Du PCF à la FI : le mercato politicien de Marie-Georges Buffet

, par  Joël Yan

Le 16 février à 13:43, par Joël Yan En réponse à : Du PCF à la FI : le mercato politicien de Marie-Georges Buffet

Rien d’étonnant, mais nous n’étions pas très nombreux à nous en apercevoir car c’est depuis la première candidature Mélenchon qui a rendu encore plus visible l’orientation politique social-démocrate de l’Humanité avec une direction qui a fait du Parti une sorte de PS bis au lendemain du référendum de Maastricht de 92.
Le congrès de Martigues a consacré la prédominance des élu(e) comme au PS accompagnant une " déprolétarisation" accélérée par la désindustrialisation avec les délocalisations massives des usines et la disparition des cellules. Les employés et ouvriers disparaissaient derrière la parole "savante" et "juste" de celles et ceux qui savaient commenter le mieux ce qu’il fallait penser et appliquer qui descendait toujours "d’en haut."
Ajoutons à cela la disparition et le dénigrement de l’expérience du "socialisme réel" avec la fin de l’URSS.

Ce phénomène a malheureusement touché à la caricature avec un abandon progressif des milieux populaires, accompagnant et renforçant le morcellement de différentes couches de la société orchestré par le courant dominant de la Gauche au Pouvoir, évoluant lui-même vers une gestion plus que loyale du Capitalisme qui a failli tuer détruire tout espoir d’un changement radical de société...

Désir frénétique de reconnaissance personnelle pour certain(e)s au prix de compromis boiteux, d’ententes au sommet, de connivence ou tout simplement d’abandons plus ou moins honnêtes vis à vis du Parti et de ses électeurs en plein mandat.

C’est une couche sociale conquérante rendue amnésique vis à vis de ses origines peu touchée par les crises successives et les restructurations qui ont ravagé le monde du travail dans l’industrie et les services publics qui à mon avis a été été surreprésentée dans l’encadrement de notre parti , avec toutes les conséquences qui ont pesé sur la réflexion sur l’action souvent "hors sol" et électoraliste, de nos priorités vis à vis des salariés, retraités en grande souffrance, le retard inexcusable pris pour caractériser et combattre résolument la politique du PS au Pouvoir...
Je reste optimiste en me disant que ces défections touchent avant tous des responsables aveugles de notre déclin collectif .
Non, le PCF n’est pas mort

Sites favoris Tous les sites

10 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).