Face à l’offensive générale de Macron :

Comment être des millions ?

, par  communistes , popularité : 1%

Le tract diffusé par le réseau Faire Vivre et Renforcer le PCF à Lyon ce 22 mars...

Profitant de la recomposition politique, Macron lance une offensive générale qui tente de submerger toute résistance par l’accumulation des réformes, le mépris de toute vie démocratique, l’effacement du parlement. Plus que jamais, c’est une véritable guerre de l’information pour faire grandir tout ce qui divise, retraite des paysans contre statut des cheminots, mais aussi salariés contre usagers du train, fonctionnaires contre précaires, secteurs dynamiques et secteurs sinistrés...

Jusqu’en 2017, chaque alternance permettait au système d’aller un cran plus loin, De Jospin battant le record de privatisations à Hollande battant le record d’expulsions de Sarkozy... Mais le coût politique était élevé... comment refaire le coup de la droite sociale ou de la gauche contre la finance ? Ce n’était plus possible en 2017 Macron se présentant de gauche et de droite espère que la recomposition permette de faire plus, d’arracher le morceau pour les classes dirigeantes, en finir avec le modèle social qu’il ne fait même plus semblant de défendre.

Les ordonnances travail étaient le premier round affirmant la nature et la méthode du pouvoir et préparant la stratégie du choc : SNCF, APL, loi logement, réforme des prisons, de la justice, contrôle des chômeurs, assurance chômage, retraite par points, réforme constitutionnelle, du BAC, loi migrants, sélection à l’université, apprentissage confié aux entreprises.

Le mouvement social reste handicapé par des décennies d’illusion électorale de "la gauche", à l’image des manifestations de 2010 n’espérant que la future défaite de Sarkozy. Les difficultés réelles de l’unité populaire ne sont pas suffisamment débattues pour permettre leur dépassement, les traditions d’organisation ont été défaites par des décennies de "mouvementisme", d’action sans organisation. Le rassemblement est fragilisé par la multiplication des sigles pour trouver des places électorales et médiatiques, avec un parti communiste affaibli par ses hésitations stratégiques entre élections, luttes et perspective révolutionnaire.

Mais si cette stratégie du choc peut bien sûr réussir, elle révèle aussi la vérité du système qui ne peut plus faire semblant de "sauver le modèle social", qui doit faire accepter des inégalités plus grandes. Elle multiplie les occasions de convergences. Quand il y a plusieurs raisons de manifester la même semaine, les liens entre les manifestations se posent concrètement, et en retour, cela aide à poser les questions de l’unité. Pourquoi manifester ensemble ? ou plutôt faire deux manifestations ? Quelles sont les revendications communes ? les liens entre les revendications ? Le dialogue entre les luttes est au cœur des progrès politiques nécessaires...

Ce 22 mars peut être révélateur si beaucoup s’en emparent, pour mener la bataille d’idée autour du rail, de la SNCF, du service public, des droits des salariés dont le statut des cheminots est une illustration, mais aussi pour faire le lien avec toutes les revendications pour les salaires, les droits, le logement, la santé, l’école...

Dans la résistance à "l"offensive générale" de Macron, le mouvement social peut redécouvrir le premier enjeu de la lutte, l’unité en actes et en idées, l’enjeu de l’organisation, la grève comme lieu premier de la construction du rapport de forces.


Il faut toujours lire la presse de ses ennemis. Le journal "Valeurs actuelles" exprime sa satisfaction et... ses inquiétudes
Avec cette politique de la saturation, l’affaiblissement du conservatisme syndical et le soutien de l’opinion à chacune des réformes, le gouvernement aurait tout en main pour agir. Mais s’il va dans la bonne direction, ne s’arrête-t-il pas à mi-chemin ? (...) Si l’attente de ces réformes se termine en impasse, gare à une déception à l’italienne.
Bien sûr, il n’évoque pas l’alternative progressiste à sa déception italienne... C’est l’enjeu du prochain congrès du parti communiste. Nous voulons qu’il sorte de son impasse électoraliste mortifère.


Industrie : les oligarchies sont incapables de créer des emplois… Quel rôle de l’état, des forces sociales, des travailleurs ?

Depuis le raté de Jospin avouant qu’il n’y pouvait rien, tous les gouvernements, Sarkozy, Hollande, Montebourg, Macron... ont fait des plans pour l’industrie, cherchant la baisse du coût du travail pour des entreprises plus concurrentielles. Ils précarisent, restructurent, coûtent des milliards mais n’ont jamais freiné la désindustrialisation !
Macron est dans la même veine, malgré la "reprise" annoncée. La spécialisation du capital en France continue, le dépecage du groupe Alstom en est un exemple terrible, comme OPEL ou GM&S... La France représente 3,2% du PIB mondial, mais 1,3% de l’investissement !
Et si c’était à l’état d’investir pour l’intérêt général, de donner les moyens aux ingénieurs, techniciens, ouvriers pour qu’ils prennent en main l’industrie et l’emploi ?

Loi logement : privatisation, mobilité et ségrégations !

@Fin du logement social généraliste, financé par le 1% logement, l’aide à la pierre, et un endettement des bailleurs sécurisé par le livret A...
@Vente massive de parc social et restructuration des bailleurs pour imposer de grands groupes sans liens avec les communes, spécialisant les offices dans l’accueil des publics prioritaires et laissant le logement des salariés aux mains de grands groupes privés devenus des gestionnaires d’actifs immobiliers.
@Mobilité forcée : bail précaire et passage en commission d’attribution tous les 6 ans pour tous les locataires. Pour répondre à un demandeur prioritaire, il faut faire partir des locataires...!
@Fin des droits des communes, au profit des métropoles et des préfets pour imposer la restructuration des bailleurs et la mobilité des locataires...

38ème congrès du PCF

Le FN s’est refondé sur ses racines fascistes à la surprise des commentateurs qui ne connaissent pas l’histoire. Si la bourgeoisie a réussi son coup politique en 2017, elle sait que l’histoire n’est pas finie, qu’elle peut avoir besoin de la menace de la guerre dans le peuple, rôle historique du fascisme.
En face, le monde du travail doit sortir de son affaiblissement politique. Le prochain congrès du PCF peut en être un moment fort. Depuis 30 ans, sa mutation électoraliste et eurocompatible l’a bousculé et affaibli électoralement. Sa direction continue à chercher une union de la gauche qui s’est pourtant révélé une impasse historique.
C’est l’unité populaire qui est nécessaire ! Il faut en surmonter les obstacles idéologiques et pratiques. Cela demande un parti déterminé, un effort de conscience et d’organisation, un programme politique pour le rassemblement de tous ceux qui souffrent du capitalisme, Le prochain congrès du PCF peut et doit surprendre !

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).