Pour un bilan extraordinaire

, par  W. Pepelnjak , popularité : 1%

Pepelnjak Willy, section de Fontaine, fédération de l’Isère

Prenant connaissance de la feuille de route préparatoire au congrès extraordinaire de notre parti, à savoir l’organisation d’un congrès fixé en dehors des périodes statutaires "normales" j’ai été surpris de ne pas y voir évoquées les raisons ayant poussé à une telle organisation.

La défaite électorale qui en est à l’origine est historique par son ampleur. Mais elle n’est que la conséquence d’une succession d’évènements, stratégies, et orientations dont l’analyse pourrait nous permettre d’élaborer un bilan objectif et sincère. Un bilan "extraordinaire" qui aille chercher les causes de notre déclin au-delà de la « dernière période écoulée ». Se satisfaire d’étudier les dernières périodes électorales en guise de bilan serait pour le moins un manque de clairvoyance…
Aussi ne voyant pas apparaître un chantier "bilan", je reste sceptique quant à la volonté de réussir ce congrès. Ce chantier devrait être ouvert immédiatement car c’est le seul dont nous avons tous les éléments en main pour l’activer, les faits qui le constituent appartiennent au passé. Je pense même qu’il aurait du être le chantier prioritaire.

Le document « Synthèse des réponses aux questions ouvertes » (suite au questionnaire envoyé aux communistes) remis aux participants à la conférence des animateurs de section relève que :

« La question de la stratégie du parti est l’un des points qui revient le plus souvent dans les commentaires libres. En premier lieu, on retrouve fréquemment la volonté que le congrès fasse le bilan de l’action du PCF. Bilan de la stratégie du PCF lors de la séquence électorale de 2017 mais aussi celui du Front de Gauche. Certains demandent une analyse sur un plus long terme (20 ans) ».

« Sur l’analyse du bilan, de nombreux commentaires proposent de le faire sur des périodes plus longues que 2017 ou même que le Front de Gauche : les collectifs anti-libéraux, expérience de la gauche plurielle, programme commun, voire Front populaire et au CNR ».

Je rappelle que cette synthèse est le résultat de l’analyse des questions ouvertes, c’est-à-dire des réponses argumentées des camarades qui n’ont pas que coché des cases, mais ont fait des efforts d’argumentation. Si ce travail n’est pas valorisé à la hauteur de leur investissement, il y a fort à parier qu’ils s’abstiennent à la prochaine consultation.

La baisse des effectifs, du nombre d’élus, la désorganisation du Parti, la formation, la disparition du parti des classes populaires… tout cela demande une analyse sérieuse et complète. Si elle n’était pas faite, cela engendrerait un sentiment de suspicion chez pas mal de communistes.

Le bilan à partir de quand ? Eh bien ouvrons le débat et mettons nous d’accord dans un premier temps sur une période qui fait consensus et après (où en même temps) proposons nos diverses analyses.

Il ne s’agit pas ici de chercher des responsables mais d’analyser les moments, les stratégies les évènements qui ont conduit notre parti dans l’impasse où il se trouve.
Se lancer à cœur perdu dans l’organisation de rencontres, de forums, de plates-formes ressemble de plus en plus à une fuite en avant, une débauche d’énergie qui va bien au-delà de ce que peut faire un parti qui vient de faire 3% au législatives. Vouloir changer le Parti sans vouloir étudier les causes de son affaiblissement continu c’est nous condamner à continuer dans cette stratégie mortifère. Cela demande du courage mais nous n’avons pas le choix. En ce moment certains disent nous ne sommes pas allés assez loin dans la transformation du Parti, d’autres par contre disent que nous avons trop renoncé. Ça se discute, nous avons besoin d’entendre tout le monde.

Sites favoris Tous les sites

2 sites référencés dans ce secteur

Brèves Toutes les brèves

Navigation

Annonces

  • (2002) Lenin (requiem), texte de B. Brecht, musique de H. Eisler

    Un film
    Sur une musique de Hans Eisler, le requiem Lenin, écrit sur commande du PCUS pour le 20ème anniversaire de la mort de Illytch, mais jamais joué en URSS... avec un texte de Bertold Brecht, et des images d’hier et aujourd’hui de ces luttes de classes qui font l’histoire encore et toujours...

  • (2009) Déclaration de Malakoff

    Le 21 mars 2009, 155 militants, de 29 départements réunis à Malakoff signataires du texte alternatif du 34ème congrès « Faire vivre et renforcer le PCF, une exigence de notre temps ». lire la déclaration complète et les signataires

  • (2011) Communistes de cœur, de raison et de combat !

    La déclaration complète

    Les résultats de la consultation des 16, 17 et 18 juin sont maintenant connus. Les enjeux sont importants et il nous faut donc les examiner pour en tirer les enseignements qui nous seront utiles pour l’avenir.

    Un peu plus d’un tiers des adhérents a participé à cette consultation, soit une participation en hausse par rapport aux précédents votes, dans un contexte de baisse des cotisants.
    ... lire la suite

  • (2016) 37eme congrès du PCF

    Texte nr 3, Unir les communistes, le défi renouvelé du PCF et son résumé.

    Signé par 626 communistes de 66 départements, dont 15 départements avec plus de 10 signataires, présenté au 37eme congrès du PCF comme base de discussion. Il a obtenu 3.755 voix à la consultation interne pour le choix de la base commune (sur 24.376 exprimés).