Conseil National du 15 avril : intervention de Marie-Christine Burricand - commentaires Conseil National du 15 avril : intervention de Marie-Christine Burricand 2016-04-21T13:29:46Z http://lepcf.fr/Conseil-National-du-15-avril-Intervention-de-Marie-Christine-Burricand#comment1835 2016-04-21T13:29:46Z <p>Pitié pour l'orthographe ! Qu'au moins ce camarade se fasse aider pour la rédaction de son texte en Français correct, plutôt que truffé de fautes, pour être pris avec davantage de sérieux par le commun des lecteurs</p> Conseil National du 15 avril : intervention de Marie-Christine Burricand 2016-04-18T13:19:23Z http://lepcf.fr/Conseil-National-du-15-avril-Intervention-de-Marie-Christine-Burricand#comment1820 2016-04-18T13:19:23Z <p>Aux initiateurs des textes alternatifs.</p> <p>Quatre textes "alternatifs" à celui de la direction nationale ! Dans ces conditions, quand on connait la réalité du parti, il est évident qu'aucun d'eux ne fera mieux que celui de la DN. En refusant un texte unique, ceux qui se disent attachés aux valeurs fondamentales du parti communiste, se sont fait les alliés objectifs d'une direction qu'ils prétendent combattre. Leurs égaux me font ch...Pleurer !<br class="autobr" /> Déjà que la méthode des amendements pour le congrès relève de l'escroquerie, proposer 5 textes à l'analyse revient à chercher à dégouter les camarades. Particulièrement le texte de la DN, qui utilise un verbiage digne de bobos du 16ème, faisant fi de la langue française pour utiliser un charabia mêlant des termes techniques (hors contexte) à des tournures de phrases inspirées par des "communicants" spécialistes de l'enfumage.<br class="autobr" /> Je prêtant que la méthode relève de l'escroquerie, pour le démontrer je vais prendre l'exemple de la répartition de la cotisation 4/4 ou 3/3 dans la modification des statuts au 36ème congrès.<br class="autobr" /> Supposons que 80% des adhérents votent le texte proposé après avoir introduit un amendement revenant aux 4/4 contrairement à la proposition initiale de la DN de passer aux 3/3.<br class="autobr" /> Le jour du congrès sur 766 délégués seulement 623 ont voté et 445 se sont prononcés pour les 3/3 !!!!<br class="autobr" /> Donc sur 66184 adhérents en droit de vote, ce sont 445 qui ont décidé en dernier recourt.( donc en opposition avec la volonté d'une écrasante majorité)<br class="autobr" /> Je précise que je ne dis pas que ce fût le cas c'est juste pour la démonstration. Mais comme on ne connaît pas la réalité des amendements votés….<br class="autobr" /> La DN peut donc laisser passer au niveau, cellules, sections et fédé tous les amendements que souhaitent les adhérents, il lui suffit de s'assurer que les délégations au congrès sont conformes à ses choix, et elle n'a aucune crainte à avoir. Quand on sait comment sont désignées ces délégations (ce sont les directions fédérales sortantes qui proposent…) et quand on voit qui intervient lors du congrès tout devient clair.<br class="autobr" /> Oui la méthode ressemble à la démocratie mais ce n'est pas la démocratie.<br class="autobr" /> Vu les amendements combien de textes identiques sont voter au niveau des adhérents ? Combien d'amendements contradictoires sont votés détruisant la notion de texte commun ?<br class="autobr" /> Il n'empêche, cela est censé valider une base commune qui n'en n'a que le nom....<br class="autobr" /> Je précise que j'ai adhéré au PCF en 1963, j'y ai milité dans 5 départements, j'ai donc pu en connaître les rouages, les grandeurs et les bassesses.<br class="autobr" /> C'est fort de cette analyse que je considère que le refus d'un texte commun est une faute gravissime, que ceux qui l'ont refusé en porte l'entière responsabilité. Si j'ai soutenu « Unir les communistes » c'est parce-que ses initiateurs ont fait la démarche pour un texte unique, pas pour une opposition aux autres textes, sauf de la DN et des admirateurs du FDG.<br class="autobr" /> Si des camarades veulent et peuvent me démontrer que j'ai tord ce sera avec plaisir.<br class="autobr" /> Fraternellement.<br class="autobr" /> Serge</p>