Pour un printemps de la politique... (I) - commentaires Pour un printemps de la politique... 2018-08-18T20:43:17Z https://lepcf.fr/Pour-un-printemps-de-la-politique-I#comment3105 2018-08-18T20:43:17Z <p>OK c'est du lourd cet article, sauf que tant de mots sans parler de de la classe ouvrière (les salariés qui fournissent le travail manuel, et récoltent la fatigue), ni du prolétariat (ceux qui, sous diverses conditions, doivent travailler pour vivre), ni, (enfin, presque pas), de la bourgeoisie qui, quelque soit le sexe du capitalisme considéré, collecte, toujours, et avec un minimum d'efforts, la plus value.<br class="autobr" /> Enfin, désolé, mais à moins d'extraire la bourgeoisie du peuple, mais il faut alors le préciser, il est ridicule de parler de "dictature du peuple". Sauf à prendre, encore, de la distance sur Marx, l'état est toujours un moyen, pour une classe de faire prévaloir ses intérêts sur ceux d'une autre. Ce n'est pas parce que le PCC, pour des raisons apparemment politiciennes, parle ainsi, qu'il faut adopter une formule qui n'a, chez nous, qu'un objet ; faire oublier le concept de Marx-Engels de dictature du prolétariat qui, en 56, fût employé par Kroutchev pour expliquer les crimes de Staline, et du même coup, d'atténuer sa propre responsabilité et celle de son groupe. Parce que, de 1927 à mars 53, que je sache, Staline a toujours trouvé une majorité pour le soutenir.<br class="autobr" /> Pour moi, le stalinisme ne peut, d'ailleurs, se réduire à la personne de Staline, ou de son culte. C'est un système qui, par l'autarcie et une bonne part de contrainte, prétendait construire, avec les moyens du bord, une société socialiste suffisamment radieuse pour attirer le reste du prolétariat mondial. Cette démarche, malgré la victoire de 1945, a, globalement, échoué.<br class="autobr" /> La dictature du prolétariat, immense majorité faut-il le rappeler, est donc incontournable. Reste à installer, dans le prolétariat, une démocratie concrète et efficace....</p> Pour un printemps de la politique... 2018-08-18T11:41:02Z https://lepcf.fr/Pour-un-printemps-de-la-politique-I#comment3104 2018-08-18T11:41:02Z <p>les deux auteurs en question étaient gérard Duménil et Dominique Levy, il faisaient partie de l'équipe d'actuel Marx de Jacques Bidet et participaient à un séminaire de la maison des sciences de l'homme .</p> Pour un printemps de la politique... 2018-08-18T11:04:33Z https://lepcf.fr/Pour-un-printemps-de-la-politique-I#comment3103 2018-08-18T11:04:33Z <p>je vais reprendre pour mon blog, cet article tout à fait passionnant de J.Cl.Delaunnay. Voilà vers quoi nous devons nous aller me semble-t-il, en matière de réflexion. J'ai besoin de travailler cet article mais voici quelques réactions "à chaud". B et M reprennent différentes analyses, celle de l'importance de 1956, telle qu'il la décrivent a été celle de la direction du PCF et de Georges marchais quand il a été constaté que l'union de la gauche derrière François Mitterrand consacrait l'hégémonie du PS. La thèse des deux capitalismes reprend deux auteurs économistes dont je retrouverai le nom mais l'un d'eux s'appelait Dumezil et ils tenaient beaucoup y compris à partir de l'exemple chinois à montrer que l'avenir résidait dans un capitalisme régulé par une sorte de technocratie avec une classe dominante d'ingénieurs et d'entrepreneurs tenant le marché. Bref grâce au travail très attentif de delaunnay, j'ai le sentiment en le lisant d'avoir une sorte de Patchwork assez daté. J'apprécie beaucoup la piste tracée par Delaunnay sur le stalinisme et la manière dont on a fait glisser dans l'enfer présupposé d'un dirigeant le socialisme lui-même.</p>