SNCF : « Je ne serai pas le patron de la CGT-Cheminots qui enterrera le statut ! »

, par  CN46400

Le 22 février à 20:31, par CN46400 En réponse à : SNCF : « Je ne serai pas le patron de la CGT-Cheminots qui enterrera le statut ! »

Un brin d’histoire
1937-Les compagnies fondatrices du réseau français de chemin de fer, considérant que les profits sont devenus insuffisants pour investir davantage, se rapprochent de l’état, pour créer la SNCF qui devient étatique à 51%, tout en restant privée à 49%. Cette situation perdure jusqu’en 83 (fin de la convention de 37), la SNCF devient alors un EPIC 100% étatisée (Fiterman).
Entre temps la SNCF a lancé le TGV sur Paris-Lyon qui laisse entrevoir un joli pactole de profits sur lequel, évidemment, la bourgeoisie se met, immédiatement, à lorgner. A une condition toute fois, que les coûts de l’infrastructure (LGV) soient assumée par l’état (+région+départements). A ces conditions, les capitalistes se font forts de faire du cash pour leurs actionnaires. Et pour encore mieux garantir leur opération, il veulent se délester des pans du réseau qu’ils jugent non rentable, c’est à dire susceptible de plomber le taux de profit attendu.
Alors que dans un premier temps, le TGV, était regardé comme un moyen de financer l’ensemble du réseau national, voilà qu’il devient un ilôt de super profit pour une pincée de capitalistes avides de "dumpériser", avec cette réussite technique en bandoulière, le marché mondial des lignes TGV. De même que les super profits, tirés de la gestion de l’eau en France, ont permis à quelques capitalistes de devenir des multinationales de l’eau (Véolia, SAUR, Lyonnaise etc), les mêmes, en gros, veulent relancer la mise sur le jackpot des LGV. Après tout, c’est quand même eux qui ont conduit Macron à l’Elysée, pourquoi pas un petit retour sur investissement...
Quand au reste du réseau, il n’y plus qu’à attendre le déluge. De toute façon il n’y a pas, ou plus, de bourgeois sur ces trains, donc Macron, et ses affidés, s’en foutent royalement !

Brèves Toutes les brèves

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).