Contribution au congrès

Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses. Parti du peuple ?

, par  Michel Capron , popularité : 1%

Jamais le parti communiste français n’a été si éloigné des masses.

Nous en payons le prix, autant que ceux et celles, le prolétariat à qui nous ne parlons plus.

Nous nous sommes empêtrés depuis un demi siècle dans des stratégies de rassemblement à la petite semaine, ne sachant plus ce qu’un frigo vide veut dire, nous ne parlons plus à une jeunesse condamnée avant même qu’elle n’aie vécue.
L’on nous dira que le monde évolue et que nous devons suivre, mais c’est bien cette part de communisme, cette garantie sociale qui est aujourd’hui remise en question et cela se fait cruellement sentir.

Électoralement parlant nous partons de loin 2 -3%, mais historiquement, culturellement nous sommes les plus proches du mécanisme de pensée de la classe ouvrière.

Le capitalisme triomphe et la guerre est à nos portes, osons dire, faisons la démonstration que nous sommes le parti de la paix.

Disons que plus que jamais la société a besoin d’un parti communiste fort.

Rassemblons-nous d’abord nous les communistes, allons chercher ceux et celles qui le sont et qui "l’ignorent".

La société leur appartient et c’est avec eux que nous devons la construire.

Michel Capron, section de Clermont L’Hérault 34

Suite aux commentaires, Michel Capron souhaite ajouter ce paragraphe à sa contribution :
Ma contribution au congrès a apporté une observation et c’est tant mieux.
Je suis de ceux qui pensent que la confrontation est tout le contraire de l’affrontement.
Ne pensez ici que je tombe dans un angélisme béat, certes il pleut aujourd’hui, mais ce n’est pas cette dernière qui m’a apporté.
J’aurai toujours du mal à haïr ceux et celles que j’ai tant aimés, mais je prendrai grand plaisir à me confronter avec eux.

Si les communistes sur des bases d’éradication du capitalisme, des bases de paix ce qui d’ailleurs va de pair ne parlent plus à ceux et celles qui sont partis-es où que nous estimons fesant fausse route c’est à désespérer de tout.
Pour ma part, j’estime qu’une des principales raisons de vivre du parti communiste français est de rassembler.
Encore faudrait-il commencer par les notres.

Voilà ce que je voulais préciser sans polémique aucune, ce sentiment qui habite mon intériorité communiste.

Fraternellement
Michel Capron

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).