand au grand rassemblement à faire avec de nombreux groupes qui sont sur le scénario NEGAWATT et dont la particularité de celui-ci est qu’il porte la fin des tarifs réglementés, de la péréquation tarifaire et de l’égalité de traitement. Ils estiment que les tarifs de l’électricité en France sont trop bas et qu’une hausse poussera les usagers à faire des économies. Mais les plus pauvres qui n’arrivent pas à se chauffer ou à s’éclairer comment feront ils ? Alors le PCF va-t-il aussi retourner sa veste sur les TRV !!!!!

Cela me rappelle la position du gouvernement et de son ministre Nicolas Hulot qui pense que les prix des produits pétroliers sont trop bas et qu’il vient d’augmenter l’essence et le gasoil pour limiter la consommation.

Sur le besoin de fermer Fessenheim quelle est la raison ? Son âge ?

Pour ma part, voici mon analyse.

Fermeture de Fessenheim et de Bugey ?

Pourquoi une campagne organisé par le gouvernement Allemand et par le canton de Genève pour la fermeture des centrales de Fessenheim et Bugey ? Argument avancé par les deux, l’âge avancé de ces deux centrales, Fessenheim mise en service en 1978 et Bugey en 1978. La situation de ces deux centrales serait trop dangereuse et située trop près de l’Allemagne et de Genève.

Alors doit-on fermer Fessenheim et Bugey, ces centrales seraient elles les seules aussi proches de l’Allemagne et de Genève ?

Une interrogation, pourquoi les médias, le gouvernement Allemand et le canton Genève ne parlent ils pas des Centrales Nucléaires plus vieilles et encore en fonctionnement en Suisse ?

La centrale nucléaire de Beznau est située à Döttingen sur l’Aar dans le canton d’Argovie en Suisse. Sur la frontière Suisse Allemande, 80 km de Mulhouse, mise en service 1969, d’une puissance de 2 fois 365 MW, elle est depuis février 2012, la plus ancienne centrale nucléaire en activité au monde depuis la fermeture de la centrale britannique d’Oldbury1.

La centrale nucléaire de Gösgen (KKG) se trouve dans le canton de Soleure, non loin de l’embouchure de l’Aar dans le Rhin, mise en service 1979.

La centrale nucléaire de Mühleberg est une centrale nucléaire située en Suisse, dans le nord du canton de Berne. Mise en service 1972 moins de 10 km de Berne et 100 km Genève.

Les installations de Mühleberg et de Gösgen ont quasiment égalé la production de l’année record 2014. En 2014la production est de 69,63 TWh et par filière hydro : 56,5 % nucléaire : 37,9 % biomasse/déchets : 2,4 % thermique : 1,9 % autres : 1,2 % éoliennes : 0,1 % .

Bien souvent dans les débats, la Suisse est montré comme un pays qui a fait le choix du non nucléaire, en fait elle a fait le choix de sortir du nucléaire en 2034. Le 25 mai 2011, le conseil fédéral confirme la sortie progressive de l’énergie nucléaire en décidant de ne pas renouveler les centrales nucléaires en service et opte pour leur arrêt définitif une fois que celles-ci auront atteint 50 ans, c’est-à-dire entre 2019 et 2034. Stratégie énergétique 2050 La politique énergétique de la Suisse est confrontée aux défis suivants : Changement climatique et rejets de CO2.

Alors pourquoi cette campagne ? Est ce le business de l’électricité qui guide ces campagnes ? L’Allemagne n’a-t-elle pas besoin d’évacuer son surplus d’électricité de sa production offshores et permettre au groupe Allemand EON de faire son business ? Fermer Fessenheim et Bugey permettrait de créer un déficit de pr